Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
L’après 16 août...

Paule Vermot-Desroches

L’après 16 août...

CHRONIQUE / Marquez bien votre calendrier au feutre rouge: au conseil municipal de Trois-Rivières, il y aura un «avant» et un «après» 16 août 2022. C’est du moins ce qu’ont laissé entendre une majorité de conseillers, dont les sept signataires de cette lettre ouverte voulant tendre la main à leurs collègues afin qu’on en arrive à un climat de travail plus «sain» au conseil. Une majorité de neuf conseillers, flanqués du maire Jean Lamarche qui, sur le parvis de l’hôtel de ville mardi soir, ont voulu démontrer que 24 heures après la parution de cette lettre, il était (déjà) temps de tourner la page et de regarder vers l’avant.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
La main tendue divisera-t-elle encore plus?

Paule Vermot-Desroches

La main tendue divisera-t-elle encore plus?

CHRONIQUE / On peut se demander ce qui ressortira de cette prise de position que viennent de faire sept conseillers municipaux trifluviens, afin de dénoncer le climat de travail autour de la table du conseil. Ces sept conseillers disent vouloir «tendre une main» aux sept autres conseillers à qui l’on reproche de faire de l’«opposition sans proposition», même de l’obstruction dans le fonctionnement de l’appareil municipal. On peut se demander à quoi ressembleront les lendemains au conseil municipal, car si on souhaitait tendre cette main par cette sortie, on a du même coup forcé le positionnement de deux clans distincts, mais à partir de critères qui n’ont été définis que d’un seul côté.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
COVID longue: quand la vie bascule

Paule Vermot-Desroches

COVID longue: quand la vie bascule

CHRONIQUE / «Il faut que j’apprenne à accepter que ma vie d’avant, elle ne reviendra peut-être pas. C’est probablement ça qui est le plus difficile, d’accepter. Mais si je choisis d’en parler aujourd’hui, c’est pour aider les autres qui souffrent en silence. Et aussi pour dire qu’il va falloir qu’on nous aide, parce qu’on n’a pas idée à quel point il y a des gens qui souffrent en ce moment.»
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Trottinettes électriques: pour la tolérance, en attendant la légalité

Paule Vermot-Desroches

Trottinettes électriques: pour la tolérance, en attendant la légalité

CHRONIQUE / Elles sont partout à travers le monde. Dans bien des villes, elles sont devenues le moyen de transport alternatif le plus prisé des citoyens. À Paris, Bruxelles ou San Diego, on en retrouve à chaque coin de rue, en libre service, prêtes à être empruntées par le prochain passant qui veut se rendre plus rapidement au boulot. Pourtant, au Québec, les trottinettes électriques sont encore techniquement considérées comme illégales sur les routes et les pistes cyclables. Et ça exaspère de plus en plus les amateurs de ce moyen de transport nouveau genre.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le défi qu’on ne peut plus ignorer

Paule Vermot-Desroches

Le défi qu’on ne peut plus ignorer

CHRONIQUE / Il n’y a rien d’ordinaire dans ce que vivent actuellement les résidents du boulevard des Estacades à Trois-Rivières, dont la moitié de la chaussée vient d’être emportée par les pluies torrentielles et un glissement de terrain. Il n’y a rien d’ordinaire ni de rassurant non plus. Et si on pouvait avoir envie de traiter cet épisode comme un événement isolé, force est de constater qu’il est une nouvelle fois la manifestation que l’environnement deviendra, et est déjà, l’enjeu numéro un des municipalités au Québec. Et qu’on ne peut plus l’ignorer.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Mille bénévoles, mille piliers du Grand Prix de Trois-Rivières

Paule Vermot-Desroches

Mille bénévoles, mille piliers du Grand Prix de Trois-Rivières

CHRONIQUE / Jeudi matin, 6h45, l’odeur du café et des croissants se fait sentir à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Alors que le coq commence à peine à envisager chanter, une cinquantaine de personnes sont déjà réunies autour de ces tables pour déjeuner, mais surtout pour faire le point. Dans moins de 24 heures, la visite arrive! Celle du Grand Prix de Trois-Rivières. Et si on veut bien les accueillir, ça prend du monde. Beaucoup de monde!
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Salut, grand chef Martin!

