Chronique

Le corps humain, ce four

LA SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Pourquoi avons-nous chaud quand nous allons dehors, l’été, et qu’il fait 30 °C? Pourtant, notre corps a une température d’environ 37 °C, alors il me semble que ce n’est que lorsqu’il fait plus de 37 °C que nous devrions commencer à avoir chaud, non?» demande Frédérique Duquette, 12 ans.

C’est parce que le corps humain produit lui-même beaucoup de chaleur. À chaque instant, l’organisme doit brûler de l’énergie pour faire battre le cœur, inspirer et expirer de l’air, digérer, envoyer des signaux nerveux, faire fonctionner le cerveau et ainsi de suite — et c’est sans rien dire de nos activités physiques. Mine de rien, tout cela génère pas mal de chaleur.

Éditorial

Mais il y a la manière...

ÉDITORIAL / Sur le fond, le président américain Donald Trump a raison : les pays de l’Alliance atlantique (OTAN) doivent dépenser davantage pour leur propre défense. Mais la manière qu’il y met est à ce point grossière et contreproductive qu’on ne peut s’empêcher d’y lire une profonde incompréhension des enjeux internationaux — dans le meilleur des cas.

Cette semaine, avant même d’arriver au sommet de l’OTAN qui a lieu à Bruxelles, M. Trump a (encore) trouvé le moyen d’insulter les alliés historiques des États-Unis. «Plusieurs pays de l’OTAN, qui s’attendent à ce que nous les défendions, non seulement ne respectent pas leur engagement [d’allouer 2 % de leur PIB aux dépenses militaires] mais sont aussi coupables de plusieurs années de paiements non-remis», a-t-il tweeté mardi. À peine débarqué au sommet, hier, il a accusé (sans fondement) l’Allemagne d’être «totalement sous contrôle» de la Russie.

Tout ce que dit M. Trump fait vivement réagir et cette dernière scène n’a pas fait exception à la règle, mais le fait est qu’il n’est pas le premier à évoquer ce 2 % — même s’il semble confondre les dépenses militaires nationales et le budget de l’Alliance. En 2014, lors d’un sommet de l’OTAN, son prédécesseur Barack Obama et le premier ministre britannique du temps David Cameron avaient demandé aux autres pays membres de faire leur «juste part». «Je vais être franc, des fois l’Europe a été complaisante en matière de défense», avait répété M. Obama au début de 2016.

D’autres que M. Trump — et des gens sérieux — ont fait le même constat dans le passé, et il faut admettre qu’il n’est pas sans mérite : rassurés par la présence américaine, certains pays ont réduit abusivement leurs dépenses militaires. Il n’y a pas de mal à vouloir que ça se corrige.

Mais en diplomatie, la manière de dire les choses est souvent aussi importante que le fond. Depuis quand insulte-t-on des alliés fidèles pour passer ses messages? La méthode plus douce, plus respectueuse avait pourtant commencé à porter fruit : après l’appel de MM. Obama et Cameron, les pays de l’OTAN avaient augmenté leurs dépenses militaires totales pour la première fois en 20 ans, en 2015 et en 2016. Tous ne l’ont pas fait également et plusieurs (dont le Canada) sont encore loin de la cible des 2%, mais ils se sont engagés à y arriver d’ici 2024.

En outre, l’idée que le pauvre Oncle Sam se fait exploiter contre son gré passe à côté d’un point fondamental : si les États-Unis ont tant de bases militaires en Europe (et partout dans le monde, en fait), c’est qu’ils ont calculé que c’était dans leur intérêt. Avoir une base dans une région donnée facilite d’éventuelles interventions militaires, ce qui amène une stabilité dans ladite région et y augmente l’influence politique américaine.

Il est possible, comme le supputait cette semaine l’ancien ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro, que les insultes de M. Trump cachent quelque chose de plus délibéré qu’une simple incompréhension de la politique internationale. Peut-être ce numéro vise-t-il à faire éclater l’OTAN, de la même manière que M. Trump a saboté le dernier sommet du G7. Compte tenu de son isolationnisme notoire, ce serait logique.

Si c’est bien le cas, les prochaines années risquent d’être fort chaotiques. On parle ici d’une administration qui, dans la crise des migrants, a séparé de jeunes enfants de leurs parents sans même prévoir de mécanisme pour les rassembler. Alors on ne peut pas présumer qu’avant d’annoncer un retrait de l’OTAN, M. Trump en envisagera sérieusement les conséquences.

Éditorial

Amendes impayées: la vraie cible

ÉDITORIAL / L’histoire de Valérie Brière, cette mère monoparentale en prison pour amendes impayées, est bouleversante. Pour illustrer jusqu’à quel degré d’aberration une bureaucratie sans âme peut se rendre, il est difficile de trouver mieux. Mais contrairement à ce que plusieurs intervenants ont conclu, nous ne croyons pas que ce cas est une bonne raison d’abolir l’emprisonnement pour les tickets impayés. C’est ailleurs qu’il faut agir.

