Dans la rangée du bas, on retrouve Pierre Moras, conseiller municipal, Céline Thibodeau, Sylvain Mailhot, Josée Magny et Steve Brunelle et sur la structure, Virginie Labbé et Yoland Guimond

L'été de Bécancour

Gentilly sous les étoiles

On le sait tous, le cinéaste originaire du secteur Gentilly, Denis Villeneuve, fait la fierté des citoyens de l’endroit depuis de nombreuses années. Son talent qui ne passe pas inaperçu à l’international fascine en effet tout autant le monde entier que les gens de sa communauté natale.

Alors que la population a l’habitude d’organiser des événements lors de chaque nomination aux Oscars de ce cinéaste prodige, voilà que deux soirées lui seront réservées les 24 et 25 août prochain, mais sous une forme quelque peu différente du concept original. «Chaque fois que Denis Villeneuve est en nomination aux Oscars, on organise une activité en lien avec la diffusion publique de cette soirée, car c’est une fierté pour nous tous. Mais cette année, le comité organisateur s’est dit : pourquoi ne pas organiser une autre activité en lien avec Denis Villeneuve, mais à l’extérieur et en plein été? On a donc décidé de présenter deux soirées de film en plein air», mentionne l’un des membres du comité organisateur de l’activité «Gentilly sous les étoiles», Steve Brunelle.

Souvenirs d’enfance

Rendu possible grâce à la participation de la Ville de Bécancour et de Loisirs Gentilly, «Gentilly sous les étoiles» est donc un concept qui rappelle les soirées tant appréciées d’autrefois au ciné-parc. Les 24 et 25 août, ce sera toutefois deux soirées de diffusion de films en plein air qui seront présentées à Gentilly, à la belle étoile. Jeunes et moins jeunes sont donc invités à venir prendre part à cet événement spécial, qui mettra en vedette deux cinéastes de la région, beau temps, mauvais temps. 

Au programme: le film La Grenouille et la Baleine de Jean-Claude Lord sera en vedette le vendredi 24 août. Le samedi 25 août, ce sera le film Arrival de Denis Villeneuve qui sera à l’affiche. 

«L’idée derrière ce projet était de présenter une projection gratuite et en plein air pour réunir les familles de Gentilly et des alentours. Mais d’abord et avant tout, on souhaitait rendre accessible  à un public plus large le cinéma fait par des gens d’ici», souligne Steve Brunelle. 

Chaque soirée débutera donc par un pique-nique familial dès 18 h, avant d’entamer la présentation des films une fois la nuit tombée. 

Avec une telle programmation, du pop-corn à profusion et la fierté d’une communauté, il sera difficile de ne pas replonger dans ses souvenirs d’enfance et même d’en créer de nouveaux pour les plus jeunes. Une chose est toutefois certaine, Bécancour n’a pas terminé de supporter Denis Villeneuve dans ces projets futurs.

Bécancour en fleurs!

Vous avez le pouce vert ? Votre aménagement paysager fait tourner les têtes? Inscrivez-vous à l’édition 2018 du concours Bécancour en fleurs!

Ce concours, organisé par le comité de bénévoles «Embellissement Bécancour», se décline en deux volets cette année. Dans le volet aménagement paysager, on compte deux catégories : balcon fleuri et aménagement paysager. Un des critères d’évaluation de ces catégories est l’effet visuel d’ensemble. L’appréciation globale de l’aménagement, le degré de difficulté ainsi que l’état général du terrain seront pris en compte. La santé et l’entretien des végétaux ainsi que la cohérence de l’aménagement seront aussi évalués.

Dans le volet aménagement comestible, on retrouve les catégories bac et aménagement comestibles. L’harmonie des matériaux inertes entre l’aménagement et le bâtiment principal (choix des couleurs, type de matériaux, installation adéquate, etc.) ainsi que les efforts en matière d’environnement écologique et durable (récupération d’eau des gouttières, nichoirs, utilisation de paillis naturel, etc.) seront les critères d’évaluation pour ces catégories.

Pour participer à ce concours, il faut s’inscrire obligatoirement avant le 16 juillet sur la page Facebook/Embellibecancour à l’aide de photos de votre aménagement. Les participants (citoyens, commerces, industries ou institutions) doivent résider ou être situés sur le territoire de la Ville de Bécancour.

Embellir et fleurir : un sentiment de fierté collective à Bécancour 

L’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

Les ressources humaines: un rôle clé au sein des organisations

Le marché du travail est en mouvance: des organisations peinent à recruter des candidats, d’autres sont à rattraper le virage numérique. Au cœur de cette métamorphose, le rôle du gestionnaire ou conseiller en ressources humaines est plus que jamais primordial, martèle l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

À l’occasion de son Salon Solutions RH, qui se déroulera les 8 et 9 octobre prochains, l’Ordre souhaite amener le monde du travail à se questionner sur les enjeux actuels et futurs. Dans le cadre de cet événement qui sera présenté pour la première fois à Québec, près de 150 exposants proposeront des solutions aux entreprises et une vingtaine de conférences gratuites seront présentées. «S’il y a un domaine qui s’est transformé ces dernières années, et qui se modifiera encore dans le futur, c’est bien la gestion des ressources humaines et c’est pourquoi les entreprises doivent s’adapter», soutient la directrice générale de l’Ordre, Manon Poirier, CRHA.

La capacité de s’adapter
Afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre et le déséquilibre démographique qui, selon les différentes études, pourraient perdurer jusqu’en 2026, les orga­ni­sations de toutes les sphères et de toutes les tailles doivent revoir, ou du moins, adapter leurs pratiques. «Il faut travailler en amont et à la planification d’outils et de solutions plutôt que d’être dans la réaction, comme c’est le cas actuellement au sein de plusieurs entreprises », recommande-t-elle. « Les PME devraient également s’adjoindre les services d’un CRHA, et ce, même si ce n’est que sous forme de rencontres occasionnelles.»

Dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre, il est essentiel de se pencher sur des stratégies sus­ceptibles de mobiliser davantage les travailleurs, mais ces questions suscitent de nombreuses réflexions.  C’est pourquoi tant les professionnels en ressources humaines, les gestionnaires de tous horizons que les dirigeants de PME ou de grandes organisations sont invités à participer et à assister au Salon Solutions RH. 

Développer la marque employeur
L’un de ces concepts est celui de la marque employeur. Pour attirer un candidat ou engager un em­ployé à long terme, les entreprises doivent miser sur leur «marque employeur», c’est-à-dire appliquer des techniques de gestion de marque à la gestion des ressources humaines, afin de recruter de nouveaux candidats ou de retenir de bons employés. 

Oubliez les stratégies de recru­tement conventionnelles : le recrutement est un processus de séduction. «Mais il doit être toujours cohérent avec vos valeurs organisationnelles et vos pratiques en entreprise», prévient la directrice générale de l’Ordre. 

