Monde

Autrement dit

La citation

«À ce niveau de prix […], ce ne sont pas les historiens d’art ni même les collectionneurs qui arbitrent, mais les banquiers.»

— Stéphane Corréard, spécialiste de l’art contemporain, commentant le fait qu’un lapin métallique du sculpteur Jeff Koons vient d’atteindre 91 millions $, lors d’une vente aux enchères. La surenchère devient une habitude, même si bien peu d’artistes profitent de la manne. Dans l’art contemporain, les 20 artistes vivants les plus recherchés se partagent 64 % du marché mondial.

Source :  Le Monde

***

Actualités

Autrement dit

Le chiffre: 15

Nombre de moutons inscrits à l’école primaire du village de Crêts-en-Belledonne, dans les Alpes françaises. La population veut ainsi protester contre la fermeture d’une classe de l’école. Les enseignants ont été agréablement surpris par la docilité des nouveaux-venus. Par contre, pour les mathématiques, l’avenir s’annonce plus laborieux.

Source: France bleue

***

Chiffres en vrac

  • 600%: Augmentation du prix de l’hélium, depuis 2004;
  • 74 %: Sommet atteint par les taux d’intérêt, en Argentine, depuis le début de l’année;
  • 30%: Probabilité que la Grande Bretagne reste dans l’Union européenne, selon Donald Tusk, le président du Conseil européen.
  • 30%: Agrandissement moyen de votre nez lorsque vous faites un ego-portrait [selfie];
  • 28%: Pourcentage des Canadiens qui déclarent vivre dans le meilleur pays du monde;
  • 6%: Pourcentage des Français qui déclarent vivre dans le meilleur pays du monde;
  • 2%: Proportion des propriétaires de chiens aux États-Unis qui choisissent pour leur canidé une alimentation végétalienne, c’est-à-dire sans aucun produit animal.
  • Sources: Yougov, Harpers, USA Today, The Economist, Fox News

***

La tendance: l’Office du tourisme qui ne fait plus la promotion du... tourisme

Le beurre sans gras. Le vin sans alcool. Et maintenant, l’Office du tourisme sans touristes. Tout cela commence par un ras-le-bol. L’an dernier, plus 18 millions de touristes ont visité les Pays-Bas. Et leur nombre pourrait passer à 42 millions, en 2030. Du coup, l’Office du tourisme renonce à faire la promotion active des lieux les plus visités. Le trop-plein est particulièrement ressenti à Amsterdam, une ville qui a reçu 17 millions de visiteurs l’an dernier, pour une population de 1,1 millions d’habitants. Le centre de la ville étouffe. «Ça ne peut plus durer. La qualité de vie des résidents est menacée,» dit en substance l’Office. Désormais, l’organisation s’occupera surtout de mieux gérer le flot de visiteurs. Elle tentera aussi de les diriger vers des lieux moins surpeuplés.

Source: The Guardian

Actualités

Autrement dit

La citation

«Il est aussi obéissant qu’un chien. Vous voyez qu’il a été entraîné à rapporter les objets que vous lancez»

Linn Saether, une résidente du village de Tujford, en Norvège, où des pêcheurs ont découvert un béluga très attiré par les humains, qui portait un harnais. Plusieurs ont conclu que l’animal a été entraîné par les services secrets russes, en voyant que son harnais portait l’inscription : «matériel de Saint-Petersbourg».  Mais une question demeure. Si le béluga a été entraîné par des espions russes, pourquoi ces derniers auraient-ils pris la peine de laisser un indice aussi évident?

Source: Courrier International

Actualités

Autrement dit

Le chiffre

2 millions

Nombre de chats sauvages que l’Australie a prévu d’éliminer, dans un plan couvrant les années 2015 à 2020. Les félins, arrivés sur le continent en 1788, sont considérés comme une menace pour plusieurs espèces. Ils tueraient plus de 370 millions d’oiseaux, au cours d’une année. Sans compter les petits mammifères et les reptiles.

Source : The New York Times

Actualités

Autrement dit

La comparaison

Nombre de personnes qui ont écouté le premier épisode de la 8e saison de la série Game of Thrones, sur la chaîne HBO, le 14 avril: 17,4 millions;

Nombre de fois où l’épisode a été téléchargé illégalement, au cours des 24 heures qui ont suivi: 55 millions.

