Contenu commandité

La vie à 50+

Les aînés choisissent le numérique

Le 1er octobre dernier, l’enquête NETendances 2018 du CEFRIO, Vieillir à l’ère numérique, a été dévoilée au cours de la Journée internationale des aînés. Pour certains d’entre eux, il s’agit d’une évidence : ils doivent se mettre à jour. Et pour d’autres, il s’agit déjà d’une habitude de vie.

Le numérique au quotidien

Les technologies font déjà partie du mode de vie de plusieurs personnes de 65 ans et plus : tablette, connexion Internet, téléphone intelligent, etc. L’enquête du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO) a rapporté qu’en 2018, ce sont plus de 80 % des aînés qui possèdent une connexion Internet à domicile. Cet engouement peut être favorisé non seulement par l’ouverture de ces derniers face à la technologie, mais aussi par le fait qu’une connexion Internet est incluse dans la plupart des loyers des résidences pour personnes âgées. Il arrive également que des ordinateurs soient mis à la disposition des résidents dans les aires communes.

Un défi particulier

D’autres personnes âgées aimeraient bien apprendre à se familiariser avec les médias numériques, alors qu’elles observent ce phénomène relativement nouveau. Heureusement, des cours d’introduction à la technologie moderne sont accessibles, soit dans les résidences pour personnes âgées ou dans les centres de loisirs pour les aînés qui vivent encore dans leur propre résidence.

Un optimisme évident

Que les aînés participent ou non à la propagation du numérique au Québec, leur optimisme pour les nouvelles technologies est indéniable. L’étude du CEFRIO a relevé que 58 % des gens questionnés trouvent que la montée du numérique peut aider à briser l’isolement social. On se rappellera que ce problème est causé entres autres par le manque de communication avec la famille et les amis. Ainsi, se munir d’une connexion Internet et savoir en tirer profit peut permettre aux aînés de rester en contact avec des proches.

La technologie au service de la santé

Au total, 22 % des personnes âgées de 65 ans et plus utilisent présentement des outils permettant de suivre leur poids, leur degré d’activité physique, leur tension artérielle ou leur routine de sommeil. Ce nombre augmentera certainement dans les prochaines années puisque l’enquête a relevé un pourcentage impressionnant de 55 % des aînés qui se disent enclins à utiliser un outil similaire dans le but de rester autonomes le plus longtemps possible. Parmi ces accessoires pratiques, on compte :

  • Un détecteur de chutes sous forme de bracelet, de collier ou de détecteur de mouvement;
  • Des ampoules intelligentes capables de détecter le mouvement dans l’obscurité;
  • Des prises de courant avertissant lorsqu’un appareil reste branché pendant trop de temps;
  • Un système de voyant lumineux ou de sonnerie pour la prise de médicaments;
  • Un calendrier électrique mural avec ou sans voix relevant les évènements de la journée;
  • Un robot donnant des conseils sur les tâches quotidiennes.

Bref, le numérique est davantage présent qu’il y a quelques années. Il faut toutefois savoir l’adapter afin que les personnes âgées en fassent une utilisation bénéfique.

Source: Vivre en résidence

La vie à 50+

Suivre ou ne pas suivre... le nouveau Guide alimentaire

Si le nouveau Guide alimentaire canadien a suscité bien des commentaires positifs, il a aussi généré son lot d’inquiétudes de la part de nutritionnistes qui le trouvent mal adapté aux aînés. Faisons le point avec Louise Lambert-Lagacé.

Nutritionniste clinicienne et personnalité médiatique depuis 44 ans, Mme Lambert-Lagacé a bien des réserves concernant le nouveau Guide alimentaire qui, rappelons-le, a fait voler en éclats les notions de portions recommandées et de groupes alimentaires.

