Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Camps de vacances

L'été arrive à grands pas 

Croyez-le ou non, près de 100 jours nous éloignent du début officiel de l’été. Pas question de s’ennuyer à la maison, surtout quand on dispose d’autant de choix de camps de vacances et de camps de jour dans la région!

Que votre enfant soit sportif, intello ou artiste, il y a un camp pour lui ou elle avec des moniteurs prêts à le divertir tout en lui permettant de se dépasser!

Consultez la version intégrale du cahier Camps de vacances 2020

L'OIIQ a 100 ans

Infirmières praticiennes spécialisées: un rôle essentiel pour améliorer l’accès aux soins

Lorsque Claudie Roussy est arrivée au travail ce matin-là, une autre bonne journée l’attendait. L’infirmière praticienne spécialisée en soins aux adultes (IPSSA) de l’Institut de Cardiologie de Montréal allait notamment rencontrer un couple marié depuis 50 ans, dont le conjoint présente des problèmes de santé.

L’homme souffre en fait d’une maladie chronique. Il est hospitalisé de façon répétitive et voit ses capacités fonctionnelles diminuer. Sa femme est épuisée. Claudie a eu une bonne discussion avec eux pour les accompagner dans cette épreuve difficile.

«Mon patient avait besoin que je lui enlève le sentiment d’être un fardeau et sa conjointe, le sentiment de culpabilité qui l’habitait parce qu’elle ne se sentait plus capable de l’aider. On a dû envisager ensemble la possibilité pour mon patient d’aller dans un centre d’hébergement», raconte-t-elle.  Cette rencontre familiale fait partie du quotidien de Claudie. «C’est ma plus-value. Ce qui est le plus valorisant à mes yeux», assure l’IPSSA. 

Faire une différence

«En 2006, lorsque j’ai commencé mes études pour devenir infirmière, c’était les premières années des infirmières praticiennes spécialisées. J’ai choisi d’approfondir mes connaissances en physiopathologie et en pharmacologie en faisant une maîtrise en sciences infirmières parce que mon père avait fait un infarctus l’année d’avant. Comme famille, on se sent impuissant. J’avais envie d’avoir une prise en charge globale du patient et de sa famille», explique Claudie.

Ayant développé des compétences avancées en éducation à la santé et en communication, Claudie accompagne également ses patients dans leur changement d’habitudes de vie en plus d’exercer différentes activités médicales, dont celle de prescrire des examens diagnostiques, comme des radiographies des poumons. Il lui arrive aussi régulièrement de prescrire, d’ajuster ou d'appliquer certains traitements médicaux, comme la cardioversion électrique, c’est-à-dire de donner au patient un choc électrique qui vise à rétablir son rythme cardiaque normal.

«Il n’y a rien de plus riche en expérience que de voir que l’on a fait une différence dans la vie des gens. J’aime ça quand je revois un patient en clinique externe deux semaines après son congé d’hôpital et qu’il me dit merci», confie Claudie.

Offrir encore plus de soins 

En valorisant une formation universitaire de 2e cycle comme celle de Claudie et en donnant plusieurs formations continues à ses membres chaque année, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) veille à offrir des soins de qualité à la population tout en contribuant à ce qu’elle ait un meilleur accès aux soins lorsqu’elle en a besoin.

Avec l’adoption du projet de Loi 43, les infirmières praticiennes spécialisées pourront bientôt diagnostiquer certaines maladies. Claudie est-elle prête à franchir cette nouvelle étape? «Les IPS ont toutes les compétences requises, dans leur classe de spécialité, pour répondre aux besoins des patients.  Le projet de loi 43 vient reconnaître notre expertise et notre formation. Selon moi, c’est un gain majeur pour les Québécoises et les Québécois», estime Claudie Roussy.

Pour en savoir plus: oiiq.org/100-ans/mot-du-president

Fairmont Le Château Frontenac

Une relâche inoubliable au Château

Les milliers d’enfants du Québec qui attendent impatiemment leur semaine de vacances hivernale ne sont pas encore en congé que la relâche s’invite déjà au Château! Pendant le mois de mars et même pendant le mois d’avril, Fairmont Le Château Frontenac sera en effet en mode relâche et met de l’avant sa promotion Relâche en famille qui saura certainement mettre des étoiles dans les yeux des petits… mais également des grands!

Un total de 25 % de rabais sur le tarif de la chambre et un rabais de 15 % sur les restaurants, il y a effectivement de quoi sourire. Et ce n’est pas parce que le forfait porte le nom de Relâche en famille qu’il s’adresse seulement aux familles, bien au contraire! Les couples ou les personnes seules pourront également bénéficier de ce forfait unique.

D’ailleurs, qui a dit que les familles devaient absolument parcourir un long trajet pour s’offrir une nuitée dans un hôtel prisé? Le Château est stratégiquement positionné et mérite d’être redécouvert pour son confort et son service impeccable, mais aussi pour profiter des joies hivernales de la région. 

À cet effet, après une bonne nuit de sommeil dans ses chambres confortables, le Château vous invite à sortir à l’extérieur pour aller dévaler à toute allure la glissade de la Terasse Dufferin, pour faire du ski de fond sur les plaines d’Abraham ou encore, en profiter pour visiter le Vieux-Québec vêtu de son manteau blanc pour l’occasion. Pour bien terminer la journée en beauté, direction le restaurant Champlain, laboratoire créatif du chef Stéphane Modat ou Le SAM, restaurant de type bistro moderne pour casser la croûte.

Expérience client

Lors de son séjour au Château, pourquoi ne pas profiter de l’Expérience client? Mise en place par Fairmont Le Château Frontenac dans la dernière année, cette expérience permet aux visiteurs de prendre part à des activités originales. Chasse au trésor, rallye extérieur, ateliers de mixologie, marche guidée sur les plaines d’Abraham… tous y trouveront leur compte!

Salon emploi Trois-Rivières-Bécancour

Salon de l'emploi Trois-Rivières-Bécancour: un emploi à ta portée!

