35e Coop. forestière Haut Saint-Maurice

Un domaine qui a su évoluer avec les années

Depuis maintenant 15 ans, Simon Turcotte agit à titre de directeur des opérations forestières à la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice. Il est notamment responsable de la bonne démarche des opérations de voirie, de récolte et de transport de 450 000 m3 dans la magnifique région de la Mauricie.

Alors que la Coopérative forestière fête ses 35 ans d’existence cette année, Simon Turcotte dresse un bilan plus que positif de son évolution. En effet, la Coopérative est un pilier incontournable dans l’industrie de la forêt du Haut Saint-Maurice. Elle a d’ailleurs toujours su s’adapter aux différents changements, qu’ils soient structurels, administratifs, ou d’exécution que le domaine a pu lui demander.  

Il ne faut toutefois pas passer sous le silence le fait que la Coopérative a pu compter également sur la fiabilité et les efforts soutenus d’excellents travailleurs et d’entrepreneurs chevronnés au cours des 35 dernières années, et ce, qu’ils soient membres ou non. Pour Simon Turcotte, c’est d’ailleurs ce qui a fait la force de la Coopérative au fil des ans. «J’ai la chance depuis ses nombreuses années de travailler avec des passionnés du métier qui ont mille et une idées pour développer de nouvelles méthodes et techniques de travail mieux adaptées aux changements du domaine», soutient-il. 

Simon Turcotte

Un domaine en constant changement

Nouvelles pratiques, nouvelles mentalités, nouveau contexte de travail… c’est le cas de le dire, en 35 ans, le domaine forestier a subi d’innombrables changements. Parmi ceux-ci, mentionnons simplement la venue des C.A.A.F., la mécanisation des travaux, le nouveau régime forestier et la crise forestière. Tous des changements que la Coopérative forestière a su relever avec brio. 

Le tout sans oublier que la Coopérative a grandement évolué au niveau opérationnel. On n’a qu’à penser à l’abatage qui est passé de la récolte de façon conventionnelle à la récolte par une mini abatteuse à tête folle, à l’abatteuse groupeuse,  pour finalement voir apparaître il y a quatre ans, l’abatteuse multifonctionnelle. Les débusqueuses, quant à elles, ont aussi évolué, passant des petits modèles de 230 au Tiger CAT 635, à celles en tandem qui sont essentiellement indispensables aujourd’hui. Finalement, au niveau de la voirie forestière, les excavatrices ont pris une expansion surmultipliée de grosseur et de force pour aujourd’hui construire des chemins de différentes classes, le tout sur des terrains toujours de plus en plus difficiles, où personne ne pensait un jour aller récolter. 

Les chargeuses de bois en longueur n’ont pas passé leur tour pour autant. Aujourd’hui, les opérateurs jouissent d’un confort et d’une vision qui n’a rien à voir avec la chargeuse à bois qui était montée sur un camion 10 roues, alors que l’opérateur devait monter et descendre de son équipement à peu près 30 fois par jour. Les camions de bois en longueur ont également évolué énormément au niveau du confort et de la force des moteurs pour faire face à toutes les éventualités.  

Puis, la géomatique est venue améliorer la localisation et la géoréférence des équipements. «Il est également important de souligner les efforts de tout un chacun afin de conserver la certification environnementale au niveau des opérations, puisqu’elle a elle aussi fait des pas de géant dans l’industrie forestière.»  En 2019, voilà que la Coopérative est rendue à l’ère de la foresterie 4.0. Ce faisant, d’importants changements et facilitants vont sans aucun doute apparaître éventuellement.

Pour le directeur des opérations forestières à la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice, c’est désormais le travail de tous de capter les différentes opportunités que ces changements vont engendrer à la Coopérative. «Je souhaite remercier l’important travail de tout un chacun pour cette belle continuité remplie de nouveautés, d’opportunités et de changements pour notre Coopérative», conclut Simon Turcotte.