«J’applaudis qu’on mette l’accent sur l’importance de cuisiner davantage, d’utiliser des ingrédients de qualité, de limiter les produits hypertransformés et d’éviter les substituts de sucre. Mais le nouveau Guide comporte bien des lacunes, dont celle de ne pas tenir compte du fait que les besoins en protéines des personnes âgées sont plus élevés que ceux des adultes», déplore la coauteure du livre Au menu des 65 ans et plus (Éditions de l’Homme).

Les protéines: pour la masse musculaire

Elle souligne que la préoccupation première avec la clientèle âgée est de freiner la perte de la masse et de la force musculaires, qui nuit à la qualité de vie et à l’autonomie. Or, les protéines d’origine animale semblent avoir un effet supérieur aux protéines d’origine végétale au niveau de la masse musculaire des personnes âgées. De plus, dans un contexte de perte d’appétit, il lui semble peu réaliste de demander aux aînés de prioriser les protéines d’origine végétale, dont il faut consommer de grandes quantités pour équivaloir aux protéines d’origine animale.

«Le Guide est très politiquement correct. On veut sauver la planète en priorisant les protéines d’origine végétale, mais en contrepartie, ça va coûter cher en soins de santé pour les aînés», lance-t-elle.

De surcroît, elle considère que le Guide demande un effort considérable aux aînés en leur suggérant de consommer surtout des protéines d’origine végétale, eux qui ont très peu cuisiné et mangé du tofu et des légumineuses dans leur vie.

Les produits laitiers: pour le calcium

Madame Lambert-Lagacé s’inquiète aussi que les produits laitiers n’aient pas un statut particulier. « J’ai examiné sept guides alimentaires de différents pays et partout, il y a toujours au moins une portion de produits laitiers recommandée quotidiennement. Et pour cause : aucun groupe alimentaire ne nous donne autant de calcium. Une tasse de brocoli donne 62 mg de calcium comparativement à 325 mg pour un verre de lait. Dans une société vieillissante, où l’ostéoporose est présente et où les fractures de la hanche ne sont pas rares, c’est inquiétant de rendre les produits laitiers optionnels.

Le Guide Lambert-Lagacé

Alors, faut-il reléguer le nouveau Guide aux oubliettes ? Louise Lambert-Lagacé recommande aux aînés d’en retenir le meilleur, notamment la belle part qu’il fait aux fruits et légumes ainsi qu’aux grains entiers.

Pour le reste, elle y va de ces quelques lignes directrices : «Je suggère aux personnes de plus de 50 ans de consommer au moins deux portions de produits laitiers par jour afin de sécuriser leurs besoins en calcium et en vitamine D. À 65 ans, il faut continuer à consommer deux produits laitiers par jour, tout en augmentant sa consommation de protéines de sources variées, à chaque repas, pour éviter la baisse de la masse musculaire. »

Source: FADOQ (Magazine Virage)

La vie à 50+

Résidences privées pour aînés: un choix judicieux pour vous !

«Je suis fatiguée. Je ne sais pas comment ils font pour suivre ce rythme tous les jours!» « Ma journée a été “mégastimulante”. Je ne pensais pas vivre des moments aussi intenses avec des inconnus.»

Florence et Jean-Christophe, deux jeunes qui ont accepté de passer deux jours en résidence pour aînés n’en reviennent pas. Leur séjour leur a fait découvrir ce milieu sous un jour complètement différent. Les deux jeunes étudiants ont participé au documentaire «Deux jeunes chez les aînés» et vous pouvez retrouver leurs témoignages au jeunes-aines.com/experience.

«Pas plate du tout!»

«C’est une expérience qui ouvre les yeux, qui ouvre les horizons et qui fait moins craindre la vieillesse», déclare Florence. La jeune femme ne voyait pas son séjour se dérouler aussi activement. Cours de danse, bingo, casse-tête, séance de cinéma ou encore moments plus intimes autour du piano, les occasions de rencontres ont été nombreuses.

