La Mauricie est ciblée par les trois partis

C'est sur les chapeaux de roues des autobus électoraux que la campagne électorale s'est amorcée dans la région.
Quelques heures à peine après avoir déclenché les élections générales, la première ministre Pauline Marois a pris hier la direction de la Mauricie, notamment pour venir présenter Patrick Lahaie, son candidat dans Maskinongé, qui fait partie de son cabinet, et faire l'accolade à son candidat-vedette dans Trois-Rivières, Alexis Deschênes. C'est à la région qu'elle a réservé sa première sortie électorale.
La veille, le chef libéral Philippe Couillard était venu faire la présentation de Jean-Denis Girard, candidat dans Trois-Rivières et il reviendra à nouveau dès aujourd'hui dans la région pour une visite d'usine et un rassemblement de militants. Il s'arrêtera saluer Marc-H. Plante dans Maskinongé puis se rendra voir Julie Boulet, dans Laviolette.
Et demain, ce sera au tour du chef caquiste François Legault d'arrêter sa caravane à Trois-Rivières pour enfin dévoiler son candidat dans Trois-Rivières et peut-être dans les autres circonscriptions de la région. Pour représenter la CAQ, il y a eu beaucoup d'appelés, mais peu de volontaires.
Ce blitz de départ de campagne des trois principaux chefs politiques démontre bien à quel point la région est devenue stratégique dans la présente campagne et nous prévient que les caravanes des chefs vont souvent s'y croiser dans les semaines à venir. C'est ici qu'on voudra faire le plein mais c'est aussi ici qu'on risque les crevaisons.
Cela nous indique que, au moins chez les libéraux et les péquistes, on entend livrer une rude bataille pour préserver les acquis, mais peut-être aussi faire des gains. Dans ce dernier cas, c'est particulièrement vrai pour les péquistes qui analysent leurs chances élevées de reprendre les circonscriptions qu'ils ont déjà détenues de Trois-Rivières et de Maskinongé. Il s'agit de deux comtés où les députés sortants, Danielle Saint-Amand et Jean-Paul Diamond, ne se représentent pas.
Les péquistes avaient déjà dégagé la voie il y a trois semaines à leur offensive en tenant à Shawinigan leur caucus national et en déployant les ministres dans tous les coins de la Mauricie et du Centre-du-Québec pour un feu d'artifice, ou de boucane selon leurs adversaires, de 85 annonces d'aide et de soutien gouvernementaux.
Si la Mauricie, mais aussi le Centre-du-Québec prennent une telle importance, c'est qu'elles pourraient faire la différence entre un gouvernement minoritaire et un autre légèrement majoritaire, selon ce qu'il faut comprendre du sondage Léger Marketing publié hier.
Située entre Québec et Montréal, la Mauricie a toujours pris forme de synthèse électorale. Aux dernières élections, les Québécois ont difficilement départagé péquistes et libéraux. Cela s'est reflété en Mauricie qui a élu deux députés libéraux et deux députés péquistes. La poussée caquiste s'est traduite dans le vote général et par l'élection d'un député, Donald Martel, dans Nicolet-Bécancour, sur la rive sud, certes, mais dans l'espace socio-économique de Trois-Rivières. Sur le plan politique, la Mauricie a toujours dans le passé fait tendance.
Dans Trois-Rivières, la lutte s'annonce très vive entre Alexis Deschênes et Jean-Denis Girard. Le fait que Deschênes ait été imposé par l'exécutif du comté, au détriment d'autres candidats de la place, a suscité de la grogne chez un certain nombre de militants influents. Mais ce facteur négatif devrait s'estomper avec la montée de la fièvre électorale, comme ça avait été le cas avec Djemila Benhabib, et la perspective de la solide campagne de terrain que promet de livrer le candidat. De leur côté, il ne se trouve pas de libéraux mal à l'aise avec Girard, bien au contraire. Il devrait faire facilement le plein du vote libéral et peut-être séduire une majorité des caquistes errants.
Ces mêmes caquistes qui, dans Maskinongé, dans la plus chaude lutte à trois du Québec en 2012, avaient accordé la deuxième position à Jean Damphousse. Il y a là une partie, peut-être la moitié des 10 907 voix qu'il avait obtenues, que vont chercher à s'arracher le péquiste Lahaie, qui remet ça, et Plante, le directeur de bureau du député sortant Diamond. Avec moins de 800 voix de majorité, le comté peut basculer d'un côté comme de l'autre. Comme 60 % des électeurs habitent à l'est, dans la partie urbaine, ceux-ci sont plus sous l'influence nationale que sous celle des candidats.
