Contenu commandité
L'Halloween ... à deux mètres
Dossier
L'Halloween ... à deux mètres
Bien des petits monstres et des jolies sorcières n’auront plus à se poser la question: il y aura bel et bien une fête de l’Halloween en cette année de pandémie. Une collecte de sucreries qui aura toutefois une couleur particulière, puisqu’elle sera teintée des mesures sanitaires et de distanciation sociale. Mais même à deux mètres, on n’empêchera pas la magie d’opérer encore cette année.
Partager
L’Halloween... à deux mètres!

Actualités

L’Halloween... à deux mètres!

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Bien des petits monstres et des jolies sorcières n’auront plus à se poser la question: il y aura bel et bien une fête de l’Halloween en cette année de pandémie. Une collecte de sucreries qui aura toutefois une couleur particulière, puisqu’elle sera teintée des mesures sanitaires et de distanciation sociale. Mais même à deux mètres, on n’empêchera pas la magie d’opérer encore cette année.

Pour les différentes villes de la région, l’annonce faite jeudi après-midi par le premier ministre François Legault est arrivée à point, puisque certains craignaient devoir prendre des décisions déchirantes devant le délai d’organisation qui se faisait de plus en plus court.

Mais n’ayez crainte! À Trois-Rivières, Shawinigan, Bécancour, Nicolet, Louiseville et toutes les municipalités, la cueillette sera permise. Avec quelques ajustements...

À Louiseville, on avait déjà annoncé l’annulation de la «Tournée des becs sucrés», alors que la Ville souhaitait se dégager de toute responsabilité s’il devait arriver quelque chose. «On laisse le libre choix aux parents de la passer avec leurs enfants et nos pompiers seront dans les rues pour assurer la sécurité. Mais on préfère ne pas embarquer dans l’organisation de la fête habituelle pour éviter tout problème», mentionne le maire Yvon Deshaies. 

À lire aussi

À Nicolet, deux organismes de l’endroit organiseront des rallyes dans des parcs extérieurs, soit les parcs Marguerite-D’Youville, Thérèse-Boisvert-Allard, le Boisé du Séminaire et le parc littéraire l’Arbre de mots.

«Ça pourra devenir une belle alternative, ou encore un complément au porte-à-porte», considère le responsable des communications de la Ville, Sébastien Turgeon.

Une réunion se tiendra du côté de Bécancour lundi avec les instances municipales et les autorités de la sécurité publique, dont les pompiers, afin de discuter du rôle que ces derniers devront tenir lors de cette soirée de cueillette de bonbons. «Il y aura une Halloween à Bécancour. Maintenant, nous allons déterminer ensemble le niveau d’engagement de nos pompiers et des employés municipaux qui sont déployés sur le terrain, à savoir si on assure la sécurité ou si on va une coche plus loin pour aussi faire de la sensibilisation aux mesures sanitaires», explique le maire Jean-Guy Dubois.

Tant à Trois-Rivières qu’à Shawinigan, on indique se plier aux règles de la Santé publique, en encourageant les citoyens à passer l’Halloween en famille plutôt qu’entre amis, en n’entrant pas dans les maisons et en respectant une distance de deux mètres pour la cueillette de bonbons.

La police de Trois-Rivières assurera une présence sur le territoire, confirme l’agente Carole Arbelot, porte-parole de la police de Trois-Rivières. La Direction de la police est présentement à évaluer de quelle façon se fera le déploiement, et les détails seront communiqués au public quelques jours avant la fête de l’Halloween.

Party de guimauves

D’autres initiatives voient aussi le jour un peu partout dans la région. À Saint-Paulin par exemple, d’immenses guimauves ont commencé à faire leur apparition un peu partout dans la municipalité, et convergeront vers l’église durant la fin de semaine du 24 et 25 octobre pour le Party des guimauves.