Soutenir et valoriser
Tout comme ses membres, l’Ordre constate qu’une pression énorme est exercée sur les CRHA afin de combler les postes vacants. Or, c’est bien de recruter, mais il faut aussi augmenter ou normaliser le taux de rétention, insiste l’Ordre. C’est pourquoi il est nécessaire de veiller au bien-être des travailleurs: soutenir les gestionnaires et l’ensemble du personnel; valoriser l’engagement, la fidélité et les compé­tences, en plus d’être proactif en matière de sécurité et de santé au travail. Parce qu’un employé qui rayonne dans son champ de compétences fera à son tour rayonner l’entreprise.  

VOUS VOULEZ Y ALLER ?
Quoi :  Salon Solutions RH
Quand :  8 et 9 octobre
Où :  Centre des congrès de Québec
Infos :  
salonsolutionsrh.org

La santé buccodentaire (Centre dentaire Karine Bastien)

Sensibilité dentinaire: un mal fréquent à ne pas prendre à la légère

Quel plaisir de boire un café ou un thé bien chaud, ou encore, manger une bonne crème glacée pour se rafraîchir! Mais lorsque la douleur aux dents se met de la partie, c’est évidemment beaucoup moins agréable. Si tel est votre cas, vous souffrez probablement de sensibilité dentinaire. Cette condition souvent prise à la légère peut toutefois être traitée et parfois même éliminée. Il suffit d’en glisser un mot à son dentiste dès que les symptômes apparaissent.

En quoi consiste cette condition?

La sensibilité dentinaire, aussi connue sous le nom d’hypersensibilité dentinaire se définit  par des épisodes douloureux aux dents qui peuvent être brefs ou aigus et qui se manifestent lorsqu’une personne consomme des boissons et aliments chauds, froids et parfois même sucrés ou acides. Cette condition qui prend son origine dans une zone de la dent appelée dentine apparaît ainsi lorsque celle-ci est mise à nue. La majorité des patients qui sont affectés par cette condition sont âgés entre 20 et 50 ans.

Différentes causes à l’origine

Lorsqu’on parle d’hypersensibilité, c’est le froid qui est habituellement le facteur majeur de son déclenchement. Pour d’autres patients, ils sont pour leur part plus sensibles aux produits sucrés ou acides par exemple, puisque ces derniers provoquent un processus chimique qui a tendance à déminéraliser la structure dentaire. Toutefois, d’autres causes moins connues peuvent également être à l’origine de ce mal comme la gingivite et la parodontite qui peut notamment entraîner une récession de la gencive et exposer la racine de la dent. Un brossage excessif et le fait de grincer des dents sont également de ce nombre. 

Branché Collège Marie-de-l'Incarnation

Plus de 322 ans d’histoire: fort de ses racines… et de sa modernité

Après plus de 322 ans à faire évoluer des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire, c’est un vent d’innovation qui continue de souffler sur le Collège Marie-de-l’Incarnation (CMI).

Modernité : place à la science et à la technologie

Trouver des solutions innovantes permettant de mieux s’adapter à la réalité des élèves d’aujourd’hui pour former le citoyen de demain. Une vision toute simple qui pousse la direction du CMI à toujours voir plus grand en offrant des services éducatifs de grande qualité, soutenus par des stratégies pédagogiques modernes et à l’avant-garde. Pour ce faire, le CMI offre depuis peu une nouvelle salle de robotique, un studio dédié au cinéma, ainsi que l’ajout d’un programme de plein air. À cela se greffent des cours d’art culinaire, d’entrepreneuriat et d’ateliers cinématographiques.

Chasse et pourvoiries

La saison de la chasse arrive à grands pas!

Qu’on le veuille ou non, les longues journées chaudes et ensoleillées de l’été commencent peu à peu à faire place au temps plus froid, ce qui annonce inévitablement le début prochain de la saison de chasse. En effet, les chasseurs et chasseuses sont fins prêts à se rendre dans les forêts du Québec pour pratiquer leur sport favori.

Toutefois, avant de s’y rendre, certaines informations sur les territoires de chasse, les nouvelles règles en vigueur, ainsi que le matériel requis pour augmenter ses chances sont de mises. 

Consultez la version intégrale du cahier Chasse et pourvoiries 2019

AQPP

Pharmacien : un rôle accru qui donne des résultats

L’objectif d’offrir aux Québécois un système de soins de santé à la hauteur de leurs besoins est d’une indiscutable évidence. Les élus en font leur ultime priorité, multipliant les mesures, programmes, études et autres analyses. Ils y injectent des sommes gargantuesques, animés par l’espoir de trouver un jour une réponse à cette insoluble énigme.

Personne ne doute de la qualité des soins prodigués par les professionnels de la santé québécois. Un des clichés les plus coriaces s’exprime en ces mots: «Une fois admis dans le système, ça va. C’est d’y entrer le pire».

Un lieu commun qui, comme la plupart, se vérifie.

Pharmacien: un pivot dans les soins de première ligne

L’accès aux soins de santé demeure sans contredit le principal cheval de bataille. Dans cette optique, l’adoption du projet de loi 41 et le dépôt du projet de loi 31, qui permettent aux pharmaciens de poser des actes cliniques, d’évaluer, de traiter et de prescrire des médicaments sans passer par un médecin, s’avèrent un pas dans la bonne direction.

Selon Jean Thiffault, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), l’effet est particulièrement fort dans les régions du Québec. «Même si les besoins de la première ligne de soins sont grands partout au Québec, ils sont encore plus criants en région. Par ailleurs, le vieillissement de la population et l’avènement de traitements très spécialisés et dispendieux pour répondre à des problèmes de santé de plus en plus complexes sont des réalités auxquelles le système est confronté.» 

Accessibilité et proximité

Les pharmaciens sont reconnus par les Québécois comme étant les professionnels de la santé les plus accessibles. Leur proximité et les services cliniques qu’ils offrent sont des plus appréciés. Selon Jean Thiffault, le pharmacien devient le professionnel de la santé de proximité pour beaucoup de gens en région. «Souvent, il est le seul disponible à des kilomètres à la ronde», ajoute le directeur général de l’AQPP, Jean Bourcier.

Selon une étude indépendante réalisée conjointement par des chercheurs du CIRANO, du CRCHUM et de HEC Montréal, l’effet positif des consultations de santé effectuées chaque année par les pharmaciens communautaires est sans équivoque.

Plus des trois quarts (77%) des patients consultés affirment que les conseils santé donnés par leur pharmacien ont évité l’utilisation d’au moins une autre ressource du système de santé. Le quart (26%) des répondants a pu éviter de s’absenter du travail grâce aux conseils reçus.

À 93%, le taux de satisfaction exprimé par les répondants frise la perfection. «La contribution des pharmaciens engendre des économies au système de santé», affirme M. Thiffault. Et comment! L’étude permet à l’AQPP d’estimer que les conseils prodigués par les pharmaciens propriétaires représentent au Québec une valeur d’au moins 500 millions de dollars par année pour le système de santé.

La force du nombre

La logique est purement mathématique. Deux mille points de services répartis partout sur le territoire québécois favorisent l’accessibilité à près de sept mille professionnels compétents et disponibles. Par le simple poids du nombre, le constat de l’accessibilité est sans appel, surtout en région.

Nul besoin de rappeler les défis actuels: plus que jamais, il est nécessaire de miser sur les compétences de conseiller en matière de santé des pharmaciens.

