Justin Trudeau a promis jeudi d’assurer la conservation et la protection de 25 % des terres et de 25 % des océans du pays d’ici 2025, se donnant l’objectif d’atteindre les 30 % en 2030.

Manif pour le climat: Trudeau attendu de pied ferme

OTTAWA — Au risque de se faire chahuter pour son achat d’un oléoduc, le chef libéral Justin Trudeau sera de la manifestation sur les changements climatiques, vendredi à Montréal.

Des milliers de personnes sont attendues à cette marche pour réclamer que les gouvernements posent des actions concrètes face à l’urgence climatique. La passionaria de cette cause, la jeune Greta Thunberg, participera à la manifestation dans les rues de Montréal.

À Sudbury jeudi matin, M. Trudeau a annoncé son intention d’être là et il a prêté certaines intentions aux manifestants.

«Ça fait plusieurs semaines maintenant que des jeunes et des gens [...] marchent dans les rues pour souligner le besoin de prendre des actions réelles et concrètes pour contrer les changements climatiques et protéger notre environnement et créer de la croissance économique pour l’avenir», a-t-il supposé.

Le discours de Greta Thunberg dénonce plutôt l’obsession de la croissance économique qui, selon elle, met en péril l’avenir de l’humanité.

Sur sa page Facebook, Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, n’a pas attendu vendredi pour interpeller le chef libéral. «N’ARRIVEZ PAS LES MAINS VIDES M.TRUDEAU! Allez-vous annoncer l’abandon du projet de pipeline #TransMountain? Stopper l’expansion des sables bitumineux et des productions de pétrole et de gaz au pays?», a-t-il lancé.

Les leaders du Bloc québécois et du Parti vert ont déjà annoncé leur participation à la manifestation. Elizabeth May est arrivée en train à Montréal. Yves-François Blanchet prévoyait prendre le métro pour se rendre à la marche, vendredi matin.

Mme May a profité de l’occasion pour annoncer que son parti n’appuiera jamais un gouvernement minoritaire qui n’a pas un plan crédible et vérifiable en matière d’environnement.

«Nous sommes prêts à défaire n’importe quel gouvernement lors d’un vote de confiance sur le discours du Trône, même si cela signifie [que les électeurs] doivent retourner aux urnes», a-t-elle lancé en conférence de presse.

Ainsi, son parti ne pourrait «jamais accepter» un gouvernement qui n’affiche pas d’engagement profond à l’endroit des cibles du rapport publié en octobre 2018 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat suggérant de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

De son côté, Jagmeet Singh sera présent à la manifestation de Victoria, sur la côte Ouest.

Andrew Scheer, lui, n’a aucune intention de participer à ce mouvement. Il sera à Vancouver, vendredi, a-t-il dit, occupé par d’autres activités de sa campagne électorale.

«Promesses vides»

Si M. Singh s’est dit ne pas être surpris par la décision du chef conservateur Andrew Scheer de bouder les événements organisés à travers le pays, il a reproché au chef libéral de n’avoir que «promesses vides» à offrir à la jeunesse qui, elle, réclame des gestes concrets pour l’environnement.

Les stratèges libéraux espèrent de leur côté que la lutte aux changements climatiques deviendra un enjeu fondamental de cette campagne électorale, puisque, selon eux, cela les placerait dans une position favorable face aux conservateurs.

M. Trudeau a, une fois de plus, exposé que le choix du 21 octobre se limitait à deux partis, le sien ou celui des «conservateurs qui refusent d’agir pour contrer les changements climatiques et mettent donc pas seulement notre environnement en péril, mais notre avenir économique aussi». Il a promis jeudi d’assurer la conservation et la protection de 25 % des terres et de 25 % des océans du pays d’ici 2025, se donnant l’objectif d’atteindre les 30 % en 2030.

AbonnezvousBarometre

+
GUILBAULT PRÔNE LE RESPECT DES RÈGLES

MONTRÉAL — La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lance un appel au respect des règles, à la veille de la grande manifestation pour le climat, à laquelle des dizaines de milliers de personnes sont attendues à Montréal. Des groupes anarchistes qui se décrivent comme des «antifas» ont fait savoir par les médias sociaux qu’ils comptaient bien participer à la marche. Or, dans le passé, il y a eu des débordements lorsqu’ils se sont infiltrés dans des manifestations pacifiques, cagoulés, notamment lors des grèves étudiantes de 2012. La ministre Guilbault a invité tout le monde à respecter les règles, à demeurer pacifique et à se rappeler l’objectif noble pour lequel ce rassemblement a lieu. «On attend énormément de gens notamment à Montréal, aussi à Québec. Comme dans tout type d’événement public de cette envergure, rassemblement public de cette envergure, le message qu’il est important de passer, c’est de demeurer respectueux des règles, de demeurer pacifiques, de demeurer calmes, de se rappeler l’objectif pour lequel on se rencontre», a d’abord affirmé la vice-première ministre. La Presse canadienne