Centre Le Havre

30 ans d’accueil, d’accompagnement et de développement!

Depuis 30 ans, le Centre Le Havre s’occupe des personnes défavorisées. En quelques décennies, la situation de l’itinérance a beaucoup évolué, et les responsabilités liées à cette problématique ont été reléguées plusieurs fois.

En effet, alors que le soin de s’occuper des pauvres, des indigents et des malades revenait à l’Église jusqu’à la Révolution tranquille, c’est vers les années 1960 que le gouvernement du Québec a pris les choses en main. Celui-ci a alors décidé de créer des ministères et des politiques visant à mieux encadrer les gens dans le besoin et à dégager l’Église de ces responsabilités. 

Or, en temps de crise économique, l’État s’est rapidement rendu compte qu’il ne pouvait se permettre les coûts qu’engendraient ces nouvelles mesures.  Le gouvernement décide alors de mettre en place des politiques de réinsertion sociale, et ce sont les groupes communautaires qui en prennent les rênes. 

C’est en 1986 que le diacre de Trois-Rivières, Gérard Cholet, remarque la présence accrue d’hommes à la rue dans la ville. Il décide, aidé de Sœur Marguerite, d’ouvrir une soupe populaire ainsi qu’un centre d’hébergement de type refuge. Très vite la notoriété du lieu est acquise et le nombre de personnes rejointes va croître de façon quasi exponentielle. Ce sont les balbutiements du Centre Le Havre.

Puis, grâce à des subventions obtenues par un industriel trifluvien, M. Morissette, et à l’aide généreuse des bénévoles, le centre d’hébergement prend de l’ampleur. En 1989, M. Morissette décide de mieux structurer les services offerts afin de mettre en place un modèle adéquat visant à réduire les risques de récidive des gens de la rue. Il fait appel à des membres de la communauté pour animer l’établissement : Luc Pelletier, Michel Simard et Michel Prescott.
M. Simard devient directeur général du Havre en 1992.

À cette époque, la capacité du centre est alors de 20 lits exclusivement occupés par des hommes qui demandent refuge. La durée de séjour est très longue. La maison fonctionne grâce à l’engagement et la participation volontaire de chacun, car aucun fond financier n’est garanti.

Au fil du temps, l’orientation du Havre évolue. Plus qu’un refuge, il devient un lieu de prise en charge global. Les résidents ont donc un endroit pour dormir la nuit, mais aussi pour être accompagnés dans leurs démarches le jour. Depuis le début des années 2000, les femmes sont également accueillies au Centre Le Havre.

En 2017, le Havre fait face à une terrible épreuve : leur résidence de stabilisation est entièrement détruite par le feu. L’équipe doit faire des pieds et des mains pour relocaliser temporairement les  20 résidents du centre. Ce n’est pas une mince tâche, mais en attendant la reconstruction de la résidence, qui devrait débuter en 2019, les résidents dorment bien au chaud grâce au travail acharné de l’équipe du Centre Le Havre. 

***

Depuis le 13 février 1989, le Centre Le Havre c'est...

  • 21 402 demandes d’admission
  • 72 161 nuitées en hébergement
  • 13 675 hommes aidés
  • 1 549 femmes aidées