Le 26 février prochain, de 10 h 30 à 18 h, la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières fourmillera d’employeurs… mais également de chercheurs d’emploi qui seront à l’affût des emplois disponibles dans le cadre de la 8e édition du Salon de l’emploi Trois-Rivières-Bécancour.

Afin d’aider les futurs visiteurs dans leur processus de recherche d’emploi, Le Nouvelliste présente un cahier spécial qui regroupe toutes les informations nécessaires pour bien préparer leur visite au Salon de l’emploi Trois-Rivières-Bécancour.

Consultez la version intégrale du cahier Salon de l'emploi Trois-Rivières-Bécancour

Guide des résidences

Habiter en résidence, pourquoi pas?

Après plusieurs mois, voire quelques années de réflexion, vous avez décidé de vous installer dans une résidence pour aînés. Bonne nouvelle! Toutefois, au Québec, de nombreuses options d’habitation et de résidences s’offrent aux retraités et aux aînés. 

Pour vous aider à y voir plus clair, Le Nouvelliste présente son guide annuel des résidences pour aînés et retraités. Trucs, conseils, informations à savoir avant d’y emménager et nombreux choix de milieux de vie sont au menu.

Consultez la version intégrale du Guide des résidences 2020

Gala Radisson

Place au 35e Gala Radisson

Le 21 février prochain, la Chambre de commerce et d’industrie de Trois-Rivières célébrera à nouveau l’importance de la communauté d’affaires dans le cadre de la 35e édition du Gala Radisson. Sous le thème «Coup d’éclat», cet événement incontournable permettra notamment de souligner l'apport essentiel des entrepreneurs de la région au dynamisme de leur milieu.

Afin de faire connaître la diversité des candidatures soumises au Gala Radisson, Le Nouvelliste présente un cahier spécial qui met en valeur tous les finalistes de cette 35e édition.

Consultez la version intégrale du cahier Gala Radisson.

APCHQ

Quoi de neuf dans la région?

Vous cherchez une maison unifamiliale, jumelée, un condo, ou encore, vous ne faites que commencer à rêver à la propriété? Bonne nouvelle! Les portes de 37 maisons et condos de Trois-Rivières, Shawinigan et Bécancour seront ouvertes au grand public durant deux week-ends consécutifs, les 15, 16, 22 et 23 février, dans le cadre de la 20e édition de la Grande tournée des maisons neuves de la Mauricie.

Afin de vous aider à préparer vos visites, Le Nouvelliste, en collaboration avec l’APCHQ, propose un magazine qui présente les nombreuses habitations disponibles qui font état des nouvelles tendances du marché de la construction neuve.

Consultez le magazine complet de la Grande tournée des maisons neuves.

Groupe Cloutier

Groupe Cloutier poursuit sa croissance

En constante croissance depuis sa création il y a plus de 40 ans, le Groupe Cloutier poursuit sur sa lancée et recrute présentement de nouveaux talents qui viendront compléter ses équipes. Agent de service, analyste comptabilité, programmeur, agent - services administratifs, commis de bureau dans le domaine des services financiers… les postes sont en effet nombreux, mais surtout, variés!

Semaine de relâche

L’heure de la relâche a sonné

Ça y est, l’heure de la relâche scolaire a bientôt sonné. En effet, du 2 au 6 mars prochain, des milliers de jeunes en Mauricie et au Centre-du-Québec profiteront de quelques jours de congé pour refaire le plein d’énergie. Si cette période de l’année est synonyme d’excitation pour les enfants, ce moment devient souvent un véritable casse-tête pour les parents qui souhaitent trouver des activités uniques pour toute la famille.

Mais qui a dit qu’il fallait s’éloigner de la maison pour passer une relâche à la hauteur des attentes de vos enfants? La Mauricie et le Centre-du-Québec, avec leurs nombreuses destinations familiales regorgent de petits trésors cachés. Afin de profiter pleinement de ce moment de répit, Le Nouvelliste présente un survol des activités qui sauront amuser petits et grands pour la relâche.

Consultez la version intégrale du cahier Semaine de relâche 2020

Aînés (Les Entreprises Yvon Perreault)

Résidences pour aînés: des milieux de vie stimulants

Plusieurs personnes pensent souvent à tort que la vie en résidence est synonyme de solitude et d’ennui. Toutefois, ce n’est pas parce que la retraite a sonné que les activités, les rencontres entre amis et loisirs doivent s’arrêter, bien au contraire! En effet, les résidences d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celles d’autrefois. On ne parle désormais plus de simples foyers, mais bien de milieux de vie stimulants et à l’image des aînés. Pour ce faire, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte.

Environnement et entourage

Lorsqu’il est question d’environnement de vie et d’entourage, les résidences pour aînés sont les lieux idéals pour une stimulation quotidienne. On n’a qu’à en visiter quelques-unes pour constater que des gens actifs et épanouis y résident. D’ailleurs, le temps où certaines personnes âgées se sentaient isolées lorsqu’elles quittaient la maison pour aller vivre en résidence est maintenant chose du passé, puisque dans ces milieux de vie, des d’activités et des loisirs sont proposés, ce qui favorise évidemment les nouvelles rencontres.

La culture chez les jeunes

L’école à saveur culturelle

Est-ce qu’une chorégraphie de danse peut lancer une discussion entre jeunes sur la discrimination à l’école? Est-ce qu’un projet photo peut nouer une amitié entre un ado tout juste arrivé au Québec et une Montréalaise de 50 ans son aînée? Absolument! La culture nous rassemble et élargit nos horizons, et ce, dès l’enfance. C’est pourquoi des profs de partout au Québec lui accordent une place de choix en classe. Coup d’œil sur deux projets coup de cœur, lauréats 2019 des prix reconnaissance Essor remis par le gouvernement du Québec.