Mais des obstacles demeurent. «Quand on fait appel aux services cliniques d’un pharmacien, on doit payer une franchise et une coassurance, selon le même principe que pour les médicaments, alors que ces mêmes services sont offerts gratuitement ailleurs dans le réseau», explique le président de l’AQPP. «Souvent, les gens n’ont pas les moyens de payer ces frais, alors ils vont à l’urgence.»

Les frais de franchise et de coassurance, une taxe-patient, freinent l’accès aux services cliniques des pharmaciens. Selon Jean Thiffault, les conséquences sont inquiétantes: «Non seulement les coûts des mêmes services rendus ailleurs dans le système de santé sont plus élevés, mais les risques d’aggravation de l’état de santé liés à l’attente pour accéder à d’autres professionnels sont réels. C’est un problème majeur.» Le vice-président et directeur général de l’AQPP va encore plus loin: «La franchise et la coassurance sont une taxe déguisée. Le pharmacien devient un percepteur du gouvernement puisque l’argent ainsi perçu lui est retourné», affirme Jean Bourcier. «Ça va à l’encontre de l’objectif d’améliorer l’efficacité de la première ligne de soins», ajoute-t-il.

Malgré l’évolution du rôle qu’ils sont appelés à jouer, les pharmaciens n’ont pas toutes les ressources nécessaires pour répondre aux besoins qui ne cessent de croître. En effet, le gouvernement n’a pas encore investi pour que l’expertise reconnue des pharmaciens contribue pleinement à l’objectif commun d’améliorer l’accessibilité au système de santé.

Le fardeau administratif des pharmaciens ne doit pas s’alourdir. «Les formulaires à remplir, l’envoi de documents, la gestion des questions des patients au sujet de la franchise et de la coassurance ajoutent au fardeau», affirme M. Bourcier. «Le temps imparti à l’administration devrait plutôt être accordé aux patients.»

Impact sur l’économie des régions

Il ne faut pas négliger l’impact des pharmacies sur l’économie du Québec, notamment hors des grands centres.  Selon Jean Bourcier: «Les pharmacies génèrent 44000 emplois dans toutes les régions du Québec. Collectivement, ils sont le plus important employeur privé au Québec.»

Les pharmaciens invitent le gouvernement à s’inspirer d’autres administrations qui ont saisi depuis longtemps l’impact de leur contribution aux soins de première ligne. «Quand on se compare avec d’autres pays, on accuse un retard», dit Jean Thiffault. «En Angleterre, on a même fait des campagnes publicitaires pour faire comprendre aux gens où aller pour leurs soins de santé. Une meilleure efficacité qui s’est transformée en économies importantes», conclue-t-il.

Le message est clair: les pharmaciens peuvent en faire plus si on leur en donne les moyens. L'équation est simple: faire appel au bon professionnel, au bon moment, au bon endroit ne peut qu’engendrer un système de santé plus performant au bénéfice des patients.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE RÔLE DES PHARMACIENS

Classique internationale de canots

À vos pagaies, prêts, partez!

Plus de 320 athlètes s’apprêtent à prendre d’assaut la rivière Saint-Maurice du 30 août au 2 septembre prochain dans le cadre de la 86e édition de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Chaque année, l’équipe de la Classique célèbre la majestueuse rivière qui traverse la belle région de la Mauricie et la 86e édition n’y fera pas exception. D’ailleurs, l’organisation s’est surpassée cette année et propose une programmation des plus festives! Au programme, plus de spectacles, plus d’activités et plus d’exposants. 

Canotiers et spectateurs, à vos pagaies, prêts, partez!

Consultez la version intégrale du cahier

Bordeaux fête le vin à Québec

Bordeaux fête le vin à Québec plus festif que jamais

Bordeaux fête le vin à Québec prendra vraiment des airs de fête pour la cinquième présentation de l’événement, qui se tient du 22 au 25 août. C’est une programmation totalement repensée, comprenant plusieurs nouveautés, que vous réserve cette année le rendez-vous biennal des amateurs de vin.

La principale nouveauté est sans doute le fait que Bordeaux fête le vin à Québec quitte l’Espace 400e pour s’installer à l’Agora du Port de Québec. Lors d’un récent point de presse, le maire Régis Labeaume a motivé le déménagement par les possibilités créatives qu’offre ce site enchanteur en bordure du fleuve. «L’Agora du Port de Québec nous permet une meilleure ambiance afin d’aller à la rencontre d’une clientèle encore plus vaste. En bref, on s’éloigne du salon de vin traditionnel et on se rapproche d’une grande fête accessible à tous.»

Plaisirs et découvertes

Le choix de Stéphane Bellavance comme co-porte-parole s’inscrit dans cette nouvelle approche grand public adoptée par 3E événement-expérience-émotion, qui assure la réalisation et la gestion de l’événement. «Comme bien des gens, j’aime boire du vin de temps à autres. Toutefois, je n’y connais absolument rien aux cépages et aux accords mets-vins», indique le comédien et animateur. «Je pense qu’ils ont fait appel à moi, car je peux me mettre dans la peau des gens qui n’ont pas de connaissances particulières. Bordeaux fête le vin sera pour moi aussi une occasion de faire des découvertes.»

La journaliste spécialisée en vin Karine Duplessis-Piché, qui est également co-porte-parole de l’événement, avoue que la réputation des vins de Bordeaux peut être intimidante, mais assure qu’il s’agit d’une région festive qui est somme toute assez simple. «Bordeaux, c’est le plaisir de se réunir autour d’une bonne bouteille de vin», indique-t-elle. «Je pense entre autres aux crémants, ces mousseux bordelais qu’on connaît assez peu au Québec. Pour la première fois cette année, Bordeaux fête le vin à Québec présentera des accords mets-vins grâce aux stations gourmandes dans chaque tente.»

«Au-delà des dégustations, on y va surtout pour rencontrer les producteurs, qui ont tant d’histoires à raconter, ajoute Karine Duplessis-Piché. Il y a aussi des conférences avec Kler-Yann Bouteiller, Jean Aubry et Pier-Alexis Soulière, meilleur sommelier des Amériques en 2018.»  

La Rentrée

C’est parti pour la rentrée 2019!

Signe que l’été a passé encore une fois à une vitesse folle cette année, c’est la rentrée scolaire qui lui vole la vedette ces jours-ci.

À travers les achats scolaires et la préparation du retour en classe, ce cahier spécial vous donne des trucs et conseils, ainsi que des idées de loisirs et d'activités qui vous aideront vous et votre enfant à passer à travers cette autre année scolaire en toute simplicité. 

Bonne rentrée!

Consultez la version intégrale du cahier spécial la Rentrée.

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Culture Trois-Rivières

L’an un de la campagne estivale Un été Culture Trois-Rivières se conclura officiellement dans quelques semaines. Toutefois, cette promesse d’un rendez-vous pour tous vous réserve encore de belles surprises d’ici là! Expositions, spectacles et activités continueront d’alimenter le milieu culturel, et ce, aux quatre coins de la ville. Nous vous invitons à consulter notre site UNÉTÉCULTUR3R.com afin de découvrir l’ensemble de notre programmation.