Paule Vermot-Desroches

Salut, grand chef Martin!

CHRONIQUE / Grand chef Martin Lampron! C’est à toi que la région dira un dernier au revoir aujourd’hui, alors que seront célébrées tes funérailles à la Cathédrale de Trois-Rivières. Grand bâtisseur du centre-ville, véritable mentor de tellement de restaurateurs de la région, homme au grand coeur qui n’hésitait pas non plus à embrasser les causes auxquelles tu croyais, tu auras laissé ta marque à ta façon à chaque moment de ta vie. Et malgré l’onde de choc qu’a créée ton décès, on a collectivement envie de se serrer les coudes aujourd’hui et de lancer une nouvelle fois un message d’espoir: aucune tempête n’est éternelle.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le deuil de la moutarde

Paule Vermot-Desroches

Le deuil de la moutarde

CHRONIQUE / Ce n’est qu’un petit pot de moutarde de Dijon. Un condiment parmi tant d’autres qui meuble depuis toujours les tablettes de mon frigo. Mais cet été, en France, ce petit pot de moutarde est devenu pratiquement aussi rare et précieux que les dernières pépites de la ruée vers l’or du Klondike. Une pénurie qui nous atteindra certainement d’ici quelques semaines et qui est devenue à elle seule un autre symbole démontrant que la chaîne, pour bien des secteurs de l’économie, est en train de débarquer. Et que ce sera à nous d’adapter nos habitudes à ces bouleversements.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Quand la thérapie sauve des vies

Paule Vermot-Desroches

Quand la thérapie sauve des vies

CHRONIQUE / Ce matin-là, Pierre-Gilles Roy s’est réveillé sur un banc de parc. Il n’avait plus rien. Dans la descente aux enfers que lui faisait vivre sa dépendance, il ne payait plus son loyer depuis longtemps et avait été mis à la rue. À côté de lui, un homme était couché par terre, inconscient, une seringue encore dans le bras. Il n’a jamais su s’il était mort ou s’il avait survécu. Ce matin-là, il fallait que quelque chose se passe. C’était la mort qui l’attendait au coin de la rue... mais c’est la vie qui a plutôt choisi de se pointer le bout du nez.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le Cirque revient à la maison [VIDÉO]

Paule Vermot-Desroches

Le Cirque revient à la maison [VIDÉO]

CHRONIQUE / Voilà une scène qu’on n’avait pas vue depuis longtemps à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Une trentaine d’artistes du Cirque du Soleil qui prennent possession des lieux, qui envahissent la scène pour répéter, qui se promènent à travers les coulisses et les loges pour bien s’approprier l’espace. Le Cirque du Soleil n’avait pas remis les pieds à Trois-Rivières depuis la fin de sa dernière prestation exclusive, en 2019. C’était avant que tout ne bascule en mars 2020, que le monde ne s’arrête. Mais cette fois, c’est la bonne: le Cirque revient à la maison.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Merci, les Cats!

Paule Vermot-Desroches

Merci, les Cats!

CHRONIQUE / Ça aurait été parfait. Ramener non pas une, mais deux coupes à Shawinigan, on n’aurait pas pu demander mieux. Mais le parcours des Cataractes de Shawinigan au tournoi de la Coupe Memorial s’est terminé lundi soir au Nouveau-Brunswick, dominés en prolongation par les Bulldogs de Hamilton qui accéderont à la finale, en renvoyant les Cats à la maison. Mais nos Cataractes n’ont certainement pas à rougir de cette performance. Pas plus qu’ils n’ont à rougir de la saison qu’ils viennent de nous offrir. Non, ils n’ont pas perdu lundi soir. Ils ont complété la tête haute une année qui passera à l’histoire à Shawinigan.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
L’Algérien qui tomba en amour avec La Tuque

Paule Vermot-Desroches

L’Algérien qui tomba en amour avec La Tuque

CHRONIQUE / On l’avait pourtant prévenu de ne pas arriver en plein mois de janvier. Le contraste entre le climat de l’Algérie et les grands froids de l’hiver québécois aurait pu le rebuter. Mais Adel Allal avait tellement hâte de commencer sa nouvelle vie à La Tuque qu’il n’a pas écouté ce conseil. «C’était froid, oui, mais jamais assez pour nous faire douter de notre choix».
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
À toi, prof!

