Dawson Mercer est devenu un choix de première ronde de Devils du New Jersey au cours de l'automne.
Dawson Mercer est devenu un choix de première ronde de Devils du New Jersey au cours de l'automne.

Des attentes plus grandes envers Dawson Mercer au camp d’Équipe Canada junior

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
L’année dernière, Dawson Mercer a créé une certaine surprise en réussissant à mériter un poste avec Équipe Canada junior sans même avoir été invité au camp estival. Cette année, les attentes sont plus grandes envers l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi et espoir des Devils du New Jersey qui ne changera pas son style pour autant.

« Je peux arriver tout de suite et me concentrer sur mon jeu. Je suis un joueur de 200 pieds qui peut avoir différents rôles au sein d’une équipe. C’est ce que je veux faire. Je veux avoir la même approche que l’an dernier et m’assurer de faire ma place. Cette mentalité ne va jamais changer chez moi et je suis prêt à tout faire pour gagner », a indiqué Dawson Mercer, lors d’un point de presse virtuel, après son premier entraînement à Red Deer, en Alberta.

C’est là que sont regroupés les 47 candidats pour un poste, dont six vétérans de l’édition championne de l’an dernier, dans une bulle qui s’échelonnera jusqu’au 13 décembre en vue du Championnat mondial junior, lequel se déroulera également dans un environnement protégé pendant la période des Fêtes à Edmonton.

Pour Mercer, même si la situation est bien différente de l’an dernier, notamment après sa sélection au 18e rang du dernier repêchage de la LNH par les Devils, la pression pour lui demeure la même, c’est-à-dire à peu près inexistante.

« Je pense que jouer sans pression est toujours une bonne chose. Je vais faire de mon mieux et si ça arrive, tant mieux. Je veux seulement m’assurer que plus tard, je serai fier de ce que j’ai accompli et je n’aurai pas de regret. C’est cette approche que j’amène avec l’objectif de m’assurer que je m’améliore jour après jour », de mentionner l’attaquant de 19 ans qui est devenu le troisième joueur originaire de Terre-Neuve, l’an dernier, à remporter la médaille d’or avec la formation canadienne.

« Avec l’expérience de l’an dernier, je veux amener du leadership au sein de l’équipe. On avait vraiment un bon noyau de leaders, l’an dernier, et c’est vraiment l’une des raisons de la médaille d’or. Si on peut reproduire ça cette année, tout va bien aller. Comme vétéran, je vais accepter n’importe quel rôle que les entraîneurs veulent me donner. Je suis versatile. Je peux amener de l’offensive, mais aussi être fiable défensivement. Il y aura beaucoup de talent au sein de cette équipe et je vais prendre le rôle qui me revient. Je veux gagner la médaille d’or. C’est un sentiment incroyable et ce serait merveilleux d’y arriver encore avec ce groupe », de révéler Dawson Mercer, estimant que le long camp permettra de bâtir la chimie entre les joueurs.

Cette chimie, il la partage déjà avec son coéquipier des Saguenéens Hendrix Lapierre depuis bientôt près d’un an. Pour la durée du camp, ils seront toutefois séparés dans deux équipes différentes, Mercer avec les Blancs et Lapierre avec les Rouges.

« On se poussait à Chicoutimi pour s’assurer qu’on serait prêts tous les deux pour ce début du camp. C’est une belle occasion pour nous deux. Hendrix est talentueux et il doit seulement garder son style. Il a eu une saison difficile, l’an dernier, et est revenu plus fort. Il avait un très gros début de saison. S’il continue dans cette veine et qu’on parvient à percer l’alignement, ce serait un très bon sentiment de l’avoir comme coéquipier. Comme nous sommes dans des équipes différentes au camp, on va s’affronter sur la patinoire, mais ce sera agréable de le côtoyer. Le même conseil s’applique pour tout le monde. Ici, c’est l’élite du hockey junior au Canada et personne n’a un poste garanti. Ça va revenir à ceux qui le veulent le plus », d’estimer Dawson Mercer. Celui-ci participait au point de presse virtuel avec un autre vétéran et attaquant, l’Ontarien Connor McMichael, peut-être un futur coéquipier d’Hendrix Lapierre dans l’organisation des Capitals de Washington, également un choix de première ronde de l’équipe, en 2019.