Jean-Marc Beaudoin
Le Nouvelliste
Jean-Marc Beaudoin
Jean Lamarche
Jean Lamarche

Pour notre plaisir et leur martyre

CHRONIQUE / Comme il n’y aura vraisemblablement pas d’élections en 2020, peu importe le niveau, ceux qui sont là devraient en principe l’être toute l’année. On les aura à l’œil, avec le gros œil. En attendant, ils méritent bien quelques vœux «sincères», pour notre plaisir et, tant pis si c’est pour leur martyre.

Entre Lamarche et le vélo

En attendant que le nouveau maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche veuille s’acquitter de sa promesse électorale d’offrir 400 $ à chaque famille qui se procurerait un vélo électrique, on va lui souhaiter de remplir le nouveau colisée de partisans du Canadien, s’il en reste, ou de supporteurs des Patriotes, s’il en arrive. Il y a 5000 places à remplir. On va surtout lui souhaiter un vibrant oecuménisme autour de la table du conseil. Là, il va devoir pédaler. Autrement, il risque de ressortir son gros œil de Maurice Richard.

Le marathonien Plamondon

On ne souhaitera pas ça à bien du monde, mais à Louis Plamondon, député indélogeable de Bécancour-Nicolet-Saurel, on aurait presque envie de souhaiter un renversement rapide du gouvernement libéral minoritaire pour qu’il puisse se faire réélire une douzième fois d’affilée et en arriver ainsi avec un bulletin électoral inatteignable pour un francophone à Ottawa.

Louis Plamondon

L’ironman de Shawinigan

On pourrait souhaiter à Michel Angers, le maire de Shawinigan, de parvenir à faire l’économie du gardien parce que le ton citoyen (en fait, de citoyens) s’est atténué aux séances du conseil. On pourrait lui conseiller de tenir modeste toute cérémonie marquant la fin des travaux d’eau et d’égout à Lac-à-la-Tortue. On lui souhaitera surtout de maintenir à Shawinigan son enviable position de 3e pôle numérique au Québec. Comme au défi Pierre-Lavoie, il faudra encore pédaler fort pour s’y maintenir... en attendant d’aller prendre un verre avec le maire de Nevers.

Le ministre en l’air

On comprend qu’en tant que ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne sera plus souvent dans les airs et quelque part dans le monde, en Chine ou ailleurs. Pour regagner le plus souvent et le plus rapidement possible la Mauricie, on va lui souhaiter que l’aéroport de Trois-Rivières obtienne son service de sécurité et de contrôle des bagages qui lui permettrait d’accueillir et d’offrir des vols internationaux et l’accès à un train à grande fréquence pour ses déplacements intérieurs. Ça tombe bien, cela dépend de son gouvernement.

François-Philippe Champagne

Hells et SPCA, même combat

Si Annie Pronovost, la mairesse de Saint-Tite, a réussi avec son règlement municipal à tenir loin du festival les motards «patchés» aux Anges de l’enfer, elle devrait parvenir à tenir loin des estrades de rodéo les escadrons de la SPCA de Montréal. Ce n’est pas de la belle visite. C’est ce qu’on lui souhaite.

Donald en zone In

Déjà lauréat d’un concours de tarte aux pommes (demandez-lui la recette) et organisateur à succès de la Galerie du député, un événement qui permet aux artistes de la région d’exposer gratuitement, une fois par année, leurs œuvres, on ne sait plus trop quoi souhaiter à Donald Martel, le député de Nicolet-Bécancour. D’autant que les tiraillements à propos du CIUSSS MCQ sont pas mal du passé et que le conflit a été réglé à l’ABI. L’adjoint parlementaire du premier ministre pourra donc s’occuper de sa zone d’innovation.

Une puff et Donald

Dans la ville des gros chiens muselés, où les vétérans de l’armée peuvent stationner gratuitement dans la rue et où, selon le gouvernement, on boirait trop d’eau, que peut-on souhaiter à son maire? Un nouveau boulodrome et une salle communautaire. Mais, on se signe et, faisons plaisir à Yvon Deshaies, et souhaitons-lui l’ouverture d’un magasin de la SQDC, à défaut d’une prescription pour un approvisionnement privilégié à IsocanMed, la seule usine qui produit déjà du pot dans la région, mais médicinal. Ça devrait pouvoir s’arranger. OK, pour une belle année, aussi une victoire en novembre de son idole américaine, Donald Trump.

