Lézards en liberté

CHRONIQUE / Juste à voir les prévisions météorologiques de la journée de mercredi, tout le monde dans ma maisonnée était excité! Du soleil et des températures clémentes, il n’y a pas meilleur argument pour faire sortir les enfants dehors. Qu’avez-vous fait de votre côté pour savourer cette magnifique journée?

Chez moi, dans un effort collectif, on a convaincu Samuel d’enfourcher son vélo à deux roues pour se libérer une fois pour toutes de ses petites roues qui ornaient sa bécane. Défi relevé et dossier réglé! On est délivré du grincement agaçant de ces petites béquilles roulantes qui rompait le calme de nos randonnées. Il n’a même pas engraissé sa collection d’égratignures! Trop facile!

Entre-temps, Alexis s’est découvert un intérêt pour le vélo de montagne. Comme il n’a que le vélo et pas la montagne, il fallait improviser. Il s’élançait de la rue pour foncer à fond la caisse sur le gazon de notre terrain légèrement incliné. Je ne sais pas si ce sont les vibrations engendrées par cette course folle qui avaient un effet dopant, mais l’espace d’un moment, il avait les pupilles dilatées et poussait des cris de joie... du genre à inquiéter une maman qui y flaire une catastrophe annoncée. Je me réjouissais quasiment que le skatepark du village soit fermé.

Il n’y a pas eu de catastrophe et aucune goutte de sang n’a été versée. C’était définitivement une bonne journée!

Samuel a entamé une collecte de roches plates qui pourraient faire des bonds si elles étaient propulsées sur un plan d’eau. Comme il n’avait que les roches et pas le plan d’eau, il s’est essayé sur le gazon, sans trop de succès. Il a donc choisi de les conserver jusqu’au moment où elles pourraient enfin exécuter la tâche pour laquelle elles ont été conçues. À cinq ans, toutes les raisons sont bonnes pour collectionner les roches.

Malgré la belle journée, on finit quand même par tourner en rond, on s’ennuie des amis. Mon ado surtout. Bouder au soleil, c’est quand même plus agréable.

Malheureusement, le soleil ne s’est pas éternisé, il devait être épuisé de sa journée. Il a cédé du terrain aux nuages qui ont changé nos plans de souper à l’extérieur pour une première fois cette saison. La marche digestive de début de soirée a aussi été remplacée par une séance de visionnement collés sur le divan agrémentée de l’exquise pouding au chômeur concoctée par mon amoureux. Rien de mieux qu’un dessert qui monte directement au cerveau pour étirer le bonheur de cette journée!

************************

Écrivez-moi à kim.alarie@lenouvelliste.qc.ca ou suivez-moi sur Instagram (kim_alarie).