Ma voisine dérange

Le samedi 31 août à 18 h, Boréalis présente l’activité Ma voisine dérange. À l’occasion de cette conférence inusitée, les participants sont invités à découvrir la vie de six Mauriciennes atypiques qui, en leur temps, ont suscité maintes réactions et controverses. Pères et mères, frères et sœurs, conjoints et enfants, hommes d’Église et hommes de loi ont tous été frappés d’étonnement devant leurs pratiques inhabituelles. Unique en son genre, cette présentation est accompagnée d’une visite de l’exposition Femmes de papier. Le tout est animé par la conférencière Michèle Gélinas qui est enseignante et historienne. Le coût de cette activité est de 10 $ plus taxes personne et elle s’adresse à un public de 18 ans et plus.

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Culture Trois-Rivières

Notre campagne estivale Un été Culture Trois-Rivières bat présentement son plein, et ce, aux quatre coins de la ville ! Vous avez sans doute remarqué la présence de notre toute nouvelle brigade estivale dans certaines de nos activités. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à aller à leur rencontre lorsque vous croiserez les membres qui la composent. Au menu, jeux animés et prix de participation ! Toujours à l’avant-garde de ce qui se fait dans le milieu culturel, nous vous proposons également une expérience ultra-personnalisée grâce à un quiz présent sur notre site UNÉTÉCULTUR3R.COM qui cible vos intérêts. Il s’agit d’une belle façon de laisser aller votre curiosité et de combler vos journées de congé cet été !

Parcours urbains 

Vue parallèle

Ce parcours vous fera découvrir l’arrondissement historique de Trois-Rivières d’une toute autre façon. Accompagné d’un audioguide et d’une visionneuse, vous partirez à la découverte des bâtiments anciens, disparus ou transformés par le temps.  Vous aurez donc l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire de la ville!

Cahier GP3R

GP3R: Place à une 50e édition mouvementée!

Il fallait s’y attendre, les organisateurs du Grand Prix de Trois-Rivières n’allaient certainement pas rester les bras croisés et proposer une programmation monotone pour le 50e anniversaire de l’événement.

Alors que les célébrations du cinquantenaire du Grand Prix de Trois-Rivières se dérouleront les 2, 3, 4, 9, 10 et 11 août prochain, pour deux week-ends chargés d’action, la 50e édition du GP3R promet d’être mouvementée et riche en rebondissements, alors que pas moins de douze séries différentes se disputeront les honneurs.

Pour tout savoir sur la 50e édition, consultez le cahier complet.

Branché Ville Trois-Rivières

Agrile du frêne: l’importance de passer à l’action rapidement

Insecte ravageur méconnu en Amérique du Nord il y a de cela quelques années, l’agrile du frêne y a toutefois fait son apparition en 1998. Depuis, on estime à 100 millions le nombre de frênes qui sont morts au cours des dix dernières années en raison de sa propagation. La Ville de Trois-Rivières n’y fait pas exception. Sa présence a d’ailleurs été détectée pour la première fois en mars 2018, causant d’importants dommages économiques et écologiques. En mode prévention, la Ville rappelle à tous ses citoyens l’importance de passer à l’action afin de freiner ce ravageur nuisible.

Des traitements possibles

À Trois-Rivières, les chiffres sont éloquents : on retrouve plus de 3 300 frênes privés, ainsi que 1 950 frênes publics. Puisque tous les citoyens sont visés par cette problématique, il est donc essentiel de traiter les frênes le plus rapidement possible. Pour ce faire, la Ville de Trois-Rivières recommande de procéder à un traitement préventif du 15 juin au  31 août par le biais du pesticide TreeAzinMD, et ce, avant que les symptômes apparaissent pour les frênes ayant un diamètre égal ou supérieur à 20 cm et si l’arbre présente moins de 30 % de dépérissement. Cet insecticide qui est injecté grâce à des capsules à ressort permet ainsi de ralentir sa progression et d’en réduire ses ravages.

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Woodstock

Culture Trois-Rivières présente des productions estivales colorées et festives depuis plusieurs années et c’est avec beaucoup de fébrilité qu’elle accueillera en exclusivité estivale American Story 2 : les années Woodstock, puisque la production marquera son point de départ à Trois-Rivières. Le spectacle sera présenté à la salle J.-Antonio-Thompson à compter du 1er août jusqu’au 31 août 2019, et ce, pour 15 représentations les jeudis, vendredis et samedis. À l’instar des champs de Woodstock, le centre-ville de Trois-Rivières s’animera durant le mois d’août!

Trois jours de paix, d’amour et de musique

En 1969, un festival de musique allait marquer l’histoire américaine : Woodstock. Les trois jours de paix, d’amour et de musique promis par les promoteurs s’apprêtaient à devenir l’emblème de la culture hippie des années 1960, alors que le festival fut envahi par 400 000 festivaliers pacifiques. American story 2 : les années Woodstock retrace les moments phares du rassemblement qui a transformé le visage du rock’n roll.  Avec quelques incursions dans les éditions 1994 et 1999 de l’évènement, le spectacle dépeint non seulement l’histoire d’un festival, mais aussi celui d’une génération musicale.

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Culture Trois-Rivières

Toujours dans le but de faire autrement et de continuer d’innover, Culture Trois-Rivières a récemment lancé sa toute nouvelle campagne estivale Un été Culture Trois-Rivières. Encore une fois à l’avant-garde de ce qui se fait dans le milieu culturel, nous vous proposons une expérience ultra-personnalisée grâce à un quiz présent sur notre site UNETECULTUR3R.COM qui cible vos intérêts. Cela laisse donc place à la curiosité et à la découverte! De plus, vous remarquerez peut-être une autre nouveauté cet été alors que nous avons mis sur pied une brigade estivale. Présente dans plusieurs de nos activités, nous vous invitons à aller à sa rencontre. Au menu, jeux animés et prix de participation!

Fin de semaine festive : nos racines québécoises

Les samedi et dimanche 27 et 28 juillet prochain, le Manoir Boucher de Niverville vous convie sur son magnifique site pour une fin de semaine qui s’annonce des plus festives! Dans le jardin, de nombreuses surprises vous attendent, notamment la présence de danseurs folkloriques québécois, des musiciens traditionnels, des jeux extérieurs, un exercice de tir de la milice coloniale et plus encore! Les portes du Manoir vous seront également grandes ouvertes. Vous pourrez y découvrir l’histoire de ce joyau du patrimoine trifluvien en plus d’admirer, entre autres, certains objets du temps de la Nouvelle-France, tout en découvrant le fonctionnement d’un rouet. Un conte autour du feu se tiendra le samedi soir à compter de 20 h 30. Ne manquez pas cette fin de semaine aux couleurs de nos racines!

Le potager de la Maison Rocheleau

Jusqu’au 2 septembre prochain, Culture Trois-Rivières vous invite à venir découvrir le potager de la Maison Rocheleau. Situé dans la cour de ce bâtiment ancestral, le potager vous permettra d’en apprendre plus sur le mode de vie des habitants, leurs connaissances ainsi que leur savoir-faire. Les récoltes sont accessibles à tous, venez les découvrir gratuitement tous les jours de 10 h à 17 h.