Le goût de la culture chez les jeunes, ça se cultive. À la maison, à la bibliothèque municipale, au musée, au théâtre, mais aussi à l’école… Saviez-vous que des enseignants passionnés y proposent à leurs élèves des expériences culturelles uniques? Et leurs retombées dépassent souvent l’ampleur des activités elles-mêmes.  

Entrer dans la danse 

Anouk Michaud, enseignante en danse à la polyvalente Lavigne à Lachute, en sait quelque chose. Au début de l’année, elle a proposé à ses étudiants en option Danse de réaliser une chorégraphie avec Matthieu, un élève d’une classe spécialisée vivant avec une déficience intellectuelle moyenne. 

Bien que les élèves d’Anouk Michaud et Matthieu se côtoyaient chaque jour, ils n’avaient presque jamais interagi auparavant. Puis, pendant des mois, ils ont discuté, créé et répété ensemble. «Les frontières se sont brisées, observe Mme Michaud. Les jugements et les peurs des élèves du régulier se sont volatilisés! »

En juin, le groupe a présenté sa chorégraphie devant une foule de près de 1 000 spectateurs. La performance, poignante à souhait, leur est allée droit au cœur.

Inspiration Noël

Des idées-cadeaux pour tous les goûts

Noël est à nos portes et encore une fois, la question annuelle revient: qu’est-ce que je pourrais bien offrir comme cadeaux aux membres de ma famille? Bien souvent, certaines personnes se retrouvent à court d’idées et il devient plus simple pour elles d’offrir un montant d’argent pour que chacun puisse s’acheter le cadeau qui lui convient réellement. Mais soyons honnêtes, est-ce vraiment la meilleure solution?

Pour contrer ce phénomène, Le Nouvelliste publie à nouveau cette année son cahier Inspiration Noël qui propose une foule d’idées-cadeaux pour toute la famille. Alors quoi de mieux cette année que d’offrir des cadeaux originaux et adaptés aux goûts de chacun? C’est parti, inspirez-vous!

Consultez la version intégrale du cahier Inspiration Noël

IAPQ 2019

PRIX D’EXCELLENCE DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE DU QUÉBEC

C’est avec fierté que l’Institut d’administration publique de Québec vous présente les gagnants des Prix d’excellence, dévoilés le 21 novembre 2019.

Les Prix mettent en lumière des projets remarquables issus des divers secteurs des administrations publiques, partout au Québec.

Sens de l’innovation, souci du service à la clientèle, engagement ne sont que quelques mots pour décrire les lauréats et les finalistes. Soyons fiers des réalisations des personnes qui s’investissent dans l’évolution et la qualité de nos services publics!

Visionnez la galerie photos:


RQRA

Le RQRA décerne ses Prix distinction

Le jeudi 7 novembre, lors d’une soirée de gala tenue à l’occasion de son congrès annuel, le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) a dévoilé les noms des lauréats de ses Prix distinction 2019.

Il s’agissait de la 7e présentation de ces prix d’excellence qui soulignent la contribution exceptionnelle de résidences pour aînés à l’amélioration de la qualité de vie de leurs résidents. Une résidence de Trois-Rivières figure parmi les lauréats.

Dans la catégorie 99 unités et moins, le prix Réalisation de l’année a été attribué aux Terrasses Dominicaines. Cette résidence s’est illustrée grâce à son initiative les « Activités WOW: on s’y attache!». 

La Tuque

Cap sur le développement de La Tuque

Comme le veut désormais la tradition, le quotidien Le Nouvelliste publie son cahier spécial sur la Ville de La Tuque. Si la ville se porte bien à l’heure actuelle, le premier magistrat Pierre-David Tremblay n’hésite pas une seconde, les défis, les projets et le développement resteront les principales priorités pour les années à venir.

Consultez la version intégrale du cahier Cap sur le développement de La Tuque.

MonDeuil.ca

Apprendre à vivre avec le deuil

Chaque deuil est unique; aussi unique que la personne qui le vit. Sylvie Giasson en sait quelque chose, elle qui a perdu son mari, Jacques Beaune, en octobre 2018.

«On dit que le deuil s’estompe avec le temps. Je ne pense pas que mon sentiment de perte va diminuer, mais plutôt que ma vie, en continuant, va en quelque sorte “s’élargir” autour du vide que je ressens, et le rendre plus soutenable. L’amour, lui, restera toujours intact.» 

Après quatre jours à l’hôpital et une dernière semaine passée à la maison, Jacques fut admis dans une maison de soins palliatifs, où il est décédé deux mois plus tard. 

S’habituer à vivre sans son mari n’est pas chose facile pour Sylvie. Toutes les «premières fois» s’avèrent difficiles, confie-t-elle, «pas seulement le premier anniversaire de mariage, par exemple, mais aussi la première fois où on se retrouve à manger chez un couple d’amis et qu’il y a une chaise vide à table». 

Groupe Vincent

95 ans à aller de l’avant

Dans le domaine de l’automobile, seulement trois entreprises québécoises peuvent se vanter d’avoir passé le cap des quatre générations. La famille Vincent, propriétaire du Groupe Vincent, est l’une de celles-ci. Présente et en affaires en Mauricie depuis 95 ans, elle est la preuve vivante que le savoir-faire, la transparence et les valeurs familiales peuvent bien traverser les époques.

Une histoire qui vient de loin

L’histoire invraisemblable des Vincent et de l’automobile, c’est en 1924 qu’elle voit le jour. Alors maître-charretier, Philias, alias « Ti-Pit », troque 22 de ses chevaux pour le cheval-vapeur. Il fait ses premiers pas dans la vente d’autos usagées, avant de devenir dépositaire officiel de Plymouth-Chrysler. Au fil des ans, le succès de Philias est tel qu’il devient le numéro un dans la vente automobile. Une ombre s’ajoute cependant au tableau lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate. Avec toute la détermination qu’on lui connaît, Ti-Pit Vincent survit à cette crise et devient le seul représentant de la compagnie Chrysler sur le territoire. En 1945, à l’âge de 21 ans, son fils Robert joint les rangs de l’entreprise. Son arrivée est synonyme d’expansion pour Vincent Automobile, alors qu’un deuxième garage voit le jour sur la rue Viger, à Shawinigan. En 1966, la décision de construire un garage ultramoderne sur le boulevard des Hêtres pour unir les opérations sous le même toit changera le cours des choses. 

