L’ironie d’un long week-end

CHRONIQUE / «Long week-end ou pas, ça change rien!»

Je ne pouvais certainement pas contredire ma grande Justine! Encabanée depuis un mois déjà, difficile pour elle de se réjouir à l’idée d’avoir un long congé puisque, de toute façon, tu ne peux pas sortir de chez toi et voir tes amis! C’est ironique et quasiment insultant!

Je peux la comprendre.

Pourtant, même si le traditionnel repas familial des Turcotte était à l’eau, on pouvait quand même célébrer Pâques à notre façon. Il est vrai que mes deux plus vieux sont un peu au-dessus des activités qui célèbrent le passage du lapin de Pâques mais je me suis dit que cette année, ils n’avaient pas mieux à faire de toute façon.

Dans les rayons du soleil dominical, j’ai organisé une petite chasse aux œufs de Pâques. Mon Alexis me trouvait très plate de faire ça à l’extérieur. Parfois, je me demande s’il n’est pas payé pour me contredire sur tout ce que je dis! J’ai négocié, j’ai fait valoir mon point, insisté… et j’ai gagné.

Il ne l’admettra pas, son orgueil lui ferait trop mal, mais son sourire trahissait le plaisir qu’il a eu à courir autour de la maison à la recherche des précieux petits œufs qui contenaient chacun des petites surprises. Si j’étais du genre pessimiste, je pourrais avancer l’hypothèse que son rictus était peut-être lié au bonheur qu’il éprouvait à attiser la colère de son petit frère qui se faisait piquer les œufs sous le nez… mais restons dans le positif, voulez-vous?

Ma grande elle, a embarqué dans l’activité, au départ pour le bénéfice de son bébé frère, y a pris un plaisir qui lui a fait oublier son ennui pour un moment. Non, ses frères ne remplaceront jamais ses précieuses amies mais elle les aime bien quand même… la plupart du temps.

Comme grand prix de la chasse au trésor : du chocolat, bien entendu. On a encouragé une cause locale: les projets parascolaires de Justine. En effet, au début du confinement, elle avait reçu les deux immenses boîtes de chocolat commandées pour financer diverses activités auxquelles elle souhaitait participer. Deux boîtes!!! On a fait quelques livraisons avec les règles en vigueur mais il en restait encore. Donc, le grand prix de cette chasse au trésor était tiré de la sélection encore fort diversifiée de l’inventaire invendu. Ça s’est sucré le bonheur et ma grande a doublement apprécié le geste qui l’a enrichie au passage.

Après la remise des présents, mes trois cocos ont réutilisé les œufs pour refaire des chasses au trésor tout l’avant-midi dehors… même si c’est BEN plate! Ils le referont aussi probablement cette semaine. Parce que Pâques était inscrit dimanche sur le calendrier mais on va se le dire, férié ou pas, congé ou pas, il y a une situation qui peut être déstabilisante mais dont on peut tirer certains avantages!

Jouer dans la neige… à 69 ans

À la suite des chutes de neige de la semaine dernière, j’ai reçu un message de M. Champagne qui m’a beaucoup émue. Confiné comme nous tous dans sa demeure de Saint-Tite, il s’est demandé ce qu’il ferait si ses petits-enfants étaient avec lui avec toute cette neige fraîchement tombée. Il est sorti dehors et a sculpté un magnifique bonhomme de neige! Je demeure convaincue qu’il y a un peu de magie dans la neige collante… et qu’elle agit sur tous, peu importe l’âge!