Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Centre Le Havre

30 ans de passion pour le Centre Le Havre

C’est un plaisir pour nous de célébrer cette année les 30 ans d’existence du Centre Le Havre. Trente ans, ce n’est pas rien pour un organisme comme le nôtre. Au fil des ans, on a vu le Centre Le Havre se développer, grandir et se relever après quelques embûches. Toutefois, une chose est restée la même, soit la passion de nos intervenants, de nos bénévoles et de nos partenaires.

30 ans d’histoire...

Je me souviens de mon arrivée au Centre Le Havre en 1998. J’y suis arrivé à titre de stagiaire avec mon élan d’aider mon prochain, mais surtout avec la curiosité de mieux comprendre. Mais pourquoi mieux comprendre et surtout, comprendre quoi? En fait, dans ma conception du monde qui m’entourait à l’époque, une question m’habitait : comment une personne peut-elle se retrouver à la rue du jour au lendemain?

Mon aventure au sein du Centre Le Havre m’a donc permis de comprendre à plusieurs niveaux cette réalité, mais surtout, de répondre à ma question existentielle. En effet, au fil des ans, j’ai pu côtoyer des hommes et des femmes qui m’ont partagé leur histoire. Et il faut dire que dans ce genre d’aventure, on ne fait pas que donner aux autres, on reçoit énormément. Toutes ces rencontres m’ont d’ailleurs permis de façonner mon identité, non seulement en tant qu’intervenant, mais également en tant qu’humain.

Résumer 30 ans d’existence dans un court texte n’est en effet pas une mince tâche. Je serais porté à dire que le Centre Le Havre, c’est...

  • 30 ans d’accueil via la création d’un refuge, à la suite de l’observation de personnes vivant dans la rue;
  • 30 ans d’accompagnement grâce à un modèle d’hébergement d’urgence sociale qui a valu au Centre Le Havre le Prix d’excellence  du Ministère de la Santé et des Services sociaux en 2007;
  • 30 ans de développement de services adaptés aux besoins des personnes rejointes avec des structures inter-organisationnelles où une culture de collaboration rassemble et responsabilise les gens autour du phénomène de l’itinérance.

Freiner l’enracinement de l’itinérance et favoriser l’inclusion sociale des personnes les plus démunies ne peut se faire tout seul. C’est pourquoi, en plus des partenaires, bénévoles et employés, c’est la responsabilité de tous d’y contribuer afin de jouer un rôle dans l’étanchéité et la qualité du filet social.

Cette année le Centre Le Havre, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour!

Danny Lacroix

Directeur général du Centre Le Havre

***

Parce que sans eux... rien n’aurait été pareil!

On dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant... Ce proverbe s’applique tout aussi bien au Centre Le Havre, qui ne serait pas là où il en est aujourd’hui sans l’aide et le soutien de centaines de personnes. Il est donc important pour le Centre Le Havre de remercier tous ces gens humains, dévoués et engagés qui ont donné sans compter à l’organisme depuis les 30 dernières années. 

Tout d’abord, toute l’équipe souhaite remercier ceux et celles qui ont travaillé au Centre depuis sa création, pour une courte ou une longue période, en plus des stagiaires, des intervenants et des équipes de soutien. Au cours des 30 dernières années, ils ont tous contribué, par de petits ou de grands gestes, à la pérennité du Centre Le Havre. Certains des employés travaillent au Havre depuis le début et portent le projet à bout de bras, en se dédiant entièrement à la réussite de celui-ci; c’est pourquoi il est également important de souligner leur implication au Centre Le Havre.

On ne peut passer sous silence les précieux bénévoles, dont les membres du CA. Toutes ces âmes généreuses qui donnent de leur temps, de leur énergie et de leur cœur depuis toutes ces années, qui offrent sans rien attendre en retour. Leur implication est bien plus importante qu’ils ne pourraient le penser. 

Le Centre Le Havre reconnaît et remercie par ailleurs tous les donateurs, tous les gestes posés, tous ceux qui ont choisi leur cause, celle de l’itinérance. Le soutien infini de la communauté a fait et continue également de faire une grande différence pour le Centre. 