«C’est tout le contraire de ce à quoi je m’attendais!», ajoute Jean-Christophe qui s’est découvert des talents de danseur. Jamais il n’aurait imaginé faire d’aussi nombreuses rencontres et avoir autant l’occasion de partager des histoires de vie si passionnantes.

Être maître de son temps

Si Florence et Jean-Christophe doivent encore patienter plusieurs années avant de s’offrir la vie qu’ils ont découverte brièvement, ce n’est peut-être pas le cas pour vous. Un nouveau chapitre peut s’ouvrir alors que vous profitez d’une retraite bien méritée. Vous avez maintenant le droit de penser à vous et de vous accorder du temps.

La maison est devenue trop grande et vous n’avez plus le goût de pelleter l’hiver? La perspective de tondre le gazon cet été ne vous emballe guère et les tâches ménagères vous pèsent? La vie en résidence pour aînés peut vous libérer de ces tracas et vous permettre d’ajuster votre horaire selon vos envies tout en prenant soin de vous. Il y a sûrement une résidence membre du Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) dans votre communauté qui vous offrira cette judicieuse alternative!

Des services adaptés

Une vaste gamme de services, incluant l’entretien ménager, la buanderie, les services alimentaires, les transports et bien d’autres, y sont généralement proposés. Il ne tient qu’à vous d’en profiter! Les résultats d’un sondage mené en 2017 par la firme Léger auprès de 1200 résidents sont d’ailleurs très clairs : les gens adorent leur milieu de vie! En effet, 94 % d’entre eux sont satisfaits de leur résidence et 91 % la recommanderaient à un ami. La preuve que vivre en résidence rime avec bonheur et épanouissement.

Il est aussi bon de savoir qu’il y a des milieux de vie pour tous les budgets. Dès l’âge de 70 ans, vous êtes admissible au crédit d’impôt pour le maintien à domicile des aînés de Revenu Québec. Bref, la vie en résidence est beaucoup plus accessible que vous ne pourriez le penser. Pour avoir une meilleure idée du coût de la vie en résidence, visitez le jeunes-aines.com/couts

Le RQRA en bref

Organisme à but non lucratif, le RQRA rassemble 757 membres, gestionnaires et propriétaires de résidences pour aînés qui sont à la tête de plus de 90 000 unités locatives, partout au Québec. Tous veillent au bien-être des aînés en leur offrant un lieu sécuritaire où ils se sentent chez eux, où ils reçoivent des services et des soins d’assistance de qualité, et où ils conservent aussi longtemps que possible leur autonomie et le libre choix d’organiser leur vie. 

www.jeunes-aines.com

www.rqra.qc.ca

La vie à 50+

Les cinq principaux avantages de vieillir chez soi

(EN) Si vous approchez du troisième âge ou si vous prenez soin d’un proche âgé, commencez à planifier tôt afin d’être prêt lorsque des soins deviendront nécessaires.

Vieillir chez soi est une option réaliste pour beaucoup d’aînés. Selon un sondage, près de 90 % des aînés désirent vieillir chez eux. Voici quelques raisons pour lesquelles ce choix comporte des avantages pour leur santé globale.

Préservation des habitudes

Vivre à la maison leur permet de préserver leur autonomie plus longtemps, de poursuivre leurs activités quotidiennes et de passer de bons moments avec des membres de leur famille et de leur collectivité.

Soins personnalisés

Il peut être stressant et perturbant pour les aînés de devoir modifier leur quotidien. Ceux qui choisissent de vieillir chez eux n’ont parfois qu’à mettre en place les mesures de soutien nécessaires, comme apporter quelques modifications à leur maison et faire appel à des soins à domicile personnalisés, adaptés à leurs besoins. 

Services de répit pour proches aidants

Les soins à domicile sont généralement fournis par des préposées aux services de soutien à domicile ou des préposées aux bénéficiaires, des soignantes qualifiées, des infirmières, des amis ou des membres de la famille. Il est essentiel que la responsabilité des soins soit partagée afin de prévenir l’épuisement des proches aidants et s’assurer que les aînés ne sont pas seuls lorsque leurs proches doivent s’absenter.

