Dans Charlevoix, plus de 8000 policiers et militaires montent la garde en prévision du G7.

Le G7, une farce grotesque

CHRONIQUE / Quoi qu’il arrive, les «experts» de la sécurité vont gagner le G7.

Si la violence éclate, ils diront que sans les mesures de sécurité mises en place à La Malbaie et à Québec, les choses auraient été pires. À l’opposé, si tout se déroule paisiblement, ils expliqueront que c’est grâce à eux que la région a évité l’apocalypse.

Peuvent pas perdre, je vous dis. Pour le G7, le Canada a prévu un budget de 605 millions $, incluant les réunions préparatoires. Voilà ce qui s’appelle un pactole. Un vrai.

Bien sûr, des esprits chagrins s’indignent que l’on engloutisse des centaines de millions de dollars pour deux jours de discussions. Après tout, même les empereurs du 19e siècle se montraient plus économes, lors de leurs déplacements. Mais il est vrai que ces dinosaures ne connaissaient pas des merveilles comme le gaz lacrymogène ou la «zone» clôturée réservée aux manifestants, à La Malbaie. Alors ça ne compte pas vraiment.

***

Ne nous égarons pas. Au début, le G7 de La Malbaie devait être une affaire diplomatique. À la fin, il tourne à l’orgie policière.

Dans Charlevoix, une partie de La Malbaie est clôturée, quadrillée, occupée. Plus de 8000 policiers et militaires montent la garde. Et ça n’inclut pas la garde côtière, qui patrouille une «zone d’exclusion maritime» s’étendant jusqu’à trois kilomètres du rivage, entre Cap-à-l’Aigle et Saint-Irénée. Même la circulation en kayak y est interdite, du 1er au 10 juin.

On ne pratique pas encore la fouille à nu sur les bélugas, mais chut! ça pourrait donner des idées…

À 150 kilomètres de distance, le centre de la ville de Québec n’est pas épargné. Par mesure de précaution, les écoles sont fermées. Environ 10 000 fonctionnaires ont été mis en congé. Les travaux de l’Assemblée nationale ont été suspendus. Tous les policiers de la ville sont en service…

Ce branle-bas de combat, c’est pour protéger la rencontre de combien de grands leaders, déjà? Ah oui, sept. Mais quand on y pense, ce petit nombre constitue une chance. S’ils étaient 100, il aurait fallu fermer Montréal, Boston et peut-être New York. Comme disaient Jacques Prévert: «même assis, ça n’aurait pas tenu debout».

***

Entre nous, il faut une imagination débordante pour trouver des bons côtés à une farce aussi grotesque. Peu importe, car le gouvernement du Canada excelle dans l’art de faire passer les miettes tombées de la table pour des diamants bruts.

Faut-il parler des futures retombées touristiques que l’on fait miroiter aux gens de Charlevoix? À croire que les journalistes étrangers, que l’on déplace en convois, comme des prisonniers dangereux, vont avoir le temps de faire du tourisme. Sans parler des millions de gens qui devraient apercevoir le décor enchanteur derrière les grimaces de Donald Trump? 

J’exagère? Que ceux qui se souviennent du nom de Taormine, la petite ville de Sicile qui a subi le G7 l’an dernier osent dire le contraire.

Pfff. Quand à ceux qui sont parvenus à nommer la petite ville japonaise qui avait accueilli la réunion en 2016, je les soupçonne d’avoir triché.

Quoi? Espérer des retombées touristiques à long terme du G7? Ça rappelle le nigaud qui laisse tomber une rose au fond du Grand Canyon, en croyant qu’il entendra l’écho.

***

Loin de moi l’idée d’affirmer que le G7 constitue un club totalement archaïque, sur le modèle des bisons des prairies, chers aux Pierrafeu. Ces jours-ci, des experts croient même que les sept leaders du G7 peuvent rafistoler le commerce mondial.

On peut rêver. Mais si le monde est devenu à ce point dangereux qu’il faut paralyser une région entière pour protéger le Sommet du G7, peut-être qu’il faudrait trouver une nouvelle formule?

Une île déserte? La téléconférence? Un engin en orbite?

Stop. Je sais. Ça ne se produira pas. Espérer que les grands de ce monde se préoccupent de ce genre de détails, ça semble complètement vain. 

Pour reprendre l’expression consacrée, vous faites mieux d’occuper votre temps à la recherche des portes-patios dans les sous-marins.