Même s'il tente de reprendre un comté qu'il avait déjà occupé avec l'ADQ, mais qu'il avait perdu en adoptant la bannière libérale, Pierre-Michel Auger pourra difficilement déloger Noëlla Champagne, qui jouit d'une popularité personnelle améliorée. Il y a évidemment là comme dans les comtés voisins, la grande intrigue caquiste.
Elle existe aussi dans Saint-Maurice du fait que le candidat libéral, Pierre Giguère, est revenu à ses veines familiales après une solide performance comme caquiste aux dernières élections. S'il récupérait la moitié des votes caquistes de 2012, il serait en mesure de chauffer Luc Trudel. Sauf que ce dernier a été le chouchouté péquiste de la région et que Shawinigan en a beaucoup profité, ce qui devrait lui apporter une certaine reconnaissance dans l'urne.
Dans Laviolette, avec plus de 3100 voix de majorité, Julie Boulet jouit d'une bonne zone de confort. Si on évalue généralement que le candidat peut faire une différence de 5 % dans le vote exprimé, la députée Boulet a toujours largement dépassé cette moyenne. Dans Laviolette, on est peut-être majoritairement souverainiste de coeur, mais on fait preuve d'une grande fidélité envers son ou sa députée. Son adversaire péquiste, André Beaudoin, est le même qu'en 2012.
Les péquistes pensent réellement pouvoir arracher Nicolet-Bécancour au caquiste Donald Martel. C'est qu'il n'y aura pas cette fois de Jean-Martin Aussant pour rafler le vote péquiste comme il l'avait fait la dernière fois, reléguant le PQ au quatrième rang. Même s'il peut espérer la prime à l'urne du bon député, Donald Martel aura la vie dure avec son adversaire péquiste Jean-René Dubois, ex-directeur général de la CS La Riveraine.
Au Centre-du-Québec, le ministre régional Yves-François Blanchet va sans problème consolider sa position dans Johnson et entraîner dans le sillage péquiste la circonscription voisine détenue par le caquiste Sébastien Schneeberger.
Reste à savoir si Sylvie Roy, dans Arthabaska, va survivre à l'effondrement, pour l'instant dans les sondages, de l'intérêt caquiste. Libéraux comme péquistes y ont des prétentions. Mais il est toujours risqué de parier contre Sylvie Roy.
Avec au total, trois comtés péquistes, trois libéraux et trois caquistes, on comprend que les trois chefs se soient précipités dans la région dès les premiers jours de la campagne. Ils ont beaucoup à gagner... et beaucoup à perdre.
MASKINONGÉ
26 mars 2007
Jean Damphousse (ADQ) 40,04%
Francine Gaudet (PLQ) 29,01%
Rémy Désilets (PQ) 26,96%
Frédéric Demouy (PVQ) 2,10%
Mario Landry (QS) 1,88%
8 décembre 2008
Jean-Paul Diamond (PLQ) 42,25%
Rémy Desilets (PQ) 34,57%
Jean Damphousse (ADQ) 19,69%
Mariannick Mercure (QS) 2,23%
Michel Thibeault (IND) 1,25%
4 septembre 2012
Jean-Paul Diamond (PLQ) 32,06%
Jean Damphousse (CAQ) 29,95%
Patrick Lahaie (PQ) 29,90%
Julie Veilleux (QS) 3,66%
Viau-Drouin, Émilie (ON) 7842,15
Laurence J. Requilé (PVQ) 1,07%
Linda Delmé (PCMQ) 0,65%
Marie Anny Gosselin (CC) 0,33%
Didier Provencher (ÉA) 0,22%
7 avril 2014
CAQ Martin Poisson
ON À venir
PQ Patrick Lahaie
PLQ Marc-H. Plante
QS Linda Delmé
CHAMPLAIN