Marque Employeur Menthes Rito

Un retour en force sur le marché de l’emploi

À peine 10 mois après le violent incendie qui a ravagé son usine, Menthes Rito reprend sa production dans une toute nouvelle bâtisse située sur la rue Dessureault, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Les bonbons de Menthes Rito sont si populaires et leur retour si attendu que l’entreprise est présentement en mode recrutement et compte sur sa communauté pour rejoindre ses rangs.

Banque Laurentienne

Une approche 100 % Conseil à la Banque Laurentienne

Selon les résultats d’un sondage Léger, bien que 98% des Québécois considèrent leur santé financière importante, seulement un sur deux dispose d’un plan financier récent. Les données révèlent par ailleurs que moins de 50% d’entre eux consultent un professionnel pour les aider à prendre des décisions liées à leurs finances personnelles.

«Les Québécois se préoccupent de leur situation financière, mais trop peu d’entre eux passent à l’action en faisant appel à un expert en santé financière pour les appuyer et bien les conseiller. Peu importe la valeur de leur patrimoine, ils pourraient bénéficier de conseils financiers offerts par un professionnel», insiste Diane Pilote, Première vice-présidente, Services aux particuliers (Québec) à la Banque Laurentienne.

Toujours selon le coup de sonde mené par Léger, ceux qui font appel à l’expertise d’un conseiller dans une institution financière ne s’y trompent pas, alors que 87% indiquent que le professionnel qui les a accompagnés a contribué à améliorer leur situation. Ceux-ci font également bon usage de cet accompagnement, car 58% le font pour recevoir des conseils en matière de finances personnelles.

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Culture Trois-Rivières

Dans le cadre de ses efforts continus pour faire autrement et innover, Culture Trois-Rivières a récemment lancé sa toute nouvelle campagne estivale Un été Culture Trois-Rivières. Cette initiative a pour objectif de créer un liant entre les différents éléments de son offre culturelle et d’ainsi formuler la promesse d’un rendez-vous pour tous. Dans un souci de demeurer à l’avant-garde de ce qui se fait dans notre milieu, nous proposons à nos clients de visiter le site UNÉTÉCULTUR3R.COM et de participer à un jeu-questionnaire qui ciblera leurs champs d’intérêt et leur offrira une expérience ultra-personnalisée. Voilà qui laisse place à la curiosité et la découverte!

Conférence sur la danse traditionnelle et la gigue au Québec

Samedi le 13 juillet prochain, le Manoir Boucher de Niverville accueillera une conférence sur la danse traditionnelle et la gigue au Québec. Pierre Charland y présentera un survol historique et géographique des différents types de danses traditionnelles québécoises et de celles qui se sont particulièrement pratiquées à Montréal. Celui-ci traitera également des origines de la gigue et des différents styles, et en fera même la démonstration à la fin de la conférence. L’activité débutera à 14 h et comme les places sont limitées, nous vous prions d’effectuer votre réservation en téléphonant au 819 372-4531. Le coût est de 5 $ plus taxes.

Agir pour la mémoire : un brin de jasette

L’initiative Agir pour la mémoire de Culture Trois-Rivières a pour mission de recueillir les témoignages de la population trifluvienne et d’en conserver les souvenirs. Vous aussi êtes invités à agir pour la mémoire en partageant vos souvenirs de jeunesse à propos des paroisses Sainte-Famille, Saint-Lazare et Sainte-Marie-Madeleine. Dans le cadre de cette activité d’une durée de 1 h 30, vous aurez également l’occasion de visiter l’exposition et de prendre part à un cercle de discussion. Il s’agit d’un rassemblement convivial et gratuit ayant pour but de nous remémorer les belles années de ce secteur. Le tout se déroulera le 14 juillet prochain à la Maison Rocheleau. 

Branché — Totalement Culture 3R

Un été Culture Trois-Rivières

Toujours dans le but de faire autrement et de continuer d’innover, Culture Trois-Rivières a récemment lancé sa toute nouvelle campagne estivale Un été Culture Trois-Rivières. Encore une fois à l’avant-garde de ce qui se fait dans notre milieu, nous vous proposons une expérience ultra-personnalisée grâce à un quiz présent sur notre site UNÉTÉCULTUR3R.COM qui cible vos intérêts laissant ainsi place à la curiosité et à la découverte!

Vous remarquerez peut-être une nouveauté cet été alors que nous avons mis sur pied une brigade estivale. Les membres la composant seront présents dans plusieurs de nos activités, et ce, aux quatre coins de la ville. Nous vous invitons à aller à leur rencontre. Au menu, jeux animés et prix de participation!

Animation historique au Manoir Boucher de Niverville

Constituant un élément majeur du patrimoine trifluvien, le Manoir Boucher de Niverville sera le théâtre d’activités hors du commun cet été. En effet, il sera possible de découvrir gratuitement l’entraînement de la milice des Trois-Rivières, qui est la première milice coloniale du Régime français et qui fut instituée en 1652 à Trois-Rivières par Pierre Boucher. L’activité se déroulera les vendredis, samedis et dimanches du 22 juin au 4 août. Pour connaître les dates et les heures exactes, consultez notre site UNÉTÉCULTUR3R.COM. Venez assister à leur préparation et à une démonstration de tir au mousquet, et ce, aux abords d’un monument patrimonial! 

Le campement militaire historique de La Garde du Lys débarque pour sa part dans le jardin du Manoir le 22 juin de 11h à 17h. Combat à l’épée et ateliers d’escrime sont au programme! Venez rencontrer ces maîtres d’armes qui sauront vous en mettre plein la vue.

Des expositions pour  tous les goûts

Pour sa 11e édition, la Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières présentera le travail de 53 artistes estampiers. Plus de 250 œuvres seront exposées à l’Ancienne Gare ferroviaire, au Centre d’exposition Raymond-Lasnier, à la Galerie d’art du Parc et au Musée Pierre-Boucher. L’évènement se tiendra du mardi au dimanche, et ce, jusqu’au 8 septembre. 

Également, présenté dans le cadre des expositions parallèles de la Biennale, le Centre culturel Pauline-Julien présente le projet Marmelade. Cette exposition s’appuie sur la volonté de formaliser la façon dont le peuple colombien représente métaphoriquement la corruption. Par sa pratique, Paolo Almario dévoile de manière poétique et figurée  la complexité destructive d’une structure politique d’ailleurs (Colombie) pour inviter à la réflexion sur celle du territoire où l’exposition est présentée. 

Cahier Sorties culturelles

Des sorties culturelles stimulantes pour l’été

Musées, cinéma, activités, festivals, expositions de tout genre… ce ne sont en effet pas les sorties culturelles qui manqueront en Mauricie, au Centre-du-Québec, de même que partout à travers la province pour la période estivale.

En famille ou entre amis, partez à la rencontre de gens passionnés qui vous impressionneront par leurs talents et leur savoir-faire. Ils vous feront rire, danser, bouger, vous enchanteront et vous feront goûter à ce que la région a de meilleur à vous proposer… bref ils contribueront à faire de votre été une saison unique et magique!

