Alexis et Samuel ont modelé un ultime bonhomme de neige entouré des mots de circonstance.
Alexis et Samuel ont modelé un ultime bonhomme de neige entouré des mots de circonstance.

Le dernier bonhomme de l’hiver

CHRONIQUE / La marmaille était à jouer une enlevante partie de hockey dans la rue de notre paisible quartier quand les premiers flocons ont commencé à tomber jeudi midi. Même les tourterelles tristes, qui se lamentaient dans le voisinage ces derniers jours, se sont dit que ce n’était pas la peine d’en rajouter.

Cette magnifique neige a eu un effet variable sur les membres de ma tribu. Mon amoureux et moi étions en admiration devant cette belle neige floconneuse qui tombait paisiblement sur les rues abandonnées par la grande majorité de nos concitoyens. Nous étions d’accord sur l’effet apaisant de ce soubresaut de l’hiver qu’on espérait pourtant derrière nous. D’ordinaire, cette petite neige plus charmante qu’incommodante me donne une envie folle de cocooning! Je vous le donne qu’en cette période d’isolement, je suis comblée dans mon désir de confort douillet entre mes quatre murs depuis déjà un bon bout de temps!

Ma grande n’était pas de notre avis, elle qui rêvait déjà de parader avec sa garde-robe d’été s’est écriée: «C’est une tragédie!!!» Elle est rapidement rentrée dans la maison pour se terrer dans son repaire.

Mon petit dernier, lui, tentait de comprendre ce qui se passait. «Pourquoi il neige?»

Il était un peu confus… se demandant s’il pourrait passer l’Halloween bientôt!

Il faut dire que dans son échelle des choses importantes, l’Halloween est bien en haut de Pâques et pas très loin de Noël.

Un épais tapis de neige collante ne pouvait pas les répugner bien longtemps. Si on ne peut pas inviter de nouvelle compagnie à la maison, on va en créer! Après avoir ressorti leur habit de neige, mes deux petits garçons se sont armés d’une carotte et de rondelles. Après avoir uni leurs efforts, ils ont modelé un ultime bonhomme de neige entouré des mots de circonstance: ça va bien aller!

Par précaution, on l’a mis à plus de deux mètres de la rue pour que les passants puissent le saluer sans crainte. Il n’est pas spécifié dans les directives gouvernementales si les bonshommes de neige font partie de la population à risque...

Mots d’enfant

Dans les petits bonheurs que nous permet de vivre cette période d’isolement, il y a les petits mots de mon petit dernier.

Sam a beaucoup de difficulté à prononcer le mot COVID-19, qu’il prononce conovid-19 et corona virus devient, dans sa bouche, le cona virus. J’avoue qu’on trouve ça trop mignon donc on le corrige seulement une fois sur deux.

L’autre matin, il me lance: «c’est triste le cona virus. Il y a des gens qui meurent… c’est triste les gens qui meurent.» Ensemble, on a eu une pensée pour les familles durement éprouvées par le virus. Si vous êtes plongés dans cette épreuve, je vous transmets ses bonnes ondes pleines de douceur, auxquelles je joins celles de toute ma petite famille.

******

N’hésitez pas à m’écrire pour me raconter ce que vous avez fait durant cette petite tempête printanière à kim.alarie@lenouvelliste.qc.ca