Hendrix Lapierre disputera vendredi un premier match officiel en près d’un an, lors de la partie d’ouverture face aux Cataractes de Shawinigan.
Hendrix Lapierre disputera vendredi un premier match officiel en près d’un an, lors de la partie d’ouverture face aux Cataractes de Shawinigan.

Repêchage de la LNH: Lapierre, Mercer et Crevier seront épiés lors de la fin de semaine d’ouverture

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Avec le repêchage de la Ligue nationale qui débutera mardi, les attaquants des Saguenéens Dawson Mercer et Hendrix Lapierre, ainsi que le défenseur Louis Crevier, auront les deux premiers matchs de la saison régulière pour attirer l’attention une dernière fois des recruteurs qui seront certainement nombreux au Centre Georges-Vézina, vendredi et dimanche.

Dans le cas d’Hendrix Lapierre, qui disputera vendredi, face aux Cataractes, un premier match officiel en près d’un an, ces deux rencontres permettront de valider que ses problèmes de santé, que ce soit de commotion cérébrale ou de maux de cou, sont bel et bien derrière lui. Pour l’entraîneur-chef Yanick Jean, le numéro 92 a déjà prouvé bien des choses depuis le début du camp d’entraînement. «Si des gens ne sont pas encore convaincus, ce sont des recruteurs qui sont restés assis dans le salon chez eux à ne pas faire leurs devoirs ou qui n’ont aucun impact dans leur organisation. Ça ne fait aucun doute dans son cas», estime avec enthousiasme le pilote des Bleus.

«C’est probablement lui qui va avoir gagné le plus du fait qu’il va avoir eu un camp d’entraînement et cette première fin de semaine. Avec tout ce qui lui est arrivé depuis un an, je pense que c’est la moindre des choses», poursuit-il, le qualifiant d’électrisant et de dominant en matchs préparatoires avec une récolte de huit points en quatre parties.

«Je le trouve transformé par rapport à l’an dernier. Il montre de la maturité et son niveau de concentration est élevé. Il est structuré et son attention est vraiment sur les tâches à accomplir. Je pense que Mercer et lui, sur la glace et à l’extérieur, ils pensent comme des choix de première ronde et des joueurs de hockey», de faire valoir Yanick Jean.

Hendrix Lapierre est également convaincu que son rang au repêchage ne sera pas transformé par la prochaine fin de semaine, mais deux bonnes performances ne pourraient certainement pas nuire. «Je ne pense pas que ça va changer tant que ça pour le repêchage. Ce sont seulement deux matchs. C’est sûr que si je suis capable d’avoir de gros matchs, ça peut être très bon, mais il ne faut pas trop s’en faire avec ça. On veut une chose avec les Saguenéens, c’est gagner. Je pense qu’on a une bonne équipe et on veut gagner le match d’ouverture, ça fait longtemps qu’on ne l’a pas fait. C’est le plus important pour l’instant», souligne l’attaquant de 18 ans qui a entièrement raison, les Sags ayant perdu leurs six dernières parties inaugurales.

Même s’il enfilera le chandail des Sags pour un match de saison régulière pour la première fois depuis le 21 novembre 2019, Hendrix Lapierre ne semblait pas trop nerveux, la veille, après l’entraînement de l’équipe. «Je pense que la nervosité, c’est quand même négatif au hockey. Je suis vraiment fébrile et j’ai vraiment hâte. Ça fait longtemps que je n’ai pas joué. Je suis très content de revenir au jeu et en ce moment, ça se passe vraiment bien. J’espère continuer comme ça pour le début de l’année, de noter Lapierre. Je dois embrasser l’occasion. Tu dois vouloir ce défi et que tu aimes ça. C’est ce qui fait que le hockey est un aussi beau sport. Tu as plein de défis et tu dois te surpasser, ce que je vais essayer de faire face aux Cataractes.»

De l’excitation pour Mercer

Son coéquipier et nouveau compagnon de trio Dawson Mercer sera également épié, en fin de semaine, lui qui est également considéré comme un espoir de première ronde ne vue du repêchage. «Je le prends comme n’importe quelle fin de semaine. Ce n’est pas différent. C’est le même sport que je joue depuis toujours et je vais amener le même niveau de compétitivité. C’est un gros début de saison pour notre équipe. On affronte une très bonne équipe, vendredi. Nous devons donner le ton et montrer à tout le monde le genre de club que nous avons. Pour le repêchage, j’ai deux autres matchs pour montrer ma progression au cours de l’été et j’espère que la semaine prochaine je vais apprécier le repêchage. Ce sera un moment spécial», d’exprimer l’attaquant qui aura 19 ans à la fin du mois.

