Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’Océanic de Rimouski s’est incliné 3 à 1, dimanche, devant les Voltigeurs de Drummondville.
L’Océanic de Rimouski s’est incliné 3 à 1, dimanche, devant les Voltigeurs de Drummondville.

Rimouski 1/Drummondville 3: un autre mauvais départ pour l’Océanic [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Si les chances de marquer et les lancers dangereux ont été à l’avantage de l’Océanic qui a dominé les Voltigeurs au chapitre des tirs au but (32-23), les Rimouskois ont encore une fois connu un mauvais départ, dimanche, lors du dernier match de l’environnement protégé du Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Pour ce sixième match en neuf jours, la troupe bas-laurentienne a courbé l’échine 3 à 1 devant Drummondville.

Bien que les tirs au but étaient nombreux, les hommes de Serge Beausoleil n’arrivaient pas à atteindre la cible. «C’est un point important, reconnaît l’entraîneur-chef. Ça tue notre attaque. Souvent, on essaie de la mettre dans 2 ou 3 pouces carrés, alors qu’on devrait plus viser les retours et l’achalandage.» 

Le capitaine faisait la même lecture. «Les gars essaient trop le tir parfait, a observé Nathan Ouellet. On a deux semaines avant la prochaine bulle pour travailler là-dessus. C’est quelque chose qui est facile à améliorer. Le positif dans tout ça, c’est qu’on est capables de prendre beaucoup de tirs au filet. Ça veut dire qu’on est en zone offensive et qu’on passe beaucoup de temps dans l’autre zone. Il nous manque juste un petit détail. Il va falloir continuer à bâtir là-dessus.» 

L’ancien attaquant, qui a été utilisé comme défenseur au cours des derniers duels, avait une vision mi-figue mi-raisin de cette partie. «Je pense que ça n’a pas été la meilleure de la bulle, mais ça a quand même été une bonne performance, a analysé Ouellet. Par contre, il va falloir être plus “sharp” dans les prochains matchs pour partir du bon pied. Ça fait une couple de “games” qu’on concède les premiers buts. Mais en général, on peut bâtir sur ce match-là; on a vu de belles choses. Puis, à l’image d’autres bulles, on n’a pas abandonné pour revenir de l’arrière.»

Solide performance du gardien adverse

Si les Rimouskois n’ont jamais baissé les bras et qu’ils ont bien tenté de se rattraper, l’échec avant des hommes de Steve Hartley et la solide performance du gardien de but Riley Mercer, possiblement la meilleure de sa jeune carrière dans la LHJMQ, ne leur ont donné aucun espace, avec une défensive très serrée. 

«J’aurais aimé qu’on ait un peu plus de circulation autour du filet, souhaitait l’entraîneur-chef des Bleus, Serge Beausoleil. Mercer a joué un très, très fort match. Je pense que Zachary Bolduc a eu neuf lancers dangereux à bout portant, la plupart du temps, deux ou trois sur la même séquence. En troisième période, il a débordé la défensive pour se retrouver complètement seul. Je pense qu’il faut donner beaucoup plus le crédit au gardien qu’à la défensive.»

Pour sa part, le capitaine Ouellet a admis que la gestion de la rondelle de son équipe était déficiente. «On a fait beaucoup de “turn-over”, on a donné beaucoup de “pucks” à l’adversaire. Je pense qu’on peut être meilleurs là-dessus. Les Voltigeurs sont une bonne équipe, mais on est capables de rivaliser contre tous les clubs. On l’a vu dans cette bulle-là.»

Deux buts en début de match

Justin Côté (10e) a poursuivi sur son élan des derniers matchs en ouvrant la marque dans les premières minutes de la rencontre après s’être frayé un chemin vers le filet à travers la défensive adverse. La recrue de 16 ans était assistée de Xavier Simoneau et de Mikael Diotte. Puis, d’un lancer précis dans le haut du filet, Charlie Da Fonseca (7e) a doublé l’avance des Voltigeurs à 14:03 de la première période en avantage numérique. Raphaël Audet, qui avait la vue voilée, n’a eu aucune chance. Pour Beausoleil, il s’agissait encore une fois de deux mauvais buts en commençant. «Ça fait deux matchs en ligne», a déploré le pilote de Rimouski.

Aucun but n’a été marqué à l’engagement médian. Invincible, Mercer a fermé la porte 23 fois en 40 minutes. Le cerbère de 16 ans a fini par céder au milieu du troisième tiers sur le 30e tir de Rimouski. Jérémie Biakabutuka a tout bonnement glissé la rondelle vers Xavier Cormier (9e) qui, oublié dans l’ouverture de la cage, n’a donné aucune chance au jeune portier. Mais, à deux secondes à écouler au cadran de la rencontre, Da Fonseca (8e) a scellé l’issue du match en enfilant son deuxième but dans un filet désert.

Bilan de la dernière bulle

Dans l’ensemble, Serge Beausoleil dresse un bilan plutôt positif de cette dernière bulle qui a pris fin dimanche soir. «J’ai beaucoup aimé l’effort des gars. Ultimement, c’est beaucoup de hockey. Je vois des progressions, je vois notre premier trio qui émerge, je vois aussi des avancées sur l’avantage et le désavantage numériques. J’ai moins bien aimé les performances de nos cerbères en fin de parcours. Puis, on a trop de revirements en ce moment. Je pense qu’on est capables de faire une meilleure gestion de la rondelle. On a passé beaucoup plus de temps dans les zones offensives que nos adversaires. Ça veut dire qu’on est dans la bonne direction.»

De son côté, le capitaine estime que ses coéquipiers ont tout donné lors de cette dernière bulle qu’il a qualifiée d’intense. «On a affronté de grosses équipes, a rappelé Nathan Ouellet. Le match contre Val-d’Or nous a tiré beaucoup de jus. Tout le monde a vidé la “tank”. Il va falloir profiter des prochains jours pour bien se reposer et être à l’entraînement cette semaine.»

Si son club n’a récolté que quatre points pendant ce cinquième environnement protégé, ce n’est pas parce que les joueurs n’ont pas compétitionné, de l’avis du capitaine de l’Océanic. «Il y avait de grosses puissances devant nous. Il faut commencer à réaliser qu’on est capables de jouer contre n’importe qui. On a un club jeune et personne ne nous voit dans les premières équipes. Mais, si on se met tous au boulot et qu’on joue de la bonne façon, on peut rivaliser contre n’importe qui!»