Richard Therrien
«Ça me tente pas de m'occuper d'un enfant», a tranché Sam Breton, à qui je décerne l'étoile du match.
«Ça me tente pas de m'occuper d'un enfant», a tranché Sam Breton, à qui je décerne l'étoile du match.

Tout le monde croule de rire

CHRONIQUE / Alors que les auditions à l'aveugle commençaient à «La voix» et qu'on remettait des Oscars à Los Angeles, ça riait fort sur le plateau de «Tout le monde en parle», certainement l'édition la plus drôle des derniers mois. Pour Sam Breton, qui a eu un succès fou, mais aussi pour des humoristes qui s'ignorent comme une ministre caquiste et un certain maire très en forme. «Ça fait du bien», a lancé un Guy A. particulièrement heureux en débouchant le vin.

On doit certainement l'entrevue la plus drôle à Sam Breton, qui remplit ses salles et a fait crouler de rire les invités comme l'assistance dimanche. La découverte des Olivier, mais sûrement une révélation pour bien des gens dimanche soir, n'en a pas manqué une. Et pourtant, il a été question du suicide et du désir de ne pas avoir d'enfants. «Ça me tente pas de m'occuper d'un enfant», a tranché l'humoriste, à qui je décerne l'étoile du match. «Moi le wasabi, c'était un pays en difficulté», a dit Sam Breton, originaire de Laurier-Station, qui apprécie la diversité d'une ville comme Montréal. Des phrases qu'il ne peut plus entendre dans les partys de famille: «Moi, chu pas raciste» ou «j'ai été élevé de même». «Là Guy, y'a un silence, pis Dany m'ignore, j'aurai pas de carte hein?» a demandé l'humoriste, drôle jusqu'au bout.

Un nouveau duo comique est né quand la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, est arrivée sur le plateau, assise près du maire Régis Labeaume. L'entrevue a sérieusement tourné à la rigolade quand il a été question du Stade olympique, dénigré injustement selon la ministre, et du centre Vidéotron. «Oui mais il tient nous autres», a dit le maire. «Mais y'a pas de revenus qui rentrent. Moi, y'en a qui rentrent», lui a répondu la ministre dans l'hilarité générale. «C'est la faute à Mario Dumont», affirme-t-elle au sujet de son intérêt pour la politique, du temps qu'elle travaillait auprès de l'ancien chef de l'ADQ sur V. Caroline Proulx, qui préfère se faire appeler par son prénom que «Madame la ministre», affirme ne jamais avoir été aussi heureuse que ministre de la CAQ. Après les drames de motoneiges, elle a rendu la formation pour les guides d'excursion entre autres, tout comme elle légiférera plus sévèrement dès le 1er mai sur l'hébergement de type Airbnb, un fléau pour bien des propriétaires de condos.

Le maire Régis Labeaume est revenu sur son cancer de la prostate et sur les dérives d'opinions au sujet de la tuerie de la mosquée.

Les nouvelles sont bonnes pour Régis Labeaume, qui a soigné un cancer de la prostate. «Les derniers tests étaient près du zéro absolu», a-t-il dit, paraissant plus détendu que jamais. «Je manque un peu d'énergie, mais c'est peut-être une bonne idée pour tout le monde», a blagué le maire de Québec, qui a accepté de s'engager davantage pour la cause à la suite du décès de Jean Pagé. Pour qualifier les commentaires orduriers à un message du premier ministre Legault à propos de la commémoration de la tuerie de la mosquée, M. Labeaume a parlé de «la communauté de morons en bobettes dans le sous-sol de leurs pères à 31 ans», un commentaire largement applaudi par l'assistance.

La rappeuse Sarahmée et le duo d'humoristes Aba & Preach, en pleine ascension, ont fait les meilleurs ambassadeurs du Mois de l'histoire des Noirs, encore nécessaire pour contrer les préjugés à leur avis. «On a peur de ce qu'on connaît pas», affirme Sarahmée, qui a vécu à Québec après avoir grandi au Sénégal. Preach, dont les parents sont originaires d'Haïti, a grandi sur la rive sud de Montréal. Dans sa rue, ça allait, mais c'est à l'école que les problèmes sont survenus. C'est là aussi qu'il a entendu le mot «nègre», victime de discrimination, de la part des élèves comme de certains professeurs, qui lui disaient qu'il n'allait rien accomplir de sa vie. Nommée à l'ADISQ et aux Juno, Sarahmée reconnaît que certains réflexes sont ancrés, du côté des Blancs comme des Noirs. Dans un magasin, elle évite d'essayer des bijoux, de peur de se faire traiter de voleuse.

Dans son film Mafia inc., inspiré du livre d'André Cédilot et André Noël, Podz met en scène un clan de mafieux montréalais et une famille de tailleurs qui les habillent de génération en génération. Le long métrage n'est pas sorti qu'il pense déjà à un deuxième opus. Le défi des acteurs, pour Marc-André Grondin? Rendre sympathiques ces personnages, capables du plus extraordinaire comme du plus horrible. Gilbert Sicotte incarne à peu près le seul «bon gars» du film, le père du personnage de Grondin. On ne riait plus du tout en voyant cette si belle scène intime entre Andrée Lachapelle et lui dans Il pleuvait des oiseaux. «Elle était tellement heureuse», explique le comédien en repensant au tournage. «Très mauvais moment à passer», dit-il de son congédiement du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, à la suite d'allégations de harcèlement psychologique, ajoutant qu'il s'ennuie d'échanger avec ses élèves.

On avait demandé aux invités de ne pas porter de parfum pour recevoir la recherchiste, scénariste et réalisatrice Isabelle Hayeur et le flûtiste Jean-François Beaudin, qui souffrent d'hypersensibilité environnementale. Le documentaire Prisons sans barreaux montre comment les produits chimiques et les ondes ont fini par empoisonner leur existence. Sensible aux parfums, Mme Hayeur a dû quitter Montréal pour la forêt, d'abord en raison de lampes Berger qu'allumaient sa voisine. Sa vie n'est pas simple: elle doit laisser éventer des vêtements neufs durant à peu près un an et dort dans son salon pour fuir les odeurs et les produits chimiques. M. Beaudin ne supporte ni les vernis, ni les ondes électromagnétiques d'un studio comme le 42. «Je ne panique pas, j'ai appris à endurer», affirme le musicien, tout de même incommodé chaque jour de sa vie, en plus de devoir affronter le scepticisme d'un grand nombre.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.