«C’est plus de l’excitation du début de la saison qui arrive enfin, et dont je veux profiter, et du repêchage qui approche à grands pas. Je ne veux pas laisser la pression affecter mon jeu. J’essaie de m’assurer que je fais la même chose jour après jour et que je suis aussi constant que je peux. C’est ce que je veux montrer en fin de semaine», de mettre en contexte Dawson Mercer.

Au cours des dernières semaines, en plus de leur complicité qui s’annonce très prometteuse sur la patinoire, les deux joueurs ont développé leur amitié à l’extérieur de la patinoire. Invités à en parler, les deux jeunes hommes ont d’ailleurs tenu des propos très similaires, jeudi, l’un envers l’autre. «Nous avons un bon départ ensemble. Nous avons tous les deux des habiletés, de la vitesse et de l’intelligence sur la glace. Nous utilisons notre style respectif à notre avantage. Je veux l’aider autant qu’il veut le faire avec moi», a d’abord souligné Dawson Mercer.

En plus de leur complicité sur la glace, les attaquants Hendrix Lapierre et Dawson Mercer ont développé des liens à l’extérieur.

«À la base, on est deux joueurs qui comprennent la “game”. On est deux gars intelligents avec un bon sens du jeu. On savait pas mal comment se positionner. On est deux bons communicateurs et qui adorent le hockey. On est passionnés et je pense qu’on peut se donner des trucs. On n’hésite pas à le faire. C’est un gars comme moi, passionné et dédié au hockey. On est très compétitifs. On déteste perdre donc on va tout faire en notre pouvoir pour aider l’équipe à gagner. Si on peut avoir un bon début de saison, tant mieux, et je n’ai aucun doute qu’on peut le faire», a pour sa part indiqué Hendrix Lapierre.

Louis Crevier veut faire bonne impression

Le défenseur format géant Louis Crevier sera également l’un des points de mire, en fin de semaine, tout comme l’attaquant Mavrik Bourque du côté des Cataractes dont il est le nouveau capitaine. Ce dernier est également classé en première ronde sur la dernière liste de la Centrale de recrutement de la LNH, au 22e rang en Amérique du Nord, tandis que l’arrière des Sags se retrouve au 118e rang. «Je pense que c’est surtout de faire bonne impression, laisse tomber Louis Crevier. Il ne faut pas que je prenne deux périodes à m’adapter parce que c’est le début de la saison. Il faut vraiment que je sorte fort. On n’a pas beaucoup de matchs et c’est sûr qu’ils sont plus importants pour les gars qui ont des chances d’être repêchés. Je ne suis pas un Lapierre ou un Mercer. Je dois peut-être prouver un peu plus. C’est sûr que ce sont des matchs importants.»

Le défenseur Louis Crevier était classé au 118e rang en Amérique du Nord sur la liste finale de la Centrale de recrutement de la Ligue nationale. Il pourrait gagner des points en fin de semaine avec plusieurs recruteurs attendus au centre Georges-Vézina, surtout vendredi face aux Cataractes.

«J’aime ça quand il y a de la pression. Il va y avoir du monde qui va venir nous regarder. Il faut juste que je joue mon style tout simplement», signale Louis Crevier qui en sera à sa troisième saison avec les Sags. Il aura donc un rôle très important dans la brigade défensive, d’autant plus pendant l’absence d’Artemi Kniazev, toujours retenu de l’autre côté de l’océan Atlantique, jusqu’à nouvel ordre, en raison des restrictions fédérales.

«En même temps, il faut se préparer à ça. Il risque d’y avoir encore des blessures cette année. Quand un vétéran à la défensive va manquer, ça va être aux autres de prendre la relève. En attendant Artemi, c’est sûr qu’on doit prendre les bouchées doubles», de convenir le numéro 24.

