Samuel Poulin a quitté Sherbrooke samedi avec son équipement sur le dos pour rejoindre le camp de l’équipe canadienne de hockey junior, à Red Deer en Alberta.
Samuel Poulin a quitté Sherbrooke samedi avec son équipement sur le dos pour rejoindre le camp de l’équipe canadienne de hockey junior, à Red Deer en Alberta.

Poulin souhaite ramener le titre d’Alberta... et Hlavaj

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
SHERBROOKE — En quittant le Palais des sports samedi en direction de Red Deer pour prendre part au camp d’Équipe Canada junior, le capitaine du Phœnix Samuel Poulin espérait que le jour où il reviendra à Sherbrooke, ce sera en compagnie du Slovaque Samuel Hlavaj.

Ramener le titre mondial serait bien, mais ramener aussi le gardien étoile de son équipe aiderait grandement Samuel Poulin à retrouver le chemin de la victoire après avoir vu son équipe subir la défaite à ses cinq premières rencontres de la saison. 

En raison de la pandémie, le portier du Phœnix a été forcé de rester dans son pays d’origine et d’évoluer pour la formation de sa ville natale, sans pouvoir revenir au Canada afin d’entamer la saison 2020-2021 de la LHJMQ. 

« On espère que sa présence aux Championnats mondiaux de hockey junior lui permettra de rester au Canada, puisqu’il y sera déjà, soutient le directeur général Stéphane Julien, également entraîneur de l’équipe. Puisque les Mondiaux seront à Edmonton, on croit que Samuel Hlavaj pourrait avoir de meilleures chances d’obtenir la permission de revenir à Sherbrooke pour disputer la saison. »

L’an dernier, Hlavaj avait mené son équipe vers le premier rang de la LHJMQ et du Top 10 de la Ligue canadienne de hockey avant que la pandémie vienne abréger la saison et annuler les séries éliminatoires 2020.

Pas de partys de famille?

Stéphane Julien assure que ses joueurs pourront regagner leur famille pour la pause des Fêtes, du 20 décembre au 3 janvier 2021. Ou peut-être même bien avant dans plusieurs cas. 

En raison de l’isolement que chaque joueur devra respecter en retournant dans les provinces maritimes ou en Ontario lors du congé des Fêtes, les organisations de la LHJMQ s’apprêtent à devoir faire un peu de gymnastique avec le calendrier pour permettre à leurs joueurs des autres provinces de retrouver leurs proches durant le temps de Noël. 

« Ce sera complexe, confirme Stéphane Julien. On devra probablement étirer le congé des Fêtes donné normalement aux joueurs pour respecter leur quarantaine. Lorsqu’ils reviendront au Québec, il faudra une fois de plus qu’ils respectent un isolement. Si on perd nos gars pendant un peu moins de 30 jours parce qu’ils seront en quarantaine, ce sera compliqué. On espère pouvoir effectuer des tests de la COVID-19 plus rapidement pour obtenir des résultats plus rapidement, question d’accélérer le processus. Mais si l’organisation doit débourser pour aller au privé, ça peut devenir dispendieux. »

D’ici là, le Phœnix continuera de s’entraîner du lundi au samedi en matinée au Palais des sports, en étant la seule équipe inactive après être entrée en zone rouge et après avoir ensuite raté la possibilité de disputer cette série de matchs présentée dans la bulle du Centre Vidéotron de Québec, du 17 au 27 novembre.