Contenu commandité

BRANCHÉ ROY MÉTIVIER ROBERGE

Être travailleur autonome : une situation financière parfois précaire

Considérant le fait que le travailleur autonome n’a pas de compte à rendre à son supérieur ou encore qu’il possède une certaine flexibilité quant à ses horaires de travail, ce statut peut faire bien des envieux. Sachez cependant que cette situation n’engendre pas que des avantages. Mais, quels sont les dangers qui guettent un travailleur autonome au niveau financier?

Unique responsable des profits et des pertes : les travailleurs autonomes se définissent comme des propriétaires d’entreprise individuelle. Plus explicitement, cela signifie que le travailleur autonome et l’entreprise ne représentent qu’une seule entité juridique. Ainsi, le propriétaire est le seul responsable de tout ce qui se passe dans l’entreprise (profit, perte, etc.). Considérant que ce statut de travailleur autonome peut affecter la situation personnelle, dans la mesure où les revenus personnels sont associés à ceux de l’entreprise, la pression peut être de taille pour trouver et fidéliser une clientèle.

Planifié l’impôt à payer et les avantages sociaux : les revenus ou les commissions que le travailleur touche sont soumis, en fin d’année, à l’impôt. Ces montants peuvent être considérables, notamment si les revenus sont élevés. Il doit donc s’assurer de mettre de côté le montant adéquat à chaque paiement reçu d’un client, sans quoi une mauvaise surprise pourrait attendre le travailleur en fin d’année fiscale. Également, du fait que le travailleur autonome ne bénéficie pas des avantages sociaux qu’une entreprise peut offrir (assurance maladie, invalidité, congés pour des imprévus, etc.), il doit continuellement épargner dans le cas où il ne serait plus à même de remplir ses fonctions.

Prévoir pour la retraite : pour un travailleur autonome, le fonds de pension fourni à l’emploi n’existe pas. Un montant doit être prévu dans la comptabilité pour assurer une retraite confortable. Le travailleur doit faire preuve d’une discipline à toute épreuve.

Difficulté à obtenir un prêt : considérant qu’il est parfois difficile pour un travailleur autonome d’avoir une situation financière stable, les institutions bancaires peuvent parfois exprimer leur réticence à leur octroyer des prêts. Les critères d’exigence pour obtenir un financement sont plus sévères pour un travailleur autonome que pour un employé. Ils sont basés sur les revenus en fonction du temps (minimum de 2 ans), la capacité à accumuler des actifs, le comportement de crédit et la situation familiale. Selon la situation, sachez qu’un co-emprunteur peut être exigé. Aussi, pour certains propriétaires d’entreprise individuelle, l’achat d’une maison ou même d’une voiture peut devenir un véritable parcours du combattant.

Consultez l’un de nos conseillers en redressement financier ou nos syndics autorisés en insolvabilité. Ils pourront vous aider à vous
relever avec des solutions adaptées à votre situation.

Branché Roy Métivier Roberge

Retirer son REER pour régler des dettes?

Quand une personne vit des difficultés financières, elle peut parfois être tentée de vouloir éviter la faillite à tout prix et de retirer ses économies placées en REER. Cependant, bien que le REER soit un régime d’épargne, il existe des particularités qui régissent son fonctionnement. Entre autres, il faut savoir que des sommes placées en REER, selon le cas, demeurent insaisissables en cas de faillite.

Dans un article précédent, nous avions brièvement abordé les conséquences de la faillite personnelle sur les REER. Nous vous informions qu’en cas de faillite personnelle, les sommes cotisées dans un REER demeurent insaisissables, à condition que celles-ci aient été effectuées au moins 12 mois avant la date de la faillite. Par exemple, pour une faillite déclarée le 15 juin 2016, toutes les sommes placées dans un compte REER entre le 15 juin 2015 et la date de la faillite sont saisissables. Votre syndic les conservera à votre dossier, comme actifs pour la masse de vos créanciers.

Parmi les désavantages au retrait d’un REER pour payer des dettes, notons l’augmentation du revenu imposable. Non seulement vous devrez payer des retenues à la source lors du retrait de ces sommes, mais vous vous retrouverez également à augmenter votre revenu imposable. Vous pourriez ainsi changer de palier d’imposition et devoir payer plus d’impôts lors de votre prochaine déclaration.

Consulter avant d’agir

Lorsque vous avez fait le tour des options pour rembourser vos dettes et que vous êtes à considérer le retrait de votre REER, consultez l’un de nos conseillers rapidement. La solution qu’il vous proposera permettra de conserver vos économies placées en REER qui sont insaisissables. Ces sommes sont précieuses pour votre avenir.

BRANCHÉ - ROY MÉTIVIER ROBERGE

Endettement chez les aînés : évitez de gâcher vos projets de retraite

C’est un fait, au cours de la dernière décennie, l’endettement chez les aînés n’a cessé de croître. À titre d’exemple, selon Equifax, ces cinq dernières années, l’endettement a augmenté de 28,7% pour les personnes dont l’âge varie entre 56 et 65 ans et de 47,5% pour les 66 ans et plus; la dette moyenne étant approximativement de 16892 $. Voici quelques hypothèses pour expliquer ces chiffres alarmants et quelques stratégies pour éviter, prévenir et anticiper l’endettement chez les aînés.

Les causes de l’endettement chez les aînés

De nombreuses personnes attendent la retraite avec impatience pour pouvoir prendre du bon temps (voyages, loisirs, sorties variées). Cependant, certains facteurs peuvent venir contrecarrer leurs projets et alors conduire à l’endettement. En effet, le montant des prestations de retraite étant inférieur aux salaires touchés lors de l’exercice d’une activité professionnelle, les dettes peuvent rapidement s’accumuler si le mode et les habitudes de vie demeurent similaires.

Cela est d’autant plus vrai si la personne retraitée est toujours tenue de rembourser une hypothèque ou une autre forme de crédit. Il faut également tenir compte de l’inflation et de l’augmentation du coût de la vie. Outre ces facteurs, les problèmes d’ordre familial comme les séparations, les décès ou encore l’apport d’un soutien financier aux enfants peuvent également favoriser l’endettement. Enfin, dernier point, avec l’âge, des soucis de santé et implicitement des coûts relatifs aux examens, aux analyses médicales ou aux séjours à l’hôpital peuvent apparaître, pouvant ainsi avoir un impact sur les finances.

Prévenir l’endettement

Pour éviter l’endettement, il est important d’analyser et de budgéter vos finances en fonction de vos dépenses courantes et des imprévus. Bien des gens éprouvent de la difficulté dans la réalisation de cette démarche. Sachez qu’il est toujours possible de solliciter les services de professionnels comme les conseillers en redressement financier. Vous pouvez également valider votre budget avec notre outil en ligne de planification budgétaire se trouvant sur le site www.rmrsyndics.com/planifiez-votre-budget. Il aborde les points relatifs à votre santé financière incluant vos revenus et vos dettes (hypothèques, cartes de crédit, marges), les dépenses relatives à votre santé, mais aussi les petits plaisirs que vous souhaitez vous permettre.

Considérant les revenus souvent peu élevés des aînés et les nombreux imprévus auxquels ils peuvent faire face, les risques d’endettement sont réels. Il est donc important de prendre les mesures nécessaires pour apprendre à gérer les finances. En situation difficile, n’hésitez pas à consulter l’un de nos conseillers qui pourra vous aider à planifier le redressement de votre situation financière.