Pour être au fait de tout ce que le Québec a à vous offrir dans le domaine culturel cet été, ce dossier spécial «Sorties culturelles 2019» est le document par excellence pour vous guider.

Bon été… mais surtout, bonnes découvertes culturelles!

Consultez le cahier intégral

La voie maritime du Saint-Laurent

Relever des défis actuels

La Voie maritime célèbre ses 60 ans, mais elle présente encore aujourd’hui des caractéristiques qui pourront servir à relever différents défis actuels en matière de transport.

Alors que l’un des principaux pôles de production de gaz à effet de serre (GES) au Québec demeure les transports, les navires présentent quant à eux un meilleur bilan carbone que celui du train et du camion, avec respectivement près de 12 grammes de CO2 pour une tonne métrique par kilomètre, contre 14 grammes et près de 76 tonnes métriques. 

De plus, les récentes avancées technologiques, comme la double coque pour le transport du pétrole et les systèmes d’information très précis sur la position des navires et le tirant d’eau, ont permis de renforcer la sécurité des navires.

«Le transport maritime aide aussi à réduire la congestion sur nos routes alors que c’est particulièrement achalandé entre Québec, Montréal, Windsor et Toronto, et que les camions causent du dommage à nos routes et à nos ponts», indique Terence Bowles, président-directeur général de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent. 

Il est convaincu que la Voie maritime pourrait prendre le relais pour plusieurs de ces cargaisons. 

«Nous avons investi beaucoup dans les dernières années pour moderniser les opérations, notamment avec le système d’amarrage mains libres, et on pourrait doubler la quantité de trafic qui passe dans nos écluses. Bien sûr, il faudrait qu’il y ait des ajustements dans les ports, mais on voit des investissements, notamment à Québec, à Trois-Rivières et à Valleyfield pour manutentionner plus de cargaisons.»

Pas moins de 52 pays dans le monde ont déjà reçu des cargaisons qui sont passées par la Voie maritime. 

«C’est une artère extrêmement importante avec autour huit États et deux provinces qui, s’ils formaient un pays, représenteraient la troisième plus grande économie mondiale, affirme Terence Bowles. C’est un marché majeur à desservir.»

La voie maritime du Saint-Laurent

Des partenaires diversifiés

Très achalandée, la Voie maritime renferme un microcosme. Toutes sortes d’entreprises et de travailleurs y brassent de grosses affaires. Tour d’horizon.

Société des traversiers du Québec

Opérant 13 traverses et dessertes maritimes entre Sorel-Tracy et Blanc-Sablon en passant par Québec, la Société des traversiers du Québec (STQ) est un acteur méconnu, mais incontournable dans le paysage québécois. Au-delà des 5,2 millions de gens, des 2,1 millions de véhicules et des dizaines de milliers de tonnes de marchandises qu’elle transporte vers les régions éloignées du Québec annuellement, la STQ joue un rôle crucial pour plusieurs communautés isolées ou enclavées de notre immense territoire.

Plus de 650 personnes s’emploient quotidiennement à remplir cette mission d’un bout à l’autre de la province, 24 heures par jour, tous les jours de la semaine. Leur travail permet à la STQ de réaliser plus de 115 000 traversées annuellement, contribuant du même coup à la vitalité économique et sociale de plusieurs régions et rythmant la vie de nombreuses communautés.

La prochaine décennie sera remplie de défis : plus de 425 millions de dollars seront investis au cours des 10 prochaines années par la STQ pour bonifier son réseau et répondre encore mieux aux besoins de l’ensemble des Québécois. La somme est considérable, mais la compétence et la passion des employés seront encore plus importantes pour la réalisation des nombreux projets qui découleront des investissements.

« Les prochaines années seront excitantes à la STQ, mentionne Alexandre Lavoie, porte-parole de la STQ. Nos employés, basés aux quatre coins du Québec, mettront leur compétence à profit pour relever des défis passionnants. Nous aurons également besoin de plusieurs nouveaux matelots, mécaniciens et autres employés pour nous aider à réaliser nos objectifs. » Des postes seront affichés en ce sens sur le site traversiers.com

La voie maritime du Saint-Laurent

Un réseau d’écluses de grande envergure

Le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent est la plus longue autoroute maritime intérieure en eau profonde au monde. Ce réseau comprend quatre canaux courts qui comptent 15 écluses pour relier les Grands Lacs à l’océan Atlantique:
  • Canal de la Rive Sud: relie le port de Montréal et le lac -Saint-Louis. Compte deux écluses (Saint-Lambert et Côte-Sainte-Catherine). 
  • Canal de Beauharnois: relie le lac Saint-Louis au lac -Saint-François. Compte deux écluses. 
  • Canal Wiley-Dondero: relie les deux écluses américaines (Snell et Eisenhower) pour atteindre le lac Saint-Laurent. 
  • Écluse d’Iroquois: sert à contrôler le niveau d’eau.
  • Canal Welland: relie le lac Ontario au lac Érié. Compte huit écluses. 

La voie maritime du Saint-Laurent

Trois éléments à savoir sur le métier de débardeur

À Montréal, environ 2000 navires passent par le port chaque année. Les débardeurs, employés de l’Association des employeurs maritimes, qui regroupe aussi ceux des ports de Trois-Rivières, d’Hamilton et de Toronto, brassent de grosses affaires. Voici trois éléments surprenants sur le métier de débardeur.

1. Formés à l’interne

L’Association des employeurs maritimes forme ses employés à son Centre de formation portuaire de Montréal. 

«On ne retrouve pas notre machinerie, comme les grues-portiques et les chariots élévateurs pour le travail sur terminal, ailleurs que dans les ports », explique Guillaume Couture, directeur des effectifs et déploiement à l’Association des employeurs maritimes. 

Les employés sont d’abord embauchés comme journaliers, et peuvent ensuite acquérir des compétences et gravir les échelons. 

2. Des besoins 24-7

Seulement à Montréal, l’Association des employeurs maritimes a environ 1400 employés et il y a des besoins à combler. 

«Il y a une augmentation des volumes transités en 2018, on cherche alors plus d’employés, affirme M. Couture. C’est du travail 24 heures sur 24, 365 jours par année, mais les conditions salariales sont très bonnes.»

3. Technologie 

Avant, la gestion de la marchandise sur les terminaux était faite à l’aide de papier et de crayon mais, maintenant, tout est automatisé. 

«Cela nous permet de faire un meilleur suivi, indique M. Couture, de manipuler le moins possible la marchandise, de mieux gérer l’espace, d’être par conséquent plus efficace.»

La voie maritime du Saint-Laurent

La Voie maritime fête ses 60 ans!

Cette année marque les 60 ans de la mise en service de La Voie maritime du Saint-Laurent. Quinze ans de travaux majeurs et de prouesses techniques ont permis d’offrir cette porte d’accès au cœur de l’Amérique du Nord. Les relations économiques entre les États-Unis et le Canada allaient s’intensifier avec cette infrastructure majeure. La Voie maritime, considérée comme «la plus longue autoroute maritime intérieure en eau profonde au monde», a été inaugurée le 26 juin 1959 par la reine Elisabeth II et le président des États-Unis, Dwight Eisenhower. Le Groupe Capitales Médias fait le point.