Entre 2001 et 2006, Mme Brière était itinérante. Pendant cette période, elle a cumulé 2120 $ d’amendes pour avoir mendié, fait du squeegee et uriné en public. Elle avait participé à un programme de la Ville de Québec pour effacer sa dette, notamment par des travaux compensatoires et en retournant aux études. Mais «la vie», notamment deux jeunes enfants et un épisode de violence conjugale, a fini par l’empêcher d’adhérer au programme. Ne pouvant toujours pas payer, Mme Brière a été condamnée à un peu plus de trois mois de prison.

La Clinique Droit de cité met maintenant de l’avant son cas pour réclamer un moratoire sur les peines de prison pour amendes impayées. Mais le maire Régis Labeaume estime que le programme de la Ville est suffisant : «Il faut que les gens se forcent pour se refaire, qu’ils participent», a-t-il dit.

Le fait est qu’il est toujours hasardeux d’évaluer une politique à travers le prisme d’un cas unique. De manière générale, la possibilité d’emprisonner un mauvais payeur est un outil judiciaire qui peut être à la fois utile et juste, bien qu’il s’agisse d’un dernier recours. Si un contrevenant n’a pas les moyens d’acquitter sa dette envers la Ville, il doit toujours avoir l’option de payer autrement — les «travaux compensatoires». Mais si quelqu’un est trop pauvre et refuse les travaux, qu’est-ce que la Ville est supposée faire? On ne peut pas laisser des gens s’en tirer de cette manière alors que les autres citoyens honorent leur dette d’une manière ou d’une autre. Cela violerait des notions de justice élémentaire et, pour cette raison, l’emprisonnement pour amendes impayées doit rester une possibilité, au moins dans certains cas.

Afin d’éviter que d’autres histoires comme celle de Mme Brière ne surviennent, il faut agir en amont : de toute évidence, il ne donne pas grand-chose de multiplier les amendes aux itinérants. Des chercheurs ont récemment analysé plus de 3700 amendes remises par la Ville de Québec entre 2000 et 2010 à des sans-abri — ivresse publique, mendicité, squeegee, etc. La majorité n’ont reçu que deux ou trois tickets, signe que l’itinérance est (heureusement) souvent passagère. Mais le tiers d’entre eux en ont reçu suffisamment pour cumuler plus de 1000 $ de dette, et même plus de 5000 $ dans 10 % des cas. Pour tout dire, un de ces itinérants s’est même rendu à 48 000 $ d’amendes impayées!

Imaginez un peu : d’un côté, on leur demande de se prendre en main mais, de l’autre, on leur colle tellement d’amendes que le jour où ils décident de remettre leur vie en ordre, la première chose qui les attend est une facture qu’ils n’ont pas les moyens de payer, ou de longs travaux compensatoires, ou encore quelques mois de prison. On tenterait d’inventer un pire incitatif à sortir de la mendicité qu’on n’y parviendrait probablement jamais.

Il faut trouver une meilleure manière de gérer l’itinérance à Québec que de multiplier les contraventions. C’est (beaucoup) plus facile à dire qu’à faire, on en convient, mais abandonner une pratique manifestement contreproductive n’a rien de bien sorcier. Ce serait déjà un début.

Chronique

Sous les tropiques du Saguenay

CHRONIQUE / «J’ai remarqué qu’il fait souvent quelques degrés plus chaud au Saguenay-Lac-St-Jean qu’à Québec (sauf en hiver). Pourtant, c’est une région qui est située plus au nord. Alors existe-t-il des conditions particulières qui réchauffent le climat là-bas ?», demande Louise Angers, de Québec.

Il peut arriver, en effet, qu’il fasse plus chaud au «Saglac», comme on dit, mais la règle générale demeure qu’il y fait plus froid, comme le montre le graphique ci-dessous.

Science

De burqa et de vitamines

«À cause de leur habillement qui les couvre de la tête aux pieds, les femmes musulmanes sont-elle privées de la vitamine que le soleil fournit?» demande Pierre Courteau, de Cap-Rouge.

Le soleil ne «fournit» pas, à proprement parler, de vitamine. Cependant, la partie ultraviolette de son rayonnement transporte suffisamment d’énergie pour briser des liens chimiques dans certaines molécules — et c’est de cette manière que le soleil aide à fabriquer de la vitamine D. Nous avons un peu partout dans le corps une molécule poétiquement nommée 7-déhydrocholestérol, dont l’organisme se sert pour fabriquer des cholestérols. Quand les ultraviolets frappent les 7-déhydrocholestérol qui s’adonnent à se trouver dans notre peau, ils les brisent et les changent en «pré-vitamine D» — le corps se charge ensuite de compléter la transformation en «vraie» vitamine D. C’est pour cette raison que l’exposition de la peau au soleil est considérée comme une source importante de cette vitamine.