Le tout sans oublier les partenaires qui favorisent la création du filet social autour des résidents, qui leur assurent une sécurité, et qui optimisent les services offerts par le Centre Le Havre. Enfin, il importe aussi de mettre en lumière toutes les personnes qui mettent en place des projets d’inclusion sociale. C’est entre autres grâce à leur travail que le Centre Le Havre peut accomplir sa mission d’accompagnement et de réinsertion sociale.

Au nom du Centre Le Havre : à tous, merci pour votre dévouement, merci pour votre engagement, merci pour votre humanité. 

Centre Le Havre

30 ans d’accueil, d’accompagnement et de développement!

Depuis 30 ans, le Centre Le Havre s’occupe des personnes défavorisées. En quelques décennies, la situation de l’itinérance a beaucoup évolué, et les responsabilités liées à cette problématique ont été reléguées plusieurs fois.

En effet, alors que le soin de s’occuper des pauvres, des indigents et des malades revenait à l’Église jusqu’à la Révolution tranquille, c’est vers les années 1960 que le gouvernement du Québec a pris les choses en main. Celui-ci a alors décidé de créer des ministères et des politiques visant à mieux encadrer les gens dans le besoin et à dégager l’Église de ces responsabilités. 

Or, en temps de crise économique, l’État s’est rapidement rendu compte qu’il ne pouvait se permettre les coûts qu’engendraient ces nouvelles mesures.  Le gouvernement décide alors de mettre en place des politiques de réinsertion sociale, et ce sont les groupes communautaires qui en prennent les rênes. 

C’est en 1986 que le diacre de Trois-Rivières, Gérard Cholet, remarque la présence accrue d’hommes à la rue dans la ville. Il décide, aidé de Sœur Marguerite, d’ouvrir une soupe populaire ainsi qu’un centre d’hébergement de type refuge. Très vite la notoriété du lieu est acquise et le nombre de personnes rejointes va croître de façon quasi exponentielle. Ce sont les balbutiements du Centre Le Havre.

Puis, grâce à des subventions obtenues par un industriel trifluvien, M. Morissette, et à l’aide généreuse des bénévoles, le centre d’hébergement prend de l’ampleur. En 1989, M. Morissette décide de mieux structurer les services offerts afin de mettre en place un modèle adéquat visant à réduire les risques de récidive des gens de la rue. Il fait appel à des membres de la communauté pour animer l’établissement : Luc Pelletier, Michel Simard et Michel Prescott.
M. Simard devient directeur général du Havre en 1992.

À cette époque, la capacité du centre est alors de 20 lits exclusivement occupés par des hommes qui demandent refuge. La durée de séjour est très longue. La maison fonctionne grâce à l’engagement et la participation volontaire de chacun, car aucun fond financier n’est garanti.

Au fil du temps, l’orientation du Havre évolue. Plus qu’un refuge, il devient un lieu de prise en charge global. Les résidents ont donc un endroit pour dormir la nuit, mais aussi pour être accompagnés dans leurs démarches le jour. Depuis le début des années 2000, les femmes sont également accueillies au Centre Le Havre.

En 2017, le Havre fait face à une terrible épreuve : leur résidence de stabilisation est entièrement détruite par le feu. L’équipe doit faire des pieds et des mains pour relocaliser temporairement les  20 résidents du centre. Ce n’est pas une mince tâche, mais en attendant la reconstruction de la résidence, qui devrait débuter en 2019, les résidents dorment bien au chaud grâce au travail acharné de l’équipe du Centre Le Havre. 

***

Depuis le 13 février 1989, le Centre Le Havre c'est...

  • 21 402 demandes d’admission
  • 72 161 nuitées en hébergement
  • 13 675 hommes aidés
  • 1 549 femmes aidées

Centre Le Havre

Bien plus qu’un endroit où dormir...

Une mission, trois lieux pour l’accomplir. Le Centre Le Havre, c’est un lieu d’hébergement d’urgence et deux lieux d’hébergement de stabilisation qui permettent de porter assistance aux gens ayant des besoins d’hébergement immédiats, mais également de les soutenir et de les accompagner afin qu’ils sortent d’un mode de survie.