Une artère commerciale toujours aussi névralgique

Plus de 200 millions de tonnes de produits passent chaque année par le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent qui s’étend sur 3700 kilomètres, de l’océan Atlantique jusqu’aux Grands Lacs. Si on a tendance à tenir pour acquise cette importante artère commerciale 60 ans après son ouverture, elle a néanmoins nécessité de grands efforts de collaboration pour que le rêve devienne réalité. Elle a dû constamment se moderniser afin que le commerce continue de croître. 

«Nous gérons la Voie maritime avec les États-Unis et cela nécessite beaucoup d’échanges, au jour le jour, pour les opérations et sur le long terme concernant la direction à prendre, mais la relation est excellente», raconte Terence Bowles, président-directeur général de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent. 

Bien avant que les États-Unis et le Canada deviennent des nations, les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent servaient de voie commerciale. Or, les petits canaux avaient leurs limites et, dès 1895, le Canada et les États-Unis ont commencé à examiner la faisabilité d’une voie maritime en eau profonde. Les pressions commerciales croissantes ont redonné de l’intérêt au projet en 1949, puis les travaux ont commencé en 1954. 

Quatre ponts de la région de Montréal ont été modifiés, on a creusé de nouveaux chenaux et on a dragué ceux déjà existants. Les États-Unis, qui ont deux écluses, ont investi près de 134 millions $ dans le projet, alors que le Canada, qui a 13 écluses, plus de 336 millions $. 

«C’était vraiment les grands travaux de l’époque, affirme Terence Bowles. Si les 13 écluses canadiennes étaient construites aujourd’hui, on parlerait de travaux de 15 à 20 milliards de dollars.»

Le brise-glace D’Iberville a amorcé la première traversée complète de la Voie maritime du Saint-Laurent le 25 avril 1959 et elle a été inaugurée par la reine Élizabeth II et le président américain Eisenhower le 26 juin de la même année. Pour cette première saison de navigation, plus de
25 millions de tonnes sont passées par la Voie maritime. 

Grands prix de la relève d’affaires du RJCCQ

La diversité à l’honneur pour le 27e Gala

Le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) a souligné ce vendredi 14 juin l’excellence des jeunes gens d’affaires et entrepreneurs de la province lors du 27e Gala Les Grands Prix de la Relève d’Affaires.

Présenté par la Banque Nationale, le gala s’est déroulé sous la présidence de M. Patrick Lemelin, vice-président Agriculture et Agroalimentaire à la Banque Nationale et a remis 14 prix, en plus de réunit plus des convives venus des quatre coins de la province, de Havre-Saint-Pierre à Gatineau en passant par le Saguenay et Terrebonne.

«Au vue de la qualité des finalistes, le futur du Québec est entre de bonnes mains. Il est important de reconnaitre l’apport considérable des jeunes gens d’affaires à notre économie et à leur offrir le soutien, l’accompagnement et la visibilité, essentiels à leur éclosion et au déploiement de leur plein potentiel, et ce au travers de la province», a ajouté M. Maximilien Roy, président-directeur général du RJCCQ.

Plusieurs dignitaires et personnalités influentes du monde des affaires étaient présents pour l’occasion. Parmi ces derniers, Mme Danièle Henkel, présidente et fondatrice des Entreprises Danièle Henkel inc., Mme Isabelle Dessureault, mentor international et membre d'Anges Québec et M. Younes Boukala, Conseiller – District J.-Émery-Provost, Arrondissement Lachine. La soirée a été animée de mains de maître par Mme Meriem Idrissi Kaitouni, conseillère principale en affaires publiques et corporatives chez Edelman Montréal.

Les 14 lauréats ont été honorés pour leur leadership, leurs réalisations, leur esprit d’innovation et leur parcours sans faille.

Découvrez Les lauréats du Gala Les Grands Prix de la Relève d’Affaires 2019:

VITRINE

Concours L’Écho des origines

Participer en famille à l’excursion scientifique la plus amusante qui soit! Vous pourriez gagner l'un des quatre laissez-passer valides pour deux adultes et deux enfants pour assister à l'activité L'Écho des origines présentée par le Centre de la Biodiversité.

Rendez-vous sur notre page concours pour participer. 

Bonne chance!

Telus

Du bénévolat qui fait du bien au cœur

La salle paraissait sombre, froide et vide; l’inquiétude était à son comble. Annick Thibault attendait patiemment. Quelques heures plus tôt, elle avait embrassé sa fille avec l’arrière-pensée que ceci pouvait peut-être être la dernière fois. Même si les statistiques étaient positives quant à la triple-opération à cœur ouvert que subissait présentement sa fille, cette pensée négative ne cessait de gruger ce qui lui restait d’énergie. C’est à ce moment qu’une bénévole de la Fondation En Cœur passa lui porter une couverture, lui apportant du même coup un peu de réconfort.

L’histoire se termine bien. La petite Ariane, après avoir passé huit heures sur la table d’opération, déborde aujourd’hui d’énergie. Après cette quatrième intervention médicale, elle peut enfin grandir et s’épanouir comme tous les autres enfants de trois ans. Comme sa maman, Ariane est née avec une malformation cardiaque. 

Donner au suivant

«Je vais toujours garder un souvenir positif des bénévoles et du soutien que l’on nous donne comme parents avec un enfant hospitalisé. En Cœur est présent dans notre quotidien depuis la naissance de ma fille qui fut opérée à six jours de vie. Leur aide, autant financière que morale, est inestimable. Comme maman, j’avais aussi envie de m’engager pour la cause et de donner au suivant», souligne Annick.

Depuis 2017, Annick, qui occupe aussi un poste à temps plein comme analyste chez TELUS, participe à l’organisation de l’événement Courir 6H en Cœur. Celui-ci a permis l’an dernier d’amasser un montant de plus de 45 000$ à Rimouski grâce à une course ou une marche de six heures. Annick souligne que cette durée n’a pas été choisie au hasard: «Elle correspond au temps moyen d’une chirurgie à cœur ouvert chez un enfant pendant laquelle son petit cœur doit être arrêté pour être réparé.»

«On associe souvent les maladies cardiaques aux adultes, mais plusieurs enfants en souffrent, et ils sont parfois dépistés avant même la naissance. Un enfant sur 100 naît avec une malformation au cœur nécessitant un suivi médical », ajoute-t-elle. 

La passion d’Annick est contagieuse et plusieurs de ses collègues à TELUS lui prêtent main-forte dans son bénévolat, dont sa complice Mélissa Bérubé: «L’engagement communautaire d’Annick est plus qu’inspirante! Elle le fait pour la Fondation En Cœur, mais elle n’hésite pas à embarquer dans d’autres causes. Je trouve plus qu’admirable qu’une maman de deux enfants redonne autant et sans compter.»