C’est en tout une quarantaine de balles de foin qui ont été décorées pour l’occasion et qui agrémentent cette fête familiale. Le public pourra venir de 10h à 16h les deux jours afin de visiter cette exposition hors du commun. Il y aura également distribution de bonbons en respectant les normes de la Santé publique. Le port du couvre visage est demandé pour l’occasion.

L’initiative de l’OTJ de Saint-Paulin a ainsi connu un immense succès, note le président Michel Beaumier. En effet, alors qu’on s’attendait à ce qu’une quinzaine de balles de foin soient décorées par les citoyens, près du triple ont été distribuées et décorées, ce qui devrait laisser place à un événement hors du commun.

Ferme Éthier

La cueillette des citrouilles se poursuit également à la Ferme Éthier de Saint-Étienne-des-Grès durant la fin de semaine, et ce, avec quelques règles pour respecter les mesures sanitaires, explique la propriétaire Gaétane Beaumier.

«On demande évidemment de respecter la distanciation, et les adultes doivent porter un masque lors de la balade en tracteur. Nous avons aussi retiré les tables à pique-nique, parce que ça devenait difficile de respecter les normes et de les désinfecter à chaque fois que quelqu’un allait s’asseoir. Mais les gens sont vraiment très collaborateurs, nous n’avons pas besoin d’intervenir, ils respectent très bien les règles. Je les félicite pour ça», mentionne Mme Beaumier.

Malgré la pandémie, la Ferme Éthier pourrait connaître une saison exceptionnelle, et ce, même si plusieurs groupes scolaires et garderies ont annulé les visites à la ferme durant la semaine. «Il y a vraiment beaucoup de monde, peut-être davantage que les années passées. C’est une activité qui se déroule dehors, nos champs et nos sentiers sont vastes alors c’est facile de respecter la distanciation», constate la propriétaire, qui rappelle que la cueillette des citrouilles se terminera le samedi 31 octobre avec une journée spéciale où les gens sont invités à venir à la ferme déguisés.

Elvis Lajoie

Par ailleurs, rappelons que la très populaire collecte de bonbons au Graceland d’Elvis Lajoie, dans le secteur Pointe-du-Lac aura bel et bien lieu cette année. Chaque Halloween, ce sont tout près de 2000 enfants qui défilent à cet endroit pour la cueillette en compagnie d’Elvis et de plusieurs personnages colorés.

Le principal intéressé a déjà fait savoir que les gens qui procéderont à la distribution des bonbons porteront gants et masques afin de respecter les mesures sanitaires, et que les participants sont invités à respecter la distanciation de deux mètres.

Pas de Tournée des becs sucrés à Louiseville

Actualités

Pas de Tournée des becs sucrés à Louiseville

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Louiseville — Une tradition louisevilloise prend le bord en 2020. La Tournée des becs sucrés, l’activité par excellence de l’Halloween dans la ville hôtesse de la Mauricie, est annulée en raison de la pandémie.

Cette activité festive réunit plusieurs centaines d’enfants au centre-ville de Louiseville chaque année. La tournée en aurait été à sa 13e année en 2020, mais le conseil municipal de Louiseville renonce à sa présentation.

«C’est assez, le yoyo. La santé publique dit: on ouvre pour l’Halloween. Mme Tam (docteure Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada) dit qu’il n’y a pas de problème en racontant de remettre les bonbons au bout d’un hockey... Nous, on dit qu’on annule la tournée. On prend la décision pour une raison de sécurité. S’il se passe quelque chose, on ne se fera pas dire que Louiseville a fait ci ou a fait ça», confirme le maire, Yvon Deshaies.

Le maire préfère jouer de prudence avec un tel événement public, mais précise que la Ville n’interdit pas la tenue de l’Halloween sur son territoire.

«Pour la Tournée des becs sucrés, la Ville achète des bonbons, les pompiers sont là. On annule la tournée, mais la Ville ne met aucun règlement concernant l’Halloween. Les gens vont écouter la santé publique du Canada et la santé publique du Québec. Si les gens veulent décorer leur maison et passer l’Halloween, c’est eux qui décident.»