Paule Vermot-Desroches

À toi, prof!

CHRONIQUE / À chaque fin d’année scolaire, elle avait le motton. Ça s’entendait dans la façon qu’elle avait de préparer sa toast le matin du dernier jour d’école, de prendre son sac pour une dernière fois, dans la façon qu’elle nous saluait avant de monter en voiture. Ça se voyait dans ses grands yeux qui semblaient avoir oublié soudainement tous ces petites tracas qu’on pouvait accumuler au fil des jours de classe. Comme si au final, on retenait toujours juste le beau côté des choses.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Une vie consacrée à sa ville

Paule Vermot-Desroches

Une vie consacrée à sa ville

CHRONIQUE / «Les villes sont vraiment tributaires du modèle fiscal qui est basé sur les évaluations foncières. Ça ne tient plus la route, ça ne marche plus. Ça va peut-être prendre des événements majeurs pour s’en rendre compte. Et des événements majeurs, on en vit plusieurs présentement.»
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Pénurie de logements: la crise qui gronde, à quelques jours du 1er juillet

Paule Vermot-Desroches

Pénurie de logements: la crise qui gronde, à quelques jours du 1er juillet

CHRONIQUE / Diane Longpré a cherché. Longtemps. Depuis le mois de janvier, en fait, elle cherche un logement pour le 1er juillet. Mais Diane n’a rien trouvé. Mère monoparentale de quatre enfants, la professionnelle disposait pourtant d’un bon budget pour se poser, après sa séparation survenue en décembre dernier. Mais il n’y a rien, tout simplement. Il y a trois semaines, Diane a abandonné ses recherches. Elle ira vivre temporairement chez le père de ses plus grandes filles, le temps de se trouver une autre option. C’était ça ou la rue.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Sur la galerie de la Comète

Paule Vermot-Desroches

Sur la galerie de la Comète

CHRONIQUE / La 5e rue de la Pointe commence à peine à se remplir, mercredi après-midi à Shawinigan, que Denise Gagnon est déjà au poste. Attablée à une terrasse, vêtue de son chandail des Cataractes, drapeau en main, elle attend ses «p’tits gars». Sur la table, elle a déjà son Pepsi qu’elle boit tranquillement en attendant le défilé de la victoire. En fait, rien n’aurait pu empêcher la fan numéro un des Cataractes d’assister à cette victoire historique de la coupe du Président, la semaine dernière. Rien... sauf la COVID.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Pénurie de sauveteurs: il faudra bien que les enfants apprennent à nager

Paule Vermot-Desroches

Pénurie de sauveteurs: il faudra bien que les enfants apprennent à nager

CHRONIQUE / La pénurie de main-d’œuvre qui n’épargne pas le domaine des sauveteurs nautiques cache un enjeu très important: la capacité des plus jeunes de pouvoir apprendre à nager. Alors que plusieurs piscines municipales à Trois-Rivières, mais également partout au Québec, ne pourront ouvrir leurs portes cette année, en plus de nombreux cours de natation qui ne pourront être donnés, la question de la sécurité en milieu aquatique devrait grandement préoccuper la population, d’autant plus que les plus récentes données démontrent que de nombreux jeunes ont régressé depuis le début de la pandémie dans leurs apprentissages en natation. Plus que jamais, ce n’est plus une question de pouvoir se rafraîchir durant l’été, mais bien une question de sécurité.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Un médecin de famille pour tous: la promesse à ne plus faire

