Le Nouvelliste
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Un toit, pour le meilleur et pour le pire

Vu d'même

Un toit, pour le meilleur et pour le pire

CHRONIQUE / Nonobstant tout l’amour qu’ils peuvent se porter, il y a des gens qui se sont mariés, à une époque, pour sauver de l’impôt; d’autres pour maintenir des prêts et bourses. Des couples, aussi, qui se sont unis pour faciliter l’immigration d’un partenaire.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Être funambule

Vu d'MEM

Être funambule

CHRONIQUE / Comment ça va ? Je pose la question au cas où personne ne vous l’aurait demandé récemment. Franchement, comment ça va ?
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Les malheurs des riches

Vu d'même

Les malheurs des riches

CHRONIQUE / La misère des riches est souvent à prendre avec un grain de sel. «On sait bien ! Pauuuuuuvres eux !», entend-on souvent de gens «ordinaires» comme vous et moi quand on discute de problèmes vécus par les gens riches et célèbres, comme si l’argent pouvait réellement acheter le bonheur.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
À l’enfant que je n’ai jamais eu

Vu d'même

À l’enfant que je n’ai jamais eu

CHRONIQUE / Salut petit-e, je ne sais pas pourquoi, mais c’est à toi que j’ai eu envie d’écrire aujourd’hui. Le hic, c’est que tu n’as jamais vu le jour, alors je ne connais pas ton nom. Je ne connais ni tes qualités ni tes défauts.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Ça suffit!

Vu d'même

Ça suffit!

CHRONIQUE / Quand j’étais plus jeune, je croyais que le métier le plus dangereux était celui de commis dans un dépanneur.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Le retour de la baleine

Vu d'même

Le retour de la baleine

CHRONIQUE / Quoi, une baleine ? Où ça ? Non, amis lecteurs, je ne vous parle pas de cette fameuse baleine porteuse d’espoir dans les eaux du fleuve, au printemps 2020.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
L’usure

Vu d'même

L’usure

CHRONIQUE / Ce n’est pas parce que le temps passe vite que ça ne lui arrive pas d’être long! C’est une de mes tantes qui avait lancé ça avec humour quand son conjoint de l’époque lui avait fait remarquer qu’ils entamaient leur quinzième année de vie commune. J'ai pensé à cette boutade quand j’ai réalisé que le 13 mars prochain marquera le deuxième anniversaire de la crise sanitaire en sol québécois. C’est donc dire qu’on entamera à cette date une troisième année d’anormalité.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
La plus belle des chasses au trésor

Vu d'même

La plus belle des chasses au trésor

CHRONIQUE / Ohé du bateau! Joyeux Noël! Pour les Fêtes, cette année, je vous souhaite tous de partir à la chasse au trésor. La plus belle, la plus fabuleuse et la plus extraordinaire aventure qui soit: partir à la conquête de soi.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Le gros appel d’offres

Vu d'même

Le gros appel d’offres

CHRONIQUE / Les conseils municipaux n’ont qu’une façon de s’exprimer : par résolution. C’est ainsi qu’elles communiquent aux citoyens leurs décisions et leurs prises de position, mais aussi qu’elles octroient différents contrats à des fournisseurs de services et des sous-traitants qui effectuent diverses tâches qui ne peuvent être accomplies à l’interne par des employés municipaux.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Les crucifiés

Vu d'même

Les crucifiés

CHRONIQUE / Quand j’avais neuf ans, j’ai dû changer d’école primaire en raison de mon déménagement, conséquence de la séparation de mes parents.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Le chant des sirènes

Vu d'même

Le chant des sirènes

CHRONIQUE / Le récit que dressent mes collègues journalistes de la découverte du corps de celle qui sera à jamais connue comme « la fillette de Granby » est à glacer le sang.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Je t’aime moi non plus

Vu d'même

Je t’aime moi non plus

CHRONIQUE / Facebook, c’est comme de la malbouffe : on sait que ce n’est pas bon pour notre santé, mais on ne peut pas s’empêcher d’en reprendre encore et encore.
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
L’esclavage des temps modernes

Exclusif à nos abonnés

L’esclavage des temps modernes

CHRONIQUE / Semble-t-il que 52 esclaves travaillent pour moi chaque jour, sans que je ne m’en rende compte. Rassurez-vous tout de suite : il n’y a personne d’enchaîné dans une cage dans mon sous-sol, avec un pot de chambre et un bol d’eau comme seul confort!