Renouer avec notre fierté, le temps d’un souper

Êtes-vous du genre à user votre linge mou en ces temps de pandémie? Allez, on est entre nous, on peut tout se dire!

J’avoue que je me sépare rarement de mes leggings et de mon coton ouaté depuis quelques semaines. Mon chum non plus d’ailleurs! Le confort est un luxe qu’on savoure pleinement en ce temps d’isolement. On finit par en oublier notre style vestimentaire pré-COVID-19!

C’est pour renouer un peu avec notre beau linge mais surtout notre fierté, on ne se le cachera pas, qu’on a décidé d’imiter plusieurs familles, dont la famille Martel de Trois-Rivières, qui ont fait des soupers chics. On aimait bien l’idée!

On a donc choisi une soirée où on tiendrait un souper chic. Dans l’habillement à tout le moins. Toute la famille s’est mise sur son 36! Les garçons se sont vêtus d’une chemise et d’une cravate (avec des mélanges de couleurs parfois surprenants!), d’un peu de gel dans les cheveux et de parfum.

Les filles aussi, on s’est donné! Cheveux coiffés (avec le fer pis toute!), vêtements des grandes occasions et maquillage assorti. Je n’avais pas mis de mascara depuis un mois alors que j’en porte quotidiennement. Je n’avais pas réalisé à quel point ça me manquait mais l’avis n’était pas partagé par tous. Quand je suis sortie de la salle de bain, mes garçons m’ont regardée avec un air des plus surpris! «Maman tu es donc bien maquillée!», m’ont-ils lancé avec un air semi-dégoûté… Mon look veston/pantalon propre que je portais fièrement il y a un mois avait été oublié, effacé de leur mémoire. Pour eux, je suis désormais une maman en jogging, pas maquillée et les cheveux comme un champ de bataille! Pis, petite confession, je ne déteste pas ça!

On avait prévu un menu mexicain pour cette occasion bien spéciale. Ça aurait aussi pu être de la fondue mais on n’avait plus de combustible et il n’y en avait plus à l’épicerie. Preuve que nous ne sommes certainement pas les seuls à vouloir profiter de ce temps que l’on a en abondance.

Je ne sais pas si ce sont les effluves de parfum qui flottaient dans la salle à manger, mais il y avait un calme serein qui régnait autour de la table magnifiquement décorée pour l’occasion. On a jasé, rigolé et dégusté un repas tout simple mais qui contentait tous les convives.

Par contre dès que la dernière bouchée a été avalée, Alexis a demandé s’il pouvait aller se changer. C’est le fun être tiré à quatre épingles, mais pas trop longtemps quand tu es une tornade de 10 ans! Samuel et Justine ont emboîté le pas et croyez-moi que mon chum n’était pas fâché de ne pas être le premier à lancer le bal.

Pis toi, es-tu bien dans ton coton ouaté?

Encore de la neige!?

Je ne sais pas chez vous mais il y a eu encore des averses de neige chez moi mercredi. Pas assez pour faire un bonhomme de neige mais assez pour affecter les âmes sensibles à la déprime saisonnière. Il faut dire que la population de bonshommes de neige a fait un bon significatif la semaine dernière. Je me permets de vous en partager un autre qui avait pris les protections d’usage en ce temps de pandémie. M. Houde, un Trifluvien de 80 ans, a fait sourire toute sa famille, dont sa fille en France, avec sa création de circonstance!