Signée Arianne Clément, cette photo de Paul et Christine Houle fait sensation sur les réseaux sociaux.

La photo coquine de Paul et Christine

«Christine, est-ce que ça te tente de faire des photos sexy? Je te promets que ça va être beau. Les photos ne seront pas vulgaires.»

La femme de 87 ans n’a pas eu le temps de répondre à la proposition de sa chère Arianne que son mari, qu’elle surnomme parfois son chum, a dit oui à sa place. Il était partant pour retirer sa chemise assortie à sa cravate.

L’ancien comptable de 101 ans entend moins bien et ne voit plus comme dans son jeune temps. La mémoire lui joue des tours aussi. Le vieil homme avait néanmoins tout compris et n’a pas hésité une seule seconde à se dévêtir pour se retrouver dans l’oeil discret de la photographe. L’occasion était trop belle de plonger son regard dans celui de sa douce, même en caleçon. 

«Ma p’tite véreuse! Qu’est-ce que mes soeurs vont dire? Elles pensent que je prie toute la journée!»

Arianne Clément s’esclaffe en décrivant la réaction de sa vénérable amie qu’elle aime comme une grand-mère.

La photo est tout simplement magnifique. Elle a été prise un peu plus tôt cette semaine, en plein après-midi dans une chaleureuse maisonnette avec vue sur la campagne environnante d’Acton Vale, en Montérégie. La scène devenue virale sur les réseaux sociaux a été captée dans la chambre à coucher où des images saintes sur les murs me confirment que Mme Houle est une femme aussi pieuse qu’audacieuse.

«Christine a accepté parce qu’elle a beaucoup d’humour. C’était l’fun hein?», demande Arianne en se tournant vers l’octogénaire qui, les joues rougies, se bidonne comme une adolescente prise en flagrant délit d’un premier baiser langoureux avec son ami de coeur. 

L’âme à la tendresse, le couple a profité de cette séance de photos coquines pour s’échanger des mots doux. Inspiré, l’homme centenaire y est allé d’une déclaration d’amour pour son épouse qui ne s’attendait pas à un tel élan de romantisme. Ses yeux brillent en me répétant les paroles de son chéri... «Je t’ai toujours aimé. Je t’aimerai toujours. Jusqu’à ce que je meure.» 

Tout au long de notre conversation, la bien-aimée tient la main de son homme qui s’égare parfois dans ses pensées. Pas durant cet après-midi où le temps s’est arrêté sur le clic de l’appareil photo. Ses bras enlaçant ceux de son inséparable Christine, Paul n’était pas du tout mêlé. Son esprit, son corps et son coeur étaient bien ancrés dans le présent, même que la température a grimpé dans la pièce.

«En tout cas, il faisait chaud! L’émotion était tangible.»

La photographe regarde avec admiration les tourtereaux «plus amoureux chaque jour», lui a même confié l’aîné des deux.

Ce n’est pas la première fois qu’ils posent pour elle. Depuis quelques années, Arianne Clément consacre presque exclusivement son art aux personnes du troisième âge. Elle a notamment présenté une exposition sur les rituels de beauté de femmes centenaires. D’une rencontre à une autre, elle a entendu parler de Paul Houle dont la famille s’apprêtait à célébrer le centième anniversaire, en septembre 2016.

N’ayant pas encore eu l’occasion de photographier des hommes de cet âge, la photographe a offert à son épouse d’immortaliser gratuitement l’événement. «C’est le Bon Dieu qui t’envoie!», s’est alors exclamée Mme Houle que sa jeune amie appelle par son prénom.

«Ça a cliqué tout de suite entre nous. Elle est tellement photogénique!», souligne Arianne dont le plus récent projet est de photographier des femmes âgées de plus de 70 ans. Par ces photos boudoir, elle souhaite dévoiler leur féminité. La sensualité n’est pas uniquement l’apanage d’un corps jeune, lisse, ferme et sans tache. 

C’est ainsi que l’artiste a fait appel à Christine pour vivre cette expérience plus intime et que Paul s’est porté volontaire pour se joindre à elle.

«Va falloir que tu mettes ta plus belle robe», a conseillé Arianne qui, par «plus belle robe», sous-entendait un vêtement sexy.

Les deux copines ont ouvert les tiroirs de la dame, à la recherche de lingerie fine, d’une nuisette à fines bretelles, bref, d’un truc léger. Or, à 87 ans, celle qui dort toujours en cuillère avec son époux préfère la jaquette en coton. Elle a bien quelques jupons, mais pas vraiment de dentelle pour le haut.

«Tu dois avoir quelque chose dans ton armoire?», lui a demandé la photographe qui a obtenu la permission de fouiller pour finalement dénicher ceci: un grand rideau brodé pour Christine et une nappe satinée à motifs floraux pour Paul.

Quand on cherche, on trouve.

«La photo est super bien sortie!», se félicite Arianne en se tournant vers celle qui rit de plus belle en s’imaginant la tête de ses soeurs qui découvriront ce qu’elle a fait au lieu de prier.

Paul écoute silencieusement les deux femmes raconter les coulisses de cette photo partagée des milliers de fois sur la planète Facebook. Arianne Clément n’en revient pas elle-même de la tournure des événements.

«Chaque fois que Christine passe à côté de son chum, elle lui touche le bras, dépose un petit bec sur son front.. Elle le regarde avec les yeux dans la graisse de binnes. Il y a beaucoup de tendresse et d’amour entre eux!»

Et c’est à cette beauté sans âge que la «p’tite vlimeuse» de photographe a eu la bonne idée de rendre hommage.