Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Un montage des meilleurs moments de Dany Turcotte à <em>Tout le monde en parle</em> a donné l'ampleur des fous rires suscités par ses interventions à travers les années.
Un montage des meilleurs moments de Dany Turcotte à <em>Tout le monde en parle</em> a donné l'ampleur des fous rires suscités par ses interventions à travers les années.

TLMEP: Dany vers l'avenir

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Dany Turcotte doit faire son deuil. À peine plus d'une semaine après avoir donné sa démission, il était de retour cette fois dans la chaise de l'invité, dimanche à Tout le monde en parle. Une entrevue durant laquelle l'ex-fou du roi s'est montré par moments très émotif, sans jamais regretter sa décision. Il reçoit l'étoile du match, ex aequo avec Michel Rivard.

«J'étais fatigué de toute cette haine-là», a avoué l'humoriste, qui ne se sentait plus à l'aise dans cette formule en direct. Concernant sa blague malhabile à Mamadi Camara, il souhaitait simplement le faire rire, dédramatiser avec humour. «Des affaires Camara, j'en ai vécues», a-t-il rappelé pour illustrer l'accumulation.

«Fragile émotivement», Dany Turcotte admet aussi avoir été ébranlé par une chronique de Hugo Dumas dans La Presse, qu'il a qualifiée d'«article sans compassion, assassin», craignant qu'elle «rouvre le robinet des insultes». «C'est comme s'il devenait la courroie de transmission des haters», a-t-il conclu amèrement.

«Je ne suis pas parti parce que je n'aimais pas l'émission», a précisé le fou du roi des 17 dernières saisons, qui aura remis 1500 cartes aux invités. Il est devenu très émotif lorsqu'il a été question de son coming out, un peu forcé par une intervention mal placée de Benoît Dutrizac. «C'est la meilleure décision que j'ai prise de ma vie», dit-il néanmoins aujourd'hui.

Dany Turcotte, qui a reçu de nombreux témoignages depuis sa démission, dont un appel de Brian Mulroney, ne veut pas arrêter de travailler et a plusieurs projets en tête. «Cher Dany, cette carte chouchou te donne accès au studio 42 de Radio-Canada du lundi au samedi inclusivement», a écrit Guy A. Lepage à son ami, en guise de dernière blague. Un montage de ses meilleurs moments a donné l'ampleur des fous rires suscités par ses interventions à travers les années.

Magnifique entrevue avec Michel Rivard, qui a profité de l'occasion pour rendre un bel hommage à Dany Turcotte, et qui nous a vraiment donné envie de voir l'adaptation télé de son spectacle L'origine de mes espèces, la genèse à Télé-Québec, vendredi soir. Conscient d'avoir grandi avec des parents qui ne s'aimaient pas vraiment, il était jaloux de voir ses amis entourés de parents complices. L'oeuvre s'inspire d'ailleurs des circonstances nébuleuses qui ont entouré sa naissance. La découverte d'une photo d'un jeune comédien avec sa mère a été déterminante et représente une partie importante du spectacle.

Une maladie chronique, sous contrôle depuis des années, fragilise néanmoins son système immunitaire. «Je suis extrêmement prudent, j'ai fait tout ce qu'il fallait faire», confie l'artiste. Il reprend son spectacle à Gatineau pour trois soirs dans une salle de capacité réduite, de 200 places au lieu de 800. «Je souhaite tellement ce bonheur à tous mes camarades […] même avec des restrictions», a-t-il dit avant de reprendre sa guitare pour interpréter une chanson spontanée écrite en début de pandémie, à l'intention des parents qui travaillent à la maison.

Le ministre Benoit Charette, qui vient de se voir confier le dossier de la lutte contre le racisme, s'est fait reprocher de ne pas représenter une minorité. «C'est un peu réducteur comme pensée», répond-il à ses détracteurs. Le premier ministre a vu en lui «un gars de résultats» et souhaite le voir réussir comme il l'a fait en environnement.

«Le racisme systémique est-il de compétence fédérale?» a demandé Guy A. à la blague, rappelant que Justin Trudeau reconnaît ce concept, mais pas François Legault. M. Charette a respecté la ligne de parti, reconnaissant néanmoins l'urgence d'agir et énumérant des situations de discrimination vécues par sa conjointe d'origine haïtienne et leurs enfants. Son travail à l'étranger et sa connaissance du créole pourraient faciliter ses rapports avec les différentes communautés. Souvent rieur durant l'entrevue, le ministre a conclu l'entrevue avec un long message en créole.

Jean-Charles Lajoie et Chantal Machabée s'entendent pour dire que Marc Bergevin a bien fait de congédier Claude Julien. Même qu'il aurait dû le faire avant, croit l'animatrice et journaliste de RDS, convaincue que son successeur par intérim, Dominique Ducharme, est «l'homme de la situation».

Dany Turcotte n'est pas seul à recevoir des insultes, Chantal Machabée en reçoit une pelletée. «C'est pire quand le Canadien est sur une série de défaites», dit-elle. On critique son look, son âge, on lui dit qu'elle aurait dû être congédiée à la place de Claude Julien. Elle déplore que les commentaires les plus sévères proviennent des femmes. De son côté, Jean-Charles Lajoie s'est expliqué sur ce malheureux tweet adressé aux «imbéciles heureux en région», qu'il destinait plutôt à trois personnalités qui souhaitaient qu'on ferme la région de Montréal. «Je me suis cr... dans le feu de la Saint-Jean», a-t-il avoué, ajoutant qu'il s'est difficilement pardonné cette bévue.

Dans son essai intitulé Le printemps le plus long – Au cœur des batailles politiques contre la COVID-19, Alec Castonguay brosse un portrait «épeurant» des coulisses de cette crise, pour utiliser l'expression de Guy A. Lepage. Le chef du bureau politique de L'actualité illustre combien les autorités ont tardé à agir, prenant de haut la situation. «Quand on s'est réveillé, la mèche de la bombe sanitaire était allumée depuis très longtemps», image-t-il.

Alec Castonguay rappelle que les gériatres et le personnel des CHSLD ne pouvaient plus regarder les conférences de presse de 13h, tant ce que décrivaient François Legault et Horacio Arruda était loin de ce qu'ils vivaient sur le terrain. Le journaliste reconnaît toutefois que M. Legault a réussi dans son projet de former de nouveaux préposés aux bénéficiaires en peu de temps.

OMG [Oh my God], le titre du nouvel album de Laurence Nerbonne, résume bien nos réactions de la dernière année. «On se sentait comme dans un épisode de Black Mirror en permanence», affirme l'artiste, qui a tout fait elle-même sur cet album. La question des nombreux mots anglais dans ses chansons a été soulevée. «J'essaie de faire de la musique qui plaît à ma génération», répond Laurence Nerbonne, qui rappelle que «la langue française évolue dans le temps».

On a aussi parlé des plateformes musicales, «qui ne font vivre personne». Laurence Nerbonne sent une grande détresse chez ses collègues musiciens, dont plusieurs songent à abandonner leur carrière. «J'ai vu que ça dans la dernière année. […] Le milieu de la musique est malade», déplore la chanteuse, qui a conclu l'émission avec One Love, tirée de son nouvel opus.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Magnifique entrevue avec Michel Rivard, qui a profité de l'occasion pour rendre un bel hommage à Dany Turcotte.