Source: The Verge

+

Actualités

Les derniers jours des dinosaures

Aujourd’hui, la péninsule du Yucatán constitue un haut-lieu du tourisme au Mexique. Plages. Sites maya. Oiseaux exotiques. Mais il y a 66 millions d’années, c’est là que la chute d’un météorite a peut-être mis fin au règne des dinosaures. Plusieurs découvertes récentes tentent même de reconstituer ces instants fatidiques. En comparaison, le pire des films-catastrophes ressemble à un épisode de Passe-Partout.

Un beau jour, il y a un peu plus de 66 millions d’années, une nouvelle étoile est apparu dans le ciel. Qui sait? Un tricératops plus futés que les autres s’est peut-être aperçu que l’étrange lueur devenait plus grande, de jour en jour? 

Pauvre tricératops. La «nouvelle étoile» n’est autre qu’une météorite mesurant plus de 10 kilomètres de largeur. Elle fonce tout droit vers la Terre à la vitesse vertigineuse de 64 000 km/h. Environ 15 fois plus vite qu’une balle de fusil!  

Le «bolide» va bientôt s’écraser près de l’actuel village de Chicxulub Puerto, dans la péninsule du Yucatán. Un choc colossal. Possible que la lueur de l’explosion ait été visible à des milliers de kilomètres. Des spécialistes des armes atomiques ont estimé qu’elle dégage une énergie comparable à 10 milliards de fois celle de la bombe atomique larguée sur Hiroshima. (1)

Plus haut que l’Everest

Tout ce qui se trouve dans un rayon de 1200 kilomètres est carbonisé en quelques instants par une immense boule de feu. Autrement dit, si le météorite avait frappé la région de Québec, un Tyrannosaurus Rex batifolant aussi loin que Washington aurait été réduit en cendres, huit ou neuf secondes après l’impact.*

Quand vous observez au ralenti la chute d’une goutte d’eau sur une surface liquide, vous remarquez que le point d’impact se soulève pour former une sorte de cône, une fraction de seconde plus tard. La même chose se serait produite après la chute du météorite. En l’espace de 10 minutes, le sol rebondit pour former une montagne de débris en fusion, plus haute que le mont Everest!

«[Sous la force de l’impact], la roche s’est comportée comme du liquide, durant une très courte période de temps. Inutile de dire que c’est très inhabituel, a expliqué la géophysicienne Joanna Morgan, au New York Times. (2) 

Difficile à croire. Mais le pire est encore à venir... 

La fin du monde est à cette heure

Selon un «simulateur de collision» mis au point par des chercheurs de l’Université de Purdue et de l’Imperial College de Londres, l’impact provoque un tremblement de terre titanesque. Sa magnitude dépasse probablement 10,1 sur l’échelle de Richter. «L’équivalent de tous les tremblements de terre qui ont secoué notre planète depuis 160 ans, mais en même temps, confie le sismologue Rick Aster, au National Geographic. (3)

La secousse aurait été suivie par un tsunami de 1,5 kilomètres de haut. Douze fois la hauteur du Complexe G, à Québec! Des milliers de fois plus puissant que l’énorme tsunami qui a frappé l’Indonésie, en 2004. Même à l’autre bout de la Terre, les zones côtières sont ravagées par des vagues de 100 mètres de hauteur, se déplaçant à plus de 140 km/h... (4)

Dans son livre The Rise and Fall of the Dinosaurs, le paléontologue Steve Brusatte essaye d’imaginer la catastrophe dans le Dakota du Nord, à plus de 3 000 kilomètres du point d’impact. L’équivalent de la distance entre Québec et Miami. «Le sol se met à gronder. Puis à trembler. Finalement, il se met à onduler. Comme des vagues. (…) Tout ce qui n’est pas ancré dans le sol est soulevé de terre. Dès qu’il retombe, il est projeté à nouveau. (…) La surface de la Terre se transforme soudain en trampoline.

Les petits dinosaures et les mammifères miniatures sont catapultés dans les airs. Même les gros tyrannosaures sont propulsés à plusieurs mètres de hauteur (…) Quelques instants plus tôt, ils étaient les maîtres incontestés du monde. Soudain, ils ne sont plus que des billes de sept tonnes ballotées dans une machine à boule géante. (…) Chaque culbute est assez forte pour briser le crâne, rompre le cou, casser les jambes.» (5)

Comme à Pompéi

Selon M. Brusatte, la couleur du ciel tourne au rouge foncé. Une étrange pluie commence à tomber. Pas de l’eau, comme dans un bulletin météo pépère d’Environnement Canada. Non. Plutôt des «sphérules», des billes de matière en fusion rejetées par l’explosion. En même temps, l’air devient brûlant. Comme dans un four coincé à la position «rôtir». De gigantesques incendies éclatent, attisés par des vents soufflant avec la force d’un ouragan.

