Malgré toute sa bonne volonté et l’accompagnement juridique de l’université, Luc* n’est jamais arrivé à compléter les démarches d'immigration par Internet.

Courage, vous y êtes presque...

CHRONIQUE / Luc* a été recruté il y a deux ans par l’Université Laval pour y enseigner, dans un champ d’études pointu en génie. Il est né en France de parents français, il a grandi en France, fait sa scolarité en France, jusqu’au doctorat.

Il a déménagé à Québec avec sa famille.

Je l’ai rencontré dans son bureau, il voulait me parler des démarches qu’il doit faire pour immigrer ici. Il ne se doutait pas que venir s’installer au Québec serait digne des 12 travaux d’Astérix. «C’est l’enfer...»

Quand il a reçu l’assurance qu’il serait embauché, il a entamé ses démarches sur le site d’Immigration Canada. Tout se passe en ligne. «Il est impossible de parler à quelqu’un, tout se  fait sur Internet. Il y a d’abord répondre à 40 questions pour savoir si on est éligible, et si oui, il faut répondre à 150 questions, dont les 40 premières une autre fois! Pour chaque question, il y a un document à aller chercher, un fichier à remplir. Je me battais avec ça tous les soirs...»

Il a finalement réussi. Quand on arrive à la fin de ça, c’est écrit: «Courage, vous y êtes presque...»

Pas vraiment. «Rendu là, on nous demande 56 documents à joindre. Je me suis dit, c’est bon, 56 documents, ça devrait bien se faire. Mais là encore, il y a de nouveaux formulaires de cinq ou six pages à remplir... Dans l’esprit tout est bon, ça part de bonnes intentions. Mais la mise en application est catastrophique!»

La complexité du processus est telle que l’Université Laval met à la disposition des travailleurs étrangers les services d’un avocat pour passer au travers. «Si ce n’était pas de ça, je ne serais pas ici!»

Certains se découragent. «Il y en a qui sont repartis.»

Malgré toute sa bonne volonté et l’accompagnement juridique de l’université, Luc n’est jamais arrivé à compléter les démarches par Internet. «On m’a donc dit de faire ça directement à la douane, on m’a dit de quels papiers j’aurais besoin et je me suis présenté avec ça. Ça a pris un temps pour qu’on nous dirige au bon endroit, mais quand on y est arrivé, ça a pris 20 minutes!»

Lui et sa famille ont eu leur visa pour entrer au Canada.

Cette façon de procéder est tout de même risquée. S’il avait été refoulé aux douanes, il aurait dû faire demi-tour et tout recommencer à zéro. Il avait été bien préparé. «Heureusement que l’université nous aide là-dedans, on est vraiment bien accompagnés dans nos démarches.»

Même avec son postdoctorat, Luc n’y serait pas arrivé seul.

Avant d’arriver au Québec, Luc a étudié et été chercheur en Belgique, il a travaillé un an dans une entreprise en Allemagne, a travaillé et été chercheur dans une université en Suisse. Nulle part la marche à suivre pour obtenir les visas nécessaires n’a approché celles du Canada en complexité.

Malgré qu’il ait fait toutes ses démarches en français, il a quand même dû prouver qu’il parle français. «Je leur ai dit, je suis né en France, ça ne marche pas. J’ai enseigné en France, ça ne marche pas. J’ai dit j’ai tous mes diplômes que j’ai obtenus en France, non. Il demandait les relevés de notes de trois années d’études secondaires ou postsecondaires. Pas seulement le diplôme, les notes.»

Le tout approuvé par les autorités françaises. «Il m’a fallu faire des copies certifiées conformes au consulat.»

Et, avant tout, contacter l’école pour faire ressortir son dossier d’élève, ce qui n’est pas toujours simple. Un autre professeur de l’Université Laval a même profité de ses vacances en France pour aller chercher lesdits documents.

Luc aurait aussi pu payer quelques centaines de dollars pour passer un test de français, mais il en avait ras le bol de toujours payer. «Il faut payer chaque fois, pour chaque étape, pour chaque document. Tu payes tout le temps! Pour être admis à l’ordre des ingénieurs, j’ai dû faire quatre examens et pour chacun, il faut payer. J’ai un collègue à qui on a demandé de refaire 21 examens!»

Son épouse avait aussi une formation faite en France, elle a aussi dû être reconnue par un autre ordre professionnel au Québec. «Ça a coûté 5000 $!»

Le Canada n’est pas le seul à lui avoir donné des maux de tête, le gouvernement du Québec n’est pas en reste quand vient le temps de perdre son latin dans les méandres de la bureaucratie. Aux démarches fédérales déjà compliquées, s’ajoutent celles du Québec, la province ayant certains pouvoirs quant à la sélection des candidats.

Des démarches qui se font en parallèle.

Souvent en double.

Donc, avant de promettre plus d’immigrants ou un resserrement des exigences sur les compétences en français, les partis politiques devraient d’abord voir à ce que des candidats comme Luc n’aient pas des bâtons dans les roues.

Mais ça doit d’abord passer par Ottawa. 

Quand je l’ai rencontré, Luc était avec Éric*, un autre professeur en génie, arrivé de Suisse en 2006. Célibataire, les démarches avec Immigration Canada ont été un tantinet plus simples. Quoique : «J’ai eu quatre permis de travail et une fois, dans un des permis, j’ai oublié de signer un papier. J’ai été des mois sans salaire!»

Il est maintenant citoyen canadien, depuis 2013.

Mais ce sont ses démarches pour intégrer l’ordre des ingénieurs, une exigence presque unique au monde dans son domaine, qui lui ont donné du fil à retordre.

«J’ai dû passer un examen pour un cours que je donne!»

Il l’a passé haut la main.

Les démarches étaient si complexes qu’il a songé sérieusement à quitter le Québec. «Le niveau de papier est incroyable, le nombre de cours que je devais suivre et le nombre d’examens que je devais passer était ahurissant. Ils comparent le contenu des cours au mot à mot pour établir les équivalences...»

Il avait suivi des cours en Italie, il a dû faire traduire à ses frais. Et les faire certifier, évidemment.

Il est ingénieur depuis 1998. «Ici, ça m’a pris trois ans et demi pour avoir ma reconnaissance complète, j’ai commencé en 2007 et j’ai été reconnu en 2011, alors que partout dans le monde, on est reconnu d’office, on n’a pas à se faire reconnaître de nouveau.»

Il a failli plier bagage une fois encore, en 2010, à cause de son permis de conduire. «On ne m’avait pas dit que j’avais un an pour faire changer mon permis. J’avais dépassé le délai, on m’a dit que je devais faire deux ans de conduite accompagnée. Deux ans! J’ai appelé au consulat suisse on m’a dit que je n’étais pas le seul... On m’a dit, il faut refaire votre permis ou vous en passer.»

Il ne pouvait pas, il en avait besoin pour son travail.

Il a annoncé son départ de l’université montréalaise où il était associé à la recherche. «Quelqu’un m’a alors suggéré d’aller voir le député de ma circonscription, on m’a dit que ça pourrait peut-être marcher...» Ce qu’il a fait. «Je l’ai appelé, je lui ai expliqué la situation et deux jours après, c’était réglé, j’avais mon permis.»

Son député, c’était Raymond Bachand.

C’est quand même inouï que celui qui était alors ministre des Finances ait eu à intervenir pour régler le problème.

De ces deux histoires, de candidats qualifiés, francophones, recrutés pour leurs compétences, je comprends que la machine à paperasse s’est emballée, qu’elle s’est embourbée. 

Avant de faire plus, il faut faire mieux.

* Les prénoms ont été modifiés.