Xavier Labrecque a marqué le but égalisateur en troisième période sur des passes de Michael Pellerin et Samuel Houde. Un rare moment de réjouissances pour les Saguenéens qui se sont inclinés 3-2 en tirs de barrage face au Drakkar de Baie-Comeau dimanche, au Centre Georges-Vézina.
Xavier Labrecque a marqué le but égalisateur en troisième période sur des passes de Michael Pellerin et Samuel Houde. Un rare moment de réjouissances pour les Saguenéens qui se sont inclinés 3-2 en tirs de barrage face au Drakkar de Baie-Comeau dimanche, au Centre Georges-Vézina.

Trop confiants, les Sags coulés par le Drakkar en fusillade [VIDÉO]

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Le Drakkar de Baie-Comeau a causé une surprise, dimanche, en arrachant une victoire de 3-2 en fusillade aux dépens des Saguenéens de Chicoutimi, à leur première visite officielle au Centre Georges-Vézina cette saison. Pour les Sags, il s’agissait non seulement de la première défaite de la saison, mais aussi d’un premier revers en 10 affrontements consécutifs contre Baie-Comeau.

Faut dire que les Saguenéens ont peut-être péché par excès de confiance, puisqu’à part la troisième période, ils ont été nettement dominés par les visiteurs. Mécontent de l’effort et de l’attitude de ses troupes, l’entraîneur-chef Yanick Jean affichait une colère froide en point de presse concernant la tenue «inacceptable» de ses joueurs. Ces derniers devront s’attendre à apprendre à la dure lors de l’entraînement de mardi, même si ce sera le jour du repêchage de la LNH.

«On n’était pas prêts à jouer. Mentalement, il y a de grosses chances qu’on les ait pris à la légère. De la manière dont on s’est fait dominer, tu ne peux pas penser que mentalement, t’étais à la bonne place», a commenté Yanick Jean, confirmant que les Sags ont ramassé un point seulement grâce au travail du gardien Alexis Shank.

«On n’a pas gagné une bataille à un contre un de la soirée, on n’a pas donné d’extra, on n’a pas fait une passe de la soirée, on n’a pas pris de lancers avec conviction. Juste la fusillade, on n’a même passé proche en trois essais. Quand tu joues du hockey de rattrapage et que tu n’es mentalement pas à la bonne place, tu ne peux pas faire un ‘’reset’’ à l’intérieur d’un match. Il faut que tu sois prêt quand ça commence.»

S’il pouvait comprendre la nervosité d’un premier match vendredi, dimanche, Yanick Jean était intraitable. «Le premier match, je vis avec, mais ce soir, c’est inacceptable.

«On a 30 minutes où ce n’était pas assez vendredi et là, 65 minutes que ce n’était pas assez. Normalement, quand tu viens ici, il faut que tu mettes tes bottes de travail et que tu sois prêt à travailler, peu importe le talent que tu as. Quand tu ne travailles pas dans cette ligue-là, tu ne gagnes pas et on l’a vu ce soir. On a été dominés contre une équipe plus jeune, une équipe qui avait faim et qui, mentalement, était mieux préparée à faire face à la situation. Ils ont joué samedi, alors on n’avait aucune excuse. On leur a donné le tempo à une série de 12 matchs contre eux (cette saison) avec un effort lamentable.»

Le pilote des Bleus a ajouté que l’équipe d’entraîneurs allait faire son boulot pour s’assurer que les joueurs ne fassent plus preuve d’autant de mollesse, mais qu’ils jouent selon les valeurs et l’identité des Sags.

Capitaine des Saguenéens, Samuel Houde n’a pu que confirmer qu’ils ne se sont pas présentés comme ils auraient dû. «Mais c’est vraiment au niveau de nos choix de décisions. On a causé beaucoup trop de revirements. On leur a donné la game facile et dans le fond, on s’est battus nous-mêmes. On s’est mal préparés, on est arrivés ‘’sloppy’’ et on a joué du hockey de rattrapage», a-t-il admis, convenant qu’il faudra éviter qu’une telle attitude se reproduise.

