Le vent peut faire une bonne différence dans la dépense énergétique pour chauffer nos maisons en hiver.

Nos maisons ont-elles «froid» quand il vente?

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Il me semble déjà avoir lu quelque part qu'Hydro-Québec tient compte du vent dans ses prévisions de consommation d'électricité. Est-ce vrai qu’il y a un «refroidissement éolien» pour les maisons?», demande Pierre Larouche, de Mont-Joli.

Oui, il y a une sorte de facteur éolien pour la consommation d’électricité en hiver, et il est tout à fait vrai qu’Hydro Québec en tient compte dans ses prévisions de demande. C’est d’autant plus important que les plus fortes pointes de consommation d’électricité au Québec surviennent justement les matins de grand froid, alors il vaut mieux en tenir compte. (Notons tout de suite que j’écris «une sorte de facteur éolien» parce que le mécanisme n’est pas le même que pour la fameuse «température ressentie» dont on parle dans les bulletins de météo. J’y reviens.)

«Effectivement, dans le passé on a pu constater une grosse différence par grand froid, selon qu’il vente ou non, dit Olivier Milon, chargé d’équipe en prévision de la demande chez Hydro Québec. On a des règles d’approximation pour l’estimer. (…) Si on a une température de -20°C et que le vent passe de 10 à 15 km/h, on va observer une charge supplémentaire d’environ 240 mégawatts à l’échelle du Québec. C’est l’équivalent d’une grosse usine qui ouvrirait son four, par exemple.»

Le vent peut donc faire une bonne différence. Mais c’est tout de même la température qui demeure le facteur météo dominant, dans toute cette histoire. «Si on regarde l’effet d’une variation de 1 °C mesuré à l’aéroport de Dorval, si on passe de -20 à -21 °C par exemple, ça peut faire une différence allant jusqu’à 480 mégawatts», dit M. Milon.

Pour remettre tout cela en perspective, rappelons que les pointes de demande par grands froids, lors des pires moments, peuvent atteindre autour de 38 000 MW. C’est donc dire que, tout seul, 1°C ou 5 km/h de vent ne pousse pas beaucoup la demande vers le haut, mais ensemble ces deux facteurs peuvent finir par «peser lourd» dans la demande d’électricité : entre une température de -5°C sans vent et une journée à -25 avec des vents de 30 km/h, l’écart est de l’ordre de 10 000 MW.

Ce qui fait qu’à température égale, nos maisons coûtent plus cher à chauffer quand il vente, c’est qu’elles ne sont pas parfaitement hermétiques. Il y a toujours des échanges d’air entre l’intérieur et l’extérieur — heureusement, d’ailleurs — et le vent, en s’infiltrant par toutes les ouvertures possibles, va accélérer ces échanges-là, explique M. Milon. C’est un mécanisme assez différent de celui qui empire la sensation de froid sur la peau quand il vente. Et on y arrive à l’instant...

* * * * *

«Est-ce que le refroidissement éolien (ou la température ressentie) dont on parle tant lors des bulletins de météo a un quelconque fondement scientifique ?», demande Jean-Pierre Gagnon, de Chambly.

Oui, la «température ressentie» a un fondement scientifique, malgré son nom qui suggère la subjectivité. L’idée de base, c’est que l’air ne transmet pas bien la chaleur — en fait, c’est plutôt un isolant thermique. À cause de cela, il se forme toujours une couche d’air autour de tout objet qui est plus chaud que l’air ambiant, ce qui en ralentit le refroidissement. Mais quand il vente, les bourrasques dissipent cette couche d’air plus chaud, et l’objet perd donc sa chaleur plus rapidement.

Historiquement, ce sont deux explorateurs américains, Charles Passel et Paul Siple, qui ont étudié et quantifié ce phénomène les premiers. Lors d’un séjour en Antarctique, ils ont accroché des cylindres de plastiques remplis d’eau à l’extérieur de leur campement, en notant le temps que l’eau mettait à geler, de même que la température et la force du vent. À partir de là, ils ont accouché d’une formule mathématique qui exprimait la température qu’il devrait faire sans vent pour que l’eau gèle à la même vitesse.

Le résultat était très imparfait, disons-le. La formule surestimait grandement l’effet du vent par temps froid — à -15°C et des bourrasques à 50 km/h, elle indiquait un équivalent de -41°C alors que la version actuelle donnerait -29°C — et les bouteilles de plastique de Siple et Passel étaient une base un brin boiteuse pour déduire une impression de froid sur la peau.

Pour y remédier, Environnement Canada et la National Oceanic and Atmospheric Administration (États-Unis) ont fini par mener une expérience particulière. Ils ont fait marcher 12 personnes sur un tapis roulant dans une soufflerie réfrigérée pendant 30 minutes, en faisant varier la température (+10, 0 et -10 °C) et la vitesse du vent (2, 5 et 8 mètres par seconde). Tout au long de ce manège, la températures corporelle et du visage des marcheurs était mesurée. C’est sur ces résultats qu’une nouvelle formule plus précise, utilisée depuis 2001, a été formulée. Notons qu’elle tient aussi compte du fait que le vent à 1,5 mètre du sol est en général plus faible qu’à 10 mètres, où les stations météorologiques le mesurent.

Sources :

Francis Massen. The NewWindchill Formula: A Short Explanation, Station météorologique du Lycée classique de Diekirch, 2001. https://bit.ly/2DjuQyt

SA. Wind Chill Calculator, CSGNetwork, 2011. https://bit.ly/1xwv0te

* * * * *

Vous vous posez des questions sur le monde qui vous entoure ? Qu’elles concernent la physique, la biologie ou toute autre discipline, notre journaliste se fera un plaisir d’y répondre. À nos yeux, il n’existe aucune «question idiote», aucune question «trop petite» pour être intéressante ! Alors écrivez-nous à : jfcliche@lesoleil.com.