Gouvernement du Québec

Lac Saint-Pierre: la revitalisation, une priorité!  

La Vitrine
Contenu commandité
Lieu emblématique pour les sportifs et les amoureux de la nature, le majestueux lac Saint-Pierre (LSP) a été désigné réserve mondiale de la biosphère par l’Unesco en 2000 en raison de sa riche biodiversité. Toutefois, au courant des dernières années, la santé de l’écosystème s’est détériorée, obligeant le gouvernement du Québec à mettre en place une stratégie de revitalisation.

Un lac d'importance

Avec ses 288 espèces d’oiseaux, 79 espèces de poissons, de nombreux amphibiens , reptiles et espèces floristiques, il ne fait aucun doute que le lac Saint-Pierre est un lac d’envergure et un incontournable dans la région. Il compte également la plus grande concentration de marais et de marécages du Saint-Laurent. De ce fait, le lac est considéré comme une zone humide d’importance internationale par la convention de Ramsar depuis 1998. Le tout sans oublier que le bassin versant du lac touche 654 municipalités, 58 municipalités régionales de comté (MRC) et 11 régions administratives. Ce sont d’ailleurs près de 6,1 millions de Québécois qui habitent un territoire drainé par cet important plan d’eau, ce qui représente environ 75 % de la population de la province.

Agir maintenant

L’état de santé du lac s’est toutefois détérioré de manière préoccupante au cours des dernières décennies. L’activité humaine dans sa plaine inondable et son bassin versant n’est pas étrangère à ce contexte difficile. La mauvaise qualité de l’eau de plusieurs rivières qui se déversent dans le lac ainsi que la perte d’habitats de qualité dans différents secteurs ont non seulement de nombreuses répercussions sur la vie aquatique, mais également sur les activités économiques qu’elle soutient. La situation est devenue critique pour certaines espèces, dont la perchaude, pour laquelle un moratoire sur la pêche sportive et commerciale a été instauré en 2012 et prolongé jusqu’en 2022. Ce moratoire a eu des conséquences économiques sur l’industrie de la pêche sportive hivernale et de la pêche commerciale. Plusieurs actions de restauration des habitats de la plaine inondable et de la qualité de l’eau ont été déployées au cours des dernières années. Cependant, malgré tous les efforts réalisés, beaucoup de travail reste encore à faire.

Une stratégie en deux volets

C’est pourquoi le gouvernement du Québec poursuit sa Stratégie d’intervention pour l’avenir du lac Saint-Pierre (Stratégie), dont la mission est de restaurer la qualité de son écosystème et soutenir le retour d’une pêche durable. Le défi est de taille et demandera vraisemblablement du temps et beaucoup d’efforts. En 2017, une enveloppe budgétaire de 14M$ sur cinq ans a été octroyée dans le cadre de la Stratégie. Avec cette somme, le gouvernement du Québec soutient les initiatives volontaires de conservation et de restauration des sites ou des milieux naturels via le Programme pour la conservation du lac Saint-Pierre géré par la Fondation de la faune du Québec.

L’objectif de ce programme est d’améliorer la qualité de l’eau et la biodiversité en favorisant le rétablissement des fonctions écologiques de la zone littorale du lac. Cette enveloppe permet aussi le financement du Pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du littoral du lac Saint-Pierre, qui a pour mandat de proposer une stratégie d’intervention dans la zone littorale favorisant l’instauration d’une agriculture durable, adaptée et respectueuse de l’écosystème du lac, et soutenant la restauration de milieux prioritaires. Grâce à l’implication des acteurs du milieu et aux mesures mises en place par le gouvernement du Québec, il est permis d’espérer le rétablissement de cet écosystème exceptionnel.