De gauche à droite: Jocelyn Ouellet, journaliste à VIA 90,5 FM et animateur du débat, Louis Plamondon (Bloc québécois), David Turcotte (Parti vert), Nathalie Rochefort (Parti libéral) et Pierre-André Émond (Parti conservateur).

Quatre candidats croisent le fer dans Bécancour-Nicolet-Saurel

NICOLET — Les candidats dans Bécancour-Nicolet-Saurel se sont affrontés, dimanche soir, dans un débat organisé par VIA 90,5 FM et la Chambre de commerce et d’industrie du Coeur-du-Québec, au Centre des arts populaires de Nicolet. Quatre d’entre eux, soit Louis Plamondon, député bloquiste sortant, la libérale Nathalie Rochefort, le conservateur Pierre-André Émond et le vert David Turcotte, ont répondu à l’invitation et ont confronté leurs points de vue sur plusieurs thèmes.

Le débat s’est ouvert sur le thème de l’immigration. M. Plamondon a plaidé pour une approche plus coercitive afin que les immigrants s’établissent davantage en milieu rural et pour s’assurer qu’ils maîtrisent le français. Mme Rochefort souhaite plutôt que le gouvernement mise sur des cours de francisation, notamment en entreprise. M. Turcotte croit qu’il faut également faciliter la reconnaissance des diplômes des nouveaux arrivants. M. Émond a pour sa part affirmé avoir du mal avec l’idée d’enlever le choix aux immigrants de s’établir où ils le désirent. MM. Plamondon et Émond se sont par ailleurs prononcés en faveur du test des valeurs que souhaite imposer aux immigrants le gouvernement québécois, alors que Mme Rochefort et M. Turcotte y sont opposés.

Les candidats étaient également appelés à se prononcer sur les atteintes à la gestion de l’offre des produits laitiers dans les traités de libre-échange Canada-Europe et Transpacifique. Chacun d’entre eux s’est dit opposé à ce que l’on touche à nouveau à ce sujet lors des prochaines négociations de tels traités. M. Plamondon a critiqué ses adversaires conservateur et libérale, affirmant que les compensations promises aux producteurs étaient insuffisantes et qu’elles ne leur ont pas encore été versées. M. Émond a pointé du doigt les libéraux pour ce délai, disant que plus de 4 milliards $ étaient sur la table en 2015, lorsque les conservateurs ont quitté le pouvoir. Mme Rochefort a répliqué que le versement de cet argent dépend de l’administration publique, et non du gouvernement. Elle croit aussi que l’ouverture de nouveaux marchés sera bénéfique pour les agriculteurs. M. Turcotte a affirmé de son côté que les prochains traités devront être plus avantageux pour le Canada.

La survie des petites entreprises, notamment le commerce de détail, a également été abordée. M. Émond et Mme Rochefort ont soutenu que la solution reposait sur la créativité des entreprises, qui peuvent toutefois être soutenues par de l’aide gouvernementale. MM. Plamondon et Turcotte croient pour leur part que les géants du web doivent être taxés.

AbonnezvousBarometre

Les candidats ont affirmé d’une même voix que les aînés devraient être davantage soutenus sur le plan fiscal. Les quatre adversaires ont également convenu, sur la question autochtone, que les communautés d’Odanak et de Wôlinak sont des exemples de vitalité qui mériteraient davantage de visibilité.

Sur la pollution que subit le lac Saint-Pierre, MM. Turcotte et Plamondon ont affirmé qu’il est nécessaire de soutenir les agriculteurs dans une transition vers des méthodes plus respectueuses de l’environnement, pour éviter que l’agriculture ait pour conséquence de polluer l’eau. M. Émond est allé dans le même sens, mais a affirmé que cette transition nécessitera encore plusieurs années avant de se compléter, un point de vue que partage également Mme Rochefort.