Depuis un bon moment, les responsables du recrutement des Capitals de Washington avaient à l’oeil l’attaquant des Sags Hendrix Lapierre, qu’ils ont sélectionné en première ronde, 22e au total, lors du repêchage de la Ligue nationale, qui se déroulait virtuellement cette semaine.
Depuis un bon moment, les responsables du recrutement des Capitals de Washington avaient à l’oeil l’attaquant des Sags Hendrix Lapierre, qu’ils ont sélectionné en première ronde, 22e au total, lors du repêchage de la Ligue nationale, qui se déroulait virtuellement cette semaine.

Lapierre «a tout pour réussir», selon Martin Pouliot, recruteur des Capitals

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Mardi soir, les Capitals de Washington ont procédé à une transaction pour s’avancer au 22e rang lors du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) et ainsi sélectionner l’attaquant des Saguenéens Hendrix Lapierre. Le recruteur professionnel de l’organisation championne de la Coupe Stanley en 2018, Martin Pouliot, était aux premières loges et confirme que les membres de l’état-major avaient en haute estime le Gatinois.

«On était bien excités d’avoir pu mettre la main sur Hendrix. Il était quand même assez haut sur notre liste. Je pense que c’est un petit gars qui a beaucoup de talent, une bonne vision du jeu, des mains et un bon coup de patin. Il a tout pour réussir, mais le repêchage, c’est la première étape», raconte en entrevue téléphonique Martin Pouliot qui, à défaut d’être présent à Washington, participait à la table ronde via Zoom de sa résidence de Québec.

«Il était plus haut qu’au rang de sélection qu’on l’a pris. Il était aimé par tout le monde dans le personnel. On souhaite qu’il continue à se développer de la bonne façon et qu’il joue un jour pour les Capitals de Washington», mentionne l’ancien entraîneur des Voyageurs de Saguenay dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJÉQ).

Même s’il est dépisteur professionnel depuis quelques années, Martin Pouliot, qui travaille pour les Capitals depuis 1998, a profité de la situation des derniers mois pour prêter main-forte dans l’évaluation des espoirs.

Il était d’ailleurs présent au centre Georges-Vézina, dimanche dernier, pour voir à l’oeuvre le futur choix de première ronde de l’équipe.

«On est bien structurés à ce niveau. On a un site où on peut mettre la main sur des vidéos de plusieurs matchs de chaque joueur. Si on a un doute sur un joueur ou quelque chose, on peut prendre un peu de temps et regarder ses derniers matchs», précise-t-il.

Au cours des derniers mois, de nombreuses informations ont circulé sur l’état de santé d’Hendrix Lapierre, qui a raté plus de dix mois d’action. La situation n’a pas du tout effrayé les responsables du recrutement des Capitals.

Le directeur du recrutement amateur, Steve Bowman, le directeur général adjoint, Ross Mahoney, et le recruteur au Québec, Alan Haworth, un ancien attaquant des Sags à la fin des années 70, étaient tous d’accord à propos du Gatinois.

Recruteur pour les Capitals de Washington, champions de la Coupe Stanley en 2018, Martin Pouliot confirme que les membres de l’organisation se félicitaient d’avoir pu mettre la main sur Hendrix Lapierre au 22e rang.

«C’est de même dans chaque club. Ce n’est pas un gars seul qui dit qu’on prend lui. Il y avait un consensus au niveau de l’organisation», convient Martin Pouliot, précisant que les membres de l’organisation l’avaient à l’oeil depuis sa première saison dans la LHJMQ.


« Il était aimé par tout le monde dans le personnel. On souhaite qu’il continue à se développer de la bonne façon et qu’il joue un jour pour les Capitals de Washington. »
Martin Pouliot

«Même si tu aimes un gars et que tu le veux, ça prend juste une équipe avant toi qui le prenne et tous les espoirs de mettre la main sur ce gars-là tombent», rappelle le recruteur d’expérience, qui a pensé à quelques reprises que des équipes devanceraient les Capitals, dont les Rangers de New York après une transaction, ainsi que les Sénateurs d’Ottawa et les Devils du New Jersey, qui ont des recruteurs à temps plein au Québec et qui possédaient plusieurs choix en ronde initiale.

« Il y a une question de timing dans la vie. Peut-être que s’il n’y a pas de pandémie, Hendrix joue dans les séries, a des performances merveilleuses et aide les Sags à faire un long parcours jusqu’à la Coupe Memorial. Tous les doutes que certaines équipes avaient sont dissipés, ce qui fait qu’il ne glisse peut-être pas à nous », de mettre en contexte Martin Pouliot.

« On est bien contents de la sélection qu’on a faite, mais il reste encore un bon bout de chemin. Il faut qu’Hendrix fasse les efforts nécessaires pour améliorer de petits aspects plus négatifs dans son jeu, mais il a de belles habiletés. Il a tout pour réussir et ça part avec le sens du hockey. Je crois que quand tu as un sens du hockey au-dessus de la moyenne, tu augmentes tes chances de jouer dans la LNH. On adore ses mains, sa vision du jeu. Il fait des passes et voit le jeu comme un pro. On souhaite qu’il continue à se développer de la bonne façon et qu’il n’ait plus de blessures », enchaîne-t-il, notant que le nouveau membre des Capitals devra notamment grossir physiquement, améliorer son lancer et aller un peu plus dans le trafic avant d’atteindre le prochain niveau.

«Le reste, le package est là», d’insister Martin Pouliot, ajoutant que le directeur du développement des Capitals, Steve Richmond, espère être en mesure de se rendre à Chicoutimi prochainement afin de prodiguer quelques conseils au nouveau membre de l’organisation des Capitals.