Le Nouvelliste
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
«Après dodo, l’école?»

Chronique

«Après dodo, l’école?»

CHRONIQUE / Depuis le dernier jour d’école avant les Fêtes, Arthur ne pense qu’à une chose, y retourner. «Tous les soirs quand il s’endort, il me demande : “après dodo, l’école?” Je dois lui dire : “pas tout de suite, pas tout de suite”…»
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
«Le feu est pris solide!»

Chronique

«Le feu est pris solide!»

CHRONIQUE / Marie* a vécu toute la pandémie de l’intérieur de l’hôpital où elle travaille comme infirmière auxiliaire, plus d’une année dans une unité COVID. Cette cinquième vague n’a rien à voir avec les précédentes. «C’est la pire de toutes. Ils ont complètement perdu le contrôle, on est en train de crasher
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Avez-vous le goût de bonnes nouvelles?

Mylène Moisan

Avez-vous le goût de bonnes nouvelles?

CHRONIQUE / Je ne sais pas pour vous, mais je ressens parfois une grosse fatigue à regarder le fil des nouvelles, les scénarios du pire et du à peine moins pire. On est en pleine déconfiture avec Omicron que déjà on nous parle du prochain variant.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Quoi de neuf?

Chronique

Quoi de neuf?

CHRONIQUE / Revoici ce moment de l’année où je vous donne des nouvelles de mon monde, de votre monde, de quelques personnes dont l’histoire s’est prolongée de nouveaux chapitres, parfois pour le mieux, parfois non.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
L’humour au temps du «crisse» de coronavirus

Chronique

L’humour au temps du «crisse» de coronavirus

CHRONIQUE / Oui, je sacre. En deux ans, ce que nous appelions le «nouveau coronavirus» est devenu le «crisse» de coronavirus. On n’en peut plus, cette chose nous fait la vie dure, siphonne ce qui nous reste de moral en nous obligeant, encore, à nous encabaner. Nous avons plus que jamais besoin de rire. Ou sourire, du moins. Je reviens avec ce rendez-vous auquel je vous avais convié au début de la pandémie, une page de blagues ou de traits d’esprit glanés sur les réseaux sociaux pour apporter un petit baume sur les mauvaises nouvelles, sur cette guerre que nous livrons ensemble contre le foutu variant Omicron.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
DPJ: on «magasine» les juges

Mylène Moisan

DPJ: on «magasine» les juges

CHRONIQUE / Dans ses notes, une intervenante de la DPJ rapporte des propos tenus pendant une réunion, on cherche des moyens de pouvoir retarder la prochaine audience «jusqu’à ce que nous passions devant la juge X. […] Sinon, est-ce que nous prenons le risque de passer devant le juge de garde et risquer de ne pas obtenir ce que nous voulons?»
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Quand les enfants ne meurent pas

Chronique

Quand les enfants ne meurent pas

CHRONIQUE / Le 29 avril 2019 en fin d’après-midi, j’ai reçu un message sur Messenger à propos de la fillette de Granby, elle avait été découverte dans un état lamentable quelques heures plus tôt, était entre la vie et la mort.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
«Nous sommes complètement anéantis»

Chronique

«Nous sommes complètement anéantis»

CHRONIQUE / Le jugement est tombé comme une tonne de briques, les filles de François* et Sylvie* resteront au moins jusqu’à leurs 18 ans dans le centre de réadaptation où elles n’auraient jamais dû être placées par la DPJ.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Quand l’indignation mène à la bienveillance

Mylène Moisan

Quand l’indignation mène à la bienveillance

CHRONIQUE / Pendant des années, Dominique et Claude Paquette se cherchaient une mission humanitaire quelque part sur la planète, mais il y avait toujours quelque chose qui accrochait, un cataclysme, un attentat. «On cherchait quelque chose de vraiment utile, un endroit où allait faire une véritable différence.»
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Le dernier saut de Marie-Noëlle

Chronique

Le dernier saut de Marie-Noëlle

CHRONIQUE / Le 14 septembre 2012, je publiais ma deuxième chronique, elle commençait comme ça : «Marie-Noëlle Simard et moi avons presque le même âge, à peine quatre mois de différence. Elle a sauté 19 fois en parachute. Moi, juste une.»
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Un autre #moiaussi, en silence

Mylène Moisan

Un autre #moiaussi, en silence

CHRONIQUE / Ces mères ont lu ma chronique de samedi où je faisais le récit d’un dérapage à la DPJ à partir d’un faux départ, d’une intervenante qui a confondu violence conjugale et conflit de séparation, où on a confié les enfants au bourreau. 
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
CHSLD: retour à la case départ

Chronique

CHSLD: retour à la case départ

CHRONIQUE / «Il y a eu un moment au début de l’été où on a eu le temps de mieux s’occuper des personnes âgées, il y avait plus de personnel. Les gestionnaires nous répétaient que c’était important l’approche, autant que les soins, qu’il fallait prendre le temps. On avait l’impression qu’on avait tourné une page.»
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Un pays bilingue, en théorie

Chronique

Un pays bilingue, en théorie

CHRONIQUE / J’ai travaillé deux ans en «Ontario français», c’est une infime partie d’une grande province où la langue de Molière est protégée, en théorie, par la loi 8, qui oblige tous les organismes publics à offrir des services en français.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
DPJ: à l'endroit, à l'envers

Mylène Moisan

DPJ: à l'endroit, à l'envers

CHRONIQUE / À la DPJ, la ligne est parfois très mince entre une bonne intervention et un fiasco. À partir d’une belle histoire dont j’ai eu vent récemment, j’ai eu le goût de vous présenter deux récits en parallèle, un où les choses se passent comme elles doivent se passer et l’autre où tout part en vrille. L’idée derrière ça est de vous montrer l’importance des décisions que prennent les intervenantes et l’impact, positif ou négatif, qu’elles peuvent avoir dans la vie des enfants. Ces deux histoires sont, comme le veut la formule, inspirés de faits vécus.
Mylène Moisan
Le Soleil
Mylène Moisan
Le magasin qui se déplace

Chronique

Le magasin qui se déplace

CHRONIQUE / Quand on a dû tous s’encabaner à cause de ce qu’on appelait alors le «nouveau» coronavirus, Caroline Lefrançois était comme une poule sans tête, elle faisait les achats de matériel – dont les fameux masques – pour les hôpitaux de Québec. «J’étais là à faire des heures de fous, à checker les conteneurs qui arrivaient de Chine.»