De gauche à droite: Robert Aubin (NPD), Valérie Renaud-Martin (PLC), Marc-André Gingras (PPC), Martin Francoeur, éditorialiste au Nouvelliste, Jocelyn Landry, animateur de vie spirituelle, Marie Duplessis (PV) Yves Lévesque (PCC) et Louise Charbonneau (BQ).

Débat électoral aux Estacades: des jeunes politisés

Trois-Rivières — Ils n’ont pas encore l’âge de voter et ne pourront accéder aux urnes avant deux ans, pour la plupart. Malgré tout, les quelque 350 jeunes de 5e secondaire qui fréquentent l’Académie des Estacades sont de toute évidence déjà politisés. Ça s’entendait à l’auditorium de l’école, lundi matin, lorsque des candidats aux élections fédérales, que leur école avait invités pour un débat, martelaient leurs promesses en matière d’environnement ou d’économie.

Les six principaux candidats aux élections fédérales de la région, eux, ont accepté de bon coeur de tenir ce débat devant un groupe qui, de toute évidence, ne viendra pas enrichir leur électorat tout de suite. Comme plusieurs l’ont toutefois souligné, les jeunes, c’est l’avenir.

Comme on pouvait s’y attendre, c’est la planète qui a volé la vedette et qui a généré les applaudissements les plus soutenus dans l’auditoire.

Animé par Martin Francoeur, éditorialiste au Nouvelliste et Jocelyn Landry, animateur à la vie spirituelle de l’école, ce débat se voulait d’abord une activité pédagogique afin d’inciter les adolescents à se préparer à faire des choix politiques qui marqueront leur avenir. Si certaines expressions comme ‘crédits d’impôt’ ou ‘péréquation’ n’étaient peut-être pas très familières aux élèves toutefois, on les entendait réagir vivement, dans la salle, lorsqu’il était question de la santé de l’environnement, de l’augmentation du coût de la vie et même de l’effet destructeur du GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sur la pérennité des médias régionaux.

Les candidats étaient d’ailleurs unanimes à l’idée de faire payer des taxes aux géants du web. Valérie Renaud-Martin a rappelé que Justin Trudeau a «convaincu les pays du G7 de travailler en équipe pour qu’on puisse imposer une taxe internationale aux géants du Web. Et c’est sûr qu’il faut aider nos médias locaux. C’est pour ça qu’on s’engage à les aider avec 595 millions $», a-t-elle rappelé.

Les jeunes auditeurs ont aussi applaudi chaudement le candidat conservateur Yves Lévesque lorsque ce dernier a souligné le fait que Postes Canada ne possède pas de véhicules électriques ou hybrides et qu’il fallait y remédier. Ils ont également manifesté leur approbation lorsque la candidate libérale Valérie Renaud-Martin a indiqué que son parti veut faire du Canada un pays carboneutre en plantant deux milliards d’arbres, interdire le plastique à usage unique et rendre plus accessible l’achat de véhicules électriques et le transport en commun.

AbonnezvousBarometre

Les jeunes ont crié plus fort encore lorsque le candidat NPD, Robert Aubin, a laissé entendre que la libérale et son parti parlaient des deux côtés de la bouche en même temps. «On ne peut pas prendre votre argent et investir cinq milliards $ pour acheter un pipeline et dire qu’on est environnementaliste après», a-t-il martelé en ajoutant que l’argent doit plutôt être investi dans les technologies vertes.

Aubin n’a d’ailleurs raté aucune occasion de ramener le débat à l’environnement, notamment sur la question posée par le jeune Dereck Stevens sur les secteurs à mettre en priorité en matière d’économie. Le candidat NPD a mentionné l’exemple de l’entreprise trifluvienne Trigo Énergie dont les technologies permettent d’importants gains énergétiques.

Si les jeunes ont montré leur intérêt pour des questions comme la non-imposition des congés parentaux, la subvention des logements sociaux et une révision de l’assurance-emploi, c’est l’idée des libéraux de baisser de 25 % la facture des téléphones cellulaires qui a fait le plus réagir.

Le débat organisé à l’Académie des Estacades s’est tenu dans la discipline en présence des candidats Robert Aubin (NPD), Louise Charboneau (Bloc québécois), Marie Duplessis (Parti vert), Marc-André Gingras (Parti populaire du Canada), Yves Lévesque (Parti conservateur) et Valérie Renaud-Martin (Parti libéral).

Quatre grands thèmes avaient été déterminés à l’avance, soit l’environnement, l’économie, le coût de la vie ainsi que les médias. Les élèves n’ont donc pas été invités à poser des questions de leur cru de manière spontanée.

Quelques jeunes rencontrés en marge du débat estiment que cette activité leur a permis de se faire une tête. «J’avais déjà une idée de base. Ça a confirmé mon idée», estime Zacharie Larivière. «Ça m’a fait voir de nouveaux points de vue», résume pour sa part Laurence Perreault. Dereck Stevens, lui, a été surpris de la préoccupation des divers partis pour l’avenir des jeunes. «Tous les candidats ont parlé de l’environnement. C’est ça qui m’a allumé le plus», confie Zacharie Larivière. Ce dernier ne veut pas dévoiler son choix, mais votera pour le parti qui défend ses valeurs, dit-il, la principale étant l’environnement. Quant à Laurence, elle avoue ne pas être encore certaine de son futur choix, «mais mon idée tourne autour du Parti libéral», dit-elle.