+
YANICK JEAN FÉBRILE 

«Je dirais que c’est probablement le début de saison où je suis le plus fébrile.» Depuis le mois de mars, l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, est passé par toute la gamme des émotions. La fin de la saison et les séries ont été annulées alors que sa formation aspirait aux grands honneurs. Les dirigeants de la LHJMQ ont ensuite décidé d’aller de l’avant avec la saison 2020-2021, même sans spectateurs. Les hostilités débutent vendredi, ce qui est déjà une petite victoire.

«Est-ce que tu veux recommencer ou poursuivre ? C’est la question à laquelle nos joueurs doivent répondre. On l’a dit au camp d’entraînement que tu as deux choix. Soit tu t’apitoies sur ton sort et tu repars à zéro en disant qu’on avait une chance ou soit tu te dis que même si ce n’est pas la même équipe, on va poursuivre ça et tout faire pour que ça fonctionne», d’insister Yanick Jean.

«Je l’ai dit souvent, mais je suis impressionné par le focus de nos joueurs et leur maturité. Maintenant, il reste à apporter ça dans nos matchs de saison régulière», indique-t-il.

«Les 19 et 20 ans étaient dominants sur la glace, aujourd’hui (jeudi). Ils ont l’expérience et savent dans quoi et vers où ils s’en vont, d’observer l’entraîneur-chef. C’est ce qui fait que je suis fébrile et j’ai hâte. Normalement, c’est calme, mais là, je sens qu’ils ont hâte. Je me range derrière eux et j’essaie de me mettre dans leur peau avec tout ce qu’ils ont vécu. Je ne peux pas faire autrement qu’être content.»

POINTES DE PLUME

• Sans surprise, Alexis Shank défendra le filet des Sags pour ce match inaugural face aux Cataractes. Il s’agira de sa troisième partie d’ouverture en carrière. Avec l’absence des deux vétérans et du défenseur Loris Rafanomezantsoa, un seul attaquant sera rayé de l’alignement.

• Les Sags ont perdu leurs six derniers matchs d’ouverture de la saison. Leur dernière victoire remonte à 2013 alors qu’ils l’avaient emporté en prolongation contre les Remparts de Québec.

• Comme Hendrix Lapierre et Dawson Mercer peuvent tous deux évoluer au centre et à l’aile et qu’ils évoluent au sein du même trio, ils prennent tous les deux des mises en jeu, tout dépendant de la situation. La semaine dernière, à Shawinigan, Mercer a pris sept mises en jeu et Lapierre dix et au total, ils en ont remporté 10 sur un total de 17.

• Une petite précision s’impose sur la banque de choix des Sags pour les prochains repêchages. Dans l’analyse de la prochaine saison, publiée jeudi, il était question du peu de choix de l’équipe pour les deux prochains repêchages. Si c’est vrai pour 2021, en 2022, les Sags ont encore leurs choix de première et deuxième ronde et un autre choix de deuxième tour.

• Finalement, les exigences de la ministre des Sports du Québec, Isabelle Charest, sur des sanctions plus sévères pour les bagarres dans la LHJMQ, n’étaient que de la petite bière en comparaison avec celles de son homologue ontarienne. Lisa MacLeod a mentionné jeudi, dans une entrevue à TSN, que pour permettre la reprise des activités, prévue le 1er décembre, les autorités de la Ligue de l’Ontario devraient bannir les bagarres et même les mises en échec.

• Depuis le début du débat sur les sanctions plus sévères pour les bagarres, Yanick Jean s’est toujours montré en accord. L’entraîneur des Sags appuie donc les nouvelles règles adoptées mercredi par l’Assemblée des membres de la LHJMQ, deux semaines après un refus. Insatisfaite de ce statu quo, la ministre des Sports Isabelle Charest a ensuite fait parvenir une lettre aux 12 équipes québécoises, utilisant l’aide financière attendue estimée à 20 millions $ comme levier. Les nouvelles mesures prévoient notamment une pénalité d’inconduite de dix minutes en plus d’une majeure de cinq minutes ainsi qu’une suspension automatique après trois bagarres dans une saison. « On est rendus là. Les bagarres sont en diminution d’année en année. En mettant en place des règles plus sévères, on va voir encore une diminution plus marquée », fait valoir Yanick Jean, rappelant que la saison dernière, les Sags ont pris le 17e rang dans la LHJMQ, étant impliqués dans 11 bagarres en 68 rencontres. « Ces mesures vont faire qu’il va y en avoir encore moins et c’est correct », d’estimer le pilote des Bleus.