Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
On sentait à la fois l'urgence et le dévouement dans le discours de Mme Labelle, à qui je décerne mon étoile du match.
On sentait à la fois l'urgence et le dévouement dans le discours de Mme Labelle, à qui je décerne mon étoile du match.

TLMEP: Santé mentale: c'est urgent

CHRONIQUE / La tragédie du 31 octobre à Québec et les problèmes préoccupants de santé mentale ont teinté quelques-unes des conversations de Tout le monde en parle, dimanche soir. Plus de deux heures de télévision en direct, où il a aussi été question des élections américaines, polarisantes et fortes en émotions.

Directrice générale du Refuge des jeunes de Montréal, France Labelle compose chaque jour avec les problèmes de santé mentale. Sur 30 résidents au Refuge, 14 présentent des troubles psychotiques, dont certains sont probablement schizophrènes, sans bénéficier de soins. «La santé mentale ne devrait pas relever de la police et de la sécurité publique, mais d'équipes qui accompagnent les jeunes», croit France Labelle, convaincue qu'on devrait prévenir plutôt que d'attendre la crise. «On n'a jamais eu ce genre de tragédies, ils sont plus souvent dangereux pour eux-mêmes que pour les autres», a-t-elle voulu souligner, pour qu'on ne mette pas tous les cas dans le même panier. On sentait à la fois l'urgence et le dévouement dans le discours de Mme Labelle, à qui je décerne mon étoile du match.

À ses côtés, Amy Gingras croit que son frère Frédérick, qui a tué deux personnes en 2016 lors d'une cavale meurtrière, n'a pas reçu l'aide dont il avait besoin, malgré un diagnostic de schizophrénie. Elle déplore un manque de ressources en santé mentale et des listes d'attente interminables. La jeune femme communique très peu avec son frère mais remarque une nette amélioration de son état depuis qu'il est détenu dans un hôpital psychiatrique. «J'ai l'impression que je parle à un enfant», constate-t-elle toutefois.

Faciliter l'accès aux soins. C'est ce que souhaite concrétiser Lionel Carmant en injectant 100 millions supplémentaires en santé mentale, spécifiquement en temps de pandémie. Très attendu par les deux précédentes invitées, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux a rappelé que l'accès à la ligne téléphonique 811 a été facilité pour les personnes en situation de détresse. Il remarque par ailleurs que la moitié des gens qui ont besoin de soins ne le demandent pas, probablement par honte. M. Carmant insiste sur l'importance de faire de la prévention en santé mentale dans les écoles, un programme qu'il est fier d'avoir instauré.

Tout un aventurier que ce Guillaume Dulude. Dans la série Tribal à TV5, il entre en relation avec des tribus éloignées, dans le plus grand respect et en se prêtant à toutes leurs règles. Y compris en acceptant leur nourriture, même si on parle de lait caillé ou de paume de main de babouin! L'écoute est beaucoup plus importante que l'expression verbale pour ce sympathique docteur en neuropsychologie. Conscient des risques qu'il prend, il était loin de se douter qu'il était allergique aux abeilles, lorsqu'il a récolté du miel au creux d'un arbre avec les Hadzabés de Tanzanie, une expédition qui a très mal tourné.

«C'est qui ce Joe Biden-là?» s'est demandée Valérie Beaudoin samedi soir en voyant surgir sur scène le futur président américain, qui ne nous avait pas habitués à tant de vigueur. Selon la chercheure associée à la Chaire Raoul-Dandurand, la stratégie de Donald Trump d'inviter ses partisans à ne pas voter par la poste s'est retournée contre lui et a favorisé son rival. «Les gens ont peur de ce qui s'en vient», affirme l'éditorialiste à La Presse, Laura-Julie Perreault, faisant référence au «silence assourdissant» et «étrange» de la base de Donald Trump. Bien que la peur du socialisme soit toujours présente aux États-Unis, elle souligne tout de même que plus de la moitié des millénariaux en sont des partisans, créant une rupture générationnelle.

À 78 ans, Michel Tremblay lance sa 71e publication, le roman Victoire!, sur l'éclosion d'un amour incestueux entre deux personnages récurrents de son œuvre, Victoire et Josaphat. Il vient de recevoir son plus beau bilan de santé depuis plusieurs années, mais doit accepter certaines séquelles, notamment sa surdité. «Y'a rien que j'aime plus au monde que de faire parler ces femmes-là», dit-il des potineuses qui animent les parties de cartes de son œuvre. «Même dans mes pièces les plus tristes, y'a des grands éclats de rire, qui viennent la plupart du temps des femmes.» Il reste très critique envers la religion catholique, qui nous a «tenus 250 ans dans l'ignorance». «Je refuse d'être un sage!» affirme Michel Tremblay en référence à l'expression de François Legault durant le premier confinement. Dans quelques jours, il repartira vers Key West pour un 30e hiver consécutif.

Jusqu'à l'année dernière, le journaliste Félix Séguin a eu comme source Andrew Scoppa, important narcotrafiquant et ancien chef intérimaire de la mafia montréalaise, assassiné en octobre 2019. «L'histoire était tellement grosse et bonne, qu'on a calculé que ça valait la peine de prendre le risque», affirme Félix Séguin, qui raconte cette relation particulière dans un livre intitulé La source et dans le documentaire Scoppa et moi. S'il a dévoilé publiquement sa source, c'est parce que Scoppa lui a laissé l'opportunité de le faire, advenant sa mort. «Il était conscient de sa propre finalité», dit-il. Félix Séguin a salué la mémoire du journaliste Michel Auger, décédé la semaine dernière, à qui «nous devons beaucoup.» Rappelant l'attentat qui a failli lui coûter la vie, Séguin considère qu'«il a payé le prix fort». «Le crime organisé n'a plus intérêt à s'attaquer à celui qui tient le crayon», selon lui.

Émile Bilodeau a conclu l'émission de belle façon avec son complice Nathan Vanheuverzwijn au piano. «Y'a moyen d'assurer la laïcité de l'État sans enlever de pouvoir économique à des minorités qui subissent déjà un regard désobligeant», a dit Bilodeau, questionné sur la loi 21. «Ce serait plate en maudit si on était tous pareils. Si on croyait tous au même soleil», a chanté le duo sur le titre Freddie Mercury.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Émile Bilodeau a conclu l'émission de belle façon avec son complice Nathan Vanheuverzwijn au piano.