Tout d’abord, le cœur de l’organisme, c’est le Centre Le Havre situé sur la rue Brébeuf. Ouvert jour et nuit, du lundi au dimanche, il accueille tous les gens qui ont besoin d’un hébergement d’urgence, sans exception. Sa capacité totale est de 23 lits. Cette adresse est aussi le lieu où tous les dons sont recueillis et où l’on retrouve le service de dépannage alimentaire, en partenariat avec Moisson Mauricie.

Des chiffres étonnants

Les deux centres de stabilisation ont quant à eux le même objectif, bien qu’ils aient des clientèles quelque peu différentes. En effet, celui sur la rue Laviolette, qui est présentement en reconstruction, compte 24 chambres et permet à ses résidents de stabiliser leur condition générale. Le Chez-Soi, situé sur la rue Brébeuf et à proximité de l’hébergement d’urgence, offre 8 lits pour des personnes avec des problématiques de santé mentale. Les deux accueillent les résidents pour une période à long terme et visent à les préparer pour leur réinsertion sociale.

Centre Le Havre

Un prix bien mérité pour Michel Simard

Il existe très peu de prix au Québec qui récompensent les artisans du domaine communautaire. Pourtant, pour ces intervenants qui oeuvrent dans ce type de milieu, leur rôle est plus souvent qu’autrement un véritable don de soi.

Après avoir œuvré à titre de directeur général du Centre Le Havre pendant près de 28 ans, Michel Simard a toutefois vu ses efforts récompensés l’année dernière, alors qu’il s’est vu décerner le Prix Persillier-Lachapelle - Communautaire 2018.

Un homme dévoué au bien-être des sans-abri

Tout au long de sa carrière comme responsable clinique, puis en tant que directeur général du Centre Le Havre à Trois-Rivières, Michel Simard s’est entièrement dévoué au soutien des personnes qui se trouvent démunies, isolées socialement et qui ne trouvent plus de solutions pour contribuer à la vie commune.

Leader hors du commun, communicateur efficace et habile pédagogue, monsieur Simard a frayé la voie en matière d’intervention. Mais surtout, il est reconnu de tous comme un homme humble, animé par une vision claire et de grandes valeurs humanistes. Il représente un modèle de respect inconditionnel accordé aux personnes exclues socialement.

Son expérience inégalée et sa connaissance profonde du milieu de lutte à l’itinérance l’ont notamment amené à développer une stratégie d’intervention novatrice dans le domaine visant la réintégration dans la communauté. Par de multiples projets, il a offert son soutien et un accompagnement sans réserve aux personnes les plus vulnérables de la société, en s’inspirant des valeurs fondées sur le souci de la personne, de son individualité et de son autonomie.

En plus d’être un intervenant exemplaire dans la défense des droits des personnes itinérantes, Michel Simard a su avec le temps, partager autant avec les décideurs qu’avec les intervenants des milieux public, communautaire et intersectoriel, sa compréhension éclairante de l’itinérance chronique et des approches innovantes à privilégier auprès des personnes qui la vivent. 

Sa vision et ses connaissances ont par ailleurs mené à un véritable changement de paradigme dans les interventions en itinérance au Québec et ailleurs au Canada. La Mission Old Brewery à Montréal ainsi que la politique relative à l’itinérance du gouvernement du Nouveau-Brunswick se sont notamment inspirés de son approche.

Il ne fait plus aucun doute que Michel Simard a contribué à apporter une aide cruciale et édifiante à un nombre incalculable de personnes itinérantes, en plus de leur redonner espoir et dignité.

***

Grâce à une implication soutenue de la part de nombreux partenaires, le Centre Le Havre offre également des programmes comme...

  • L’Équipe d’Accompagnement dans la Communauté de Trois-Rivières;
  • L’Équipe de Soins de Proximité;
  • Le Programme d’Accompagnement Justice-Santé Mentale;
  • Le Projet Stabilisation Résidentielle avec Accompagnement, en collaboration avec le programme Fédéral SPLI;
  • Le projet Habiter le Monde qui m’Entoure, en collaboration avec le Ministère de l’Éducation.