Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
La distribution du <em>Bye Bye 2020</em>: Mehdi Bousaidan, Claude Legault, Guylaine Tremblay, Sarah-Jeanne Labrosse et François Bellefeuille 
La distribution du <em>Bye Bye 2020</em>: Mehdi Bousaidan, Claude Legault, Guylaine Tremblay, Sarah-Jeanne Labrosse et François Bellefeuille 

Bye Bye année maudite!

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / «On regarde le Bye Bye!» C’était le 19 novembre dernier, quand François Legault et son ministre Christian Dubé annonçaient que les célébrations du Jour de l’An seraient réservées aux bulles familiales. Ce soir-là, Simon Olivier Fecteau et le producteur Guillaume Lespérance, sur qui reposent en grande partie la revue humoristique de fin d’année d’ICI Télé, n’en ont pas dormi de la nuit.

«Ça met beaucoup de pression sur nos épaules, mais jamais on ne se sera sentis aussi utiles», confie Simon Olivier Fecteau, qui remet ça pour une cinquième année.

Et pourtant, il y aurait eu plus d’une raison pour choisir de passer un temps des Fêtes confiné, bien tranquille. Le Bye Bye crée chaque année son lot de mécontentement, mais la réaction après celui de 2019 avait été particulièrement épidermique, notamment en raison du sketch écorchant Michel Olivier Girard, le comédien des publicités de A & W, que le public a défendu d’emblée.

«Jusqu’à maintenant, on avait été chanceux pour nos trois premiers Bye Bye. L’an dernier, ça a moins bien été, mais ça n’a pas été la catastrophe non plus. C’était plus mitigé, mais on a reçu énormément de commentaires positifs», affirme Simon Olivier Fecteau, qui a rapidement offert ses excuses au comédien parodié.

Malgré la controverse, le duo a néanmoins voulu renouveler l’expérience, aussi risquée soit-elle. «Si jamais c’est notre dernier, on ne voulait pas finir sur l’an passé», explique celui qui porte aussi le chapeau de producteur au contenu, en plus d’auteur et de réalisateur.

Guillaume Lespérance, qui a surmonté plusieurs embûches durant la dernière année, admet que la tâche est ardue. «L’après-Bye Bye est toujours difficile. On est brûlés, on est très émotifs. Mais on connaît le contrat : c’est écouté et c’est critiqué, ça fait partie de la game. Les gens ont le droit de juger, il n’y a aucun souci là-dessus. On est passés de la troisième année, qui a reçu les meilleures critiques, à une quatrième année moins bien reçue. Mais on est comme des joueurs compulsifs, on va se refaire!»

Si le producteur chez A Media affirme qu’«il n’a jamais été question d’annuler le Bye Bye», Simon Olivier Fecteau se montre plus nuancé : «En juillet, on s’est demandé : est-ce qu’on va être capable de faire des blagues là-dessus? Mais plus les mois avançaient, plus on se disait que le Bye Bye de cette année serait l’un des plus importants, parce que le monde a besoin de décanter, de rire.»

Résolue à gâcher le party, la COVID s’est glissée jusque sur le plateau de tournage du Bye Bye au début du mois; un artiste invité, qui a participé à un sketch, a reçu un diagnostic positif de la maladie. Pour ne courir aucune chance, la production a interrompu momentanément les enregistrements et fait passer un test à une dizaine de personnes au retour sur le plateau.

Guillaume Lespérance reconnaît que la mésaventure, qui est survenue au huitième jour de tournage, leur a fait perdre un temps précieux. «Ça met une pression supplémentaire. Notre grande crainte serait que ça nous arrive une deuxième fois. On ne peut pas se permettre ça», confie le producteur un brin inquiet.

L’équipe, qui termine habituellement le tournage vers le 15 décembre, finira cinq jours plus tard. C’est dire que les monteurs devront travailler même le jour de Noël pour arriver à temps le 31 décembre à 23h. De plus, deux sketches ont été carrément jetés au panier.

Deux recrues, François Bellefeuille et Sarah-Jeanne Labrosse, s’ajoutent à l’équipe de comédiens cette année. Échaudé par son imitation de Michel Olivier Girard, Claude Legault a tout de même rapidement manifesté son intention de revenir cette année, aux côtés de Guylaine Tremblay et Mehdi Bousaidan. «Le Bye Bye, c’est comme un sport extrême. Ça brasse toutes sortes d’affaires, les médias s’en mêlent, le premier ministre embarque là-dedans, tout arrive, tu te dis que tu ne le feras plus jamais, mais tu te relances pareil», confie Simon Olivier Fecteau.

Parmi les critiques relevées l’année dernière, il y avait l’absence de femmes parmi l’équipe d’auteurs. Un sketch sur Maipoils, jugé complètement déconnecté, avait mis en relief cette lacune. Les autrices Caroline Allard, Julie Beausoleil et Justine Philie ont donc apporté leur contribution aux textes cette année, aux côtés des Yan Bilodeau, Simon Olivier Fecteau, Benoit Pelletier, Yves P. Pelletier et Julien Tapp. Une réalisatrice, Isabelle Garneau, fait aussi monter le pourcentage féminin parmi l’équipe.

En cette année de Black Lives Matter, la diversité est bien sûr au centre des préoccupations de l’équipe de créateurs. On a confié au comédien Frédéric Pierre la tâche de consulter des auteurs et des humoristes noirs pour mieux traduire cette réalité. Une démarche qui devrait faire des petits pour les années à venir.

S’il y aura moins de place pour l’humour gratuit, ça ne veut pas dire qu’on aura affaire à un Bye Bye 2020 gentil et lisse. «L’idée n’est pas d’être plus fins, mais nous avons le souci d’être rassembleurs. On veut vraiment que tout le monde trouve son compte. On se permet de rire de tout et d’aborder tous les sujets.»

Mais Guillaume Lespérance n’est pas naïf, il sait que certains sont impossibles à convaincre et s’attend à des commentaires impitoyables, du genre «le pire Bye Bye de l’histoire». «Il y a des gens qui le regardent pour le haïr en partant.»

Faire plaisir à tout le monde : l’impossible défi du Bye Bye, année après année. L’équipe de 2020 a tenté de ratisser le plus large possible. Simon Olivier Fecteau va même jusqu’à dire que les anti-masques vont trouver ça drôle eux aussi. «Ça fait du bien à tout le monde d’avoir de l’autodérision. On attaque tout le monde égal.»

BYE BYE 2020

Jeudi 31 décembre à 23h, ICI Télé

Rediffusion : vendredi 1er janvier à 21h

LES COULISSES DU BYE BYE 2020

Jeudi 31 décembre après le Bye Bye 2020, ICI Télé

Rediffusion: samedi 2 janvier à 19h


À LIRE AUSSI : Émissions spéciales de fin d’année: c’est le temps d’en profiter