3e et 4e génération : le renouveau au menu

Dès 1972, l’arrivée de la 3e génération marquera l’histoire de Vincent Automobile. Pierre, le fils aîné de Robert, devient président du groupe en 1981 après la mort subite de son père. Au début des années quatre-vingt-dix, il prend une décision importante qui consiste à délaisser la bannière Chrysler pour celle de Honda, avant d’ajouter celle de Mazda. Le début du 21e siècle sera lui aussi signe de renouveau avec l’arrivée en 2001 de Maxime, de la quatrième génération. Maxime encourage son père à développer le marché de Trois-Rivières, en procédant à l’acquisition du Hyundai. C’est à ce moment que l’appellation Groupe Vincent voit le jour. Étienne, le cadet de la famille,  se joint à l’équipe quelques années plus tard. À l’été 2013, le départ précipité de Pierre laisse un grand vide. Malgré son absence, ses fils s’inspirent toujours de l’homme qu’il était et de sa façon d’être en affaires pour continuer l’aventure familiale.

Mois de l’économie sociale

L’économie sociale en Mauricie et au Centre-du-Québec: entreprendre ensemble pour la communauté

L’économie sociale est la voie que choisissent de plus en plus de personnes pour entreprendre. En 2016, le Québec comptait 11 200 entreprises collectives. Celles-ci génèrent plus de 220 000 emplois et des revenus de 47,8 $G.

Mais qu’est-ce qui distingue ces entreprises? D’abord, elles exercent des activités économiques qui ont un impact social. Cela signifie qu’elles vendent ou produisent des biens et services dans le but de répondre aux besoins de leurs membres ou de la communauté, en visant la rentabilité avant les profits.

Des exemples de missions sociales qu’elles visent? Offre et maintien de services de proximité, création d’emplois, protection de l’environnement, intégration sociale et professionnelle de personnes éloignées du marché du travail, promotion de la culture, etc.

Aînés (Les Entreprises Yvon Perreault)

Vie en résidence: se préparer pour bien s’intégrer

L’idée de vivre en résidence vous fait de l’œil depuis un certain temps, mais vous hésitez toujours à quitter la maison familiale de peur de ne pas être en mesure de bien vous intégrer dans un nouveau milieu de vie? Eh bien sachez que vous ne faites pas erreur, puisqu’il faut en effet être bien préparé à cette nouvelle vie. Toutefois, lorsqu’on est bien informé sur le sujet avant le grand jour, la transition se fait beaucoup plus en douceur. Voici donc quelques conseils qui vous aideront à bien vous préparer pour cette aventure qui s’annonce riche en nouveautés.

Bien planifier son déménagement, la clé de la réussite

Bien se préparer à la vie en résidence signifie évidemment de planifier son déménagement vers la résidence choisie. Souvent synonyme de stress et de préoccupations, ce moment pourrait toutefois devenir plus agréable que vous ne l’imaginiez. La clé de la réussite : bien planifier et organiser son déménagement à l’avance pour faciliter son intégration. 

À cet effet, plusieurs éléments doivent être soigneusement planifiés. Pensons seulement au déménagement lui-même : à quel moment souhaitez-vous déménager? Qui s’occupera de votre déménagement, vos proches ou des professionnels? Ces questions méritent évidemment d’être posées quelques mois à l’avance afin d’éviter les petits ennuis de dernière minute. Lorsque les questions relatives au déménagement sont répondues, il est également primordial de bien préparer son emménagement. 

Pour ce faire, quelques jours, voire quelques mois à l’avance, il peut souvent être nécessaire de faire le tri des biens qui se sont accumulés au fil des années, afin de s’assurer que tout trouve sa place dans le nouveau foyer. Le tout sans oublier d’effectuer une prise des mesures avant l’emménagement pour éviter les mauvaises surprises.

La préparation mentale, un incontournable

Souvent mise de côté, la préparation mentale est aussi importante, sinon plus que la préparation logistique. En effet, pour certaines personnes, emménager en résidence peut être un deuil en soi. C’est pourquoi il est primordial de se préparer mentalement à ce changement de vie et se préparer à côtoyer de nouvelles personnes avant le grand jour pour éviter l’isolement. Pour contrer ce phénomène fréquent, plusieurs résidences proposent des activités et des loisirs quotidiennement. Ces moyens sont d’ailleurs très efficaces pour bien s’intégrer à un nouveau groupe et briser l’isolement. Il est donc fortement conseillé de participer à ce genre d’activités dès les premiers jours.

Branché - Dermapure

Une peau saine dans un corps en santé - Sublimez votre beauté naturelle

Aujourd’hui, plus que jamais, les saines habitudes de vie sont prônées. Pour atteindre un certain équilibre de vie et s’épanouir pleinement au quotidien, il importe en effet d’être en harmonie avec son corps et son esprit! Chez Dermapure, prendre soin de soi signifie de reconnaître la beauté naturelle en chaque personne tout en prodiguant à la peau les soins dont elle a besoin pour rester en santé et traverser le temps en douceur et en beauté.

Leader en médecine esthétique

Grâce à son expertise de renom dans le domaine de la médecine esthétique, Dermapure brille à l’échelle canadienne. Elle compte à ce jour 15 cliniques à travers le Canada, lesquelles sont associées aux meilleurs médecins omnipraticiens et spécialistes. D’ailleurs, depuis 2018, une toute nouvelle clinique, composée de trois médecins d’expérience, a ouvert ses portes à Chicoutimi. Le Dr Guy Chamberland, omnipraticien, pilier en soins médico-esthétiques et en traitement des varices, le Dr Razvan Moïsescu, ORL, chirurgien cervico-facial d’expérience ainsi que  le Dr Guillaume Lord, omnipraticien, qui a développé une expertise reconnue au niveau des traitements par injections rajeunissantes, offrent à la clientèle du Saguenay–Lac-Saint-Jean les soins de rajeunissement sans chirurgie les plus novateurs.

