Caroline Dallaire et Germain Labrosse

RE/MAX de Francheville

Caroline Dallaire: fidèle au poste depuis 30 ans

À l’âge de 19 ans, alors qu’elle terminait son stage de fin d’études, Caroline Dallaire décrochait du même coup son premier emploi chez RE/MAX. C’était il y a 30 ans. Aujourd’hui, elle y est toujours et est plus comblée que jamais par son poste de directrice administrative.

« Je suis toujours restée chez RE/ MAX, car j’étais trop bien et il y avait une belle ambiance. Et pour moi, Anne est la meilleure boss, elle m’a toujours épaulée dans mon travail, donc je n’ai jamais songé à quitter pendant toutes ces
années. »

Lorsqu’Anne Beaumier a pris la décision d’acheter la franchise, Caroline est devenue immédiatement son bras droit, et surtout son éternelle complice.

En 30 ans de service, on peut d’ailleurs dire que Caroline Dallaire a tout vu chez RE/MAX de Francheville. De l’évolution rapide de l’entreprise aux changements de technologie, elle était aux premières loges de ce feu roulant. Loin d’être effrayée par l’ampleur de la tâche qui augmentait d’année en année, c’est plutôt la portion défi qui a su la stimuler.

« J’ai été seule en tant qu’adjointe pendant un an, et par la suite, d’autres adjointes ont dû être engagées puisque l’entreprise grossissait à vue d’œil. Tout s’est passé très rapidement et je me souviens qu’Anne me disait que nous cesserions d’embaucher des courtiers après 25, mais la demande était tellement forte qu’on n’a pas eu le choix de continuer. Malgré tout, je peux dire que tout s’est très bien déroulé, puisqu’on a su s’adapter rapidement aux nouvelles situations.»

Mais ne devient pas adjointe qui veut, puisqu’il faut s’adapter aux différentes personnalités de chacun et les connaître comme le fond de sa poche, afin de les guider dans leur rôle de courtier. Pour Caroline, c’est à plus de 90 courtiers qu’elle doit  s’adapter pour effectuer son travail au quotidien. Sa facilité d’adaptation, c’est d’ailleurs ce qui lui a permis d’exercer son métier pendant autant d’années. 

Alors que cette année anniversaire est également synonyme de bilan, c’est avec le sentiment du devoir accompli que Caroline Dallaire regarde tout le chemin parcouru par l’équipe de RE/MAX de Francheville en 30 ans.

« Ce dont je suis le plus fière en 30 ans, c’est d’abord et avant tout de voir à quel point notre bureau a grossi au fil des années. Ça me donne d’ailleurs un petit velours de constater que nous avons toujours eu le vent dans les voiles et que ça se poursuit encore après tout ce temps. C’est très satisfaisant pour l’équipe, mais également pour moi », conclut-elle.

Germain Labrosse: un courtier d’expérience dévoué à RE/MAX de Francheville

Dans une entreprise, quelle qu’elle soit, les années d’expérience des gens qui la composent sont un atout majeur qu’il ne faut pas négliger. Germain Labrosse est un courtier chevronné qui cumule plus de 40 ans d’expérience dans le domaine. En effet, qui de mieux placé pour connaître toutes les petites subtilités du monde immobilier du bout de ses doigts chez RE/MAX de Francheville?

Déjà à l’emploi de RE/MAX depuis 10 ans à l’époque, Germain Labrosse n’a en effet pas hésité une seconde à joindre les rangs de RE/MAX de Francheville en 1989.

« Quand Anne a acheté la franchise en 1989, elle m’a demandé si j’aillais me joindre à elle et j’ai été l’un des premiers à lui dire oui. Dans les débuts de RE/MAX de Francheville, on était seulement sept personnes et petit à petit, on s’est mis à grossir, et on a dû déménager à trois reprises pour répondre à la demande grandissante. Tout s’est passé assez rapidement, mais tous ont su s’adapter à ces nouvelles réalités », se souvient-il.

Mais justement, à l’ère de la transformation numérique, comment une agence immobilière comme RE/MAX peut toujours avoir le vent dans les voiles, alors que les nouvelles technologies sont omniprésentes? Professionnalisme, intégrité et rigueur, c’est certainement ce qui distingue l’agence mauricienne, estime
M. Labrosse.

« On doit toutefois avouer chez RE/ MAX de Francheville que Anne est également en grande partie responsable de cette réussite, puisqu’elle a cette force de recruter des courtiers et de les accompagner dans l’atteinte de leur réussite respective. Chez nous, les courtiers ne quittent pratiquement pas, ils restent jusqu’à leur retraite, ce qui fait notre force en tant qu’équipe », soutient-il.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier que Germain Labrosse aurait très bien pu acheter lui-même la franchise RE/MAX en 1989. Toutefois, il voyait en Anne Beaumier tout ce qu’il fallait pour devenir une excellente gestionnaire et on peut dire qu’il avait vu juste. Toutefois, rien n’empêche les deux bons amis de se consulter mutuellement le temps venu.

« On a développé une certaine complicité Anne et moi au fil des années et on est devenus de très bons amis. D’ailleurs, Anne me consulte régulièrement lorsqu’il y a de grosses décisions à prendre. Je dois dire que j’ai rarement vu une personne prendre des décisions aussi judicieuses pour une entreprise. »

À l’aube de la retraite, cette amitié et cette complicité, c’est d’ailleurs ce que retient Germain Labrosse de cette folle aventure. « Ce dont je suis le plus fier depuis les débuts de RE/MAX de Francheville, c’est certainement l’amitié sincère et sans faille qui s’est développée avec Anne au cours des années et qui se transporte même en dehors du travail », conclut-il.