Thierry Kayitana a entraîné au secondaire et au cégep des équipes féminines de basketball, il aimerait bien que les filles aient des modèles aussi.

Les filles aussi peuvent sauter

CHRONIQUE / Dans le Toronto Star mardi, la caricature de Theo Moudakis montre une fillette fixant un téléviseur, Bianca Andreescu est à l’écran en train d’embrasser son trophée du US Open, la fillette tient une raquette de tennis.

Elle dit ceci, je traduis : «Je peux le faire».

Ce qui est vrai pour le tennis ne l’est pas pour la plupart des sports, surtout les sports d’équipe. Thierry Kayitana a entraîné au secondaire et au cégep à des équipes féminines de basketball, il aimerait bien que les filles aient des modèles aussi.

Il n’y a rien.

Ou si peu.

Ce qu’il voit, quand les filles arrivent au secondaire, c’est qu’elles n’ont pas vraiment eu l’occasion de se développer. Pas autant que les gars. «Très jeunes dans le sport, on sépare les gars des filles. Ils sont ensemble tant que c’est pour le plaisir, mais quand ça devient compétitif, on les sépare.»

Et on mise plus sur les gars. 

Thierry est aux premières loges pour voir la différence entre les deux. «Moi, j’ai été entraîné comme un gars. Il y a des choses que les filles ne peuvent pas faire parce qu’on ne leur a pas montré. Elles ne sautent pas parce qu’on ne leur a jamais appris à sauter, alors que les gars, eux, on leur fait suivre un programme d’impulsion. Ce n’est pas facile d’emmener une fille à son plein potentiel.»

On les prend plus jeunes aussi. «Il y a nettement plus de joueurs masculins qui sont pris très tôt, dans les programmes de concentration dès le primaire. Tous les joueurs professionnels qu’on connaît, ils ont été entraînés très jeunes, on a mis toutes les chances de leur côté.»

Et des modèles, en veux-tu en v’là. «Il y a un âge où tu as besoin de modèles. Les gars se projettent très tôt, ils ont leurs idoles. Mais chez les filles, ce n’est pas le cas, c’est plus Miley Cyrus… Si t’as pas de modèle sportif, comment peux-tu te projeter?»

D’où l’importance de Bianca.

En fait, le tennis est à peu près le seul sport professionnel — où il y a de l’argent en jeu — où les filles peuvent s’identifier à des championnes.

Où elles veulent «être comme». 

Résultat, les filles, quand vient le temps de choisir une carrière, ne pensent pas au sport comme étant une option. «La majorité des filles que j’ai entraînées ne veulent pas en faire une carrière, il y a peut-être seulement 5 % qui vont vouloir poursuivre à l’université comme pour le Rouge et Or.»

Et encore.

Les joueuses le voient bien, les équipes professionnelles de filles, quand il y en a, ne font pas les manchettes. Aux États-Unis, le pendant féminin de la NBA (la National Basketball Association), la WNBA, joue dans l’indifférence à peu près totale. «La saison se passe l’été quand la NBA ne joue pas.»

Thierry pose la question : «S’il y avait des Women Raptors à Toronto et qu’elles gagnaient le championnat de la WNBA, est-ce qu’on en parlerait?»

Non.

«Je n’ai jamais vu de reportage sur les femmes qui jouent au basketball, il n’y a personne qui parle d’elles, ni à RDS ni aux États-Unis. Est-ce que c’est parce qu’elles ne sont pas intéressantes? Pas assez spectaculaires? Quand on voit une fille qui dunke à la télé, c’est dans les moments insolites…»

Et ici, les matchs de filles sont toujours avant les matchs des gars, comme une première partie en attendant le vrai spectacle. «On joue à l’heure du souper… Pendant mon match, les gens arrivent à la deuxième moitié, ils s’installent, ils se préparent pour le match des gars. Le vrai show, c’est les gars.»

Ah oui, c’est vrai, il y a des filles dans ce match-là. Sur le bord du terrain. «L’ironie dans tout ça, c’est qu’il y a encore des pom-pom girl! Je ne comprends pas que ça existe encore aujourd’hui.» Ironie plus grande encore, des fillettes se projettent davantage dans ces filles-là que dans celles qui étaient sur le terrain à faire des paniers.

Le cheerleading est devenu une discipline en soi.

Thierry voit quelques petites avancées, les Spurs de San Antonio au Texas viennent d’embaucher une femme comme assistante-entraîneure. «Il n’y a pas encore d’entraîneure-chef et pas de propriétaire femme, à part la copropriétaire des Lakers de Los Angeles, [Jeanie Buss] qui est l’héritière.»

Thierry ne s’attend évidemment pas à ce que le sport professionnel devienne un haut lieu de la parité, mais il est convaincu qu’il y a moyen de faire une plus grande place aux sportives. «Il y a des modèles qui pourraient marcher, comme les matchs trois contre trois, il y a une ligue aux États-Unis qui est très populaire, le BIG3, qui est rentable et qui est télédiffusée. Les filles pourraient y aller.»

On a les victoires qu’on peut, «ils viennent d’intégrer les équipes de la WNBA dans la configuration du jeu vidéo NBA 2K20. Les joueurs vont pouvoir choisir une équipe féminine, c’est la première fois en 25 ans», la Ligue a été créée en 1996. Le jeu FIFA, au soccer, les a intégrées en 2016.

À quand les Canadiennes de Montréal sur NHL?