Cette nouvelle annulation d’une activité suit de quelques jours ce qui aurait dû être la présentation du Festival de la galette de Louiseville, annulé lui aussi pour cause de pandémie. Yvon Deshaies avoue que l’année 2020 commence à peser lourd.

«J’ai hâte d’arracher le calendrier de 2020 et de le jeter! L’année a commencé avec le barrage des chemins de fer. Il y a eu la grève au port de Montréal. La COVID-19, on en entend parler depuis le 13 mars. Ça nous affecte tous. Mais il faut garder le moral. Il ne faut pas lâcher.»

Les tirelires de Leucan deviennent virtuelles

Actualités

Les tirelires de Leucan deviennent virtuelles

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les traditionnelles tirelires de carton que les enfants portaient autour du cou pendant leur tournée de bonbons d’Halloween ne sont plus. Avec cette pandémie qui menaçait, encore tout récemment, la tenue de cette fête très populaire et la nécessité de respecter la distanciation sociale, Leucan a en effet décidé d’accélérer le projet qu’il envisageait de faire de toute façon: rendre les tirelires virtuelles.

Catherine Gélinas, chargée de projet chez Leucan Mauricie et Centre-du-Québec ne cache pas que les écoles, déjà débordées par la COVID, sont ravies de ce virage numérique. Plus besoin de préparer les tirelires, de les recueillir et de compter les sous. C’est par Internet que tout se fera, cet automne, grâce à un simple lien.

Les écoles, garderies, CPE, familles et groupes privés sont invités à s’inscrire sur le site tirelires-leucan.com.

Ils recevront alors un lien internet qu’ils pourront placer sur la plateforme de communication de leur école ou envoyer directement aux parents.

D’habitude, une trentaine d’écoles de la Mauricie et du Centre-du-Québec participaient au programme des tirelires de Leucan et la campagne permettait d’amasser entre 10 000 $ et 15 000 $. L’organisation ne connaît pas encore les impacts qu’aura cet important virage numérique sur les résultats de cette année. Optimiste, Mme Gélinas cite le cas d’une école de la région qui, l’an passé, avait amassé 100 $ et qui, ces jours-ci, affiche déjà 700 $ dans sa tirelire virtuelle. Toutefois, moins d’écoles sont inscrites en ce moment, constate-t-elle, une situation qui devrait toutefois évoluer à mesure que s’approche l’Halloween.

La campagne des tirelires virtuelles de l’Halloween de Leucan ne s’arrête pas le soir de la fête, souligne-t-elle et il sera possible de continuer à faire des dons dans les jours suivants. Un reçu d’impôt sera émis pour chaque don de 20 $ et plus, précise-t-elle.

Notons que Desjardins s’implique pour stimuler la campagne. Huit prix de 500 $ pour l’achat de matériel scolaire et d’équipements sportifs seront remis aux écoles gagnantes et un prix de 1000 $ sera tiré parmi les écoles qui auront amassé un minimum de 500 $. Les personnes qui feront un don à la Tirelire virtuelle d’ici le 31 octobre seront éligibles au tirage d’une séance de photos familiale.

Mme Gélinas rappelle que les fonds amassés durant cette campagne serviront notamment à faire de la sensibilisation dans les écoles.

C’est que lorsqu’un enfant retourne en classe après une longue période d’hospitalisation, il aura un retard scolaire à rattraper et de la difficulté à se concentrer. Il peut subir de l’intimidation à l’école si son apparence physique a changé, car il y a souvent une perte de cheveux, une perte ou une prise de poids, une amputation ou autres. Les malaises liés aux traitements peuvent également survenir à l’école. Toute la famille a donc besoin de soutien. Leucan a d’ailleurs mis en ligne, sur son site web, une vidéo qui explique bien la situation.

Une partie des dons va également à la recherche, souligne Mme Gélinas.