Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Il est maintenant obligatoire chez Costco que les enfants de deux ans et plus portent un masque.
Il est maintenant obligatoire chez Costco que les enfants de deux ans et plus portent un masque.

Masquez vos cocos chez Costco

CHRONIQUE / «Madame, vos enfants doivent porter un masque pour entrer, s’il vous plaît. C’est obligatoire maintenant».

Un collègue m’avait mis la puce à l’oreille la semaine dernière. Je suis donc allée vérifier chez Costco il y a quelques jours, avec mes deux filles de 5 ans et 8 ans, accompagnée d’un proche qui a sa carte.

J’étais pourtant convaincue que mes filles n’étaient pas obligées de porter le masque dans les lieux publics fermés. C’est ce qui est écrit sur le site du gouvernement: «fortement recommandé, mais pas obligatoire» en bas de dix ans.

Mais chez Costco, depuis un peu plus d’une semaine, c’est maintenant obligatoire si votre enfant a deux ans et plus. Vous ne le saviez pas? C’est parce que vous n’avez pas bien fouillé sur leur site web, le petit onglet en bas à gauche, section Service à la clientèle, onglet Contactez-nous, sous-section Mise à jour des mesures de la COVID-19, au troisième paragraphe. C’est là que c’est écrit.

Mais bon. D’accord! Appliquons le principe de précaution, ça ne peut pas faire de tort. Après tout, qui peut être contre la vertu? D’autant plus qu’ils nous offraient de nous fournir le masque, parce que nous n’en avions pas sous la main. À en croire les trois familles qui entraient avant nous, pas grand monde ne le savait, en fait.

«Ils n’ont pas vraiment fait d’annonce mais c’est pour ça qu’on est là. On vous le dit et la prochaine fois vous le saurez», me dit gentiment l’employée en tendant à mes filles les masques à l’aide d’une pince. Je n’ai pas osé lui demander les motivations à imposer une telle politique, les bénéfices anticipés versus la réelle efficacité de la mesure. Ce n’était pas à elle de le justifier, elle ne faisait qu’appliquer les règles. Et de façon très empathique et courtoise je dirais.

Ce serait plutôt à Costco Canada de prendre la parole pour expliquer sa décision, voire en faire la promotion auprès de sa clientèle. Ce n’est pas faute d’avoir essayé d’obtenir des explications. Mais silence radio depuis six jours aux relations médias...

Interpellé à ce sujet, le président de l’Association des pédiatres du Québec, le pédiatre infectiologue Marc Lebel, est quant à lui d’avis que cette nouvelle politique est plus ou moins efficace, et créera surtout un faux sentiment de sécurité chez la clientèle. On remarque en effet que depuis le début de la pandémie, les enfants attrapent moins et transmettent également moins le virus. Et plus l’enfant est jeune, moins il transmettra ou contractera le virus, fait-il remarquer. À preuve: les éclosions dans les garderies et CPE sont rarissimes présentement, même si les cocos ne portent pas le masque.

«Par contre, plus l’enfant est jeune, plus le risque est grand qu’il ne porte pas bien le masque, que le masque soit mal ajusté, qu’il le mette sous son nez, qu’il porte ses mains à son visage et tente de l’enlever. Sachant que l’enfant transmet moins le virus et le contracte moins aussi, c’est donc un peu une fausse sécurité», croit-il.

Bonne joueuse des mesures en place, mon principe de précaution a toutefois eu envie de prendre le bord à la succession sans cesse des «maman, j’ai chaud. Je ne respire pas bien. Ça me pique le nez. Il arrête pas de remonter dans mes yeux. Je suis tannée on peut tu l’enlever? Pourquoi je dois le porter? Je veux m’en aller». Et alouette!

Car principe de précaution ou pas, envie de respecter les consignes ou pas, il y a quand même une certaine incohérence dans l’esprit d’une petite de 5 ans d’entendre sa mère lui dire chaque semaine à l’épicerie, à la pharmacie et à l’école qu’elle n’est pas obligée de mettre un masque, mais qu’à cet endroit très précis, c’est obligatoire. On a beau vouloir être by the book, prôner la bienveillance, en ces temps de pandémie, on veut aussi pouvoir appuyer nos paroles et nos actions sur une certaine cohérence, histoire de ne pas devenir déboussolés.

«C’est une entreprise privée et ils sont libres de faire ce qu’ils veulent. J’ignore si c’est une directive de Costco Canada en lien avec la situation de la pandémie dans les autres provinces. Mais à mon avis, l’idéal serait qu’ils s’harmonisent avec la réglementation gouvernementale. L’enfant peut faire le trajet en autobus pas de masque et c’est correct. Mais une fois qu’il débarque et arrive chez Costco, ce n’est plus correct? Ça manque en effet de cohérence», ajoute le Dr Lebel.