26 mars 2007
Pierre Michel Auger (ADQ) 44,81%
Noëlla Champagne (PQ) 30,69%
Christian Fortin (PLQ) 21,56%
Alex Noël (QS) 2,93%
8 décembre 2008
Noëlla Champagne (PQ) 40,98%
Pierre Michel Auger (PLQ) 34,24%
Luc Arvisais (ADQ) 21,90%
Myriam Fauteux (QS) 2,18%
Jean-Pierre Grenier (IND) 0,70%
4 septembre 2012
Noëlla Champagne (PQ) 36,73%
Pierre Jackson (CAQ) 32,95%
Marc-Antoine Trudel (PLQ) 22,08%
Yves Sansregret (QS) 4,16%
Émilie Joly (ON) 2,92%
Eric L'Abbée (IND) 0,86%
Jessy Trottier (ÉA) 0,30%
7 avril 2014
CAQ Andrew D'Amours
ON À venir
PQ Noëlla Champagne
PLQ Pierre-Michel Auger
QS Lucie Favreau
SAINT-MAURICE
26 mars 2007
Robert Deschamps (ADQ) 37,72%
Claude Pinard (PQ) 32,73%
France Beaulieu (PLQ) 25,00%
Marianne Mathis (QS) 3,07%
Francis Mondou (IND) 1,49%
8 décembre 2008
Claude Pinard (PQ) 41,41%
Céline Trépanier (PLQ) 38,34%
Robert Deschamps (ADQ) 14,81%
Stéphane Normandin (PVQ) 2,10%
Allison Molesworth (QS) 2,02%
Yves Demers (IND) 1,31%
4 septembre 2012
Luc Trudel (PQ) 35,65%
Pierre Giguère (CAQ) 28,45%
Robert Pilotte (PLQ) 27,16%
Luc Lafrance (QS) 4,74%
Nathalie Lortie (ON) 1,97%
Marie-Paule Bertrand (IND) 1,68%
Gilles Noël (PUN) 0,34%
7 avril 2014
CAQ Stéphane Mongeau
ON À venir
PQ Luc Trudel
PLQ Pierre Giguère
QS Marie-Line Audet
NICOLET-BÉCANCOUR
26 mars 2007
Eric Dorion (ADQ) 41,18%
Donald Martel (PQ) 28,32%
Yves Baril (PLQ) 25,72%
Jean Proulx (QS) 4,26%
Simonne Lizotte (IND) 0,52%
8 décembre 2008
Jean-Martin Aussant (PQ) 35,24%
Mario Landry (PLQ) 34,48%
Eric Dorion (ADQ) 26,20%
Marianne Mathis (QS) 4,07%
4 septembre 2012
Donald Martel (CAQ) 32,01%
Jean-Martin Aussant (ON) 25,85%
Marc Descôteaux (PLQ) 22,47%
Gilles Mayrand (PQ) 18,54%
Mathieu Benoit (PCOQ.) 1,14%
7 avril 2014
CAQ Donald Martel
ON Marjolaine Lachapelle
PQ Jean-René Dubois
PLQ Denis Vallée
QS Marc Dion
TROIS-RIVIÈRES
26 mars 2007
Sébastien Proulx (ADQ) 37,20%
André Gabias (PLQ) 28,54%
Jean-Pierre Adam (PQ) 27,85%
André Lemay (QS) 3,29%
Louis Lacroix (PVQ) 2,68%
Stéphan Vincent (IND) 0,44%
8 décembre 2008
Danielle St-Amand (PLQ) 40,10%
Yves St-Pierre (PQ) 35,88%
Sébastien Proulx (ADQ) 18,63%
Alex Noël (QS) 3,14%
Louis Lacroix (PVQ) 2,26%
4 septembre 2012
Danielle St-Amand (PLQ) 35,15%
Djemila Benhabib (PQ) 32,02%
Andrew D'Amours (CAQ) 23,26%
Jean-Claude Landry (QS) 5,04%
Charles-Hugo Normand (ON) 3,50%
Robert Deschamps (IND) 0,68%
Kathie Mc Nicoll (ÉA) 0,34%
7 avril 2014
CAQ À venir
ON À venir
PQ Alexis Deschênes
PLQ Jean-Denis Girard
QS Jean-Claude Landry
LAVIOLETTE
26 mars 2007
Julie Boulet (PLQ) 40,99%
Stéphane Defoy (ADQ) 27,70%
Patrick Lahaie (PQ) 27,14%
Pierre Audette (PVQ) 2,00%
Pierrette Doucet (QS) 1,90%
Josée Lafontaine (PDCQ) 0,27%
8 décembre 2008
Julie Boulet (PLQ) 59,06%
Claude Lessard (PQ) 27,55%
Éric Tapps (ADQ) 10,77%
Rémi Francoeur (QS) 2,62%
4 septembre 2012
Julie Boulet (PLQ) 43,17%
André Beaudoin (PQ) 30,83%
Sylvain Medzalabenleth (CAQ) 19,53%
Jean-François Dubois (QS) 3,77%
Gabriel Pelland (ON) 1,95%
Jean Marceau (IND) 0,49%
Jean-Paul Bédard (PMLQ) 0,27%
7 avril 2014
CAQ À venir
ON À venir
PQ André Beaudoin
PLQ Julie Boulet
QS J.-François Dubois