Isabelle Légaré
Cette photo a été prise il y a un mois, au début de la pandémie qui nous force, depuis, au confinement. Mélissa et sa petite famille avaient décidé d’aller passer quelques jours au chalet, en pleine nature.
Cette photo a été prise il y a un mois, au début de la pandémie qui nous force, depuis, au confinement. Mélissa et sa petite famille avaient décidé d’aller passer quelques jours au chalet, en pleine nature.

Le dernier message de Mélissa

CHRONIQUE / Mélissa Fay avait ce message pour nous, jeudi, sur sa page Facebook. Un ultime partage qu’elle conclut avec trois bonshommes sourire nous envoyant des bisous.

«Je suis maintenant partie de cette terre. J’ai développé une souffrance insupportable dans la dernière semaine. J’avais des grosses crises de nerfs qui brûlaient comme du feu au niveau de la cuisse et de la jambe droite. J’ai pris ma décision de ne plus souffrir et je suis partie en paix le 22 avril 2020.

Merci de m’avoir suivie sur mon blogue et dans tous mes derniers projets et folies. J’ai eu une vie bien remplie et j’en suis très fière. J’espère vous avoir laissé une partie de moi positive à tous et chacun. Veillez sur ma famille, faites attention à vous, et surtout essayez de vivre au jour le jour en profitant de chaque petit moment.»

Mélissa n’est plus. Atteinte d’un cancer incurable, elle est décédée mercredi, à l’âge de 36 ans.

L’histoire de cette jeune femme de Shawinigan a touché plusieurs d’entre vous.

Je vous ai donné de ses nouvelles il y a exactement un mois. Cette chronique faisait suite à un premier texte publié en janvier, lorsque Mélissa a pris la difficile décision de cesser les traitements afin de pouvoir profiter du temps qui lui restait pour vivre, et non survivre.

_____________________

À lire aussi: 

Le choix de Mélissa

L’isolement et la robe de Mélissa

_____________________

Elle souhaitait préparer la fin dans la quiétude de son cocon familial. Cette amie de tout le monde voulait également multiplier les beaux et derniers rendez-vous. La pandémie s’en est malheureusement mêlée.

Mariés depuis treize ans, Mélissa et Frédérick Lemire ont néanmoins renouvelé leurs vœux à la maison, lors d’une cérémonie virtuelle en compagnie de leurs deux enfants, Molly, 11 ans, et Nolan, 8 ans. Pour l’occasion, leur mère portait sa magnifique robe blanche.

Mélissa a reçu l’aide médicale à mourir mercredi, à 11 h. Elle était entourée de sa petite, mais combien courageuse famille, et de ses parents, tout aussi résilients.

Jusqu’au dernier instant, Mélissa Fay a été entourée des membres de sa famille, son mari, Frédérick Lemire, et leurs deux enfants, Molly et Nolan.

«C’est une délivrance pour elle, à la fois d’une grande tristesse et d’une beauté…»

Frédérick a accepté de raconter les derniers moments de Mélissa qui avait créé, en mai 2019, un blogue dans lequel elle exprimait ses émotions face à l’épreuve du cancer.

Seule sa garde très rapprochée savait qu’elle allait recevoir l’aide médicale à mourir ce mercredi. La veille, Mélissa partageait une photo de son assiette, en prenant soin de remercier son cher Fred d’avoir préparé le repas.

Sa décision était tombée quelques jours plus tôt, dimanche, pour être plus précise.

«Elle était détendue, très calme…», raconte Frédérick avant d’ajouter que Mélissa avait pris place dans le salon où, je me souviens, baigne une vive clarté, peu importe le ciel à l’extérieur.

Installée dans son fauteuil préféré, elle s’est laissée bercer par ses chansons favorites. Le hasard a voulu qu’au moment de fermer les yeux, Comme une étoile, du groupe Kaïn, a commencé à jouer.

Fred lui avait offert cette chanson pour leur mariage. Tout naturellement, alors que sa belle était dans ses bras pour une dernière fois, il lui a fredonné les paroles… «Je l’sais pas si tu savais que le ciel t’appartenait. T’es l’idole de tous mes rêves, au creux de la nuit. Ouais. Tu me fais grandir et découvrir. T’es le plaisir dans mes souvenirs…»

Lundi, Mélissa a composé des vœux d’anniversaire que ses deux enfants recevront, chaque année, jusqu’à l’âge de 21 ans. Même affaiblie par les souffrances de la maladie, elle a tenu à rédiger chacune des cartes.

La veille de son décès, Mélissa, son chum et leurs enfants ont écouté des films, collés les uns contre les autres, dans la plus pure normalité.

Le matin de son grand départ, elle a pris le temps de faire un câlin à chacun d’entre eux avant de leur dire, sereine… « Je n’ai aucun regret. J’ai eu une belle vie. Je pars en paix. Je vous aime.»