Il est difficile de ne pas admirer toute la fraîcheur de ces danseuses et danseurs, venus d’un peu partout, qui déambulent par grappes dans les rues et les parcs du centre-ville. Et qui se mêleront à la foule qui danse à pleine rue à la faveur des animations et des spectacles plein air que leur offre le FIDE.

Trois-Rivières mise au pas... de danse

CHRONIQUE / On a eu beau implorer le ciel, épingler des chapelets aux cordes à linge, allumer de gros lampions au sanctuaire, multiplier les crises de nerfs, proférer les plus basses menaces et sombrer à répétition dans la déprime collective pour que ça arrive, rien n’y a fait.

On comprend aujourd’hui que tout cela avait été mis en réserve et accumulé dans l’idée d’offrir à Claire Mayer le plus splendide des week-ends pour son 25e Festival international de Danse Encore. Son dernier d’une certaine façon, puisqu’elle s’en tiendra l’an prochain à une forme d’accompagnement de l’équipe en place avant de retirer définitivement ses escarpins.

C’est amplement mérité ce temps radieux qui s’est présenté jeudi, accompagné de sa bouffée de chaleur, s’assurant d’être aux premières places de toutes les activités du festival. Certains ont peut-être reçu quelques grains de pluie hier après-midi… Ce n’était que de petites larmes échappées en raison d’une sensibilité impossible à contenir, tant cette 25e édition, dans ses événements en salle comme à l’extérieur, promet de faire vivre de grandes émotions. 

On n’a toujours pas retrouvé la résolution adoptée à l’unanimité du conseil municipal qui aurait décrété qu’à Trois-Rivières, l’été commençait officiellement le premier jeudi de juin.

C’est comme ça. Le solstice d’été trifluvien correspond à la date d’ouverture du Festival international de Danse Encore. Et la nature approuve en s’en faisant complice. Il s’agit de constater que les annuelles sont toutes plantées, que les arbres sont passés des bourgeons aux feuilles, même les lilas du voisin ont attendu à cette semaine pour se mettre en fleurs. Ajoutez à cela quelques considérations pragmatiques comme les rues du centre-ville toutes fraîchement réasphaltées et d’évidence, il faut l’admettre, Trois-Rivières se fait chaque année toute belle pour son FIDE.

Il lui faut bien faire un gros petit effort de séduction, car l’événement lui apporte depuis vingt-cinq ans, grâce, élégance et rayonnement. Il est difficile de ne pas admirer toute la fraîcheur de ces danseuses et danseurs, venus d’un peu partout, qui déambulent par grappes dans les rues et les parcs du centre-ville. Et qui se mêleront à la foule qui danse à pleine rue à la faveur des animations et des spectacles plein air que leur offre le FIDE.

Oui, à Trois-Rivières on danse dehors, par dizaines de milliers de personnes. Avec le FIDE, on s’est dégêné et y a pris goût. 

Sans compter que le festival donne un véritable air de glamour à la ville, car il est plutôt unique en son genre. Outre les écoles de danse, les participants, artistes et maîtres, proviennent de tout le Canada, mais aussi des États-Unis et d’Europe.

Le festival a acquis très rapidement une forte renommée, se hissant après quelques années seulement au rang des cinq plus grands événements en matière de danse au Canada et peut-être à celui du plus marquant dans le nord-est américain. Si on est un professionnel de la danse, on veut s’y faire inviter.

À Trois-Rivières, on ne parle plus que de tango, de flamenco ou de salsa, des classiques, mais aussi de street funk, de tap dance et autres hip-hop. Car on s’y connaît maintenant en danse. Pour la masse, on s’en tiendra peut-être à la zumba, mais ce sera un gigantesque déhanchement collectif. Qu’on le veuille ou pas, mais souvent sans s’en rendre compte, les pieds se mettent à bouger tout seuls et le corps à onduler, et on se trouve pas pire, qu’on ait ou pas la danse dans le sang.

C’est comme ça depuis un quart de siècle, depuis qu’après une carrière internationale, Claire Mayer a choisi de réinstaller à Trois-Rivières l’Astragale, l’école de danse qu’elle avait fondée à Drummondville.

Pourquoi Trois-Rivières? Parce qu’on y avait alors adopté une politique de développement culturel très affirmée qui correspondait bien à la notion de ville d’histoire et de culture dont on se réclamait. On y favorisait un véritable bouillonnement culturel. Mais aussi, il régnait un certain état d’esprit. «C’est l’accueil des gens, leur enthousiasme, leur confiance dans nos projets», s’est déjà expliqué Claire Mayer. «Quand je dévoile un projet, on ne me fait jamais de réserve. On n’entretient aucun doute. Bien au contraire. On se fait dire: vas-y! Fonce! Ça va marcher! Ce n’aurait pas été possible ailleurs qu’à Trois-Rivières.»

Claire Mayer n’est peut-être pas allée avec son festival au bout de tous ses rêves et de toutes ses folies, car les idées ont toujours foisonné dans sa tête. On se demande si on ne devrait pas se dire «dommage».

Il ne fallait pas manquer d’audace pour mettre en scène, l’année du 375e de Trois-Rivières, la 9e Symphonie de Beethoven, avec soixante musiciens de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, 120 choristes, quatre solistes et trente danseuses et danseurs. Un moment aussi unique qu’inoubliable.

Tout est loin d’avoir été facile pour Claire et son équipe. Le financement de l’événement, entre autres, n’a pas toujours été à la hauteur des attentes et des besoins. Il a souvent fallu multiplier les petits et gros miracles, ne pas ménager ses efforts ni compter ses heures, garder le moral…

En 2009 par exemple. Alors que le festival voulait résolument descendre dans la rue, aller au-devant du monde, il est tombé des cordes tout le week-end. Des pluies aussi diluviennes que déprimantes sont venues massacrer le programme extérieur
du festival, dont un premier défilé.

Il n’a fallu que quelques années à peine pour que le FIDE s’impose comme un événement majeur dans l’univers de la danse. Mais c’est quand il est sorti des salles de maître, de compétition et de spectacles pour faire danser la rue qu’il a été propulsé au niveau qu’il est devenu.

Le FIDE, a-t-on souvent dit, allume le grand été festivalier trifluvien. Alors on danse! Encore!

Coup de cœur

Imaginez notre plaisir électoral si avec Yves Lévesque pour le Parti conservateur, on avait Yvon Deshaies comme indépendant, Pierre Mailloux pour le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier, et pourquoi pas Yves-François Blanchet pour le Bloc…