L’organisation du Phoenix de Sherbrooke garde espoir et espère pouvoir terminer sa saison, cette fois.
L’organisation du Phoenix de Sherbrooke garde espoir et espère pouvoir terminer sa saison, cette fois.

11e cas de COVID-19 chez le Phoenix: « Ce n’est pas évident! »

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Après les huit cas de COVID-19 annoncés la semaine dernière chez le Phoenix de Sherbrooke et les deux autres cas concernant les officiels en devoir lors du match d’ouverture du 2 octobre, la Santé publique a confirmé mardi qu’une 11e personne avait été atteinte de la COVID-19 dans cette éclosion survenue au Palais des sports. « Ce n’est pas évident! » confie le président du Phoenix de Sherbrooke.

Denis Bourque admet que chaque jour amène son lot de changements et d’inquiétudes depuis le début de la saison dans la LHJMQ. 

« On se lève un matin et on se demande ce qui arrivera bien aujourd’hui. Ça change au jour le jour, et ce, partout: dans nos bureaux, sur la glace et pas juste à Sherbrooke, mais bien dans les 18 marchés du circuit. Ce n’est pas compliqué: je commence ma journée en me demandant quand nos activités seront suspendues en raison des cas de COVID-19 et des zones rouges. »

L’espoir demeure toutefois dans l’entourage du Phoenix. 

« Les joueurs finiront leur quarantaine et une fois l’isolement terminé, ils pourront disputer une troisième partie et ensuite, une quatrième! Espérons-le. Nous sommes toujours en zone orange en Estrie. Plusieurs autres équipes se trouvent en zone rouge. Est-ce que c’est décourageant de voir ça? Oui. Est-ce qu’on est désespérés? Non! » lance Denis Bourque, tout en se demandant où se trouve la limite pour que la LHJMQ décide d’opter pour une pause générale. 

La vie des jeunes joueurs est soudainement devenue bien compliquée en raison des différentes mesures. Tous ces changements quotidiens compliquent aussi le travail des entraîneurs, de son personnel ou des employés de bureau. 

« C’est de plus en plus complexe à tous les niveaux. Ils doivent travailler 10 fois ou même 100 plus! Mais on ne lâche pas. Après tout, qu’est-ce qui peut bien nous arriver de pire en ce qui a trait au hockey? On a dû mettre fin à notre saison de rêve, tenir un camp d’entraînement plus complexe, se passer de nos joueurs étrangers et maintenant, combattre une éclosion de COVID-19. Il ne resterait plus rien que de voir notre région passer en zone rouge, ce qui nous obligerait de suspendre nos activités complètement pour une période indéterminée.»

Mais avant tout, le Phoenix devra passer au travers cet épisode de COVID-19, une nouvelle qui a fait le tour de la province. 

« Nos joueurs se portent bien, ils sont en santé et on les garde bien occupés, assure Denis Bourque. La situation évolue de la bonne façon. Tout le monde respecte son isolement et quand nos joueurs pourront sortir, je suis certain qu’ils afficheront un large sourire. Ils ont hâte que tout reprenne comme avant. Mais on doit faire confiance au plan de la LHJMQ. On est 18 passagers et on suit tous notre leader: la ligue. Je continue de croire qu’il sera possible de terminer cette saison de 60 matchs et je pense même encore qu’il pourrait y avoir des spectateurs dans nos arénas en 2021, après les Fêtes.»