Réduction des risques de maladie

En plus d’améliorer la qualité de vie, les soins à domicile aident souvent les aînés à vivre plus longtemps en éliminant les facteurs de stress liés au vieillissement dans un centre de soins pour personnes âgées. Ils réduisent le risque de contracter des maladies, comme le rhume et la grippe qui se propagent rapidement dans les établissements de soins, en plus de favoriser un rétablissement plus rapide, un environnement familier étant idéal pour soigner le corps et l’esprit.

Soins et services adaptés aux besoins de tous

Grâce aux soins à domicile et aux services de soutien, les aînés peuvent préserver leur autonomie et leur style de vie, et leurs proches peuvent avoir l’esprit tranquille en sachant que les personnes qui leur sont chères sont en sécurité et reçoivent des soins de qualité.

La vie à 50+

Jeux régionaux de la FADOQ: pour le plaisir d'être actif!

Plus de 1500 compétiteurs dans plus d’une vingtaine de disciplines... On peut dire que le défi de la FADOQ de faire bouger davantage leurs membres de 50 ans et plus est atteint haut la main avec leurs Jeux régionaux annuels. En Mauricie, ceux-ci se tiennent dans cinq secteurs et ils sont répartis dans 10 lieux différents.

Les Jeux régionaux FADOQ de la Mauricie offrent  15 disciplines différentes. Il y en a donc pour tous les goûts. De plus, cinq nouvelles disciplines se sont ajoutées en 2019 , soit le billard, les grosses quilles, la course à pieds de 5 km, ainsi que la marche et le vélo de prédiction. Ces deux dernières activités ont un principe simple : il faut tenter de deviner le temps que prendra le parcours de marche et celui de vélo. Tous les membres FADOQ de cette région sont invités à participer à l’une ou l’autre des activités des jeux qui se déroulent jusqu’au 13 juin 2019. 

Encore cette année, la classe récréative et la classe compétitive sont offertes dans chacune des disciplines. Un esprit compétitif règne tout de même, puisque les Jeux visent à déterminer les membres qui représenteront la Mauricie aux Jeux provinciaux, qui se tiendront d’ailleurs à Trois-Rivières en septembre prochain. À la fin des Jeux, le 21 juin 2019, une cérémonie de clôture aura lieu à la Terrasse des Aigles et les participants qui se seront qualifiés pour les Jeux provinciaux seront dévoilés. Cette soirée est d’ailleurs un rendez-vous à ne pas manquer pour les membres ayant pris part à l’une ou plusieurs des activités organisées. 

L’activité physique est la clé du mieux vieillir, et ce, peu importe l’intensité qui y est mise. Les Jeux régionaux de la FADOQ sont la meilleure occasion pour venir bouger, prendre de l’air, fraterniser et se dépasser. C’est 1000 membres FADOQ de la Mauricie qui se prêtent au jeu chaque année. Joignez-vous à eux, il reste encore de nombreuses occasions de venir participer aux Jeux de votre région!

La vie à 50+

Budgets fédéral et provincial: la FADOQ au front

On juge souvent une société à la manière dont elle traite ses aînés. La FADOQ l’a quant à elle bien compris. Ayant comme désir que les aînés soient au cœur des budgets fédéral et provincial, la FADOQ a eu, au cours de la dernière année, de multiples discussions avec les gouvernements, leur faisant entendre ses recommandations destinées à améliorer la qualité de vie des personnes âgées.

Celles-ci portaient, entre autres, sur l’amélioration de la situation des CHSLD, le plus grand soutien des proches aidants, la mise en valeur des travailleurs d’expérience et la bonification du Supplément de revenu garanti. 