Paule Vermot-Desroches

Un médecin de famille pour tous: la promesse à ne plus faire

CHRONIQUE / «Si nous sommes élus, nous promettons un médecin de famille pour tous les Québécois.» Voilà le genre de promesse électorale qu’on nous sert ad nauseam depuis de nombreuses années maintenant, sans toutefois que cette promesse n’ait jamais pu être tenue. Et alors que le Parti libéral en a déjà fait un engagement électoral en vue de la campagne qui s’amorcera cet automne, force est de constater que cette promesse, aussi noble puisse-t-elle être, ne se réalisera pas de sitôt. L’heure n’est plus à de telles promesses, mais bel et bien à proposer l’accessibilité au système, sans que tout ne passe toujours par un médecin de famille.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Garder la foi jusqu’au bout

Paule Vermot-Desroches

Garder la foi jusqu’au bout

CHRONIQUE / 21h24 sur la galerie de presse jeudi soir. Les Cataractes tirent de l’arrière 6-0. C’est maintenant d’une évidence qu’ils devront prendre l’avion pour se rendre à Charlottetown pour un cinquième match samedi. La Coupe du Président ne sera pas soulevée à Shawinigan ce soir. Je cherche quelque chose de positif à écrire. Un angle. N’importe quoi pour contrer l’ambiance un peu morose du constat qu’on ne balaiera pas les Islanders. Et je regarde la foule… Tout le monde est encore là!
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Ça sent la coupe!

Paule Vermot-Desroches

Ça sent la coupe!

CHRONIQUE / Ça ne peut être plus réel que ça! Je vous le dis mes amis, ça sent la coupe à Shawinigan! Et en ce mercredi soir où les Cataractes ont pris les devants 3-0 dans cette finale de la Coupe du Président, je peux vous jurer qu’il y a bien des coeurs qui ont failli ne pas tenir le coup au Centre Gervais Auto de Shawinigan.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Semer l’espoir, malgré le suicide de sa fille

Paule Vermot-Desroches

Semer l’espoir, malgré le suicide de sa fille

CHRONIQUE / Le 9 avril 2021, lorsque le téléphone a sonné chez Daniel Lepage, son monde s’est écroulé... pour une seconde fois. Au bout du fil, un psychiatre du CHAUR de Trois-Rivières lui annonçait que sa fille Audrey-Ann venait de commettre l’irréparable à l’intérieur des murs du département de psychiatrie, où elle était hospitalisée pour des troubles de santé mentale. Un tsunami dans la vie de cet homme qui, depuis 2004, se reconstruisait déjà morceau par morceau à la suite du suicide de sa conjointe et maman de ses trois enfants, Sylvie.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Boissons énergisantes: à quand l’interdiction de vente aux mineurs?

Paule Vermot-Desroches

Boissons énergisantes: à quand l’interdiction de vente aux mineurs?

CHRONIQUE / Lorsque le jeune Edward s’est assis à la table ce soir-là, à sa résidence de Shawinigan, il avait les mains qui tremblaient. Son coeur battait à toute vitesse. Le jeune homme de 12 ans avait envie de vomir. Ses parents, Karolyne Leclerc et Dany Langevin ont rapidement compris ce qui était arrivé: il avait consommé une boisson énergisante contenant de la caféine qu’il avait pu se procurer avec ses amis au dépanneur. Les deux parents sont encore estomaqués, deux semaines plus tard, de constater que ces enfants de 5e et 6e années ont pu s’acheter de tels produits aussi nocifs pour leur santé sans aucun problème au dépanneur.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Indispensable immigration

Paule Vermot-Desroches

Indispensable immigration

CHRONIQUE / L’après-midi s’anime à la Maison Carpe Diem de Trois-Rivières. Les résidents de cette ressource spécialisée pour personnes atteintes d’Alzheimer sont invités à se joindre à une petite partie de pétanque. C’est l’idée de l’intervenante Élise Roucairol. Arrivée de Marseille il y a quelques mois à peine, la jeune femme de 24 ans ne pouvait pas laisser de côté sa traditionnelle pétanque pour animer le groupe. À ses côtés, ses compatriotes françaises Charlotte Berjon et Caroline Rousseau lui fileront un coup de main pour tirer et pointer. Ici comme ailleurs, l’apport des travailleurs arrivés de l’étranger n’est plus seulement apprécié, il est essentiel au bon fonctionnement des services offerts par l’organisme.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Contingence et couverture ambulancière: ça sourcille à Fortierville

