Groupe Vincent

95 ans à aller de l’avant

Dans le domaine de l’automobile, seulement trois entreprises québécoises peuvent se vanter d’avoir passé le cap des quatre générations. La famille Vincent, propriétaire du Groupe Vincent, est l’une de celles-ci. Présente et en affaires en Mauricie depuis 95 ans, elle est la preuve vivante que le savoir-faire, la transparence et les valeurs familiales peuvent bien traverser les époques.

Une histoire qui vient de loin

L’histoire invraisemblable des Vincent et de l’automobile, c’est en 1924 qu’elle voit le jour. Alors maître-charretier, Philias, alias « Ti-Pit », troque 22 de ses chevaux pour le cheval-vapeur. Il fait ses premiers pas dans la vente d’autos usagées, avant de devenir dépositaire officiel de Plymouth-Chrysler. Au fil des ans, le succès de Philias est tel qu’il devient le numéro un dans la vente automobile. Une ombre s’ajoute cependant au tableau lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate. Avec toute la détermination qu’on lui connaît, Ti-Pit Vincent survit à cette crise et devient le seul représentant de la compagnie Chrysler sur le territoire. En 1945, à l’âge de 21 ans, son fils Robert joint les rangs de l’entreprise. Son arrivée est synonyme d’expansion pour Vincent Automobile, alors qu’un deuxième garage voit le jour sur la rue Viger, à Shawinigan. En 1966, la décision de construire un garage ultramoderne sur le boulevard des Hêtres pour unir les opérations sous le même toit changera le cours des choses. 

3e et 4e génération : le renouveau au menu

Dès 1972, l’arrivée de la 3e génération marquera l’histoire de Vincent Automobile. Pierre, le fils aîné de Robert, devient président du groupe en 1981 après la mort subite de son père. Au début des années quatre-vingt-dix, il prend une décision importante qui consiste à délaisser la bannière Chrysler pour celle de Honda, avant d’ajouter celle de Mazda. Le début du 21e siècle sera lui aussi signe de renouveau avec l’arrivée en 2001 de Maxime, de la quatrième génération. Maxime encourage son père à développer le marché de Trois-Rivières, en procédant à l’acquisition du Hyundai. C’est à ce moment que l’appellation Groupe Vincent voit le jour. Étienne, le cadet de la famille,  se joint à l’équipe quelques années plus tard. À l’été 2013, le départ précipité de Pierre laisse un grand vide. Malgré son absence, ses fils s’inspirent toujours de l’homme qu’il était et de sa façon d’être en affaires pour continuer l’aventure familiale.