Une approche personnalisée 

C’est dans un esprit d’ouverture et de bienveillance que les professionnels des cliniques Dermapure accompagnent leur clientèle afin de les aider à garder leur peau jeune et en santé pour longtemps. Et parce que l’univers de la médecine esthétique ainsi que tous les soins disponibles sont parfois de l’ordre de l’inconnu, Dermapure offre une première consultation gratuite durant laquelle les clients peuvent partager leurs questionnements et faire part de leurs besoins. Un plan de traitement personnalisé est ensuite réalisé afin de répondre à leurs attentes et ainsi rencontrer leurs objectifs.La mission derrière chaque traitement est d’offrir des résultats naturels et visibles qui permettent de faire rayonner la beauté en chaque personne avec un teint radieux et une peau éclatante de santé. 

Des soins sur mesure 

L’équipe de Dermapure travaille tant en prévention qu’en correction afin d’entraîner la peau à garder une apparence saine et à ralentir de façon considérable son vieillissement. Ainsi, des traitements de pointe qui permettent de traiter différents aspects de la peau comme le relâchement, la perte de volume, les rides, les taches, la rosacée ainsi que les amas graisseux, sont offerts à la clientèle. À ce propos, la technologie brevetée de ThermageMD, s’avère le traitement tout indiqué pour stimuler le collagène et maintenir le tonus tant au niveau du visage entier que des bras, du ventre, des cuisses et des fesses. Ayant acquis une réputation enviable au fil des années dans plus de 80 pays, le ThermageMD est l’un des traitements non invasifs le plus prisé au monde. La technologie UlthéraMD à base d’ultrasons, permet quant à elle de resserrer les tissus cutanés afin de tendre la peau, notamment pour l’ovale du visage, le coup, les sourcils, le décolleté et le cou. La procédure UlthéraMD agit en profondeur sous l’épiderme  pour un effet tenseur, visible et naturel. Finalement, afin de sculpter le corps et d’affiner la silhouette, le CoolSculptingMD offre des résultats permanents pouvant aller jusqu’à une perte adipeuse de 28 %. Les soins par injections, prodigués par l’équipe de médecins expérimentés de Dermapure, sont par ailleurs appréciés pour un coup d’éclat global : la perte de volume est comblée, les rides d’expression sont adoucies. Avec toujours la même philosophie : offrir des résultats naturels. Pour en apprendre davantage sur la vaste gamme de traitements disponibles dans
la clinique Dermapure près de chez vous, visitez le www. Dermapure.com.  

La santé buccodentaire (Centre dentaire Karine Bastien)

Dire adieu aux caries une fois pour toutes

La fameuse carie dentaire… tout le monde, même le commun des mortels aura inévitablement une carie un jour ou l’autre dans sa vie. En effet, ce sont 9 Canadiens sur 10 qui souffrent de ce problème fréquent. Mais pourquoi cette affection buccodentaire est si commune de nos jours et comment y remédier? À quelques jours à peine de l’Halloween, cette fête adorée des enfants, le moment est de mise pour en connaître davantage sur le sujet.

La carie dentaire est en fait une anomalie infectieuse qui se développe dans la dent et qui peut endommager sa structure, en causant notamment une lésion de l’émail, de la dentine ou du cément. Elle se forme donc à la suite d’un déséquilibre de la flore bactérienne buccale qui est provoqué par la présence de bactéries, le tout jumelé aux mauvaises habitudes alimentaires du patient et de son système salivaire et immunitaire.

La carie du jeune enfant

Contrairement à la croyance populaire, la carie peut apparaître effectivement à tout moment chez les enfants… mais également chez les adultes. Toutefois, la carie du jeune enfant a tendance à se manifester dès l’apparition de la première dent, et ce, jusqu’à l’âge de quatre
ans, bien que certains bébés peuvent eux aussi développer des caries lorsqu’ils vont se coucher avec un biberon de lait ou de jus.

Alors que la fête de l’Halloween arrive dans moins d’une semaine, plusieurs parents se posent la question suivante : est-ce vrai que les friandises et le sucre sont les grands responsables de la carie chez les enfants? La réponse est malheureusement oui. 

En effet, lorsque les enfants consomment des sucreries ou boivent des boissons sucrées par exemple, les bactéries qui sont situées dans la plaque dentaire se mélangent au sucre et deviennent  par le fait même un acide doux qui attaque l’émail de la dent.

Le goût de la culture

Trois pistes inspirantes pour développer le goût de la culture chez votre enfant

De nombreuses études démontrent que la culture joue un rôle important dans le développement du plein potentiel de l’enfant, et ce, tant à la maison qu’à l’école. Elle lui permet de mieux communiquer, d’exercer sa pensée critique, de cultiver son esprit créatif et de s’ouvrir sur le monde. Pourquoi ne pas encourager votre jeune à pratiquer des activités culturelles? Offertes partout au Québec et dans toutes les écoles, elles l’aideront à s’épanouir davantage.

C’est connu… L’enfant dont les parents démontrent de l’intérêt pour certains domaines artistiques a plus de chances d’en développer lui aussi. Selon une étude conduite par l’Institut de la statistique du Québec[1], un enfant lecteur qui prend plaisir à lire et qui conserve cette bonne habitude est souvent associé à un parent lecteur.

Que votre enfant soit au préscolaire, au primaire ou au secondaire, vous pouvez contribuer de maintes façons à stimuler son intérêt pour la culture. Par exemple, vous pouvez l’encourager à se lancer dans une activité culturelle en parascolaire, discuter de sa sortie au retour de la classe ou bien participer à une activité ensemble. Les idées ne manquent pas!