Paule Vermot-Desroches

Contingence et couverture ambulancière: ça sourcille à Fortierville

CHRONIQUE / Le plan de contingence visant à réduire les heures d’ouverture de l’urgence de Fortierville en raison du départ de plusieurs médecins entrera en vigueur dès ce mercredi soir, et son implantation laisse encore un goût amer dans la collectivité. Si la population avait accepté, en mars 2020, la fermeture définitive de nuit en raison du faible achalandage, ce nouveau plan de contingence fait sourciller, avec raison. D’autant plus que de nouvelles inquiétudes concernant la couverture ambulancière ont été soulevées, notamment par la mairesse Julie Pressé, en raison d’un événement survenu le 26 mai dernier.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Aider les plus vulnérables: encore du chemin à faire

Paule Vermot-Desroches

Aider les plus vulnérables: encore du chemin à faire

CHRONIQUE / Un homme vivant avec une déficience intellectuelle, sous le joug d’une personne visiblement mal intentionnée. De la maltraitance, du dénigrement, de l’emprise. Voilà le portrait qui semble vouloir se dégager de cette histoire qui secoue actuellement la population de Nicolet. Mais au-delà du possible crime commis sur la personne de Florent Dumas, cette histoire aussi triste que révoltante soulève d’innombrables enjeux sur le plan de la santé mentale et de l’encadrement des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Elle nous rappelle à quel point ces personnes sont en situation de vulnérabilité, mais également à quel point, à l’intérieur de leur mandat, les organismes ayant pour mission de les aider sont souvent limités dans leurs capacité d’intervention autant que dans leur financement. Elle nous rappelle aussi que malgré la naissance de projets permettant une meilleure inclusion dans la société, il n’existe actuellement aucune vision claire sur la question de l’habitation pour les personnes handicapées au Québec.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Comment vont nos enfants, docteure?

Paule Vermot-Desroches

Comment vont nos enfants, docteure?

CHRONIQUE / Lundi matin, à la clinique externe de pédiatrie du CHAUR de Trois-Rivières, les salles de consultations se remplissent peu à peu. Ici, une poussée de fièvre qui inquiète la maman de cette fillette. Là, un jeune garçon qui se plaint de maux aux oreilles. La pédiatre Karina Poliquin est au poste, prête à évaluer les patients. Et si les activités ont repris normalement dans cette clinique depuis les derniers mois, les bouleversements connus à la suite de la pandémie et du confinement se font encore sentir dans le développement des enfants.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Aller jusqu’au bout, redevenir un ado

Paule Vermot-Desroches

Aller jusqu’au bout, redevenir un ado

CHRONIQUE / Un pas devant l’autre, une respiration à la fois, à travers un entraînement rigoureux, une poignée d’élèves de l’école secondaire des Chutes de Shawinigan vivra une véritable aventure cette fin de semaine du côté d’Ottawa. Le club de course de l’école a pu reprendre vie, après deux ans de pandémie, et s’attaquera au parcours de 10 kilomètres du marathon de la Capitale nationale. Et si la vue du fil d’arrivée s’annonce le seul objectif pour certains, pour leurs enseignants, c’est une véritable renaissance qu’on leur fera vivre, après deux années pour le moins bizarroïdes.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Le courage de faire face au monstre

Paule Vermot-Desroches

Le courage de faire face au monstre

CHRONIQUE / «Je suis une victime, je le serai probablement toujours dans mon coeur. Mais depuis que j’ai porté plainte, je suis surtout une survivante. J’ai décidé de dire que ça suffit, que j’ai le droit d’être heureuse moi aussi et que je ne veux plus vivre sous l’emprise d’un monstre».