Demandes entendues au provincial

Les demandes du Réseau FADOQ ont été bien entendues du côté du gouvernement Legault. En effet,  à la suite des recommandations, le ministre des Finances, Éric Girard, a accordé un investissement de 2,5 milliards sur cinq ans pour rehausser considérablement les soins octroyés aux aînés et leur qualité de vie en général.  De plus, des ressources additionnelles de 1,5 milliard de dollars d’ici cinq ans seront mobilisées pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées.

Du côté des proches aidants, le gouvernement Legault a décidé d’investir 21 millions de dollars d’ici 2020 pour leur donner du répit et améliorer leur qualité de vie. La ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, mettra également du sien dans cette cause en déposant, au cours de la prochaine année, une politique nationale des proches aidants. 

L’une des autres préoccupations de la FADOQ concernait les CHSLD. À la suite du dépôt du budget Girard, le Réseau se dit assez satisfait des investissements qui seront faits pour ces centres d’hébergement pour aînés. En effet, 70 millions seront investis par année pour les établissements, en plus d’un 1 milliard sur cinq ans pour l’ajout de personnel. De nombreux problèmes dans le réseau de la santé pourront être réglés par une augmentation du nombre d’employés. 

La FADOQ salue finalement l’initiative du gouvernement de mettre en place une mesure fiscale qui s’adresse aux travailleurs d’expérience qui désirent rester sur le marché du travail. La présence de ceux-ci sur le marché du travail s’en trouvera valorisée. 

Un rendez-vous manqué au fédéral

En revanche, la FADOQ est un peu moins ravie par le budget Morneau au fédéral. Rappelons qu’elle désirait avant tout augmenter le Supplément de revenu garanti afin que les aînés puissent vivre plus confortablement. Malheureusement, le gouvernement Trudeau n’a pas proposé de solution concernant cette situation. De nombreux prestataires de ce supplément demeureront donc sous le seuil de la pauvreté. 

Les proches aidants restent également sur leur faim. La demande du Réseau de doubler le crédit d’impôt pour aidants naturels ne s’est pas retrouvée dans le budget Morneau. Pourtant, cette mesure fiscale aurait permis de palier en partie leurs pertes de revenus dues à leurs responsabilités. 

Par contre, certains points positifs ressortent tout de même du budget Morneau. L’exemption de gains associée au Supplément de revenu garanti a été rehaussé, tel que la FADOQ l’avait suggéré. Cette exemption favorisera la participation des travailleurs d’expérience au marché de l’emploi. 

Finalement, le gouvernement a également pris en considération les démarches de sensibilisation du Réseau pour protéger les fonds de pension des Canadiens dans les cas de faillites de compagnies. C’est signe que la FADOQ fait bien de s’impliquer et d’entretenir ses relations avec les gouvernements puisqu’elle  peut réellement faire une différence.

La vie à 50+

Réseau FADOQ : l’année des 500 000 membres

Depuis quelques années déjà, lorsqu’on présente le réseau FADOQ, on mentionne qu’il compte près de 500 000 membres. Alors qu’il est maintenant temps de renouveler sa carte de membre 2018-2019, voilà que ce chiffre magique a finalement été atteint le 31 mars dernier. On peut désormais dire que le plus grand organisme d’aînés au Québec et au Canada compte un demi-million de membres... et plus!

Ce chiffre digne d’un gros lot à la loterie peut sembler impressionnant en soi. Mais ce qui est encore plus spectaculaire est la rapide croissance qui se cache derrière ce total aussi élevé. En effet, le nombre de membres n’a rien de moins que doublé en neuf ans, alors que tant d’organismes peinent à maintenir à niveau leur nombre de cartes de membre d’une année à l’autre. 

Aussi frappant soit-il, ce chiffre sort de l’ordinaire et en dit long sur l’intensité du sentiment d’appartenance au sein du Réseau FADOQ. Ce nombre record de membres du côté de la FADOQ a d’ailleurs permis de faire basculer certains enjeux en faveur des aînés.