Drakkar affamé

Visiblement, les joueurs du Drakkar, eux, n’avaient pas laissé leurs jambes dans l’autobus. Ils ont amorcé la rencontre en force pour prendre les devants 1-0 et dominer le premier vingt 17-3 dans les lancers. Le cerbère des Sags, Alexis Shank, a d’ailleurs été fort occupé, notamment en raison de l’indiscipline des siens. Le Drakkar a été le premier à s’inscrire au pointage sur un jeu de puissance, peu après sept minutes de jeu. Xavier Fortin a fait mouche sur un tir de la pointe qui a surpris Shank à sa droite. Les protégés de Yanick Jean ont bien failli se faire prendre à nouveau en défaut sur un second désavantage numérique. La rondelle a rebondi sur la baie vitrée derrière le filet, puis dans le dos de Shank avant de retomber dans le but. Le but a été annulé parce que le cerbère a été bousculé avant que la rondelle ne franchisse l’embouchure du filet.

Malgré leurs efforts, les Saguenéens n’ont pas été en mesure d’enfiler le but qui leur aurait permis de savourer la victoire contre le Drakkar. Dans une défaite de 3-2 en fusillade, ils ont au moins récolté un point grâce au brio du gardien Alexis Shank, qui ne pouvait tout faire cependant.

La deuxième, bien qu’un peu mieux, a été tout aussi laborieuse pour les locaux. La rondelle bondissante ne semblait pas vouloir collaborer avec les Bleus. Il faudra attendre presque à mi-chemin de la rencontre pour voir le duo Lapierre-Dawson enfin loger la rondelle derrière Lucas Fitzpatrick et niveler la marque. Mais 46 secondes plus tard, Baie-Comeau a repris les devants. Max-Antoine Mélançon (son premier de la saison) n’a eu qu’à pousser la rondelle qui avait échappé à la vigilance de Shank, occupé par le trafic devant son filet. Par la suite, les Sags ont bien tenté de créer l’égalité, Lapierre servant une belle passe à Mercer qui a décoché un plomb sur réception, mais Fitzpatrick avait bien suivi la manœuvre. Après 40 minutes de jeu, le Drakkar était toujours en avance et dominant dans les tirs au but (32-13).

Les Sags ont retroussé leurs manches (13-11 dans les lancers) et ont créé l’égalité en début de troisième, Xavier Labrecque déviant le tir de Michael Pellerin. Malgré leur talent et leur complicité sur la glace, Hendrix Lapierre et Dawson Mercer ne sont pas parvenus à capitaliser. En toute fin de rencontre, les Sags ont bourdonné autour du filet adverse, en vain.

En prolongation, les locaux ont misé les gros canons avec les vétérans Lapierre, Mercer, Houde et Boudrias pendant les deux minutes de l’avantage numérique, encore une fois en vain.

En tirs de barrage, Samuel Houde, Christophe Farmer et Dawson Mercer n’ont pu déjouer Fitzpatrick, tandis que le capitaine Nathan Légaré a eu raison de Shank sur un tir vif, ce que n’avaient pas réussi avant lui Nathaël Roy et Brandon Frattaroli.

Énergiques

Entraîneur-chef du Drakkar, Jean-François Grégoire était heureux de voir le travail de ses jeunes protégés récompensé. «Samedi, on a joué notre premier match et on était un peu nerveux. Ça faisait quand même trois semaines qu’on n’avait pas joué. Aujourd’hui, on a préparé nos joueurs en conséquence. On se concentre sur nous, avec huit recrues et 11 nouveaux joueurs. Ce qu’on veut, c’est jouer un jeu énergique et c’est ce qu’on a fait. Les jeunes savent contre qui ils jouent. Les Saguenéens ont une grosse équipe. On a compétitionné et on a fait de bonnes choses qui ont fait en sorte qu’on ne s’est pas laissé impressionner. Et le résultat a fait en sorte que ç’a été bon pour nous», résume-t-il. «C’est un match et c’est de l’expérience; c’est une bonne leçon pour eux, comme quoi quand ils travaillent tous ensemble, les bonnes choses peuvent arriver.»

POINTES DE PLUME

• Il y a un pigeon qui est un fan fini des Saguenéens. Vendredi, il suivait de près le travail de la Zamboni et dimanche, il s’est installé sur le rebord de la galerie de presse pour suivre la rencontre...

• Il y avait encore une quinzaine de dépisteurs présents au Centre Georges-Vézina dimanche...

• Dommage pour les Sags qui auraient pu poursuivre sur une belle séquence. Au printemps dernier, ils avaient signé deux victoires de 5-1 et 5-0 contre le Drakkar les 8 et 11 mars, tout juste avant que la pandémie ne mette fin abruptement à une fin de saison et des séries des plus excitantes. Dimanche, ils auraient pu signer un 10e gain d’affilée.

• Ils affronteront le Drakkar à 12 reprises cette année...