Lâche pas Jean!

Quand on regarde le profil socio-économique de la région, on doit reconnaître que Jean Boulet, le député de Trois-Rivières, occupe des responsabilités qui correspondent aux besoins comme ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Même s’il s’est fait gronder à Québec parce qu’il avait annoncé à Trois-Rivières son projet de loi sur le régime québécois d’assurance parentale, souhaitons-nous qu’il continue de faire dans la région, comme il l’a fait jusqu’ici, d’importantes annonces concernant son ministère. Ça va bien. Lâche pas Jean (prononcez gens) !

Au bloc du Bloc

On ne souhaitera pas au chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, des élections précipitées à Ottawa. On ne sait jamais... Qu’il s’accorde du temps pour se mettre en valeur, d’autant, au risque de faire des envieux, qu’il a tout ce qu’il faut pour cela, avec son acuité intellectuelle, bien sûr, mais surtout avec son meilleur argument social, sa conjointe Nancy Déziel, une belle de Shawinigan.

La ville du bonheur fiscal

Bien sûr, il y a eu le gros ouf! venu du maintien de la valeur foncière de l’Aluminerie de Bécancour. Mais avec une modeste augmentation du taux de la taxe foncière, le maire Jean-Guy Dubois pourra continuer de prétendre que Bécancour est toujours la ville du bonheur dans la région, comme l’a reconnu dans son palmarès Money Sense. Le zen de la ZEN pourra rester zen.

Une vp dans Champlain

Sonia LeBel ne sera peut-être que deux mois vice-première ministre, mais sa nomination à cette prestigieuse fonction, même temporaire, témoigne de la confiance que lui accorde son chef François Legault, mais constitue aussi une reconnaissance de son importance grandissante au sein du gouvernement. Une montée en influence de la ministre de la Justice et députée de Champlain qui ne peut être que profitable à la région. Sa prière du cow-boy, à Saint-Tite, y serait-elle pour quelque chose?

Pas de petit somme à La Tuque

On va souhaiter la plus grande prudence à la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif lors de sa prochaine visite à La Tuque si elle ne veut pas en repartir en ambulance. Les paramédics sont en colère et ne lui permettront pas d’y roupiller comme elle l’a fait à l’Assemblée nationale lors de l’adoption du fonds des médias.

L’argent de Kadhafi

Si la nouvelle députée du Bloc québécois dans Trois-Rivières, Louise Charbonneau veut vraiment «sortir l’artillerie lourde» dans le dossier de la pyrrhotite, ça tombe bien. Le gouvernement fédéral recevra 280 millions $ de la firme SNC-Lavalin, présumée responsable à hauteur de 70 pour cent du problème. L’argent est là.

Un grand chef

Souhaitons à Pierre-David Tremblay que l’ambiguïté sur son droit d’être maire de La Tuque soit enfin levée. Après, on pourra lui conseiller de reprendre la tradition d’être conférencier au dîner du maire de la Chambre de commerce du Haut-Saint-Maurice qu’il a boudé cet automne. Car son remplaçant, le grand chef Constant Awashish a plutôt bien fait ça. On ne sait jamais...

La mairesse de l’exemple

Fulgurante réussite de son plan de transition écologique avec une réduction de plus de 20 pour cent des GES, une politique d’achat local crédible, label confirmé de Communauté bleue, un taux de taxe en bas de l’inflation, population en croissance, inspirants budgets participatifs, on ne peut souhaiter à la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, que de continuer son beau travail. Ça va!

À l’air Allaire

Puisqu’il se fait parfois un peu poète, on pourrait suggérer pour la prochaine année au député de Maskinongé, Simon Allaire, de prendre l’air, en allant visiter les maires. Ça rime. Il y a quelques petits problèmes comme à Saint-Barnabé, Saint-Élie, etc.