Voici trois pistes qui devraient vous plaire afin d’aller à la rencontre de la culture avec votre enfant d’âge scolaire.

La piste numérique
L’évolution rapide des technologies numériques a donné naissance à la pratique de nouvelles formes d’activités culturelles. Partir à la découverte de celles-ci, dans les musées, les écoles, les bibliothèques ou les centres de loisirs, peut être à la fois enrichissant et amusant. Entre autres, vous pourriez faire découvrir à votre jeune une installation immersive, l’inciter à participer à un laboratoire numérique ouvert, lui donner accès à des contenus culturels québécois sur des plateformes numériques... En vivant ces activités, votre jeune sera mieux préparé pour relever les défis de demain dans un Québec résolument tourné vers le numérique.

La piste littéraire 
Le goût de la lecture se développe en bas âge au sein de la famille. Vous rendre à la bibliothèque avec votre jeune un dimanche après-midi pour emprunter des livres ou l’inciter à le faire à la bibliothèque de l’école sont d’excellentes idées. La lecture stimule le cerveau de votre jeune, réduit l’anxiété et contribue à l’enrichissement de son vocabulaire. Ses habiletés à communiquer et à imaginer seront bonifiées. Ses succès scolaires seront plus nombreux. Les occasions de savourer la littérature sont illimitées. Chaque année, les auteurs, les éditeurs et les libraires convient les jeunes et les moins jeunes à de nombreux rendez-vous culturels. La littérature est présente au théâtre, au cinéma, dans les salons du livre et dans les soirées de poésie ou de slam. En encourageant votre jeune à participer à ce type d’activités, en famille ou à l’école, et ce, à quelques reprises durant l’année, vous contribuez à favoriser son développement et le maintien de ses habitudes de lecture.

La piste musicale
Parmi les activités culturelles offertes, celles en lien avec la musique sont sans doute les plus populaires auprès des jeunes. Par elles, des opinions et des styles musicaux différents se mesurent et se complètent. La musique s’avère un outil précieux pour permettre à votre jeune de développer sa personnalité et de s’affirmer. Et quelle chance: la musique possède cette faculté de réunir les gens! À l’école, votre enfant a peut-être déjà participé au projet Une chanson à l’école, à l’occasion des Journées de la culture. À la maison, c’est une occasion en or si vous souhaitez vivre une expérience culturelle en compagnie de votre jeune. Lors des prochains festivals ou concerts, soyez attentif à la programmation musicale francophone. Faites découvrir la musique québécoise à votre jeune. Il prendra goût et contribuera par le fait même à faire rayonner les artistes d’ici.

Le gouvernement du Québec vous invite à découvrir d’autres idées d’activités culturelles ici: quebec.ca/leGoutdelaCulture.

[1] Gilles PRONOVOST, «Le développement de pratiques culturelles chez les enfants – Analyse de données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec», [En ligne], Optique culture, n° 26, Québec, Institut de la statistique du Québec, Observatoire de la culture et des communications du Québec, juillet, 12 p. [http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/culture/pratiques-culturelles/index.html].

Guide des collèges et universités francophones du Canada 2019

Mot de L’Éditeur : Des programmes d’études variés et stimulants en français partout au Canada

La première édition du Guide des Collèges et Universités francophones du Canada ayant connu un franc succès, Groupe Capitales Médias revient en 2019 avec cet outil de choix permettant aux étudiants et étudiantes de trouver le programme d’études susceptible de combler leurs plus hautes attentes.

Encore une fois, ce ne sont pas les options qui manquent. Vous allez le constater, l’équipe de conception et de réalisation a merveilleusement réussi à mettre en valeur les atouts des différentes institutions, tant et si bien que le choix final peut devenir difficile!

Alors, vous brûlez de vous retrouver le plus rapidement possible sur le marché du travail avec un bagage solide vous permettant de convaincre les employeurs que vous êtes la personne qu’ils attendent pour pourvoir le poste convoité? Vous êtes à la bonne place, les programmes professionnels foisonnent dans notre guide.

Boutique L'imaginaire

La vie est un jeu ! [VIDÉO]

Le Cosplay est le plaisir de créer des costumes et d’interpréter, le plus près possible de la réalité, des personnages de mangas japonais, de jeux vidéo populaires ou encore de films marquants. Dans la capsule d’aujourd’hui, Olivia Blanchette présente sa passion pour le cosplay. Elle parle de ce que celle-ci lui a apporté dans la vie ainsi que des voyages que qu’elle lui permettra de faire au courant de la prochaine année.

L’imaginaire, fort de sa position de joueur important dans le monde des collectionneurs ainsi que dans les univers qui les passionnent, a décidé de créer cette série de capsules vidéo présentant différentes personnes qui parlent de leur passion respective. Pour toute question, n'hésitez pas à vous rendre en magasin pour consulter les conseillers de la boutique L'imaginaire.

Aînés (Les Entreprises Yvon Perreault)

Coûts des résidences pour aînés: ai-je vraiment les moyens d'y vivre?

Milieu de vie sécuritaire, vie sociale animée, soins de santé adaptés aux besoins de chacun… la vie en résidence est certes attrayante, mais à quel coût? À cet effet, une question revient à plusieurs reprises au cours de cette importante prise de décision : ai-je vraiment les moyens d’aller y vivre?

Au premier coup d’œil, les chiffres peuvent en effet faire peur en raison de leur ampleur. Toutefois, lorsque l’on prend en compte les multiples services qui peuvent être inclus ou non dans les forfaits et les divers crédits d’impôt auxquels de nombreux aînés sont admissibles, la situation devient tout autre. Pou mieux comprendre les tenants et aboutissants du coût de la vie en résidence et être en mesure de faire un choix éclairé, cet important montant d’argent mérite d’être décortiqué.

