Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Sophie Bernier sera à la barre du téléthon du Noël du Pauvre ce vendredi dès 17h sur les ondes de Radio-Canada Mauricie et en direct sur le web.
Sophie Bernier sera à la barre du téléthon du Noël du Pauvre ce vendredi dès 17h sur les ondes de Radio-Canada Mauricie et en direct sur le web.

Tout comme le premier téléthon

CHRONIQUE / On a beau avoir 61 éditions derrière la cravate, l’équipe de Radio-Canada Mauricie et Centre-du-Québec bâtit cette année le 62e téléthon du Noël du Pauvre exactement comme si on était en train de bâtir le tout premier. On avance tête première vers quelque chose qu’on n’a jamais vécu.

Lors de la toute première édition du Noël du Pauvre, il était bien difficile pour les organisateurs et les bénévoles de savoir à quoi ressemblerait la soirée. Combien allait-on amasser?

Pendant que les téléphones entraient à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, dans le studio d’où l’on diffusait, des bénévoles parcouraient les rues de la région pour aller chercher les dons.

Gilles Brouillette s’en souvient comme si c’était hier. Sa maman, Germaine, impliquée dans les Filles d’Isabelle, était téléphoniste ce soir-là à Mont-Carmel. Dans la maison familiale du 99 rue Thibeau à Cap-de-la-Madeleine, le père de Gilles avait accepté que les bénévoles entrent se réchauffer en attendant de recevoir les instructions pour aller recueillir les dons. La maison était devenue la centrale des bénévoles en attente de leur affectation de la soirée.

À l’époque, on livrait en ondes un témoignage dans l’espoir de recueillir des dons pour un besoin précis. Un père sans emploi qui avait besoin de payer des soins dentaires à ses enfants. Une famille qui n’avait pas les moyens d’offrir des lunettes au petit dernier qui ne pouvait pas bien apprendre à lire. Si l’histoire vous touchait, vous téléphoniez pour offrir un montant d’argent à cette famille, et les bénévoles, dont Gilles Brouillette, allaient le chercher en voiture directement à la maison durant la soirée.


« On ne savait pas si ça allait donner. C’était la toute première année. On espérait fort que les gens soient là pour être généreux. Ils l’avaient été. »
Gilles Brouillette

Les bénévoles, nombreux, avaient laissé une sérieuse trace dans le salon, alors que les tapis, complètement imbibés de la neige et de la boue des bottes de ces bénévoles, avaient dû être changés. Mais ces mêmes bénévoles aux bottes trempées avaient aussi laissé un souvenir impérissable au jeune Gilles, celui de la générosité des gens de sa région.

«On ne savait pas si ça allait donner. C’était la toute première année. On espérait fort que les gens soient là pour être généreux. Ils l’avaient été», raconte Gilles Brouillette.

Gilles Brouillette avait été bénévole lors de la toute première édition du téléthon du Noël du Pauvre. Sa maison de la rue Thibeau était devenue la centrale des bénévoles pour cette première édition. C’est dans cette même maison qu’il a rencontré, quelque temps plus tard, la femme de sa vie, Angèle Brouillette.

C’est un peu dans cet état d’esprit que le 62e téléthon du Noël du Pauvre prendra l’antenne ce soir à Radio-Canada Mauricie et Centre-du-Québec. «C’est comme si on n’avait jamais fait de téléthon», lance en riant Sophie Bernier, qui animera son cinquième téléthon.

Pandémie oblige, il n’y aura ni public ni salle Thompson. Mais l’ADN du téléthon, promet-elle, demeurera le même. Prestations musicales, témoignages, artistes, barrages routiers, reportages en direct dans la région... un excellent spectacle qui s’annonce différent.

«Ma mission a toujours été de parler avec mon coeur, d’essayer de toucher les gens à la maison et de passer un bon moment. Et Dieu sait qu’en ce moment, on a tous besoin de passer un bon moment», résume l’animatrice.

Il n’a d’ailleurs jamais été une option que le téléthon ne se tienne pas, spécialement en cette année de pandémie où les besoins sont encore plus importants. C’est donc en usant de débrouillardise et de créativité qu’on va assumer de nouveau ce soir la mission que Gilles Boulet et Henri Audet avaient choisi de se donner en 1959.

On a monté un espace temporaire dans les locaux voisins de ceux de Radio-Canada sur la rue des Forges. C’est à l’intérieur de ces locaux ainsi que dans les studios de la station que l’équipe de production, toute locale, diffusera le téléthon où l’on pourra entendre les Fred Pellerin, Roxane Bruneau, Brigitte Boisjoli, 2Frères, Steve Hill, Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs, Dumas, Guillaume Marchand et Catherine Laurin, de même que QW4RTZ et Elvis Lajoie.

Le téléthon durera deux heures de moins cette année pour se terminer à 22 h. En effet, avec l’impossibilité d’inviter des chorales et la nécessité de limiter le nombre d’artistes invités afin de bien les recevoir en respectant les normes sanitaires, il fallait réduire le temps.

Impossible donc de dire l’ampleur de la générosité des gens en cette année où la distance physique fait loi. On ne peut qu’espérer amasser le plus possible entre 17 h et 22 h. «Les besoins sont grands, c’est vrai. Et les gens qui vivaient déjà dans la pauvreté ont encore plus besoin qu’avant, parce que les services étaient moins faciles à obtenir cette année, qu’ils ont vécu encore plus de précarité et de solitude, qu’ils ont vu leurs contacts sociaux diminuer. Pour toutes ces raisons, pour nous, ça n’a jamais été une option que le téléthon n’ait pas lieu», explique la chef d’antenne et animatrice.

Amasser «le plus possible» sera donc le mot d’ordre... un objectif qui ne peut pas se réaliser sans que la population soit au rendez-vous dès 17 h.