Branché les Défis du Parc

La course des Défis du Parc vue par la Société Laurentide

Une cyclosportive, un triathlon, de la marche et un parcours de course à pied… ce ne sont pas les défis sportifs qui manquent aux Défis du Parc! Cette année, pour la 13e édition, les adeptes de course auront d’ailleurs le bonheur de découvrir un nouveau site exceptionnel pour la tenue du volet course à pied des Défis du Parc. Une grande première pour l’organisation et le parc national de la Mauricie. Fière ambassadrice du programme en entreprise des Défis du Parc, la Société Laurentide prendra part à ce défi en compagnie d’une cinquantaine de ses employés. Pour ces derniers, cette course c’est…

Une occasion unique de courir en forêt

Vous n’êtes pas un adepte de vélo ou de triathlon? Les Défis du Parc ont la solution pour vous avec une course de 8 km en sentier qui longe le Lac-Édouard. Accessible pour les coureurs de tous les niveaux, cette course qui se déroulera le 8 septembre est ainsi l’occasion unique de courir en forêt à travers un parcours bucolique. Le tout sans oublier les nombreux avantages qu’offre cette course : cadeau souvenir, ravitaillements, navettes, accueil festif, photo souvenir, repas chaud à l’arrivée, ainsi qu’une bonne bière de la microbrasserie du Trou du Diable ou du Broadway. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer ce défi et découvrir les beautés de la nature du parc national de la Mauricie?

Une dynamique d’entreprise sans pareil

Depuis quelques années déjà, la Société Laurentide accorde une grande importance à la santé de ses employés. Pour ce faire, l’organisation qui participe au programme en entreprise des Défis du Parc s’est donné comme mission il y a deux ans de rassembler le plus d’employés possible afin de participer à ce défi, en plus de leur fournir un plan d’entraînement pour se préparer à cette course. Selon la directrice des ressources humaines chez Laurentide, Sylvie Lefort, au fil des entraînements, c’est un véritable esprit de rassemblement et de camaraderie qui se dégage au sein de l’entreprise. Pour les employés, c’est ainsi l’occasion toute désignée de se rassembler dans un cadre différent du travail, et qui sait, de tisser de nouveaux liens entre eux

La santé buccodentaire (Centre dentaire Karine Bastien)

Traitements orthodontiques: pour un sourire en santé et à votre image

Si l’apparence de vos dents vous déplaît, cela peut vous causer des inconforts et des insécurités qui mènent souvent à un manque de confiance. Mais saviez-vous que la position de vos dents peut avoir des effets qui ne sont pas seulement esthétiques? En effet, celle-ci peut avoir une incidence sur l’occlusion, c’est-à-dire l’articulation des dents du haut avec celles du bas. À long terme, vos dents peuvent en devenir moins fonctionnelles. Heureusement, un traitement orthodontique peut corriger l’alignement de vos dents, tout en améliorant votre sourire.

Une solution efficace pour la malocclusion

L’orthodontie est un domaine de la dentisterie qui se spécialise dans le diagnostic, la prévention et le traitement des anomalies dento-faciales. Le terme technique pour décrire ces problèmes est «malocclusion». 

La malocclusion peut rendre certains mouvements difficiles, comme la mastication d’aliments. Une malocclusion peut également entraîner une tension musculaire provoquant des douleurs. De plus, ce problème peut amener des conséquences beaucoup plus graves, telles que l’augmentation de la possibilité de caries et les maladies de gencives. Il existe différents types de malocclusion dentaire. Nous retrouvons, entre autres, le surplomb vertical, la béance dentaire et l’occlusion fermée. 

Il n’y a pas d’âge pour améliorer un sourire

Beaucoup de gens sont convaincus que les traitements orthodontiques sont réservés qu’aux enfants et adolescents. Cette croyance est erronée, puisque la position de vos dents peut être modifiée à n’importe quel âge. D’ailleurs, de plus en plus d’adultes ont recours à ces traitements pour améliorer l’apparence et la santé de leur sourire.  Selon la problématique observée, un grand choix de traitements est accessible. Voici quelques-uns des types de traitement qui peuvent vous être recommandés : les appareils orthodontiques fixes, l’ancrage extra-buccal, les appareils amovibles, les appareils de rétention, ainsi que la chirurgie buccale.

Un appareil fixe, communément appelé broches, permet d’avoir une très grande précision et d’obtenir de beaux résultats. Les appareils fixes actuels sont pour leur part plus petits et moins visibles qu’ils ne l’étaient autrefois. En plus des appareils fixes traditionnels en métal, il existe maintenant des appareils fixes en céramique de la couleur des dents, qui sont moins visibles. 


Branché Les Défis du Parc

Le triathlon des Défis du Parc vu par la Rose Martine de Montigny

Fondé il y a huit ans en marge des Défis du Parc, afin d’inciter davantage de femmes à prendre part à cet événement sportif d’envergure, le mouvement Les Roses ne cesse d’attirer de nouvelles adeptes. En effet, ce sont près de 1 000 femmes à travers le Québec qui ont intégré l’activité physique dans leur vie au fil des ans grâce à ce mouvement. Parmi elles, Martine de Montigny s’apprête à participer à la deuxième édition du triathlon des Défis du Parc au sein des Roses. Désormais fière ambassadrice de ce mouvement, pour Martine de Montigny, le triathlon des Défis du Parc c’est…

Un événement sportif unique

C’est bien connu, les Défis du Parc sont reconnus pour leur cyclosportive. Mais saviez-vous que c’est également l’endroit par excellence pour prendre part à un triathlon dans le décor enchanteur du parc national de la Mauricie? Cet événement sportif, c’est d’ailleurs celui que s’apprête à vivre la Rose Martine de Montigny. La mère de famille est d’ailleurs d’avis que le triathlon est une expérience à vivre une fois dans sa vie. Pourquoi? Demandez-lui et elle vous répondra qu’il faut le vivre pour toutes les petites attentions qui font plaisir, pour l’organisation qui pense à tout, pour l’encadrement sans pareil et pour le décor majestueux… toutes des petites choses qui, selon elle, poussent les participants à se dépasser et à relever de nouveaux défis.

Vivre un moment privilégié en famille

Vivre un événement unique, une expérience de groupe et s’accomplir sont évidemment de très bonnes raisons pour participer au triathlon des Défis du Parc. Mais au-delà de toutes ces raisons, Martine de Montigny l’avoue, pour elle, participer à ce défi d’envergure représente d’abord et avant tout un moment privilégié qu’elle peut partager avec son fils Victor. En effet, son fils participe également au triathlon des Défis du Parc. En plus de s’entraîner avec lui tout au long de l’année, la mère de famille soutient que les Défis du Parc ne seraient pas ce qu’ils sont si elle ne pouvait franchir la ligne d’arrivée avec son fils.

Une expérience de groupe extraordinaire

Lorsqu’on demande à Martine de Montigny ce que le triathlon des Défis du Parc représente pour elle, elle est catégorique : il s’agit d’une expérience de groupe extraordinaire à vivre une fois dans sa vie. Bien plus qu’un simple défi personnel, les Roses, c’est un mouvement sportif où un fort sentiment d’appartenance se développe entre les femmes du groupe. Pratiques, entraînements de groupe, tout y est pour permettre de vivre la force de l’équipe. Cette famille tissée serrée qui lui fait vivre des moments magiques tout au long de l’année, Martine de Montigny soutient qu’elle ne l’échangerait pour rien au monde, puisque c’est avec elle qu’elle vivra ses plus beaux moments en septembre prochain.