Des jeunes nous parlent

Si j'étais ministre...

Cyniques, sceptiques et souvent désillusionnés à l’égard de la politique, les jeunes se sentent néanmoins interpellés par la perspective de façonner un monde à leur image. À la question : si vous étiez ministre de l’Éducation, quelle décision prendriez-vous ou quelle serait votre priorité?, les élèves du Centre d’éducation des adultes Saint-François ont bien voulu répondre, se prêtant au jeu de devenir des décideurs l’espace de quelques minutes…

«Je lui demanderais au secondaire de réintégrer certains cours, par exemple sur les budgets, la couture ou la cuisine, car ce sont des choses dont on a besoin  quotidiennement», a mentionné Jenny Gagnier-Lemire.

Q : En tant que ministre de l’Éducation, où dépenseriez-vous le plus d’argent? 

«Dans les sports, car ça fait bouger les élèves et ça leur changent les idées, mais il n’y a pas assez de périodes d’éducation physique au secondaire. J’ajouterais donc des périodes supplémentaires de sport», a soutenu Yanick Desmarais.


J’aimerais faire mon secondaire 5 au complet pour ensuite devenir chef cuisinier, car je veux faire ce que j’aime dans la vie.
Pierre-Alexandre Thompson

Q : Quelles actions mettriez-vous en place si vous étiez ministre de l’Éducation afin de prévenir le décrochage scolaire?

R : «On pourrait donner un petit montant à chaque élève pour leur montrer à utiliser un budget. Par exemple, on pourrait faire un crédit, où l’on met de l’argent dans un compte. Si un élève termine ses études, on lui remettrait alors le montant, donc ça les encouragerait à rester à l’école», a expliqué Sarah Audet O’Bomsawin. 

R : «Il faudrait rapetisser les classes et en faire plus  ou même rapetisser les écoles pour permettre un meilleur apprentissage dans un petit environnement de travail», a précisé Anne-Shirley Bernaquez.

R : «Je crois aussi qu’on pourrait fournir le matériel scolaire ou offrir le dîner à la cafétéria pour ceux qui ont moins d’argent afin de les encourager à rester à l’école», a-t-elle ajouté. 


J’ai fait une démarche d’orientation récemment et j’ai trouvé un DEP en infographie qui est intéressant pour moi. Je le commence d’ailleurs cette semaine et je suis très fière.
Jenny Gagnier-Lemire

Q : Concernant l’éducation aux adultes, quels éléments devraient être modifiés ou ajoutés dans la formation?

R : «On devrait pouvoir faire plus d’activités même aux adultes, car ça permet d’apprendre à se connaître en dehors de l’école. Il faudrait avoir un minimum d’une activité tous les trois mois pour se dégourdir les jambes», a soutenu Yanick Desmarais.

R : «J’aimerais avoir des cours d’éducation physique environ une fois toutes les deux semaines pour rester en forme et m’aérer le cerveau», a précisé Sarah Audet O’Bomsawin.