Il est évident que tout ce qui bloque le rayonnement solaire freine cette production, et plus la peau est cachée, moins elle peut fabriquer de vitamine D. Hormis quelques nuances importantes sur lesquelles je reviendrai tout de suite, des études ont démontré, sans grande surprise, que les femmes musulmanes qui portent le voile (surtout la burqa et le niqab, qui sont des voiles intégraux) ont en moyenne moins de vitamine D dans le sang que les autres. Par exemple, des endocrinologues américains ont analysé en 2009 le sérum (la partie liquide du sang) de 87 femmes vivant à Dearborne (Michigan), où vit une importante communauté musulmane. Les niveaux mesurés étaient plutôt bas pour toutes les participantes, mais davantage pour celles qui portaient le voile (4 nanogrammes par millilitre) que celles qui ne le portaient pas (8,5 ng/ml). Des résultats comparables ont été obtenus dans d’autres études, menées en Jordanie et en Inde.

Maintenant, la question est de savoir si le voile islamique peut vraiment être considéré comme un «problème» (je ne dis pas que c’est ce que M. Courteau avait en tête, mais, dans le contexte actuel, il s’en trouvera plusieurs pour sauter à cette conclusion), et la réponse est: non, pas vraiment.

Bien sûr, une carence en vitamine D vient avec une série de conséquences potentielles. Cela peut, par exemple, réduire la minéralisation des os et les rendre plus fragiles, cela peut provoquer des douleurs et une faiblesse musculaires (de même que des tressautements), cela peut causer de la pré-éclampsie chez les femmes enceintes et des malformations chez les enfants et, de manière générale, une carence en vitamine D augmente le risque de dépression. Bref, c’est pas jo-jo.

Mais si l’on décide de considérer le voile islamique comme un problème pour cette raison-là, alors il faut se préparer à gérer un sacré paquet d’autres soi-disant «problèmes». Les gens d’ascendance africaine, par exemple, doivent leur peau foncée à un pigment, la mélanine, dont la fonction est de bloquer les ultraviolets. Cela protège contre les coups de soleil, mais cela implique aussi que pour fabriquer une même quantité de vitamine D, leur peau doit être davantage exposée que celle des Blancs. Si bien que c’est sans grande surprise qu’une étude publiée en 2006 dans le Journal of Nutrition a trouvé que les Afro-Américains ont environ deux fois moins de vitamine D dans le sang que les «caucasien», soit 12 à 16 ng/ml contre 25 à 35 ng/ml (selon la saison).

Cela ne veut bien évidemment pas dire que la couleur de la peau est un «problème», mais simplement que les gens qui ont la peau foncée doivent s’assurer de compenser par l’alimentation.

Car l’exposition de la peau au soleil est loin d’être la seule source possible de vitamine D. Il existe toute une gamme de produits latiers enrichis de vitamine D, les viandes et les œufs en contiennent naturellement, et plusieurs sortes de poisson en sont d’excellentes sources. Et c’est une chance, d’ailleurs, parce que les musulmanes et les Noirs ne sont vraiment pas les seules personnes susceptibles de manquer de cette vitamine. Une étude albertaine parue l’an dernier montre en effet qu’environ 80 % des gens qui travaillent à l’intérieur et des travailleurs de nuit manquent de vitamine D, ce qui est beaucoup plus que ceux qui travaillent à l’extérieur (48 %). Notons qu’il y a un débat entourant le seuil à partir duquel on peut parler d’une carence en vitamine D, mais cela illustre que c’est beaucoup plus qu’une question vestimentaire.

Pour tout dire, en fait, deux dermatologues canadiens ont établi en 2015 qu’il est purement et simplement impossible de synthétiser assez de vitamine D uniquement par la peau en hiver à des latitudes et dans des climats comme les nôtres. Dans leur étude parue dans le Journal de l’Association médicale canadienne, Pavandeep Gill et Sunil Kalia ont consulté les archives d’Environnement Canada pour connaître l’indice ultraviolet d’heure en heure dans 13 villes, de 1991 à 2004. Et il appert qu’en janvier dans une ville comme Mont­réal, même pour quelqu’un qui a la peau pâle, il faut exposer le quart de son corps (visage, cou et bras en entier) pendant environ une heure au soleil, à l’extérieur, pour sécréter soi-même la quantité minimale de vitamine D dont le corps a besoin.

À la suite de quoi, j’imagine, il faut se rendre à l’urgence pour faire soigner son hypothermie et ses engelures — mais au moins, on peut alors dire aux médecins qu’on n’a pas besoin de vitamine D pour aujourd’hui...

Sources:
› Pavandeep Gill et Sunil Kalia, «Assessment of the feasibility of using sunlight exposure to obtain the recommended level of vitamin D in Canada», CMAJ Open, 2015, goo.gl/8kgXFd
› Daniel Sowah et al., «Vitamin D levels and deficiency with different occupations: a systematic review», BMC – Public Health, 2017, goo.gl/oMTMTH
› Susan Harris, «Vitamin D and African Americans», Journal of Nutrition, 2006, goo.gl/V1rFUz
› Raymond Hobbs et al., «Severe vitamin D deficiency in Arab-American women living in Dearborn, Michigan», Endocrine Practice, 2009, goo.gl/fXqbc8

Précision : une version antérieure de ce texte laissait entendre que les produits laitiers contiennent tous de la vitamine D. Or c'est faux : le lait est souvent enrichi de vitamine D, mais il n'en contient pas naturellement. Mes excuses.