L’UPA Mauricie tenait mardi soir un débat sur les enjeux agricoles.

Débat sur les enjeux agricoles

Trois-Rivières — Les enjeux agricoles étaient au cœur des échanges entre les candidats aux élections fédérales mardi soir lors du débat organisé par l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Mauricie.

La candidate libérale dans Trois-Rivières, Valérie Renaud-Martin, devait y être, mais brillait finalement par son absence.

La candidate du Parti libéral du Canada devait prendre part à ce début sur les enjeux agricoles, mais s’est désistée mardi après-midi. Personne ne représentait donc le parti de Justin Trudeau, alors que les trois autres principaux partis étaient tous représentés.

Un lutrin vide réservé au PLC rappelait aux personnes présentes au débat ainsi qu’à ceux qui le suivaient en direct sur le web l’absence des candidats libéraux.

Le Parti conservateur du Canada était représenté par Josée Bélanger (Berthier-Maskinongé) et Bruno-Pierre Courchesne (Saint-Maurice-Champlain), le Bloc québécois par Yves Perron (Berthier-Maskinongé), Louise Charbonneau (Trois-Rivières) et Nicole Morin (Saint-Maurice-Champlain) alors que le Nouveau Parti démocratique l’était par Ruth Ellen Brosseau (Berthier-Maskinongé), Robert Aubin (Trois-Rivières) et Barthélémy Boisguérin (Saint-Maurice-Champlain).

Les candidats ont été invités à se prononcer sur les thèmes suivants: les outils de gestion du risque, les travailleurs internationaux temporaires et le régime fiscal.

«Au Canada, un emploi sur huit provient des secteurs agricoles et forestiers», affirme le président de l’UPA Mauricie, Jean-Marie Giguère.

«Les thèmes qu’on aborde ce soir nous sont chers. Le secteur agricole est durement touché par la pénurie de main-d’œuvre. C’est aujourd’hui qu’il faut modifier les lois, ce n’est pas d’attendre et d’attendre. On est tributaire de l’action ou de l’inaction des gouvernements.»

AbonnezvousBarometre

L’UPA a invité au débat les quatre partis politiques ayant des élus au Québec. Exclues de ce débat, les candidates du Parti vert du Canada dans Trois-Rivières et Saint-Maurice-Champlain, Marie Duplessis et Stéphanie Dufresne, ont dénoncé cette situation par voix de communiqué. «Je travaille dans le milieu de l’agriculture depuis 10 ans et c’est précisément pour défendre les questions environnementales relatives à l’agriculture que je me suis portée candidate pour le Parti vert», soutient Marie Duplessis.