En l’espace de quelques heures, la poussière et les incendies se répandent à la grandeur de la planète. Près de 70 % des forêts de la Terre vont brûler. Encore aujourd’hui, dans les dépôts géologiques qui datent de cette période, une couche de sédiments sombres marque le moment où la Terre serait devenue une immense fournaise.

Jusqu’ici, les paléontologues se contentaient d’imaginer ces instants fatidiques. Mais voilà que le mois dernier, une équipe dirigée par le paléontologue Robert DePalma annonce une découverte incroyable. (6) Les chercheurs prétendent avoir trouvé un site contenant de nombreux fossiles d’animaux morts dans les instants qui ont suivi le cataclysme. Plusieurs fossiles de poissons ont même des billes de métal coincées dans les branchies! Comme s’ils les avaient respirés, juste avant de mourir. (7)

M. DePalma et son équipe assurent que la composition géochimique de ces «billes» coïncide avec celles provenant de l’impact du météorite. Il n’en faut pas plus pour que certains disent que la découverte est au monde préhistorique ce que Pompéi est à l’Antiquité romaine.

Une nuit de deux années

Le plus important, ce n’est pas la taille du météorite. C’est qu’il s’est écrasé au pire endroit possible: une mer peu profonde, recouvrant un sol riche en souffre et en hydrocarbures. (8) Une combinaison parfaite pour expédier une grande quantité de suie et de souffre dans la haute atmosphère. Tout ce qu’il faut pour bloquer les rayons du soleil et provoquer un hiver prolongé.

Le météorite a ébranlé le règne des dinosaures. Le froid et l’obscurité vont lui donner le coup de grâce. Durant deux ans, il va faire nuit. La température moyenne baisse de 28 ºC. (9) La photosynthèse s’arrête. Le froid devient intense. Les plantes meurent. Le plancton disparaît des mers. Au fond, les dinosaures qui ont été pulvérisés par l’explosion du météorite ont eu de la chance. Les autres sont condamnés à mourir de froid ou de faim.

À une échelle plus réduite, le même scénario se produit avec l’éruption du volcan Pinatubo, aux Philippines, en 1991. En propulsant une grande quantité de souffre dans la stratosphère, le volcan fait diminuer de 10% la lumière du soleil qui parvient à la Terre. Du coup, la température globale chute de 0,4 °C. (10)

Une toute petite secousse par rapport au cataclysme survenu il y a 66 millions d’années. À l’époque, quand le climat se stabilise, pas moins de 75% des espèces vivantes sont disparues. Le règne des dinosaures est fini. Celui des mammifères commence. D’une certaine façon, on peut dire que l’être humain est le lointain produit de cette catastrophe. Sans le météore-tueur, qui sait si nous nous poserions toutes ces questions aujourd’hui?

* Ce scénario est toutefois impossible, puisque le Tyrannosaurus Rex ne se trouvait que dans l’Ouest de l’Amérique du Nord, alors séparé de l’Est par une sorte de bras de mer.

***

La fin du commencement

«Prudence. Les causes de l’extinction des dinosaures ne font pas encore l’unanimité, rappelle l’ancien président du Musée de la Paléontologie et de l’Évolution de Montréal, Jean-Pierre Guilbault. Le sujet soulève encore des débats passionnés et pas toujours très courtois.»

M. Guilbault rappelle que plusieurs scientifiques doutent que la chute d’un météorite puisse tout expliquer. «Plusieurs affirment qu’au moment de l’impact, les dinosaures se trouvaient déjà en déclin. Tout ça à cause à cause d’une série d’énormes éruptions volcaniques, qui auraient contribué à refroidir le climat, plusieurs millions d’années auparavant.»

À défaut de certitude, le météorite-tueur n’a pas fini de faire rêver. Dès les années 2000, des chercheurs du laboratoire de Los Alamos ont utilisé un super ordinateur pour recréer la collision. Selon leurs calculs, le choc dégageait une énergie comparable à celle de plusieurs centaines de millions de bombes atomiques, en projetant des débris à plusieurs dizaines de kilomètres d’altitude. (11) Un certaine quantité échappait même au champ de gravité terrestre, pour se mettre à vagabonder dans l’espace.

