Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Il y a maintenant 11 cas déclarés de COVID-19 dans l’organisation des Olympiques de Gatineau depuis leur dernier match disputé à Sherbrooke vendredi.
Il y a maintenant 11 cas déclarés de COVID-19 dans l’organisation des Olympiques de Gatineau depuis leur dernier match disputé à Sherbrooke vendredi.

Les cas de COVID-19 explosent chez les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La crainte tant redoutée chez les Olympiques de Gatineau s’est concrétisée mardi.

Le cas positif de COVID-19 identifié chez un joueur après le dernier match de la saison régulière samedi a été confirmé. Le virus s’est même propagé à au moins 10 autres membres de l’organisation. Dans un communiqué publié en après-midi mardi, la LHJMQ a confirmé 11 cas positifs du coronavirus chez les Olympiques.

Selon les sources du Droit, il s’agirait d’un variant beaucoup plus contagieux du virus. Si tel était le cas, la situation des Olympiques serait encore plus précaire. À titre d’exemple, les Canucks de Vancouver sont aux prises avec le variant brésilien du virus depuis une semaine. Presque toute l’équipe a été contaminée et certains joueurs sont également très malades. Il s’agit de la plus grosse éclosion dans la LNH cette saison.

Plusieurs personnes ont donc dû être testées à nouveau mardi, notamment les familles qui accueillent les joueurs en pension. L’équipe a fermé ses bureaux administratifs pendant une période de 14 jours. Évidemment, l’accès à l’aréna Baribeau a également été proscrit.

Les Olympiques n’ont pas commenté la situation mardi. Ils ont plutôt publié un communiqué dans lequel ils ont confirmé leur engagement envers la santé et la sécurité de leurs joueurs.

«L’organisation est présentement affectée par plusieurs cas de COVID-19. La priorité de la LHJMQ et de notre organisation demeure la santé et la sécurité de ses joueurs, de ses familles de pension, de ses bénévoles et de ses employés. Vous comprendrez que la situation est hors de notre contrôle et que nous travaillons quotidiennement avec la Santé publique et la LHJMQ pour rétablir le tout.»

Le club a indiqué qu’il informerait les médias lorsque des développements surviendront.

La première ronde des séries éliminatoires de la LHJMQ devait débuter jeudi pour huit des 12 équipes du Québec. La ligue a toutefois indiqué que les séries ne commenceront pas «au minimum avant la fin de la période d’isolement obligatoire.»

Quatre cas chez les Remparts

Les Remparts de Québec avaient également annoncé un résultat de test positif à la COVID-19 samedi. Trois cas supplémentaires ont été diagnostiqués parmi leurs joueurs mardi.

La bonne nouvelle, c’est que les opposants des Olympiques (l’Armada de Blainville-Boisbriand) et des Remparts (Océanic de Rimouski et Drakkar de Baie-Comeau) ont tous été testés négativement en fin de semaine. Néanmoins, les joueurs et le personnel des trois équipes devront quand même observer une quarantaine de 14 jours. Les officiels qui ont travaillé dans les matches des Olympiques et des Remparts ont aussi obtenu des résultats négatifs.

«La LHJMQ va s’assurer que les joueurs infectés seront complètement rétablis avant même de considérer des scénarios de retour au jeu», a conclu la ligue dans son communiqué.

Tour de force

En cette saison marquée par la pandémie, la LHJMQ a quand même réussi un tour de force en présentant 292 matches dans ses 12 marchés du Québec et ses six marchés des Maritimes jusqu’à présent. Au Québec, seulement trois clubs n’ont jamais été importunés par les désagréments de la COVID-19: les Foreurs de Val-d’Or et les Huskies de Rouyn-Noranda en Abitibi ainsi que les Cataractes de Shawinigan en Mauricie.

Des éclosions ont été déclarées à Gatineau, Québec, Drummondville, Sherbrooke, Blainville-Boisbriand, Chicoutimi (personnel seulement) et Victoriaville. Le Drakkar de Baie-Comeau a raté deux matches avec deux cas de «faux positifs». L’Océanic de Rimouski n’a pas été touché, mais se retrouve en pause forcée en raison de ses contacts avec les Remparts dans la dernière semaine d’activités de la saison régulière.