Coût du logement de base

Comme c’est le cas tout au long de notre vie, le coût principal à assumer lorsqu’on emménage en résidence est évidemment le loyer. Le loyer mensuel sera alors déterminé selon la superficie du logement. Par ailleurs, ce montant peut varier d’une résidence à l’autre en raison de facteurs propre à chacune, mais également en raison du niveau de service requis. Le montant qui sera déterminé comprend généralement certaines inclusions telles que le chauffage, l’électricité, le câble et l’accès aux aires communes. Avant d’emménager, il est donc important de s’informer auprès du propriétaire afin de savoir ce que le montant du loyer inclut ou non.

Frais supplémentaires

Le prix du loyer étant statué avec le propriétaire, il est maintenant temps de se questionner sur les services supplémentaires à ajouter à ce montant selon les besoins spécifiques du futur résident. À cet effet, les résidences proposent de nombreux services optionnels qui peuvent aller des repas à l’entretien ménager, d’une assistance médicale à une gestion de la médication ou encore, de l’espace de stationnement au service de téléphonie. Chacun a ainsi le loisir d’ajouter ou non des services selon ses besoins, mais également selon sa capacité financière.

Séminaire Saint-Joseph

Portes ouvertes 2019: une école qui a le vent dans les voiles

Le Séminaire Saint-Joseph est le parfait exemple d’une école secondaire qui a su, au fil des années, conjuguer tradition et innovation. Aujourd’hui, avec près de 800 élèves, on peut dire que le Séminaire semble avoir trouvé la bonne formule! Toujours en action, il se démarque par ses nombreux profils d’études, adaptés aux goûts de tous, et par sa vie scolaire dynamique et unique en son genre. La journée portes ouvertes du 19 octobre sera l’occasion pour les futurs élèves de découvrir cette école où le développement des passions est au cœur des apprentissages.

Favoriser l’intérêt, une priorité

Parce que l’une des choses les plus importantes au Séminaire est de faire ce que l’on aime et d’aimer ce que l’on fait, tout est mis en œuvre pour stimuler l’intérêt de l’élève. Tout d’abord, on y offre 7 profils d’études différents: anglais, arts et spectacle, basketball, hockey, football, multisport et sciences. De la Grèce au Costa Rica, en passant par l’Angleterre et le Portugal, une grande sélection de voyages est également offerte aux élèves. La culture n’est quant à elle pas en reste avec une multitude d’options, telles que la comédie musicale, le chant, la danse, l’improvisation, le théâtre et bien d’autres. Au SSJ, chacun développe son plein potentiel en se livrant à ses passions et s’engage ainsi dans sa réussite.

Une vie sportive stimulante

Un esprit sain dans un corps sain, voilà un adage qui prend tout son sens au Séminaire. Les couleurs du Vert et Or sont d’ailleurs portées avec fierté par près de 70 % de ses élèves, reposant sur des décennies de tradition d’excellence sportive. Cette année, environ 57 équipes composent le programme du Vert et Or, dans près de 15 disciplines sportives différentes, dont plusieurs évoluent parmi le plus haut calibre provincial. Et ce n’est pas tout, en plus d’être rassembleur et de favoriser ce fort sentiment d’appartenance qui fait la renommée du SSJ, le volet sportif ne s’adresse pas qu’aux garçons: les équipes féminines sont bien présentes dans la grande famille du Vert et Or.

Milieu de vie (OMHTR)

Facilite l'accès aux logements depuis 50 ans

Dans quelques jours à peine, soit le 15 octobre prochain, l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières (OMHTR) aura 50 ans. Depuis sa création en 1969, l’organisation met tout en œuvre afin de faciliter l’accès aux logements sociaux. Elle n’est toutefois pas la seule à avoir cette préoccupation pour la population trifluvienne et peut compter chaque année sur des partenaires, qui tout comme elle, ont à cœur cette cause. Les caisses Desjardins de la ville de Trois-Rivières en sont un bon exemple, elles qui collaborent avec l’OMHTR depuis plus de 15 ans.

« En plus de jouer un rôle primordial, l’Office municipal d’habitation est une organisation solide et stable qui a su établir une confiance dans la société au cours des dernières années. Pour Desjardins, c’est ce qui nous a rejoints, puisqu’en tant que leader socioéconomique, on souhaite également que tout le monde puisse se loger convenablement », souligne le directeur général de la Caisse Desjardins de Trois-Rivières, David Bélanger.

Un partenariat à plusieurs volets

Bien que le partenariat avec Desjardins et l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières soit variable d’année en année, l’implication de l’établissement financier en est d’abord un d’appui. « Chaque année, la façon dont on supporte l’OMH peut être différente, mais on tente le plus possible de miser sur le volet de l’éducation financière et l’accès au logement de leurs locataires », explique M. Bélanger.

Pour ce faire, Desjardins met à la disposition de la population plus vulnérable divers outils financiers pouvant leur venir en aide. De ce nombre, on retrouve notamment le programme d’éducation financière pour jeunes adultes Mes finances, mes choix, offert en collaboration avec des organismes locaux, qui a pour but de démystifier les finances personnelles. 

De plus, le Fonds d’Entraide Desjardins piloté par le Centre d’intervention budgétaire et sociale (CIBES) permet à une clientèle éprouvant des difficultés financières d’avoir accès à une consultation budgétaire tout à fait gratuitement, en plus de pouvoir obtenir dans certains cas, un prêt assorti de modalités de remboursement adapté selon leurs capacités.

En lien direct avec la clientèle de l’OMHTR, ces programmes sont ainsi la preuve vivante que l’éducation financière est primordiale lorsqu’il est question d’accès au logement.  « Ce qu’on apprécie le plus de ce partenariat avec l’OMH de Trois-Rivières, c’est que ça nous garde en contact avec la réalité quotidienne que peuvent vivre des gens de notre communauté. C’est pourquoi il était important pour nous de supporter cette organisation, afin de nous aussi, pouvoir contribuer à notre manière, dans le but de donner des chances égales à tous de se loger convenablement », conclut M. Bélanger.