Plus récemment, d’autres chercheurs ont évalué la possibilité que des poussières de l’explosion se soient retrouvées sur des satellites de Saturne et de Jupiter. (12) On pense notamment à Europe, un satellite de Jupiter qui est peut-être couvert par un océan liquide, sous une épaisse couche de glace. Sachant que les débris du météorite pouvaient contenir des microbes vivants, qui sait s’ils n’ont pas pu y disséminer la vie?

Comme l’écrit le journaliste Douglas Person dans le New Yorker, «le météorite a pu répandre la vie dans notre système solaire, même s’il a ravagé la Terre.» (13)

***

NOTES :

  • (1) The Day the Dinosaurs Died, Documentaire de la BBC2, 2017.
  • (2) Drilling Into the Chicxulub Crater, Ground Zero of the Dinosaur Extinction, The New York Times, 17 novembre 2016.
  • (3) Here’s What Happened the Day the Dinosaurs Died, National Geographic,
    11 juin 2016.
  • (4) La météorite qui a tué les dinosaures a formé une vague de 1 500 mètres
    de haut, Le Figaro, 11 janvier 2019.
  • (5) The Rise and Fall of the Dinosaurs, Steve Brusatte, Harper-Collins, 2016.
  • (6) A seismically induced onshore surge deposit at the KPg boundary, North Dakota, Robert A. DePalma et 11 autres, Proceedings of the National Academy of Science, 1er avril 2019.
  • (7)  Fossil Site Reveals Day That Meteor Hit Earth and Maybe, Wiped Out the Dinosaurs, The New York Times,
    29 mars 2019.
  • (8) Site of Asteroid Impact Changed the History of Life on Earth: the Low Probability of Mass Extinction, Scientific Reports, 9 novembre 2017.
  • (9) Dinosaur-Killing Asteroid Could Have Thrust earth Into 2 Years of Darkness, University  of Coorado, 21 août 2017.
  • (10) Les volcans jettent un froid sur la planète, Le Temps, 29 novembre 2017.
  • (11) Modeling an Asteroid Impact, DOE/Los Alamos National Laboratory, 4 juin 2003. 
  • (12) Seeding Life on the Moons of the Outer Planets via Lithopanspermia, Astrobiology, 1er décembre 2013.
  • (13) The Day the Dinosaurs Died, The New Yorker, 29 mars 2019.

Actualités

Autrement dit

La citation

«Je suis épuisé.»

Jon Worth, un britannique devenu célèbre grâce à ses graphiques sur les différents scénarios possibles du Brexit. Au début, l’homme se faisait une joie d’expliquer des questions complexes. Avec le temps, le Brexit est devenu un tel fouillis qu’il n’arrive plus à suivre le rythme. Quoi qu’il arrive, Monsieur a décidé de tout arrêter le 12 avril… 

Source : The New York Times

***

Actualités

Autrement dit

Combien faut-il de temps?

  • À la population de la Terre pour augmenter d’un million de personnes? 4 jours, 23 heures et deux minutes;
  • Au patron de l’une des 100 plus grandes entreprises du Canada pour gagner le salaire annuel moyen? 34 heures et 41 minutes;
  • À la station spatiale internationale pour compléter un tour de la Terre? 83 minutes;
  • À un escargot de Bourgogne pour parcourir 100 mètres? 27 heures 46 minutes et 37 secondes; 
  • À une balle de baseball lancée à 150 km/h pour franchir la distance entre le monticule et le marbre? 0,4 seconde.

Source: nasa.org, Canadian Centre of Policy Alternatives, mlb.com

***

Actualités

Autrement dit

Le chiffre

 2233

Nombre de villes à travers le monde où des étudiants ont fait la grève pour attirer l’attention sur la lutte contre les changements climatiques, le 15 mars.

Source : Time Magazine

***

Le Monde

Autrement dit

VRAI OU FAUX?

Le 18 décembre, l’explosion d’un météore de la grosseur d’un autobus, au dessus de la mer de Bering, a dégagé une quantité d’énergie trois fois supérieure à celle de la bombe atomique larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945.

Source : Sciences et Avenir