35e Coop. forestière Haut Saint-Maurice

Un monde forestier pas toujours rose

Un domaine d’emploi où tout roule comme sur des roulettes 365 jours par année, est-ce vraiment réaliste? Une réponse positive serait en effet très surprenante lorsqu’on sait que chaque domaine d’emploi, peu importe sa nature, fait face à certaines problématiques au cours de sa vie.

Le monde forestier n’y fait pas exception, lui qui a connu des hauts et des bas au cours des dernières années. La Coopérative a quant à elle dû s’adapter à cette réalité, mais elle a également dû passer à travers quelques années plus difficiles au sein de son organisation, chose qu’elle peut désormais dire faire partie de son passé.

Claude Dupuis, celui qui a agi à titre de directeur général de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice pendant près de 17 ans est d’ailleurs arrivé en poste au moment même où la Coopérative était en plein moment de crise. «En 1999, quand on m’a demandé de faire l’intérim, la Coopérative était en pleine crise. Elle avait notamment connu une croissance assez importante à travers les années et le niveau administratif n’avait pas vraiment suivi, ce qui a fait en sorte qu’elle s’est retrouvée avec de problèmes financiers majeurs», souligne-t-il.

Claude Dupuis

M. Dupuis et son équipe ont donc été dans l’obligation de se retrousser les manches et trouver des solutions concrètes afin de ramener la Coopérative sur le droit chemin. Si la tâche ne s’annonçait pas très prometteuse au départ, c’est avec beaucoup de détermination qu’ils ont été en mesure de redresser la situation au fil du temps.

«On a dû évidemment donner un gros coup de barre, notamment en travaillant sur un nouveau plan de gestion, en faisant des suivis financiers et en engageant des professionnels pour nous épauler. Heureusement, tout s’est bien déroulé et on a réussi à faire une refonte en profondeur des opérations», soutient-il. M. Dupuis explique d’ailleurs que ce remaniement est l’une de ses plus grandes réalisations en tant que directeur général.

Au cours de son mandat, il a également été confronté à un autre défi de taille. Cette fois-ci, ce sont les nombreuses fermetures d’usines dont il est question. «Le domaine forestier est très cyclique. La réalité à ce moment, c’est qu’il y avait trop d’usines dans le même secteur. À travers les années, il y a donc eu des modifications et des consolidations d’usines pendant mon mandat. La Coopérative a quant à elle réussi à garder le cap, contrairement à d’autres coopératives et entrepreneurs forestiers.»

Au fil du temps, la situation s’est résorbée et la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice semble désormais avoir le vent dans les voiles. «En 2016, j’ai quitté avec le sentiment du devoir accompli, puisque la Coopérative était en très bonne santé au niveau financier et ça semble toujours être le cas actuellement», conclut Claude Dupuis.