Le Canadien n'avait pas le droit d'échapper le match contre les Red Wings,

Le Farnito devra attendre

COMMENTAIRE / Quand j’ai vu les premières minutes du match du Canadien mardi soir à Detroit, je me suis dit que je pourrais écrire à mon ami Samuel Lambert en fin de soirée. Ce dernier m’avait défié en octobre de parier une bouteille de vin, puisque j’avais osé prédire que ses Glorieux allaient rater les séries. Les bottines doivent suivre les babines, alors je m’étais empressé d’accepter son offre.

Bien sûr, quand tout roulait pour son club il y a quelques semaines, il s’est permis de me narguer sur Facebook. C’était de bonne guerre, les hommes de Claude Julien chauffaient les Bruins et même les Leafs! Disons que l’étoile du Canadien a pâli depuis! Si le Canadien fait les séries, ce sera par la peau des fesses.

Dans cette optique, une défaite hier face aux pauvres Wings, après l’échec lamentable de la veille face aux Devils, aurait été catastrophique. C’était un match que le Canadien n’avait pas le droit d’échapper. Julien l’a reconnu en confiant le filet pour une deuxième fois en moins de 24 heures à Carey Price! Malgré la présence de l’Élu, les Montréalais offraient du jeu brouillon en début de soirée. C’est un filet de Tomas Tatar, sur une passe chanceuse de Jordie Benn, qui a complètement chamboulé le scénario. En marquant le premier but sur une patinoire ennemie, le Canadien a pu relaxer un peu plus, tenir le bâton moins serré, et exploiter au maximum les brèches des Red Wings. Ces derniers vont se croiser les doigts pour gagner la loterie en fin de saison: cet alignement fait pitié pas à peu près. Mais bon, accordons quand même du mérite à vos favoris, qui ont su tirer profit de la situation. Julien a eu la main heureuse en revenant avec la combinaison Jonathan Drouin-Max Domi-Andrew Shaw, trois gars qui avaient eu du succès ensemble par le passé.

Cette victoire m’oblige donc à un peu de retenue. Je vais attendre encore un peu avant de commander un Farnito à mon ami Sam!