À l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières, vous loger nous habite! Vous avez une question ou vous souhaitez faire une demande de logement? Contactez l’OMHTR au 819 378-5438!

Saviez-vous que!

L’OMHTR offre aussi des logements subventionnés dans le secteur privé grâce au programme Supplément au loyer.

35e Coop. forestière Haut Saint-Maurice

35 ans et plus forte que jamais!

Célébrer trente-cinq ans de succès, ce n’est pas rien! À titre de président de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice, je tiens à féliciter personnellement chacun des membres qui ont contribué à son développement tout au long des 35 dernières années.

De plus, je ne peux passer sous le silence ma fierté de faire partie d’un conseil d’administration qui est composé en grande majorité de travailleurs. C’est d’ailleurs un des avantages d’être membre d’une coopérative de travailleurs, puisque la démocratie est un concept clé du mouvement coopératif. 

Par ailleurs, à titre d’employé de la Coopérative depuis près de 18 ans, notamment en tant que superviseur de récolte et en tant que vice-président, je peux vous dire que la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice à tous les ingrédients pour être attractive et pour attirer de nouveaux membres et ainsi, pallier la pénurie de main-d’œuvre.

À cet effet, nous avons procédé l’an dernier à une planification stratégique afin d’améliorer notre «membership». Pour ce faire, nous savons que pour réussir, il faut se servir de notre forme juridique unique de coopérative, c’est-à-dire qu’un membre est une partie prenante de l’entreprise, qu’il a la possibilité d’être membre du conseil d’administration et qu’il a la possibilité de participer à une assemblée générale annuelle où les résultats financiers et opérationnels sont présentés. Le tout sans oublier que lorsque notre Coopérative réalise un bénéfice, une ristourne peut être versée à nos membres. Et ce ne sont que quelques avantages…

En terminant, je souhaite profondément que la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice puisse continuer d’agir dans le futur à titre de moteur économique important du milieu des affaires de la Haute-Mauricie et qu’elle puisse poursuivre sur sa lancée et offrir des emplois sécuritaires et de qualité à ses membres.

Consultez la version intégrale du magazine ici.

Ghislain Lafrance

Président du conseil d’administration de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice

Agriculture automne

L’agriculture au coeur de nos vies

Qu’on le veuille ou non, c’est grâce aux agriculteurs que nous pouvons bien nous alimenter quotidiennement. Avec leurs nombreuses fermes de productions animales et végétales, la Mauricie et le Centre-du-Québec font d’ailleurs bonne figure dans ce domaine.

Nouvelles méthodes de travail, nouvelles technologies, pénurie de main-d’oeuvre, relève agricole souvent absente… ce ne sont toutefois pas les défis qui manquent pour nos agriculteurs régionaux. Agriculteurs de profession ou simple citoyen, ce cahier spécial vous aidera à mieux comprendre les tenants et aboutissants de ce secteur d’activité. 

Consultez la version intégrale du cahier Agriculture automne de votre quotidien le Nouvelliste ici.

Milieu de vie (OMHTR)

50 ans de service à la communauté

Depuis maintenant 50 ans, l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières (OMHTR) est bien connu pour son apport afin d’aider les personnes et les familles à faible revenu à se loger convenablement. Mais saviez-vous qu’en plus de sa mission d’aide au logement, l’OMHTR se fait également un devoir d’offrir des services sociocommunautaires à sa clientèle, et ce, au quotidien? Alors que l’organisation célèbre son 50e anniversaire, soulignons l’importance du partenariat avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) qui contribue à la santé globale des locataires de l’OMHTR.

Dans le cadre du projet de soutien communautaire en logement impliquant le CIUSSS MCQ, une technicienne en travail social et une infirmière clinicienne veillent au bien-être physique et mental des résidents de l’OMHTR depuis près de 10 ans.

« Nos ressources sont dédiées à l’ensemble de la population bénéficiant des services de l’OMHTR. Notre principal objectif est de travailler en dépistage et en repérage avec la clientèle pour intervenir au bon moment et de bien les orienter vers les services requis par la suite », précise la chef de l’administration de programmes du soutien à domicile pour le RLS de Trois-Rivières, Catherine St-Louis.

Un partenariat aux multiples objectifs et avantages

Alors qu’une telle collaboration peut sembler banale à première vue, cette entente entre le CIUSSS MCQ et l’OMHTR comporte toutefois de nombreux objectifs insoupçonnés. En effet, l’Office d’habitation de Trois-Rivières est en mesure de mieux orienter sa clientèle vers les intervenants du CIUSSS MCQ qui sont qualifiés pour les aider.

 « Au CIUSSS MCQ, l’expérience vécue par nos usagers nous tient à cœur et nous sommes fiers de pouvoir partager cette valeur avec l’OMH. La complémentarité entre nos deux organisations permet d’ailleurs d’avoir un partenariat de qualité qui met la population à l’avant-plan », mentionne Catherine St-Louis.

Cette entente aux nombreux objectifs permet également aux personnes ressources du CIUSSS MCQ de soutenir, d’accompagner, de coordonner, de dépister et de référer  cette clientèle vulnérable vers les services appropriés.

« Sans l’intervention de notre infirmière clinicienne ou de notre technicienne en travail social, cette clientèle ne serait, pour la grande majorité, jamais allée consulter à la suite de certains maux considérés comme banals. Notre entente avec l’OMH permet ainsi de maintenir l’autonomie de cette clientèle en la mettant en contact avec les différents services offerts par le CIUSSS MCQ, en plus de favoriser son intégration sociocommunautaire. Notre partenariat est donc gagnant pour tout le monde », conclut Mme St-Louis.

À l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières, vous loger nous habite! Vous avez une question ou vous souhaitez faire une demande de logement? Contactez l’OMHTR au 819 378-5438!

Saviez-vous que!

Le revenu annuel moyen des familles est de 10 135 $ et celui des personnes âgées de 14 432 $.