Parmi ceux-ci, on retrouve notamment une bonification de la Régie des rentes du Québec, la permission d’installer des caméras de surveillance en CHSLD, l’ajout d’un deuxième bain en CHSLD et l’inclusion du statut de proche aidant dans la Loi sur les normes du travail pour ne nommer que ceux-là.

Ce pouvoir d’influence sans précédent reconnu du Réseau FADOQ s’est par ailleurs manifesté par des demandes de rencontres privées, de mémoires, de participations à des commissions parlementaires et bien d’autres. C’est donc dire qu’aux yeux des décideurs politiques, la crédibilité du Réseau FADOQ est telle, que leur opinion est maintenant systématiquement requise au moment de légiférer. 

Ce chiffre magique nous indique qu’il est temps que tout un chacun participe à cet effort collectif en adhérant soi-même à la FADOQ, à moins que ce ne soit déjà fait. La force du nombre fait foi des réalisations! 

Rapidement mais sûrement

2008 - 2009 →   251 000

2009 - 2010 →   256 000

2010 - 2011 →  265 000

2011 - 2012  →  265 000

2012 - 2013  →  275 000

2013 - 2014 →   300 000

2014 - 2015 →   380 000

2015 - 2016  →  445 000

2016 - 2017  →  492 000

2017 - 2018  →  500 000

La vie à 50+

Mot du président

C’est encore un plaisir pour moi de m’adresser à la population de la Mauricie dans ce cahier du Nouvelliste: La vie à 50+. À ma dernière année comme président de la FADOQ-Région Mauricie, je veux vous faire un résumé des cinq dernières années et ce qui s’en vient cette année.

À la première année de mon mandat, nous avons demandé, en collaboration avec le réseau FADOQ, que tous les organismes du Québec, les membres de l’Assemblée nationale ainsi que tous les citoyens signent le contrat social en faveur d’une qualité de vie adéquate pour les aînés. Le bouton argenté en est le symbole.  

Pendant ces cinq dernières années, nous avons amélioré notre offre de services afin de rejoindre le plus de Mauriciens possible. Comme exemples, nous avons créé L’exclusivité Mauricie pour annoncer nos voyages ainsi que les cours offerts. Nous avons instauré pour nos clubs le programme Diverses actions afin d’améliorer leurs installations. Les jeux régionaux continuent toujours à être populaires. Aussi, il ne faut pas oublier nos partenaires (Intact, SSQ, Greiche & Scaff, Voyages Arc-en-ciel, Les Aigles, Groupe Forget, Rôtisseries Fusey, etc.) qui offrent les rabais à nos membres.   Toutes nos actions nous ont permis d’augmenter nos membres de 19 000 à près de 29 000.  

L’année 2019 est une année très occupée. Premièrement, nous soulignons notre cinquantième anniversaire de fondation de la FADOQ-Région Mauricie en mai 2019. Aussi, nous recevrons les jeux provinciaux en septembre 2019. Comme vous voyez, nous aurons besoin de plusieurs bénévoles cette année. J’en profite pour remercier tous les bénévoles qui ont fait ce qu’on est aujourd’hui et qui feront ce qu’on sera plus tard.

Je lance un appel à tous les Mauriciens qui veulent se joindre à notre organisation pour les services que nous rendons à nos aînés. Plusieurs personnes de 50 ans et plus pensent qu’ils sont trop jeunes pour y adhérer. Je pense que toutes les personnes de 50 ans et plus peuvent avoir leur place dans notre organisation et si vous vous sentez jeunes,  tant mieux, car nous en avons besoin de jeunes. Vous pourrez apporter des idées nouvelles et nous aider à améliorer la qualité de vie des aînés pour le bien de tous. Venez faire partie du plus gros mouvement des personnes de 50 ans et plus au Canada avec plus de 525 000 membres, soit le réseau FADOQ.

Au plaisir de vous rencontrer lors de nos activités.

Louis-Marie Thériault

Président

FADOQ-région Mauricie

Lire le cahier complet